Dans la fin d’année, j’aime tout. Les chansons de Noël niaises, les débats houleux sur ce qui est ou n’est pas un film de Noël, l’overdose de sucre et de chocolat, les plats qui mijotent pendant des heures, le bruit du papier cadeau qu’on froisse, le froid qui rougit le nez, le calendrier de l’Avent, les décorations brillantes et le kitsch. Le réveillon est le seul soir de l’année où je me maquille. J’ai du vernis de Noël, rouge aux reflets dorés, et un top-coat à paillettes dorées qui ressemble à de la neige. J’aime les pulls de Noël, les motifs de rennes et de sapins, écrire des cartes de vœux, choisir le cadeau qui fera mouche, espérer recevoir le cadeau qui me plaira, les odeurs d’amandes, d’épices et d’orange, les films de Noël, prier pour de la neige, penser à ceux qui me sont chers.

Pour moi, Noël (et le Nouvel an, que j’assimile à un « Noël entre ami·es ») est une période d’amour, de joie et de fête. C’est que j’ai beaucoup de chance : j’ai toujours eu un entourage aimant, pour qui cette période est l’occasion d’être encore plus over the top dans les démonstrations d’affection, et j’adore m’enrouler dans cette sensation réconfortante d’être aimée encore plus fort que d’habitude.

Cette année, par conséquent, je suis un peu déconfite. (Et j’adore la confiture, de Noël, plus précisément la marmelade d’orange aux épices.) J’ai pris la décision de rester chez moi pour les fêtes, avec mon amoureux et mon chat. C’est la première fois que je fais Noël loin de nos familles, mais dans notre appartement. Et si j’avais acheté quelques cadeaux fin novembre, animée d’un espoir naïf que « tout irait mieux », ma quête effrénée de présents s’est vite arrêtée, quand j’ai compris que j’aurais pas mal de temps début janvier pour faire mes dernières emplettes. Entre ça et la météo rien moins qu’absurde, l’esprit de Noël m’a totalement désertée.

Hier, ma sœur1 et son amoureux nous avaient conviés à un goûter de Noël. Puisqu’on passerait les fêtes séparés (eux dans leurs familles, nous ici), c’était l’occasion de s’échanger nos présents et de passer un moment ensemble. C’était si doux. Ma sœur avait mis des boucles d’oreilles en forme de boules de Noël et du rouge à lèvres métallisé. Quand on est arrivés il y avait une playlist de Noël qui jouait. On a fait des cachets de cire pour fermer les enveloppes de nos cartes de vœux en utilisant des sceaux en forme de renne et de flocon de neige. Il y avait des coquilles2, des pâtisseries, du chocolat chaud, de la tisane aux épices, des jeux de société, des cadeaux à déballer. Et c’était vraiment super. C’était le mini-Noël dont j’avais besoin.

Je me suis dit alors que vieillir c’était aussi créer de nouvelles traditions qui s’adaptent aux temps mouvants. (Le lendemain, je peux clairement affirmer que vieillir, c’est également ne pas supporter une journée à ne me nourrir que de sucres et que mon corps souffre actuellement d’une gueule de bois des glucides, ce qui est extrêmement désagréable.) (Au déjeuner ce midi, j’ai presque pleuré de joie devant mes épinards.)

Quand j’ai commencé la rédaction de cet article, j’avais envie de vous dire : ça y est, j’ai trouvé l’esprit de Noël. Le 20 décembre, c’est pas trop tôt ! Petit rire complice, clin d’œil caméra, générique. J’avais allumé la guirlande dans notre branche de sapin, j’avais passé la matinée aux fourneaux pour cuisiner des biscotti aux amandes en chantonnant It’s Beginning To Look A Lot Like Christmas, j’avais pour projet de passer l’après-midi à regarder Happiest Season et Le Lac des Cygnes3. en me tricotant des guêtres de yoga. Christmas-core jusqu’au bout, ça y est, j’avais trouvé le filon et j’allais l’exploiter.

Mais c’est retombé comme un soufflé. Le temps d’avoir mal à la tête et de capter que j’étais en plein SPM maudit, que j’allais quand même passer un Noël à des années-lumière de ce qui me fait rêver (ce sera très chouette bien sûr, mais ce ne sera pas ce que j’aurais choisi si les circonstances avaient été différentes) et que j’étais quand même déprimée.

La vérité, c’est qu’après avoir survécu à 2020, je me suis demandé comment j’allais pouvoir rassembler le courage de faire comme si Noël m’enthousiasmait autant que d’habitude. C’était important pour moi, de feindre cet enthousiasme, je crois que j’ai vraiment beaucoup trop intégré cette notion très girlboss du fake it ’til you make it, parce que là encore je me disais que si je me mentais très fort à moi-même, j’allais finir par y croire. Je suis triste de vieillir et d’être de moins en moins émerveillée par mon anniversaire et par les fêtes de fin d’année. Je lutte contre ça, mais en 2020, pff, à quoi bon lutter.

