Incroyable mais excellente nouvelle : le livre dont je vous rebats les oreilles depuis des mois, dont la date de sortie a été rendue incertaine par l’épidémie, est disponible en précommande auprès des éditions Monstrograph. L’occasion pour moi de vous parler de ce projet plus en détail, et de vous encourager (évidemment) à vous séparer de quelques euros pour avoir une bonne surprise à la fin de l’été.

Moi les hommes, je les déteste est un livre que j’ai adoré écrire. Quand Martin Page, auteur et co-créateur des éditions Monstrograph, m’a contactée pour me proposer d’écrire un texte sur la misandrie, je n’en ai pas cru ma chance. Il faut dire qu’être sollicitée pour écrire un livre, c’est pour le moins assez rare, et je ne pensais pas du tout que ça allait m’arriver, à moi. Mais surtout, écrire sur ce sujet si particulier était un projet que j’avais en tête depuis un moment.

En juillet dernier, j’avais sorti l’article “Et puis, épuisée”, dans lequel j’abordais entre autres quelques lassitudes à propos de la gent masculine. Écrit à quelques pas seulement d’une espèce de burn-out féministe qui ne disait pas son nom, ce post aurait dû être un plus long article, spécifiquement destiné à remettre en question l’utilisation “ironique” que les féministes font du mot “misandrie”. Je voulais dire que c’était OK de détester les hommes pour de vrai. Je n’avais pas eu l’énergie de poser une pensée construite sur cette thématique à ce moment-là, c’est donc juste mon épuisement qui avait transparu dans cet article. Un épuisement, un cynisme, que je n’ai pas cessés de ressentir depuis.

Je n’ai donc pas hésité une seule seconde à accepter la proposition de Martin et de Coline, qui sont devenus mes éditeur·ices, et aux côtés de qui mon texte a pris forme. Quelques mois plus tard, mon essai sur la misandrie était prêt, on fignolait les détails et… l’épidémie de coronavirus avait atteint la France, faisant régner le flou sur tous les projets.

Aujourd’hui, je suis ravie de vous annoncer qu’il est possible de précommander Moi les hommes, je les déteste pour le recevoir aussi vite que possible, à sa sortie officielle, à la fin de l’été. Pour cela, il vous suffit de vous rendre sur le site des éditions Monstrograph ! Je vous en dis plus un peu plus bas, mais avant, laissez-moi vous résumer un petit peu cet ouvrage.

Moi les hommes, je les déteste, un manifeste misandre

Dans ce court essai, j’ai voulu comprendre la misandrie et lui redonner le droit d’exister en dehors de l’humour, pour l‘ancrer dans nos réalités. Les féministes doivent constamment se dédouaner de vraiment détester les hommes, au prétexte que cela nuirait à notre cause, que les hommes doivent être nos alliés et que pour cela, il ne faut pas les exclure. Je pense pour ma part que la misandrie est non seulement parfaitement justifiée, mais aussi nécessaire.

Une invitation à la sororité

Mais ce livre n’aurait pas pu se concentrer uniquement sur les hommes et les sentiments qu’ils m’inspirent. J’ai voulu les éloigner du devant de la scène pour retrouver mon sujet préféré : les femmes, notre force et notre énergie. En réduisant radicalement notre apport journalier en hommes et en masculinité toxique, on redécouvre que les liens féminins sont un véritable trésor. J’espère nous avoir fait honneur.

Alors voilà : j’espère de tout cœur que ce petit bouquin, qui se lit vite et bien, trouvera une place chez vous. Je vous en reparlerai bien évidemment à sa sortie officielle, mais en attendant, les précommandes sont ouvertes ! 🎉 Ce système vous permettra de réserver votre exemplaire pour être sûr·e de l’avoir à sa sortie, et permettra aussi aux éditions Monstrograph d’anticiper sa charge de travail à ce moment-là, en plus d’apporter une trésorerie bienvenue en ce moment-ci.

