Avant de me lancer dans la rédaction de cet article, je suis retournée lire les quelques posts traitant du yoga que j’avais pu écrire par le passé. Ça date de mi-2015, autant vous dire une éternité ! J’avais même oublié que ça faisait si longtemps que je pratiquais le yoga. J’ai donc pu redécouvrir que je parlais énormément de l’aspect physique du yoga. Quelque chose qui ne m’étonne pas vraiment, mais qui m’a donné envie de supprimer ces articles avec la refonte… Je préfère recommencer à zéro, parce qu’en plus de 4 ans, ma vision du yoga a totalement évolué. Alors on recommence, si vous le voulez bien, avec cet article qui vous explique un long silence ici, sur un sujet qui pourtant prend de plus en plus de place dans ma vie.

Le yoga de la performance

J’ai commencé le yoga avec un état d’esprit bien particulier. Moi, pas sportive pour un sou, j’avais trouvé une pratique relativement douce, peu exigeante, qui allait sculpter mon corps sans me faire trop mal ni trop suer, et j’allais enfin pouvoir sortir de cette case toute faite dans laquelle je suis depuis mon enfance. La fille un peu fainéante, qui n’aime ni sortir ni bouger, n’a aucune endurance et aime un peu trop manger. Ce dernier point est important, ma relation avec le yoga était intrinsèquement mêlée à ma relation avec mon alimentation. Rien de très sain. Rien de très… yoga.

En bref, je prenais le yoga pour un sport. À partir de là, rien ne pouvait bien se passer. J’attendais des résultats. Après 30 jours de pratique quotidienne, je voulais me sentir plus musclée, ou plus souple, voire les deux. Je voulais aussi que l’habitude soit ancrée : ça y est, à partir de maintenant, je ferai du yoga tous les jours de ma vie. Je voulais correspondre à l’idée qu’on se fait des yogis, ces corps élancés et musclés, capables de tenir la pose pendant de longues minutes — l’immobilité des photos participe à cette attente qu’on a, je crois, de pouvoir tenir une posture du Danseur pendant 5 minutes, quand 3 respirations peuvent déjà être un défi.

J’attendais une transformation physique, et elle n’est pas arrivée. Alors je me suis sentie très illégitime, de vouloir parler de yoga, ici et surtout sur Instagram, quand mes postures étaient si bancales, mon corps toujours aussi différent de ce que j’aurais voulu voir. Entre les blogs des professeures de yoga (qui m’ont beaucoup apporté et m’apportent encore énormément) et les Instagram des fit girls, que pouvais-je bien apporter ?

J’avais l’intime conviction que le yoga était fait pour moi, qu’on était faits l’un pour l’autre même, sans pour autant trouver une manière de le pratiquer qui me fasse du bien. Pire, je me faisais du mal, je me forçais, en me disant “il faut que je fasse mon yoga”, m’astreignant à une séance par semaine où il fallait que je transpire, parce qu’une séance de sport par semaine, c’est quand même pas la mer à boire, si ? Je me morigénais quand je n’y arrivais pas, quand je devais substituer une posture qui avait l’air si facile par une autre, quand mon corps ne m’obéissait pas. Peu à peu, j’ai délaissé mon tapis, oppressée par une sensation d’étouffement, de frustration que je n’arrivais pas à gérer. Me forcer ne me satisfaisait pas, même si on nous abreuve de discours du type “no pain, no gain” et “quand on veut, on peut”. Ça ne marchait pas. Le yoga ne voulait pas que je me force.

Le yoga n’a pas grand chose à voir avec le corps

J’ai passé longtemps sans dérouler mon tapis, à tel point qu’encore maintenant il a du mal à rester à plat. Pourtant j’ai toujours gardé en tête un des enseignements d’une prof de yoga que j’aime particulièrement.

Il est possible de pratiquer le yoga quotidiennement, sans jamais faire de yoga.

Neda, fondatrice du centre lillois YogaLite

Cette idée m’a poursuivie et a posé les fondations d’une pratique plus globale, et je le pense sincèrement, plus juste, du yoga. Dès le départ, malgré un état d’esprit peu sain pour moi, j’ai été attirée par la philosophie traditionnelle du yoga. Pendant cette période où je n’ai pratiqué aucun asana, j’ai pourtant beaucoup lu et pensé sur le yoga. Les principes collectifs et individuels (yamas et niyamas), l’origine des postures, mais aussi la place de la pratique posturale dans une vision globale du yoga, avec la respiration, la méditation, la concentration, etc.

