C‘est une longue semaine où rien ne semble vouloir aller : je suis malade, il pleut, il y a eu une panne d’internet, mon chauffe-eau fuit… Autant de tracas qui rendent difficile l’évasion. Surtout le mal de tête permanent, qui me handicape vraiment. Je continue quand même à préparer mon roman, un peu plus en pointillés que je le voudrais. Si j’ai réussi à dessiner les traits de ce personnage d’amoureuse qui me plaît déjà beaucoup, et à trouver un fil directeur pour mon histoire, j’ai du mal à m’investir dedans. Elle me plaît toujours et me motive, mais elle me semble encore lointaine, peu accessible. J’ai l’impression de ne plus savoir écrire et de manquer de courage.

Ça fait longtemps que je n’ai pas ouvert un roman, et regardé autre chose que Fargo et Supernatural. Aller voir Portrait de la jeune fille en feu au cinéma m’a fait réaliser que j’avais besoin, dans mon paysage intérieur, de plus de féminité, de sororité et de contemplation. D’un peu moins de meurtres, de monstres et d’hommes. Un équilibre à trouver, et qui me permettra sûrement d’apporter du petit bois pour nourrir mon inspiration. J’ai tendance à m’éloigner des récits qui ressemblent trop à ce que je veux écrire (en terme de style ou d’histoire), mais c’est peut-être là un trop grand écart.

En réalité il faudrait surtout que je guérisse et que j’arrive à me concentrer. Je suis contente d’avoir avancé. Cette année j’utilise les outils du livret de préparation de NaNoWriMo, le NaNoPrep 101. C’est différent de ma manière de travailler “habituelle”, mais avoir peu d’énergie oblige à faire confiance aux outils des autres. En l’état, j’ai un début, un milieu, une fin, des conflits, du drame, des souvenirs, de l’amour… pas de mauvais ingrédients pour commencer. Il me manque du thé.

Afficher les commentairesFermer les commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.