En cas de doute, recycler du vieux contenu ! Alors que j’étais en pleine crise existentielle (en ce moment ça m’arrive deux fois par semaine) et que j’étais sur le point de tout envoyer balader, je me suis rappelé qu’il était plus que temps que je refasse du baume de cicatrisation. Mon amoureux enchaîne les tatouages, le pot qu’on partage est quasiment vide… J’ai déjà vaguement parlé de ce baume dans mon article sur mes tatouages, et j’ai publié un “pas-à-pas” sur Instagram. Mais j’ai saisi l’occasion de ressortir mon matos pour prendre quelques photos pas belles, et pour immortaliser cette recette ici.

Comme il y a deux ingrédients et trois étapes, laissez-moi, avant de vous présenter la recette, vous vanter les mérites de ce baume. En totalisant plus d’une vingtaine de tatouages à nous deux, mon mari et moi avons eu l’occasion d’entendre nos tatoueur·euses s’extasier de la cicatrisation parfaite de nos encrages, donc je pense que c’est une bonne recette. Il est facile à faire, très peu onéreux, peut être végane sans souci, et il est personnalisable si vous n’avez pas envie de sentir la vinaigrette. (je vous le vends bien pour l’instant, hein !)

Vous pouvez aussi l’utiliser sur autre chose que des tatouages, moi par exemple j’en mets sur mes coudes et mes talons, qui sont super secs. (un petit masque des pieds avant d’aller se coucher avec des chaussettes : des petons tout doux le lendemain matin !) Je pense qu’il pourrait être sympa sur des petites cicatrices pas très profondes — mais je n’en mettrais pas ma main à couper, parce que quand je me suis effectivement coupé la main, je me suis moqué de ma cicatrice comme de l’an 40 et maintenant je suis une pirate de l’index.

Allez zou, on y va. (je vous raconte les propriétés des ingrédients et d’autres trucs après la recette)

Baume de cicatrisation pour tatouage

Pour un pot de 175 mL1
Prix de revient : ≃ 2€ le pot

  • 125 g d’huile d’olive
  • 14 g de cire en paillettes
  • optionnel : huiles essentielles
  • une casserole
  • un récipient pour bain-marie (Pyrex ou métal)
  • une cuillère en métal
  • un pot en verre ou en métal

Avant toute chose, nettoyez bien le matériel qui sera en contact avec les ingrédients : le récipient à bain-marie, la cuillère et le pot.

Disposez les paillettes de cire et l’huile dans le récipient à bain-marie, lui-même dans le casserole d’eau, bref : vous savez faire un bain-marie. Laissez la cire fondre intégralement dans l’huile en remuant pour accélérer le processus.

Quand tout est fondu, retirez le récipient du bain-marie. C’est le moment d’ajouter des huiles essentielles si vous voulez. Ce n’est pas obligatoire, si vous le faites, renseignez-vous sur comment on utilise les HE, leur quantité maximale, etc. : Internet est votre ami. Mélangez une dernière fois.

Versez dans votre pot en raclant bien pour ne pas perdre une goutte de baume, puis laissez le mélange figer tranquillou pendant au moins 1h30.


L’huile

J’utilise de l’huile d’olive parce que j’en ai toujours dans ma cuisine, que ce n’est pas très cher, et que ça nourrit bien la peau. Je la prends quand même première pression à froid et bio, évidemment. Vous pouvez la substituer à d’autres huiles plus précieuses, à l’odeur différente…, si ça vous fait plaisir, mais ça marche déjà super bien tel quel.

La cire

J’utilise depuis le début des paillettes de cire d’abeille bio, issues de petit producteur. C’est parce que j’avais lu que la cire d’abeille avait des propriétés cicatrisantes et antibactériennes intéressantes. Aujourd’hui je ne suis pas sûre que ça soit une raison suffisante, et vu le peu qu’il y en a dans la recette… ça ne doit pas jouer beaucoup. Les prochaines fois, je prendrai une cire végétale, comme celle de candelilla.

Après pas mal de tâtonnements, les proportions livrées dans cette recette sont idéales pour moi : le produit fini reste tendre sans fondre trop vite. Si vous mettez un peu plus de cire, il risque d’être plus dur en hiver (mais fondra quand même au contact de la chaleur de la peau).

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles sont précieuses, gourmandes en ressources et ne devraient pas être utilisées à tout bout de champ. J’en ai un stock chez moi, dont pas mal dont je ne me sers quasiment jamais, vestiges d’une époque où j’étais moins consciente de la nature de ces produits.