Si vous n’avez jamais eu de livre Monstrograph entre les mains, vous ne serez pas déçu·e du voyage : imprimés dans un super papier de qualité, avec une typo magnifique et une reliure cousue, ces livres sont faits pour durer dans le temps. Une raison parmi tant d’autres qui me rendent si heureuse d’être publiée là-bas !

Moi les hommes, je les déteste est un livre de 96 pages, vendu au prix de 12 €.

Des questions sur le livre ou sur un autre point ? N’hésitez pas à me les poser en commentaire, je me ferai un plaisir de vous répondre.

Et si vous voulez faire d’un pierre deux coups et vous procurer deux chouettes nouvelles sorties Monstrograph (pour le prix de deux, hein, déso) : jetez également un œil à Poétique réjouissante du lubrifiant, par Lou Sarabadzic. Un texte entre essai, fiction, poésie et art politique, qui parle de sexe avec joie et féminisme. Bonne découverte !

Afficher les commentairesFermer les commentaires

25 Comments

  • Coralie
    Posted 2 mai 2020 à 09:29 0Likes

    Bravo Pauline! Je suis tellement heureuse pour toi! Je te suis depuis longtemps silencieusement mais fidèlement .
    Pré commande faite! J’ai hâte de pouvoir lire ton essai!

    • Pauline
      Posted 3 mai 2020 à 07:44 0Likes

      Merci beaucoup Coralie ! J’espère que mon livre te plaira ! :)

  • Lily
    Posted 2 mai 2020 à 10:07 0Likes

    Incroyable aventure, félicitations !!!!!!!!!!

  • Élodie
    Posted 2 mai 2020 à 13:07 0Likes

    Félicitations ! J’ai hâte de te lire, surtout sur ce sujet assez controversé, ton avis m’intéresse beaucoup.
    Belle journée :)

  • Nathalie
    Posted 2 mai 2020 à 13:54 0Likes

    C’est OK de détester une partie de l’humanité simplement pour ce qu’elle est ? Désolée, mais je ne peux pas te suivre. Ce fut un plaisir de te lire jusque-là.

    • Pauline
      Posted 3 mai 2020 à 07:44 0Likes

      Désolée de t’avoir perdue comme ça Nathalie ! Mon livre explique ma position avec clarté, dans une perspective féministe qui met le fait d’être un homme en contexte avec les privilèges que cela octroie dans la société patriarcale et sexiste qui est la nôtre. “Simplement pour ce qu’elle est”, ça ne veut pas dire grand chose :)

      • Nathalie
        Posted 5 mai 2020 à 14:04 0Likes

        Je te remercie de m’avoir répondu.
        Je suis un peu vexée que tu relèves une expression que j’ai tournée vingt fois dans ma tête sans en trouver de meilleure :)

        Le titre de ton livre c’est “moi les hommes je les déteste”.Les hommes. Tous les hommes, sans distinction, donc. Quand je lis ça, je pense à mes élèves, ados et pré-ados, et à ce qu’il leur reste comme choix après avoir lu ou entendu un certain nombre de discours, selon lesquels les hommes sont comme ci ou comme ça. Parce que beaucoup de mes élèves ne sont ni machos, ni anti-gay, ni même cis. À leur place, j’en conclurai que je ne suis pas un homme. Pour moi c’est aussi contre-productif que de dire qu’une femme possède forcément tel ou tel trait de personnalité (ce qui a effectivement poussé ma sœur à se demander si elle était bien une femme et je ne souhaite à personne de traverser ce genre de crise identitaire.)

        Pour ma part, je ne suis entourée que d’hommes bien. Je ne veux pas dire que je ne connais aucun connard misogyne ou que je n’ai jamais subi leurs agressions, bien au contraire. Simplement, je ne leur permets pas de faire partie de mon cercle. Et, du coup, quand je lis ce que tu écris pour présenter ton livre, j’entends, en gros, que mon mec est haïssable parce qu’il possède un pénis. Alors qu’il n’a rien fait pour, et qu’être blanc et hétéro ne font pas de lui un monstre. Ce que j’entends par “seulement pour ce qu’ils sont”, c’est ça. Être haïssable parce qu’on est né blanc, hétéro, avec une b***.

