Aujourd’hui, alors que je suis en plein NaNoWriMo et en plein rush professionnel (ah, que c’est commode le mois de novembre…), on se retrouve à nouveau pour parler lecture : ça commence à devenir un sujet récurrent, c’est chouette, non ? C’est à l’occasion du vingt-neuvième éco-défi sur le blog Echos verts, “Découvrir des lectures engagées et inspirantes”, que je prends la plume pour vous parler d’un livre qui a changé ma vie.

Ca envoie du pâté, dit comme ça, hein ? Quand Natasha m’a proposé de contribuer à cet éco-défi, je ne m’imaginais pas vous parler d’autre chose que de No Steak, d’Aymeric Caron. Tout simplement parce que c’est ce livre qui représente mon déclic végétarien. Il a été beaucoup plébiscité depuis sa sortie, mais c’est toujours avec plaisir que je parle de cette lecture, très importante à mes yeux. Prêt·e·s ? C’est parti !

eco défi

No Steak, c’est quoi ?

Découpé en huit chapitres, No Steak prend le parti de démontrer de manière concise et presque scientifique pourquoi, dans quelques années, nous serons tous obligé·es d’être végétarien·nes. Un peu radical, vous dites ? De mon côté, j’ai aimé cette assertion, je pense que c’est une drôle de manière d’attirer l’œil : sans ça, je ne suis pas sûre que j’aurais acheté le livre, en fait !

Le grand pouvoir de No Steak, à mon sens, c’est d’être super accessible. Il est bien rangé, les thématiques sont clairement définies, d’ailleurs les voici :

  1. La viande détruit la planète
  2. Nous sommes incohérents avec les animaux
  3. On n’assume pas la mort de l’animal qu’on mange
  4. L’amour de la viande est culturel, et pas naturel
  5. Nous n’avons pas besoin de viande pour vivre
  6. Les animaux que nous mangeons nous ressemblent
  7. La morale nous commande d’arrêter la viande
  8. Le végétarisme est moderne depuis des millénaires

Dans chaque chapitre, Aymeric Caron source et argumente son discours, de manière accessible, simple et sourcée, sans chichis ni pathos, et tout est démontré de manière tellement implacable qu’encore aujourd’hui, j’ai du mal à comprendre comment on peut ne pas être convaincu·e une fois le livre refermé.

No Steak, Aymeric Caron

Mais pourquoi je vous en parle ?

C’est le moment de vous raconter un peu ma vie !

Quand j’ai acheté ce livre, il y a de ça presque quatre ans, je n’étais pas encore végétarienne, mais ça m’intriguait. Je me posais des questions, j’avais besoin de réponses, mais je n’étais pas prête, un peu flemmarde dans l’âme, à fouiller le net et à devoir démêler le vrai du faux, la propagande et le lobbyisme des informations avérées. J’étais dans une librairie avec mon futur mari, et que vois-je ? Ce bouquin, qui me regarde comme si c’était l’Univers qui me l’envoyait. J’ai décidé de l’acheter après avoir à peine survolé le résumé, attirée par la couverture sobre et par le parti pris très cash et provocateur. J’attendais qu’on me défie, et je n’ai pas été déçue.

Il est vrai que j’étais prête à entendre ce discours, mais depuis j’ai lu beaucoup de livres sur le sujet et ça reste mon préféré. Pour être convaincue, j’ai besoin… qu’on me convainque, pas qu’on me persuade, justement. Vous savez, qu’on fasse appel à ma raison, et pas à mes émotions. Ce n’est pas que je suis sans cœur, bien au contraire, c’est tout simplement que j’ai besoin d’une base solide avant de prendre des décisions, notamment parce que je veux pouvoir soutenir mon choix avec un argumentaire bien réfléchi. Ce n’est qu’une fois que ma raison a tout compris et assimilé que je peux devenir plus sensible aux arguments émotionnels, notamment sur le bien-être animal.

Pour tout vous dire, je n’ai été convaincue de la nécessité de laisser les animaux vivre leur vie pépère sans vouloir absolument les bouffer qu’après avoir lu No Steak et ses parallèles très terre-à-terre avec les animaux de compagnie, et le paradoxe entre les différentes cultures, par exemple comme chez nous c’est impensable de manger du chien alors que dans certains pays, c’est placé au même rang que manger une vache. Et dans d’autres pays encore, manger une vache est sacrilège. Jamais l’argument “mais si rogardez comme il est mignon ce potit cochon” ne m’a touchée. C’est top si ça marche pour d’autres, mais pour moi il faut autre chose !

