Depuis quelques jours, je suis à la campagne et je profite d’un changement de cadre et du calme pour me concentrer sur l’écriture. Du moins, c’est ce que j’ai l’intention de faire… Les matins se succèdent, alternant la brume épaisse qui donne au paysage une allure gothique et les rayons de soleil dorés qui font scintiller la rosée sur l’herbe désordonnée du jardin. Je bois du thé, du café, je lis, je me connecte au serveur des écrivain·es du NaNoWriMo, mais j’ai beaucoup de mal à écrire pour de vrai.

Ici dans le silence, j’essaye d’être plus attentive : le tic-tac de l’horloge, les nuances de vert que je décèle, les petits bruits des chats qui vont et viennent, l’odeur du thé et le glissement du stylo sur le papier. J’essaye d’esquisser les sections et les idées d’un deuxième projet d’écriture, qui n’est pas un roman cette fois, et qui me donne beaucoup de fil à retordre. J’ai l’habitude d’écrire sur un coup de tête, il est rare que je fasse des brouillons et que j’ordonne ma pensée. Ça peut fonctionner avec des articles de blog, un peu moins avec les projets plus longs.

J’ai peur de me répéter, de ne pas énoncer quoi que ce soit d’intéressant, de tourner en rond, d’être trop cash ou pas assez, bref : je me bats contre mon syndrome de l’imposteur. Il déploie ses ailes et a enfoncé ses talons dans mon épaule, et surveille tout ce que je produis, me faisant effacer, raturer, corriger la moindre virgule. J’avance comme un escargot : hier en plus de 4h d’écriture, j’ai produit 300 mots.

J’ai réalisé que j’aurais bien du mal à utiliser le NaNoWriMo pour produire de la non-fiction. Si j’arrive assez bien à me laisser emporter par une scène qu’il faut écrire, et l’écrire vite sans beaucoup réfléchir (même si ça veut dire qu’elle ne sera pas top), je n’arrive pas du tout à fonctionner pareil pour écrire mes idées. C’est bon à savoir, car si j’alterne entre mon roman et ce second projet en novembre, il ne faudra pas que je compte sur ce dernier pour me faire avancer plus vite en cas de blocage sur le roman… ça ne marchera pas dans ce sens-là.

Je n’ai pas encore regardé un épisode de série, et les vidéos YouTube que j’avais prévu de regarder m’ennuient profondément : peut-être que je m’immerge quand même un peu dans le concept de retraite d’écriture. Je lis The Bell Jar de Sylvia Plath, et le recueil de nouvelles La Loterie de Shirley Jackson. J’y trouve des similitudes cocasses : des hommes qui portent des costumes bleus, des femmes qui comptent leur menue monnaie dans leurs petits porte-monnaie. Les deux écrivaines ont été contemporaines, ce qu’elles écrivent n’ont pas grand chose à voir, sinon que j’y retrouve une fièvre similaire. Et un don pour m’emporter.

Je n’avance pas sur la préparation de mon roman, mais je fais connaissance virtuelle avec les écrivain·es lillois·es, que je rencontrerai en chair et en os en novembre. Peut-être que j’aborderai le NaNoWriMo un peu moins préparée que je l’avais prévu, mais l’immensité du temps que j’aurai pour écrire en novembre devrait me permettre de gérer, quoi qu’il arrive.

Ma migraine bat toujours, un peu moins fort mais j’avoue que j’en ai marre.

Afficher les commentairesFermer les commentaires

4 Comments

  • Enora
    Posted 22 octobre 2019 à 14:50 0Likes

    Chère Pauline,
    Laissez-vous du temps.
    Chacun va à son rythme.
    Je me souviens d’avoir entendu dire qu’écrire pour être lu.e était “contre-productif” pour la création. Peut-être que de ne pas se poser la question de l’intérêt de ce que l’on écrit permet de se libérer de cette pression?
    En ce qui concerne le syndrome de l’imposteur, Estelle (@roamingtales sur Instagram) a récemment fait une story où elle partage ses réflexions à ce sujet que j’ai trouvé très intéressantes.
    En tout cas, merci de partager ces journaux d’écriture, et de façon générale, merci pour ce blog si doux et inspirant.

    Belle journée,
    Enora

    • Pauline
      Posted 29 octobre 2019 à 12:32 0Likes

      Merci pour tes mots Enora ! Je prends le temps, sauf quand je ne peux pas parce que j’ai une deadline ;)

  • MademoiselleCam
    Posted 25 octobre 2019 à 08:04 0Likes

    Bonjour Pauline,
    Un nouveau bonbon à lire ♥. J’aime beaucoup ces articles journal d’écriture. Ils sont tels une couverture chaude déposée délicatement sur les épaules, une tasse brulante en mains et le crépitement du feu en arrière plan (ce qui, sous les néons de mon open-space, est un exploit).

    Cette année, je me lance aussi dans une préparation pour le Nano, alors que je me lance d’habitude sans filets en écriture automatique. J’ai rempli une trentaine de pages de la bible de mon Nano, mais n’ai pas réussi à m’y replonger depuis. Du coup, j’ai peur de ne pas être suffisamment prête, d’oublier quelque chose d’important qui me ferait bloquer et donc repartir sur mon projet chéri habituel qui, lui, se déroule tout seul.

    En plus de ça, je commence à essuyer les refus austères des maisons d’éditions sur mon projet chéri, et ça renforce mon syndrome de l’imposteur (“mais comment as-tu pu penser que quelqu’un voudrait de ÇA ? Que ÇA pourrait être publié ??”)…

    Profites à fond de ces moments pépites, de ce feu de cheminée durement allumé et je t’envoie toutes mes bonnes ondes pour ta migraine.
    Camille

    • Pauline
      Posted 29 octobre 2019 à 12:34 0Likes

      Oh merci pour ton commentaire !
      J’ai reçu moi aussi des refus austères dans les mois qui ont suivi l’envoi du manuscrit de mon premier roman. 3 refus standardisés et un silence qui veut dire non (“Nous n’envoyons pas de réponse en cas de refus”). J’ai été un peu découragée, mais bon, c’est le jeu… à chaque fois je repense à J.K. Rowling qui a été refusée une dizaine de fois pour Harry Potter, et qui a été de nouveau refusée 2 fois quand elle a pris un pseudo pour écrire des polars. Ça aide à se remonter le moral ;)
      Je suis sûre que tu seras prête le moment venu, le Nano c’est aussi pas mal d’écriture automatique, une fois que le chrono est lancé — en tout cas moi je trouve que ça marche bien comme ça : avoir un peu de préparation mais assez de liberté pour se laisser emporter.
      À bientôt Camille <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.