J’ai également beaucoup lu sur l’appropriation culturelle du yoga, par exemple, et en temps que femme blanche occidentale, je suis toujours sur une corde raide, ayant peur de faire mienne une pratique ancienne, traditionnelle et qui ne m’appartient pas. Pour l’anecdote, j’ai eu envie de vous reparler de yoga en lisant des articles sur le mot “Namaste” et son appropriation par les profs de yoga américain·es, blanc·hes, dans un contexte assez éloigné de l’essence même du yoga. Ces recherches elles-mêmes partaient d’une conversation avec mon amoureux, qui me disait que Adriene Mishler (de la chaîne Yoga With Adriene) ne devrait pas dire “Namaste”, étant blanche, américaine, et issue d’une culture très différente de celle dans laquelle s’enracine ce mot. (je n’ai toujours pas d’avis tranché sur la question, il est possible que je vous en reparle plus tard, ou peut-être pas)

Je considère que j’ai pratiqué le yoga pendant ces longs mois de réflexion. Je me suis rapprochée de l’essence du yoga, et détachée de la performance physique. Je me suis aussi détachée d’un rapport égocentré au monde qu’a forcément une pratique où je me regarde le nombril, en me trouvant trop grosse ou trop nulle. Où je mesure sans cesse mes “progrès” physiques, où tout ce qui compte est, au final et même si je peine à l’avouer, mon allure dans mon legging de yoga.

Comment parler justement de yoga ?

J’ai fini par retrouver le chemin de mon tapis, en novembre après une crise personnelle qui m’a projetée vers le yoga, comme on trouve une bouée en mer alors qu’on est à deux inspirations de se noyer. Le déclic que j’attendais sans le savoir s’était enfin produit : le yoga n’est définitivement plus un sport pour moi. C’est un besoin, une envie, et une ligne de conduite. C’est une philosophie, et pour moi qui ai toujours ressenti ce besoin, c’est même une spiritualité.

Ça devient alors difficile de parler de yoga. Cette spiritualité, si elle n’est pas une religion et que je ne vénère pas de dieu(x), est intimement liée à des croyances que je n’ai pas forcément envie de partager. Et qu’il est de toute façon difficile de partager.

Je regrette pourtant un peu qu’on trouve si peu de contenu qui aborde le yoga de cette manière. C’est compliqué mais peut-être nécessaire, et aussi plus juste, de s’interroger sur les fondations du yoga, au-delà d’une pratique un peu trop occidentalisée à mon goût.

Je manque encore de connaissances, et je suis de toute façon probablement mal placée aussi pour proposer ce type de contenu. J’aimerais continuer mon apprentissage, et cette réflexion que je mène. Et j’aimerais trouver une manière de partager ce que j’apprends, sans non plus tomber dans un autre travers, celui d’un yoga qui serait une méthode de développement personnel. Je ne sais pas vraiment ce que je reproche à ce terme, mais je suis gênée aussi par les discours qui placent cette pratique comme une manière de devenir “plus ceci” ou “moins cela”. Comme si l’intérêt du yoga était de se perfectionner soi, sans pousser la réflexion à ce qui est pour moi central : notre place par rapport à tous les autres êtres, ce qu’on peut apporter pour participer à faire de ce monde qui ne va pas bien, un endroit plus agréable pour toutes et tous. Je ne dis pas que ce n’est jamais abordé, mais je ressens que c’est souvent superficiel, et cela me chagrine un peu.

Mes ressources pour réfléchir sur le yoga

Un de mes buts cette année est de lire plus d’ouvrages qui abordent la philosophie du yoga, pour nourrir ma spiritualité. Depuis plusieurs années, je lis aussi des blogs et des sites internet qui m’ont permis d’ouvrir mes horizons et de changer de perspective sur le yoga :