Je mets donc 4-5 gouttes d’HE aux vertus antibactériennes ou apaisantes (selon ce que j’ai sous la main) : tea-tree, lavande, palmarosa, citron, camomille romaine… L’odeur est aussi plus agréable si vous n’aimez pas trop celle de l’huile d’olive… mais dans ce cas, vous pouvez aussi choisir une autre huile.

Conservation

Gardez votre baume loin de la chaleur et de la lumière directe. Il se conserve très bien pendant plusieurs mois (on doit à être à 6 ici) dans ces conditions. N’hésitez pas à faire une quantité moindre si vous n’avez pas de grandes surfaces à recouvrir pendant plusieurs semaines, comme c’est notre cas !

Et voilà ! J’espère que ce petit tuto tout bête pourra vous être utile, en tout cas je suis contente qu’il soit mis au propre et bien rangé sur mon blog. Qu’utilisez-vous pour faire cicatriser vos tatouages, vous ?


Notes

  1. J’ai acheté un petit pot métallisé dans une boutique spécialisée en matières premières pour cosmétiques DIY. Pour les Lillois·es, c’est Le Tiroir aux Essences, rue Pierre-Mauroy. Si vous n’en avez pas, astuce pas chère : recycler un petit pot alimentaire en verre (terrine, tartare d’algues…) après l’avoir soigneusement lavé (duh…) et stérilisé. Un petit produit en croix pour adapter les quantités et hop !
Afficher les commentairesFermer les commentaires

10 Comments

  • christelle
    Posted 18 octobre 2019 à 19:15 0Likes

    Hello,
    Je n’ai pas de tatouage , j’utilise le baume sur mes pieds
    Les proportions de cire que j’utilise sont à peu près les mêmes ( 2 cas de cire d’abeille pour 10 cas d’huile ) . Je rajoute de l’huile de coco dans mon mélange d’huile en hiver pour que ce soit plus fondant.
    Bon week end

  • Lisb
    Posted 18 octobre 2019 à 21:29 0Likes

    Merci! Je note la recette et l’adresse de cette boutique lilloise!!

  • Enora
    Posted 21 octobre 2019 à 11:25 0Likes

    Merci beaucoup pour cette recette et pour son pas-à-pas!

  • Delphine
    Posted 28 octobre 2019 à 19:57 0Likes

    C’est super de l’avoir aussi directement à portée de main (pas coupée)!
    Chez moi et chez ma soeur ce baume a aussi très bien fonctionné, nous en sommes ravies
    Merci Pauline!

    • Pauline
      Posted 29 octobre 2019 à 12:38 0Likes

      Ah, j’en suis ravie, merci beaucoup pour ton retour Delphine !

  • Laurelas
    Posted 29 octobre 2019 à 12:28 0Likes

    Pour mes tatouages j’ai souvent utilisé de l’huile de coco pure (ce qui a été à la fois loué et décrié par les gens à qui j’en parle du coup je sais jamais) mais je tenterai peut-être cette recette lors du prochain (mais c’est pas pour tout de suite je crois :))
    Des bisous !

    • Pauline
      Posted 29 octobre 2019 à 12:42 0Likes

      J’ai aussi utilisé de l’huile de coco à un moment donné : je n’ai pas trouvé que c’était catastrophique ni merveilleux, ça m’a dépanné quand je n’avais plus de baume sous la main mais un fond d’huile (le truc rare chez moi, l’inverse est plus souvent vrai). J’ai trouvé qu’elle pénétrait un peu trop vite dans la peau et que l’action hydratante était un peu moins longue du coup, j’avais besoin d’en remettre un peu plus souvent. Au-delà de ça, c’est surtout le prix qui m’a rebutée au final, comme souvent avec moi héhé.

  • Luschka
    Posted 18 novembre 2019 à 00:54 0Likes

    Chouette cette recette ! J’ai une envie de tatouage qui me trotte dans la tête depuis un moment, donc je reviendrai clairement ici le moment venu pour envisager ma cicatrisation avec sérénité ^^

  • Chrys
    Posted 26 novembre 2019 à 14:08 0Likes

    Question bête mais… 1g d’huile = 1mL d’huile?

    Merci :)

    • Pauline
      Posted 26 novembre 2019 à 16:34 0Likes

      Pas question bête ! Mais non, si 1 mL d’eau pèse à peu près 1 g, l’huile est plus légère. C’est environ 1 mL = 0,92 g pour l’huile :)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.