It’s okay d’en avoir marre et de ne pas réussir à s’enthousiasmer. C’est mon amie Lev qui a partagé ça sur Instagram je crois, et ça a beaucoup raisonné avec moi :

C’est 2020 qui n’a pas été à la hauteur.

Je vous mets aussi ce post de Lev, qui mérite d’être digéré mille fois pour apaiser le démon de la productivité et de l’auto-réalisation et de l’épanouissement qui sommeille en chacun et chacune d’entre nous à cause de l’individualisme capitaliste :

Si Noël est pour vous une période difficile, quelles qu’en soient les raisons, je pense à vous.


Allez, c’est pas totalement la merde aussi, donc je vous mets en vrac : des choses que j’ai aimées ces derniers temps, mon menu du réveillon de Noël (parce que toutes les occasions sont bonnes pour faire la cuisine) et notre programme pour l’après-midi du 25 décembre.

Le sel de la vie :

  • Cet article de Pauline Le Gall qui m’a donné envie d’écrire celui-ci
  • M’être lancée dans un revisionnage de The Office US et retomber amoureuse de l’histoire d’amour entre Pam et Jim
  • Apprendre à tricoter en magic loop
  • Recevoir une composition de fleurs séchées de la part de mon bébé sœur pour Noël
  • Le soir, m’allonger dans le canapé et laisser Eleven s’endormir sur mes jambes
  • Mon coaching de yoga avec Lev (et m’inscrire pour les 30 jours de yoga d’Adriene qui commencent en janvier)
  • Avoir écrit 10 000 signes supplémentaires pour mon prochain livre
  • Manger des raclettes avec mes amies
  • Faire un câlin à ma sœur (ça, je ne peux pas m’en empêcher, déso pas déso)
  • Me réveiller chaque matin à côté de mon amoureux
  • Piocher dans notre liste de films à regarder pour des soirées confinéma avec un ami
  • M’émerveiller devant le nombre de produits à la pomme de terre et à la truffe chez Picard

On mange quoi à Noël ?

À l’apéro, des toasts de faux-gras sur du pain d’épices. En entrée, de la focaccia et de la burrata à l’huile de truffe. En plat de résistance, un rôti de seitan Wellington, des légumes d’hiver rôtis et une sauce gravy. En dessert, un cranachan.

Et le 25 décembre, on fait quoi ?

On mange du panettone pour un goûter de Noël en visio avec les copains, où nous nous adonnerons à un récital enchanteur : lecture commune du roman érotique de Marlène Schiappa.

Je vous prie de croire qu’ici, on sait s’amuser.


Notes

  1. Petit bébé angélique que j’adore.
  2. Brioches traditionnelles en fin d’année dans les Flandres, avec du sucre, des pépites de chocolat ou des raisins secs dedans.
  3. Il est sur Arte jusqu’en mars, profitez-en.
Afficher les commentairesFermer les commentaires

4 Comments

  • Lathelize
    Posted 21 décembre 2020 à 07:44 0Likes

    Bonnes fêtes de fin d’année !

  • Wendy
    Posted 21 décembre 2020 à 08:05 0Likes

    Je dois avouer que j’ai laissé échapper un « rire grouink » (tu sais, quand tu as un éclat de rire qui est proche d’un grognement de cochon ?) à la lecture des dernières phrases. Super activité pour le 25
    Autrement je te souhaite de belles fêtes pleines de petits bonheurs tels que tu sais bien les écrire!

  • Agathe
    Posted 21 décembre 2020 à 19:58 0Likes

    2020… Je sais que 2021 sera l’accomplissement d’un projet donc je tiens je tiens.
    J’ai aussi appris le magic loop cette année et sous le sapin j’aurai de quoi faire mes premières chaussettes, je suis toute excitée.

  • Delphine
    Posted 22 décembre 2020 à 17:25 0Likes

    Coucou Pauline
    Aaaah mais oui Happiest Season a l’air tellement bien, je ne pensais pas qu’il était déjà dispo online, ça me donne trrrrès envie de le voir là tout de suite maintenant :D
    Les recettes ont l’air vraiment super bonnes, vous allez vous régaler. D’habitude je cuisine pas mal mais cette année je n’ai pas très envie et j’envisage de commander des lasagnes au petit resto-café génial de notre ville qui a bien besoin de soutien en ce moment… (ceci dit la recette de pain d’épices a l’air tentante!)
    Question cadeau, on s’offre notamment une petite baignoire, ya plus qu’à acheter un chauffe eau et installer le tout, ce que j’ai hâte!
    J’ai pensé à toi hier: je me suis offert un tatouage pour le solstice, je m’en vais donc préparer ton super baume cicatrisant.
    Je te souhaite de passer malgré tout de belles fêtes, uniques en leur genre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.