Pour être honnête, j’ai cru que ce 18ᵉ opus de mes lectures ne verrait jamais le jour. J’avais pourtant très bien commencé l’année 2019 avec un coup de cœur instantané, mais depuis, je me traînais de livre en livre en trouvant tout “bien mais pas excellent” et en étant même parfois terriblement déçue, voire en colère (Ça raconte Sarah, je te regarde). Si vous vous demandez à quoi je ressemble quand je viens de lire un livre tellement mauvais à mes yeux qu’il en devient scandalisant, demandez à mon mari : il en rigole encore.

Mais ça y est, enfin, j’ai coché sur ma liste annuelle de livres lus trois jolis ❤️ dont je peux vous parler avec tout l’enthousiasme qu’ils méritent. Ces trois romans partagent tous des histoires de femmes, et ils sont tous uniques dans leur traitement des féminités diverses. Comme je le dis souvent, je n’ai pas besoin d’histoires de femmes badass si elles ne font que reprendre les codes de la masculinité à leur compte. J’ai besoin qu’on me raconte toutes les facettes que peuvent s’approprier les femmes. Je trouve que ces trois ouvrages remplissent bien cette mission, et je vais tâcher de me remémorer correctement leur lecture pour vous en parler. En piste !

Quand rentrent les marins, de Angela Huth

Prêté par mon amie Anaïs qui me l’avait vendu en deux mots (“la mer, l’Écosse”), je me suis plongée dans ce roman aux petites heures de la nouvelle année. J’ai tout de suite été happée par l’atmosphère écossaise, d’une petite ville sur la côte où tout le monde se connaît et où toute la vie est régie par la mer.

Le personnage de Myrtle est exceptionnel : c’est une femme réservée, profondément amoureuse de son mari, mais qui, par la nature même de sa vie conjugale (puisque son mari prend la mer très souvent), s’est construite de manière indépendante. Elle n’est pas la femme de, elle est Myrtle, toute en subtilité, en force et en failles. J’ai aimé son amitié difficile avec Annie, même si cette dernière m’a un peu agacée. Et j’ai volontairement tronqué une partie du résumé de ce livre, afin que vous puissiez profiter pleinement de la profondeur de cette histoire en deux temps, dont l’avant est superbement attachant et l’après, encore plus beau. Un coup de cœur absolu, que je vous recommande chaudement.

Résumé Myrtle est aussi réservée, sage et modeste qu’Annie est pétulante, séductrice et vaniteuse. Élevées dans un petit port perdu au fin fond de l’Écosse, elles ont appris ensemble à devenir des femmes. Des femmes de marins pêcheurs, dont le quotidien est lié aux caprices de l’océan, aux rumeurs qui enflamment le village dès qu’un étranger en frôle le pavé.

L’école des soignantes, de Martin Winckler

Quand j’ai eu la chance d’interviewer Martin Winckler et qu’il m’a parlé de L’école des soignantes, je me demandais comment canaliser mon impatience encore 5 mois avant de tenir la suite du Choeur des femmes (dont je vous parlais ici) entre mes mains. Et en même temps, c’est toujours délicat : une suite d’un livre duquel on n’attendait plus rien que le bien qu’il fait toujours à la relecture, ça peut être un franc succès comme une grande déception. Le Choeur des femmes a construit la femme que je suis, c’est certain. Quel sort pouvait bien me réserver L’école des soignantes et son univers futuriste, son protagoniste masculin, et tant d’années plus tard ?

J’ai vraiment adoré L’école des soignantes. Je soigneusement mis de côté quelques éléments de SF-mais-pas-vraiment qui m’ont parus un peu maladroits, parce qu’ils n’étaient pas au cœur de ce que je lisais. Là où Le Choeur des femmes dénonçait, avec justesse et de manière poignante, les violences faites aux femmes dans le milieu médical, sa suite a l’intelligence du cœur de proposer des solutions. Ce roman est une fenêtre ouverte sur des possibles, où les femmes ne seraient plus des notes de bas de page pour la médecine, et où leurs souffrances seraient vraiment entendues, soignées.

Pour porter cette nouvelle histoire, les genres s’inversent et le système médical tel qu’on le connaît est totalement bouleversé. C’est un roman à lire, tant il fait du bien !

