Deux préoccupations principales : le pain, et l’amour.
Le pain comme allégorie de tout ce qui nous nourrit, mais aussi juste le pain avec de la farine. Je prépare mon premier pain au levain ce soir et cela fait plusieurs jours que mon esprit est entièrement accaparé par les levures sauvages, le levain tout-point, le levain-chef, que faire du levain qu’on ôte pour ne pas se retrouver avec 2 kg de levain, pourquoi on utilise de la farine T65 pour faire des baguettes. Je me prends à rêver — pas pour la première fois — d’avoir un grand four, une vraie cuisine.

Je suis enfin arrivée au stade où, à peu de choses près, je tuerais pour une tartine à la croûte croustillante et à la mie moelleuse. Avant-hier, on a fait des croque-monsieurs avec du pain de mie industriel (complet, quand même) et du cheddar fumé. Mon snobisme panifié m’a sauté aux narines quand je me suis surprise à penser “Moui, le pain de mie industriel, c’est vraiment bon que pour les sandwiches grillés”.

Le pain de mie industriel des croque-monsieurs, mais aussi. Le pain à burger tout juste saisi sur la poêle très chaude qui a servi à faire du bacon de champignons. Le pain naan fourré à l’ail et au fromage, badigeonné d’huile d’olive, déchiré à la main et trempé dans du dal. Et le pain au levain. Je rêve d’une tranche de pain épaisse, grillée, tartinée de margarine demi-sel et de la confiture de mûre de ma maman. (C’est ma confiture préférée, presque la seule que j’aime vraiment.)


Et puis l’amour. Tandis que j’écris ces mots, Eleven est venue s’allonger à quelques centimètres de moi, d’abord pour dormir puis, dérangée par les oiseaux, le bruit des travaux, les cloches de l’église, pour faire une toilette soigneuse et légèrement agacée. Regarder Eleven a toujours fait gonfler mon cœur d’un amour très fort. Impossible de ne pas fondre devant sa truffe toute noire, ses grands yeux jaunes tantôt ronds comme des billes, tantôt acérés comme ceux d’un dragon ou d’un drôle de serpent. Quand elle se roule sur le dos et réclame des caresses sur le ventre, c’est ça l’amour.

L’amour c’est aussi me féliciter tous les jours d’une cohabitation douce avec l’homme qui partage ma vie. Être ensemble en permanence, entourés par l’incertitude, on a l’habitude. Alors tout se déroule presque comme au paradis, finalement. On rit beaucoup, on se parle de nos enfances et de nos peurs, on se dit qu’on s’aime, qu’on se trouve beau et belle, on multiplie les petites attentions qui font briller le soleil. Hier il m’a dit, “Ça va aller, tu sais”. J’ai remarqué combien c’était cocasse qu’enroulée dans mon angoisse, j’aie tant eu besoin de ces quelques mots.

On se serre très fort.

Il y a un point noir dans tout ça, quand même : l’amour sororal me manque. Il y a là un parallèle à faire, entre les liens qu’on continue de tisser et de tendre entre femmes, à distance, tant bien que mal, et le gluten qui se développe quand on mélange de la farine et de l’eau. Je vous laisse fabriquer ce petit poème maladroit pendant que je m’émerveille, un peu aigre (comme un levain qui a faim, bienvenue au festival de la métaphore boulangère), de combien ces femmes font partie de moi et une partie du vide qui me semble vertigineux alors qu’il est au creux, est dû à cela.

De savoir que nos vides se superposent à distance et que malgré toutes les bonnes volontés, malgré tout l’amour et malgré tout le reste, on ne soigne pas le manque et la tristesse qu’avec des SMS.

Le point positif par contre, c’est que mon mari a réparé mon aiguille à tricot. Quoi qu’il arrive, je tisse. Elles cousent. Arachnés ou Pénélopes, on attend, toutes. On attend quoi ?

Image : The Great British Bake Off saison 10, sur Channel 4

Afficher les commentairesFermer les commentaires

4 Comments

  • Lisb
    Posted 24 avril 2020 à 11:59 0Likes

    Merci c’est doux et c’est beau.

  • Wonderful Japan
    Posted 24 avril 2020 à 12:25 0Likes

    Il y a le Pan Bagnat aussi, une spécialité Niçoise dont le pain est généralement savoureux et légèrement croustillant.

  • Milena -
    Posted 25 avril 2020 à 14:46 0Likes

    Sublime. Ton écriture et douce et belle. Prends soin de toi

  • Axelle
    Posted 8 mai 2020 à 19:29 0Likes

    Rien de plus enivrant que l’odeur du pain frais !
    Très belle écriture, pleine de douceurs et de légèreté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.