  • L’excellent blog 3 heures 48 minutes, tenu par Clémentine Erpicum. Elle y décortique des postures depuis leur origine jusqu’à des conseils pour bien les pratiquer, mais parle aussi de tas d’autres sujets passionnants. C’est clairement ce blog qui m’a donné envie d’approfondir ma connaissance du yoga.
  • Le chien tête en bas, 45 histoires d’asanas, un livre écrit par la même Clémentine et joliment illustré, qui raconte les mythes et les légendes qui ont donné leurs noms aux asanas les plus connus. Le genre de lecture qui donne la sensation de faire du yoga — qui permet donc de pratiquer — au chaud sous la couette (mon endroit préféré pour dévorer un livre). Le livre sort en librairie le 13 février, je vous le recommande chaudement !
  • La série “Yamas et Niyamas” de la yogini Carole, qui tient le blog Smootheries. Ces articles rentrent vraiment en profondeur et vulgarisent les enseignements du Yoga Sutra de Patanjali, texte fondateur et un peu difficile à lire.
  • La love letter d’Adriene Mishler, qu’elle envoie tous les dimanches. Elle y annonce certes la vidéo gratuite de la semaine, mais surtout, elle partage sans en avoir l’air beaucoup d’enseignements qui permettent de “take the yoga out of the mat and into your life” : prendre le yoga, le sortir du tapis et le déployer dans notre vie quotidienne.
  • La bibliothèque d’articles du site de YogaLite, le centre de yoga lillois où je trouve vraiment un enseignement philosophique qui me satisfait.

Je ne sais pas ce que deviendra cet article : sera-t-il un one shot, ou le début d’une série où je partagerai avec vous mes apprentissages ? L’avenir nous le dira, et puis votre avis aussi, évidemment. Si cela vous intéresse, si vous avez envie qu’on discute ensemble de yoga ici, ça influencera sûrement ma décision, alors n’hésitez pas à me faire signe :D

Je vous laisse ici, sans trop savoir si ce long charabia apportera quoi que ce soit. Je suis néanmoins contente d’avoir trouvé des mots à poser sur mon ressenti. Merci de m’avoir lue. Prenez bien soin de vous, et à bientôt !

Afficher les commentairesFermer les commentaires

28 Comments

  • Madame_Gropotiron
    Posted 9 février 2019 à 19:48 0Likes

    Merci de toujours vouloir partager. C’est vraiment généreux comme démarche, de vouloir transmettre ces choses que tu as éprouvées.
    Merci !

  • lisbeth_ok
    Posted 9 février 2019 à 21:44 0Likes

    merci! Je fais du yoga depuis 3 ans et me sens bien loin de ces photos instagram! Et j’irai jeter un oeil à tes recommandations de lecture!!!

  • Vanessa
    Posted 9 février 2019 à 23:40 0Likes

    Merci pour cet article.
    Je me suis vraiment lancée en fin d’année mais le yoga m’attirait depuis longtemps. J’ai très envie d’approfondir mes connaissances “théoriques” sur le sujet et tes recommandations tombent à pique !
    Merci beaucoup Pauline !

    • Pauline
      Posted 15 février 2019 à 11:07 0Likes

      Ravie que ça t’intéresse Vanessa ! Bonne lecture et bonne réflexion :D

  • Emy
    Posted 10 février 2019 à 08:01 0Likes

    Merci pour cet article très intéressant ! Je suis aussi passée par la case yoga “performance physique”, et c’est lors d’un cours où on m’a vraiment poussé loin que je me suis dis que le yoga devait être bien plus que ça. Et depuis je cherche un peu…
    Je vais regarder tes conseils lecture :)

    • Pauline
      Posted 15 février 2019 à 11:08 0Likes

      Je pense que c’est totalement normal en tant qu’Occidentales d’approcher cette pratique par sa facette la plus “mainstream”. Et je trouve ça aussi très important de s’intéresser aux autres facettes, même si l’aspect “spirituel” ne peut pas parler à tout le monde. Bonne lecture !

  • Lathelize
    Posted 10 février 2019 à 08:30 0Likes

    Merci pour ton article !
    J’ai emporté beaucoup de yoga hors du tapis au boulot en m’abstenant de juger ou de colporter des potins. On a beaucoup à gagner à étendre les enseignements du yoga dans toute sa vie
    Il y a aussi certains des articles d’Ariane qui décortique les mudras qui t’intéresser ont peut-être et sa pratique du chant et de l’harmonium.
    Je t’embrasse

    • Pauline
      Posted 15 février 2019 à 11:09 0Likes

      Tu m’as beaucoup inspirée aussi avec tes partages sur le yoga sur ton compte Instagram. Ça se sent beaucoup qu’il y a une réflexion très profonde chez toi dans tous les aspects de ta vie, merci de partager ça avec nous ! Je vais aller voir les articles d’Ariane, les mudras sont un des aspects de la pratique que je connais très très mal. Bise !

