25.

Il est sorti comme une bourrasque, il a enfourché un vieux vélo, sa veste claquait dans le vent encore frais d’un hiver qui traîne en longueur. Il a filé à toute allure, la retrouver, sa bien-aimée, dusse-t-il griller tous les feux rouges au monde pour écourter le trajet. C’était quelque chose, il fallait le voir. Debout sur les pédales, une main sur le guidon, on n’avait jamais vu un homme aussi agile sur une bicyclette. Dans son dos, il tenait un bouquet, enveloppé soigneusement dans une feuille de papier de soie vert. Des gerbes de roses d’un rouge éclatant, des freesias, une pointe de jaune, un morceau de raphia pour nouer le tout, dans sa main serrée. Il ne lui manquait plus qu’un béret enfoncé de travers sur son front large et on y était — dans une autre époque peut-être, couleur sépia et french cancan.

Il était fringant, et déterminé par-dessus le marché ! Ni la grisaille, ni les klaxons, ni les regards courroucés n’ont réussi à entamer son sourire éclatant. Dans un éclair il a disparu, il a tourné à droite au bout de la rue, il a signalé son virage d’un bras tendu au bout duquel tonitruait son bouquet.

Afficher les commentairesFermer les commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.