Résumé Le Centre hospitalier holistique de Tourmens est un hôpital public. On y reçoit et on y soigne tout le monde, sans discrimination et avec bienveillance. Mais les préjugés envers son approche féministe et inclusive des soins et de l’enseignement sont tenaces. Depuis sa création, en 2024, les hommes qui s’enrôlent à l’École des soignantes du CHHT n’ont jamais été nombreux : l’année où j’ai commencé ma formation, j’étais l’un des rares inscrits. J’espère que nous ne serons pas les derniers. Je m’appelle Hannah Mitzvah. Aujourd’hui, 12 janvier 2039, je commence ma résidence. L’officiante de l’unité à laquelle je suis affecté se nomme Jean (“Djinn”) Atwood. C’est une figure légendaire de la santé des femmes. Je me demande ce qu’elle fait chez les folles.

The Blazing World, de Siri Hustvedt

J’ai dû modifier et tronquer et amender le résumé de ce livre en VF, car il ne rendait pas, à mon sens, justice au livre que j’ai lu pour ma part en anglais. Pour la petite histoire, j’avais acheté ce roman sans savoir rien de son autrice ni de son résumé, il y a plusieurs années dans un charity shop anglais. Il attendait son heure, je ne l’avais jamais oublié mais je ne sais pas, j’ai mis plus de trois ans à l’ouvrir et à m’y plonger.

J’ai bien fait, parce que The Blazing World n’est pas un livre facile à lire. C’est probablement la première fois que je me sens autant mise à l’épreuve intellectuellement devant un roman. J’avais du mal à m’y mettre quand j’étais trop fatiguée, ça n’aurait clairement pas été possible de le lire entre deux stations de métro, par exemple. C’est le genre d’ouvrage qui se déguste mieux pendant de longues heures vides, et ça m’a fait beaucoup de bien renouer avec le plaisir de la lecture lente. Si j’ai tendance à facilement abandonner un livre s’il m’ennuie, il faut savoir que ça n’a pas été le cas du tout ici ! J’ai un peu ramé, car il est bourré de références philosophiques, artistiques et scientifiques en tout genre, mais j’ai adoré et n’ai jamais eu envie de le lâcher.

C’est simple, The Blazing World parle de tout ce que j’aime. D’être une femme, d’être une artiste, d’être une femme de, d’être reconnue pour ce qu’on est, de sexisme, d’art, de relations humaines, de folie, d’amour et de vie. Harriet Burden est un esprit brillant, torturé, qui se pose des tas de questions sur elle-même et les autres. Les aperçus de sa psyché par les extraits de son journal, confrontés aux témoignages de diverses personnes ayant croisé son chemin, dressent un portrait tout en nuance de cette artiste qui, probablement à cause de son genre, n’a pas eu le succès qu’elle méritait. Si ces sujets vous touchent, je ne peux que vous recommander The Blazing World, mais ne vous attendez pas à un roman de plage ;) Pour ma part, j’ai mis d’autres livres de Siri Hustvedt sur ma liste !

Résumé Après sa mort, une artiste plasticienne, Harriet Burden (dite Harry), méconnue de son vivant, fait l’objet d’une enquête menée par une professeure d’esthétique auprès de tous ceux qui, de près ou de loin, l’ont côtoyée de son vivant. En mélangeant entretiens et extraits des journaux de Burden, elle veut faire la lumière sur cet étrange personnage et sur son œuvre principale, Maskings. (Un monde flamboyant en VF)

En vrac, j’ai aussi aimé…

  • Une chambre à soi, de V. Woolf : j’ai beaucoup aimé cet essai (un peu ardu à lire, lui aussi), qui m’a donné à réfléchir sur ma condition de créatrice.
  • Au-delà de la pénétration, de M. Page* : un très chouette essai encore, qui remet en question l’hégémonie de la pénétration dans nos pratiques sexuelles. À lire !
  • C’est lundi aujourd’hui, de S. Van Koeveringe* : un roman froid, presque hostile, mais fascinant, porté par une jeune femme de ménage. Je ne sais pas où il va, mais il m’a transportée.

* livres reçus en service presse

Dans la suite de mes lectures : j’ai entamé un Stephen King (ça ne fait pas de mal, de temps en temps, surtout après avoir été super déçue par le nouveau film Pet Sematary). On m’a offert Histoires de Franz, un roman de Martin Winckler qui vient à la suite de Abraham et fils dont je vous avais parlé ici. Je suis sur la liste d’attente pour Manifesto, le tout dernier Léonor de Recondo, vous savez comme j’aime cette autrice. Et bien évidemment, je lirai Le capitalisme patriarcal dans le cadre du #CLFAntigones ! (si vous l’avez loupé, l’article d’ouverture est ici)

Et vous ? Que lisez-vous, qu’avez-vous à me conseiller ? J’attends vos suggestions et vos derniers coups de coeur avec impatience. Avez-vous lu un des livres de cette sélection ?