  • Luschka
    Posted 10 février 2019 à 18:07 0Likes

    C’est vraiment intéressant. Pour ma part je ressens un gros manque de yoga, tant sur le plan physique qu’émotionnel. J’ai toujours l’impression de ressortir des cours comme essorée, sur les deux plans, avec une sensation de vide et de plénitude. Sensation que je n’arrive pas à retrouver en pratiquant seule chez moi (séances plus courtes ? dimensions apportées par les profs irl que je n’arrive pas à retrouver par les vidéos ? ). Donc ça m’intéresserait beaucoup que tu parles de la pratique à domicile.
    Et l’aspect spirituel que tu évoques sans l’expliquer a titillé mon intérêt et ma curiosité, donc si un jour tu as l’envie d’en dire plus, je serai ravie de le lire.

    • Pauline
      Posted 15 février 2019 à 11:21 0Likes

      Je comprends tout à fait ton sentiment. Les cours en ligne sont souvent plus courts, l’apport d’un prof IRL est quand même précieux, et je ne sais pas toi, mais pratiquer avec d’autres personnes, quand l’ambiance est propice, m’apporte une connexion aux autres qu’il est évidemment impossible de retrouver seule chez moi. Même si j’ai lu un super article de Carine Castet qui expliquait que les profs de yoga gagnent assez mal leur vie (dommage que l’article soit introuvable sur son site maintenant…), je regrette que les cours soient si chers, ce n’est pas vraiment accessible à mon budget et ça participe malheureusement à faire du yoga un truc de privilégiées.
      Je note tes suggestions pour de prochains articles sur le yoga ! Merci pour ton commentaire :)

  • Pauline
    Posted 11 février 2019 à 08:17 0Likes

    Merci pour ce billet très intéressant. Le yoga ne m’attirait pas du tout avant ma grossesse, et c’est via le yoga prénatal que je prends plaisir à cette pratique, sans connaître la spiritualité qui se cache derrière. Les sources que tu cites m’attirent beaucoup pour en savoir plus !

    • Pauline
      Posted 15 février 2019 à 11:22 0Likes

      Oh lala, faire du yoga prénatal ça doit être vraiment trop trop bien :D

  • Anaïs
    Posted 11 février 2019 à 08:20 0Likes

    Merci pour cet article ! C’est une vraie bulle d’air, de voir qu’on est pas seules dans le “mais elle, son corps est parfait, elle fait cette activité 5 fois par semaine, elle tient bien la pose, etc etc etc”. Si je prends le yoga cette année tout en douceur, c’est aussi pour me libérer de cette injonction à “faire”, toujours plus, toujours mieux.
    C’est intéressant d’avoir un point de vue non-sportif sur une pratique qui apporte autant à l’esprit (et ça vaut, je crois, pour tous les sports d’ailleurs). J’espère que tu continueras ce genre d’articles !

    • Pauline
      Posted 15 février 2019 à 11:22 0Likes

      Merci pour ton petit mot ! J’espère que le yoga te fera du bien :)

  • Alix - A tire d'Elle
    Posted 11 février 2019 à 08:46 0Likes

    Merci pour cet article, vraiment bienveillant ! Ici, je pratique une fois par semaine dans un cour, où nous sommes entre 6 et 8, où on ne fait pas mille positions, mais on prend le temps de le faire bien, et on rit, on échange aussi …
    Et parfois je culpabilise de ne pas sortir le tapis plus souvent à la maison, mais en fait, ça va, si ça vient c’est bien, sinon, ce n’est pas grave…
    Merci encore ! Et si tu as envie d’écrire encore sur le yoga, je te lirais avec plaisir :)
    Alix

    • Pauline
      Posted 15 février 2019 à 11:25 0Likes

      C’est quelque chose qui me manque un peu, retrouver un groupe de personnes pratiquantes régulièrement, pouvoir échanger avec elles, m’inscrire dans une communauté de yoga en fait. Un jour ! Peut-être !
      En tout cas c’est vraiment crucial je pense d’être en paix avec l’état de notre pratique, j’en fais l’expérience vu que quelques jours après avoir publié cet article, je me suis blessée au pied et je ne peux plus faire “mon yoga” tous les jours comme je le voudrais. C’est comme ça, c’est la vie, je suis un peu stressée de “perdre” mes progrès, et je dois aussi travailler là-dessus. (c’est fou comme l’angoisse revient au galop même quand on travaille à fond pour aborder le yoga d’un autre angle que celui de la performance)
      Merci beaucoup pour ton petit mot :)

