Ils sont partis. Glissés dans des enveloppes en kraft, mes préférées, mon écriture un peu tremblante dessus, des vignettes bleu pâles dans le coin supérieur droit. Ils sont trois, ils sont partis. Je n’ai jamais trop aimé assimiler ma création à la maternité. Mes manuscrits ne sont pas des bébés, mes personnages ne sont pas mes enfants. Ils sont le fruits d’un travail intense, solitaire, semé de doutes et de passion. Mais il est indéniable que ces manuscrits reliés de noir représentent à eux trois l’œuvre de ma vie.

Le truc, c’est que ma vie est encore jeune, et qu’il y aura d’autres œuvres. Ça rend humble et pleine d’espoir : il y aura des non, des critiques, des refus, des rejets. Mais je n’ai pas vingt-cinq ans encore, alors il m’est permis (et il est toujours permis) de croire qu’il y aura des oui.

Maintenant il est question de croiser les doigts, et de cultiver un sens de l’attente sans attentes. Se préparer aux non en espérant des oui. Reconnaître que j’ai envoyé trois bouteilles à la mer, mais au fond, croire à l’incroyable, à l’impossible. Pour fêter ça, il a acheté deux parts de gâteau à la fraise. Pour fêter ça, il fait beau. Pour fêter ça, fidèle à moi-même, je remplis les cases correspondantes dans mon tableau Excel, je ne suis jamais mieux rassérénée que devant un tableur automatisé.

“Ça te fait un peu bizarre ?”, il m’a demandé. J’ai manqué de mots, à croire qu’ils sont désormais tous entre les 182 pages imprimées en Georgia, interligne 1,5, larges marges. Ça me fait un peu bizarre. Je pense à une histoire dormante que j’ai envie de raconter, à laquelle je n’arrive pas trop à me mettre. Aux nouvelles que j’ai envie d’écrire mais qui ne veulent pas se laisser dire. Et bizarrement, ces trois manuscrits qui sont partis me libèrent du poids d’une histoire à la dernière page déjà tournée. Peut-être, alors, est-ce bientôt l’heure de m’atteler à d’autres mots.

À bientôt pour d’autres nouvelles de mes bouteilles à la mer.

Afficher les commentairesFermer les commentaires

7 Comments

  • Irène
    Posted 23 mai 2019 à 08:58 0Likes

    Vivement qu’on te lise ! (et vive les enveloppes en kraft)

  • Pêche & Églantine
    Posted 23 mai 2019 à 09:04 0Likes

    Ton article, comme tous, est très touchant et une choses est sûre, les mots posés ici sont aussi forts et puissants que ceux que tu as envoyé dans ces 3 petites bouteilles…

  • Emilie
    Posted 23 mai 2019 à 09:56 0Likes

    YES! Quel grand pas de franchi et quel travail accompli : tu as fais preuve de beaucoup de persévérance dans la naissance de cette première histoire, j’espère qu’on saura lui faire bon accueil !
    Moi, je suis impatiente de découvrir tes nouvelles: c’est un genre que j’apprécie énormément lire et je trouve que ta plume lui sied trèès bien :-)

  • Ophélie
    Posted 24 mai 2019 à 06:02 0Likes

    Bravo Pauline ! Quel beau texte pour un si beau geste. Je crois qu’on est nombreux.ses derrière toi à attendre en croisant les doigts que ces enveloppes kraft trouvent leur destinataire, et sûrement encore plus à attendre très impatiemment qu’elles trouvent leur chemin en librairie !

  • Céline
    Posted 27 mai 2019 à 12:26 0Likes

    Quel joli texte. Comme j’aime te lire. Merci de ta fraicheur et ta maturité, tout à la fois, et merci de toujours trouver les mots qui touchent. J’ai hâte de voir ton nom sur de vrais livres.

  • AURELIE
    Posted 28 mai 2019 à 17:47 0Likes

    Et on croise tous les doigts qu’il est possible de croiser de nos côtés <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.