À bientôt !

Afficher les commentairesFermer les commentaires

6 Comments

  • stéphanie
    Posted 13 mai 2019 à 12:31 0Likes

    Hello ! Merci pour ces bonnes idées de lectures ! Pour ma part, je ne lis plus beaucoup mais ma belle-soeur m’a prêté “A la recherche de Alice Love” que j’ai dévoré. C’est un roman “chick-lit” sans prétention : L’héroïne fait une chute et se réveille en ne se souvenant pas des 10 dernières années de sa vie.
    Ce que j’ai aimé, c’est qu’il aborde deux thèmes intéressants : ce que nous devenons quand nous laissons nos idéaux derrière nous pour “survivre” au métro-boulot-dodo, et la souffrance des femmes qui n’arrivent pas à avoir d’enfant.
    Ce n’est pas prise de tête, et il va sans dire que tout finit bien, mais je l’ai trouvé agréable à lire.

    Tout à fait autre chose : j’adore le nom de ton blog : je ne l’ai pas enregistré dans mes favoris pour avoir le plaisir de l’écrire en toutes lettres chaque fois que j’y viens… c’est un titre tellement beau et fort et lumineux ! Merci !
    A bientôt !

  • Camille
    Posted 14 mai 2019 à 12:43 0Likes

    J’adore Siri Hustvedt, j’avais lu Tout ce que j’aimais il y a pfiou, des années, que j’avais absolument adoré. Il faudrait que je me replonge dans certains de ses livres !
    En ce moment je ne lis plus, ça me désolée, mais je n’arrive plus du tout à prendre du temps pour ça (et mon mec ne lit pas vraiment beaucoup non plus, du coup on s’aide pas trop !) et j’ai une pile énorme de livres qui m’attend sans que je ne daigne leur jeter un oeil.
    Je note en tous cas L’école des Soignantes, j’avais adoré aussi Le Choeur des Femmes – lu grâce à toi, de même qu’Abraham et Fils qui doit environ être dans mes 5 livres préférés du monde (j’avais été *un tout petit peu* déçue par Histoires de Franz, mais peut-être juste parce que j’ai lu les 2 à 2 mois d’intervalles, je devais encore être dans mon adoration ultime pour le premier opus.
    Bref, tout ça pour dire aussi qu’au delà de la pénétration, je veux me le procurer aussi, j’ai envie de commencer une vraie petite collection d’ouvrages féministes à lire + faire lire autour de moi.
    Voilà c’est tout pour aujourd’hui.

  • Les Ateliers Gango
    Posted 15 mai 2019 à 08:49 0Likes

    On aime beaucoup ta plume et on s’est permis de partager cet extrait sur notre page <3

    https://www.facebook.com/lesateliersgango/photos/a.216466922275635/396083237647335/?type=3&theater

    Notre projet : deux jeunes bruxelloises qui organisent des ateliers réservés aux femmes une fois par mois !

  • Léa
    Posted 17 mai 2019 à 11:50 0Likes

    Ça valait le coup d’attendre un peu pour cette nouvelle revue lecture, encore une fois les titres que tu présentes me font envie ! J’affronte une petite panne de lecture, j’ai du mal à lire quelques pages par jour, mais j’ai déjà des idées pour les livres qui suivront, notamment Kong théorie reçu à mon anniversaire par mon chéri (je crois d’ailleurs qu’il a eu l’inspiration grâce au clf qu’il a consulté ;) ). Il faut aussi que je me procure Le Chœur des femmes (absent de la médiathèque de la ville, quel dommage). Et si je les trouve, les livres de ta sélection, car j’ai bien envie de personnages féminins :)

  • Céline
    Posted 18 mai 2019 à 00:34 0Likes

    Oh là là merci pour ces revues lecture ! Par contre comme d’habitude j’ai envie de tout lire ! Mais ne lisant pas beaucoup en ce moment et n’habitant pas en France, j’ai juste soigneusement noté les titres qui m’intéressaient le plus.
    Le dernier livre que j’ai lu c’est Les intermittences de la mort, de Saramago. Dans ce roman, la mort arrête de tuer, ce qui pose bien sûr un grand nombre de problème. J’ai eu un peu de mal à le lire car je n’ai pas été convaincue par le style, mais j’ai beaucoup aimé l’idée, et la deuxième partie m’a beaucoup plu :)

    • Pauline
      Posted 20 mai 2019 à 10:08 0Likes

      Oh chouette résumé, c’est intrigant en tout cas ! Merci pour ton petit mot :)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.