  • Kellya
    Posted 11 février 2019 à 21:08 0Likes

    erci pour cet article sincère qui me fait vraiment avancer dans mon idée du yoga, et me permet de trouver une voie pour sortir de ma culpabilité de ne pas réussir à tenir ma pratique du yoga aussi régulière que je la souhaiterais. Je me suis lancée il y a quelques mois dans un cours de yoga débutant aprés des années à tourner autour du pot, et j’ai découvert une pratique complète qui développe le mental au moins autant que le physique. J’aime bien les videos d’Adrienne, j’ai donc suivi tes conseils en m’isncrivant à sa newsletter. Et je vais prendre le temps de me plonger dans les autres liens dans les jours à venir. Merci!

    • Pauline
      Posted 15 février 2019 à 11:27 0Likes

      C’est super chouette si tu as pu trouver un cours de yoga qui te convient ! J’ai l’impression que c’est aussi difficile que de trouver un bon psy des fois. J’avais testé des cours de yoga “communautaires” (sur donation libre) en trouvant l’idée géniale, et finalement je n’ai pas du tout aimé ni le lieu, ni les gens, ni l’enseignement… Je préfère aller moins souvent dans mon centre un peu (beaucoup) plus cher mais qui m’apporte beaucoup plus.
      Merci beaucoup pour ton commentaire ! :)

  • Fanette
    Posted 12 février 2019 à 05:39 0Likes

    Moi c’est l’inverse… J’ai découvert le yoga y a 10 ans, dans une petite salle typiquement hippie, lumière feutrée, beaucoup d’encens et prof très zen.
    J’ai ensuite fait du yoga dans le cadre du SUAPS, donc proche de la gym. Et j’ai à présent des cours plus ou moins régulièrement par une prof qui pratique beaucoup le Prana, donc on prend beaucoup de temps à respirer.
    Sur cette expérience, j’ai découvert il y a 2 mois le yoga via Instagram et je suis impressionnée de voir ces performances, et ça me donne envie de me bouger un peu plus et de tenter des asanas audacieuses.
    Par contre, j’ai tenté de suivre une vidéo d’une yogi moderne, et ce n’était pas du tout pour moi tant elle enchainait tellement rapidement les positions qu’on dirait de la gym tonique !
    La pratique du Prana m’a permis d’apprécier poser mes respirations et je trouve ça essentiel à présent !
    Je vais aller voir les liens dont tu parles !

    • Pauline
      Posted 15 février 2019 à 11:32 0Likes

      Peut-être que dans 10 ans de pratique, je serai plus en paix avec ces postures audacieuses ! Pour l’instant, elles me rappellent “juste” mes limites, et cette facette performative du yoga que je n’aime pas trop.
      Les yogas de type Vinyasa par exemple sont très dynamiques, et j’ai remarqué que c’est un type de yoga très populaire sur Internet. Pas forcément adapté à tout le monde !
      J’aime beaucoup le pranayama, c’est central à la pratique selon moi !

  • Artysia
    Posted 21 février 2019 à 18:01 0Likes

    Je n’ai jamais osé laisser un commentaire sur ton site alors que j’y trouve beaucoup de choses qui me questionnent, me permettent de réenclencher des dynamiques positives et beaucoup de réflexions perso.
    J’aime énormément ton article. Ce matin justement, je pensais à ma pratique du yoga (bientôt 3 ans en cours IRL avec une super prof, très loin des clichés affichés sur internet) : j’essayais de voir les évolutions tant physiques que mentales. Je me retrouve énormément dans ton article car j’ai été vers le yoga pour des raisons médicales, notamment des soucis alimentaires. Je ne pensais pas qu’un cours pouvait accueillir une personne de ma corpulence, j’avais énormément d’a priori. J’ai aussi recherché la performance, la perte de poids, le renforcement musculaire. Je l’ai trouvé à un moment puis cela à disparu, générant de nombreuses questions et une frustration importante. Aujourd’hui, je pense avoir compris que faire du yoga ce n’est plus performer, développer de meilleures compétences mais se connecter à soi et ainsi mieux se connaître et donc “être” au quotidien. Je sens que cette connaissance de soi me permet d’être mieux au monde, mieux avec les autres (ok, on est loin de l’image parfaite qu’on doit rechercher si on suit tous les magazines, etc…). La pratique infuse lentement, parfois se met en sourdine, parfois résonne fortement.