        J’espère que c’est plus clair !

        • Pauline
          Posted 5 mai 2020 à 14:45 0Likes

          En fait on est plutôt d’accord, quand je te lis dire que tu ne permets pas aux connards misogynes de faire partie de ton cercle, c’est aussi ce que je veux encourager en fait. La misandrie telle que j’en parle, ce n’est pas haïr un mec en particulier parce qu’il a une bite (ça n’est vraiment pas comme ça que je pense), c’est détester la masculinité, la virilité toxique, en ce que ce sont des valeurs inculquées aux hommes et qui leurs permettent ensuite, consciemment ou non, de marcher sur les autres. “Moi les hommes, je les déteste”, c’est le titre d’un livre, et je dis dedans beaucoup plus de choses sur ce sujet.
          Je suis heureuse que tu sois entourée d’hommes bien et que tu aies les ressources pour pérenniser ce cercle masculin bienveillant autour de toi. Cela n’empêche pas que les hommes, en général, (pas TOUS les hommes mais franchement ça m’agace de devoir toujours préciser pas TOUS les hommes quand on parle de violeurs qui sont à 98% des hommes, de conjoints violents qui sont à 92% des hommes, bref, les majorités sont quand même écrasantes là) font partie d’un système d’oppression et que trop peu d’entre eux remettent cela en question.
          Même dans nos cercles privilégiés. Je suis mariée à un homme, je l’aime et il est super, mais il reste un homme qui a été socialisé comme tel — ce n’est donc pas biologique, pas inné du tout — et qui a des comportements parfois dérangeants.
          Les hommes qui ne se reconnaissent pas dans ces valeurs toxiques et virilistes et qui n’ont pas de comportements problématiques, ils ne subissent probablement pas de misandrie. Donc ils ne sont pas concernés par ce que je dis, tout simplement. Le problème avec les hommes, ce n’est pas la blancheur de leur peau, leur hétérosexualité ou leur genre mais bien ce qu’ils en font quand ils interagissent avec les autres. Et ça, c’est lié à leur socialisation, et à leur construction en tant qu’hommes. C’est parfaitement questionnable, et c’est ce que je fais dans ce livre :)

          • Nathalie
            Posted 5 mai 2020 à 15:52 0Likes

            Je comprends.
            Toutefois, bien que la statistique soit évidemment choquante et révélatrice, dire que 98% des viols sont le fait d’hommes n’est pas tout à fait suffisant. Il faudrait aussi établir le pourcentage de violeurs parmi l’ensemble de la population masculine, sinon on ne peut pas affirmer que les hommes en général sont des violeurs…

          • Pauline
            Posted 5 mai 2020 à 17:48 0Likes

            Si on ne peut pas dire “tous les hommes sont des violeurs”, on peut dire “les gens qui violent sont des hommes”, c’était ça mon propos. J’ai l’impression que tu n’es pas convaincue du problème que représentent la virilité et la performance de la masculinité au sein d’une société patriarcale qui ferme les yeux et encourage les comportements sexistes. Je t’invite à écouter des podcasts comme Les Couilles sur la Table ou Mansplaining qui abordent ces questions avec beaucoup de rigueur.
            Pour revenir à la misandrie, qui est mon sujet, c’est un mécanisme d’autodéfense féministe, comme le dit si justement une de mes amies. Cela permet de remettre en question la place que nous, femmes, laissons aux hommes dans nos vies (pas uniquement la place physique qu’ils prennent), et l’importance qu’on accorde à leur avis, leurs idées. J’explique d’ailleurs dans mon livre en quoi la misandrie n’est pas pas l’exact parallèle de la misogynie, et pourquoi les femmes peuvent avoir beaucoup de raisons valables de détester, de se méfier ou plus softement d’éviter les hommes.

          • ALAN
            Posted 12 mai 2020 à 13:58 0Likes

            Eh ben félicitations à votre mari.
            Je vois que le mot féminazie n’a pas perdu son sens.

          • Charlotte
            Posted 10 juillet 2020 à 20:04 0Likes

            Hé bien, cette conversation m’ a donné envie de lire ce livre, je me doutais qu’il y avait bien plus derrière ce titre provoquant.

  • Emaloysia
    Posted 2 mai 2020 à 16:34 0Likes

    Bonjour!
    Je me ferai un plaisir d’acheter ton livre!
    Est-ce qu’un ebook est prévu ou juste la version papier?
    Merci d’avance pour ta réponse !

    • Pauline
      Posted 3 mai 2020 à 07:40 0Likes

      Hello ! Une version ebook devrait normalement être disponible :)

  • Luschka
    Posted 2 mai 2020 à 16:45 0Likes

    Hâte de le lire ! :D
    Est ce que tu abordes la question d’être féministe, parfois misandre, et en couple avec un mec cishetero (blanc) ? Je suis dans ce cas là et parfois j’ai l’impression d’être perdue ou de ne plus savoir comment me situer… enfin bien évidemment on en parle beaucoup tous les deux. Mais ton avis m’intéresse :)

    • Pauline
      Posted 3 mai 2020 à 07:41 0Likes

      Je suis dans ce cas-là aussi :D j’en parle en effet, c’est un aspect du sujet très important pour moi. J’espère que ça te plaira !

  • Échos verts ❀ Natasha
    Posted 3 mai 2020 à 14:17 0Likes

    Toutes mes félicitations Pauline ! Quel accomplissement !
    J’ai précommandé ton livre hier (agréablement surprise que les frais d’envoi pour l’Allemagne ne coûtent pas autant que le livre, aha !) et je me réjouis de pouvoir le découvrir cet été !
    Des bises.

    • Pauline
      Posted 5 mai 2020 à 11:17 0Likes

      Merci beaucoup Natasha ! Je suis ravie, Martin de Monstrograph m’a expliqué qu’avec le tarif livres et brochures de La Poste permet des frais de port très bas vers les autres pays que la France. C’est génial je trouve ! Merci pour ta précommande, j’espère que ce livre te plaira. Bises !

  • Kellya
    Posted 4 mai 2020 à 19:28 0Likes

    Comme Natasha, j’ai précommandé avec la joie de frais de ports très bas pour l’Allemagne, chapeau! Et j’en ai profité pour prendre un autre livre en pdf, histoire de combler le temps d’attente du tiens. Félicitations pour ce magnifique accomplissement!

    • Pauline
      Posted 5 mai 2020 à 11:18 0Likes

      Ah lala, merci beaucoup Kellya ! Comme je dis à Natasha juste au-dessus, le tarif livres et brochures est super avantageux pour les destinations hors-France. C’est génial, je suis ravie que ça vous permette de recevoir mon livre <3 J'espère qu'il te plaira ! Quel autre titre as-tu pris en PDF ? Je suis curieuse ;) Bises !

      • Kellya
        Posted 5 mai 2020 à 13:37 0Likes

        J’ai choisi “Éloge des fins heureuses” qui est le titre qui me parlait le plus, tout simplement. J’essaierai de penser à te donner mes commentaires quand je l’aurais lu, mais ma liste de ilvres á lire est encore longue, malgré le confinement. Bisous

        • Pauline
          Posted 5 mai 2020 à 13:45 0Likes

          C’est un de mes livres préférés au monde, et je dis ça avec beaucoup de sérieux ! Il se lit en quelques heures max, et c’est un bonheur. Bonne lecture, de celui-ci ou d’autres livres !

  • Nathalie
    Posted 8 mai 2020 à 13:11 0Likes

    Salut Pauline,
    Suite à ta dernière réponse, je me suis pas mal interrogée et comme c’est très long, si cela t’intéresse, tu peux me lire ici :)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.