    Merci beaucoup pour tes articles sincères et riches en questionnements.

    • Pauline
      Posted 26 février 2019 à 15:20 0Likes

      Merci beaucoup pour ton commentaire et ton témoignage ! C’est un enseignement précieux et probablement central, cette idée de détachement de l’accomplissement, pour favoriser l’écoute et le fait d’être, tout simplement. Je suis très heureuse que le yoga t’apporte tout cela !

  • Trackback: Un invincible été » Le yoga à la maison, bienfaits et limites
  • lila
    Posted 12 mars 2019 à 12:39 0Likes

    bonjour!

    Super article! j’arrive ici avec un autre sujet, et je vois uqe ça parle yoga!
    Du coup je lis et ça m’intéresse :) déjà on se sert de la même chaîne you tube (YWA) bref…
    Pour ma part je suis arrivée au yoga dnas le sens inverse. J’ai fait une sorte de dépression il ya 2 ans, je dis une sorte parce que je ne l’ai pas vue, je ne l’ai pas sentie, je n’a pas vécu ça comme j’imaginais un dépressif…( plein de stéréotypes dans ma tête).. Bref je m’en suis rendue comptequand mon corps m’a fait signe en se mettant à faire n’importe quoi…
    Bref après un traîtement médical classique je me suis cherchée qqch… qqch qu m’aide, la méditation est alors apparue, la marche etc.. et finalement je suis arrivée u yoga.
    Je suis donc entrée dans le yoga pour l’aspect bien être.
    J’ai commencé en Octobre cette année, chez moi (malheureusement les heures de cours ne sont pas cette année compatible avec mes possiblités) bref me voilà dont à tâtonner et je suis arrivée sur la chaîne d’Adriene, et là d’un coup je me suis sentie bien.
    Je fais du yoga souvent même si c’est pas longtemps, parce que je sens que ça me fait du bien.
    Je m’oblige à rien, je ne fais pas quand j’ai pas envie.
    Alors je sais pas quelle légitimité il y a à s’approprier le yoga ou pas, mais en tout cas Adriene me fait du bien. J’aime sa façon de parler, son énergie, et les messages qu’elle fait passer.
    il m’arrive maintenant de faire quelques séacnes seules aussi même si mes connaissances étant limitées je me limite à des salutations au soleil
    Bref j’ai trouvé qqch dans le yoga, qqch qui me fait du bien physiqeuemtn mais avant tout à l’intérieur;
    je pense pas que ma pratique soit très ancestrale :p mais quand même le yoga a changé ma vie, petit à petit, même en si peu de temps, il y a des choses que je comprends tellement plus nettement, j’ai l’impression de plus “ressentir” la vie.
    Voilà j’espère quand même avoir l’occasion de me confronter à d’autres professeurs “n réel”, à d’autres façons d efiare mais pour l’instant j’éprouve bcp de gratitude d’avoir trouver qqch “qui me fait du bien”.

  • Florence
    Posted 17 mars 2019 à 15:39 0Likes

    Bonjour,
    Je me permets de te conseiller ce podcast sur le sujet (et tous les épisodes d’ailleurs) si tu ne le connais pas, on y retrouve des réflexions similaires aux tiennes (et aux miennes également, qui ai longtemps rejeté le yoga parce que c’était pour moi un sport de jeune parisienne ou new yorkaise blanche sous alimentée).
    https://www.binge.audio/le-yoga-ou-la-tyrannie-des-tailles-34/

  • Clémentine
    Posted 5 mai 2019 à 17:12 0Likes

    Salut Pauline !

    J’aime beaucoup ton article. Pratiquant le yoga depuis 7 ans et revenant de 6 mois en Inde, ou j’ai notamment pratiqué avec 2 professeurs indiens… Besoin de revenir aux sources… Celles du yoga et les miennes. Profonde gratitude.
    Je te conseille fortement Light on Life de BKS Iyengar et Health, Healing, And Beyond: Yoga And The Living Tradition Of Krishnamacharya de T.K.V. Desikacharde et Raja Yoga de Swami Vivekananda (pas le plus facile… mais la bible selon mes profs… à lire et relire ;)). Je les ai lu en anglais comme j’ai acheté les bouquins sur place. Mais c’est des classiques donc peut-être qu’il y a des versions françaises…

    Belles lectures et découvertes ;)
    Douce soirée !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.