No Steak, Aymeric Caron

Des réponses concrètes, un livre complet

Je conseille donc No Steak à toutes les personnes un peu comme moi, qui ont besoin de tangible, et de rationnel. Ce livre couvre tous les aspects importants dont il faut avoir conscience quand on aborde la question du végéta*isme. Santé, environnement, justice et inégalités Nord/Sud, et bien sûr la part belle est faite à la question animale, ce qui est top parce que les arguments “humains” ne suffisent pas, à mon sens, à parfaire un argumentaire végéta*iste.

On peut, comme moi, être d’abord attiré·e par l’une ou l’autre des raisons “non-animales” de devenir végéta*ien·ne, mais si on n’accompagne pas tout ça d’une profonde réflexion sur la cause animale, j’ai bien peur qu’on prenne un engagement superficiel, qui pourra faire demi-tour très rapidement. C’est pour ça que je rencontre beaucoup de gens qui étaient végétariens mais sur conseil d’un médecin, ont arrêté pour “retrouver la santé”, ou qui faisaient ça pour protéger l’environnement, mais ont rencontré des éleveurs et ont recommencé à manger de la viande pour “apporter leur soutien”.

Quand on observe le sort animal et qu’on ouvre les yeux sur ce qui se passe réellement, on ne peut pas faire de retour en arrière. J’ai trouvé une véritable ancre à mon engagement en regardant au-delà de mes préoccupations premières (santé, puis environnement), pour m’intéresser aux animaux, et l’injustice criante et cruelle dont ils souffrent par millions chaque jour. Et tout a commencé grâce à No Steakalors merci !

No Steak, Aymeric Caron

Retrouvez  chez Lili (Au vert avec Lili) dans le cadre de l’éco-défi de novembre sa revue du livre Gluten, comment le blé moderne nous intoxique. Et demain, rendez-vous sur le blog de Natasha, Echos verts, pour découvrir la BD de Insolent Veggie.

Encore un grand merci à Natasha pour les défis inspirants et motivants qu’elle nous propose chaque mois, et merci de m’avoir proposé d’y apporter ma contribution !

Afficher les commentairesFermer les commentaires

10 Comments

  • Échos verts ❀ Natasha
    Posted 18 novembre 2015 à 14:24 0Likes

    Merci pour ta contribution à l’éco-défi du mois Pauline ! Ce livre m’a également beaucoup marquée. Je l’ai lu autour de Noël il y a deux ans et il m’a donné le “coup de fouet” qui me manquait pour abandonner la viande de manière définitive… :-)

  • Marguerite Verte
    Posted 18 novembre 2015 à 16:36 0Likes

    Merci pour cette excellente revue. Je crois que ton article ton à point dans ma propre réflexion vers le végétarisme! Tu m’as clairement donné envie de me le procurer!

    • Pauline
      Posted 18 novembre 2015 à 16:38 0Likes

      Ah bah ça c’est super chouette je suis très contente ! J’espère qu’il te plaira, j’ai la pression maintenant ;)

  • Trackback: Insolente Veggie, le premier album de Rosa B. | Échos verts
  • annso
    Posted 19 novembre 2015 à 19:10 0Likes

    Végétarienne depuis un ou 2 ans, je n’ai pourtant lu aucun livre sur le sujet. J’ai ben commencé celui de Jonathan Safran, mais j’ai vite abandonné (un peu trop d’émotionnel comme tu le disais ?).
    Du coup, je me demande si ça vaut le coup que je lise celui là. Peut-être pour m’aider à m’expliquer quand mes amis me demandent pourquoi je fais ça ?
    À voir, mais pour le moment, je garde mon peu de temps de lecture à la fiction !

  • Leslie - Tache de Rousseur
    Posted 27 novembre 2015 à 09:26 0Likes

    Je suis végétarienne depuis 4/5 ans maintenant et je n’ai jamais lu aucun livre sur le sujet. Cependant, j’aime beaucoup Aymeric Caron (lors du débat post reportage “L’animal est une personne” sur France 3 le 23 novembre il m’a bluffée, il sait être concis et hyper percutant !) du coup j’ai envie de lire son bouquin. Ca vaut le coup tu penses ?

    • Pauline
      Posted 27 novembre 2015 à 11:15 0Likes

      Je pense qu’il y a toujours moyen d’apprendre des petites choses, et pourquoi pas de mettre en forme les savoirs que tu as accumulés depuis 5 ans en relisant un argumentaire bien construit. Et puis si tu l’achètes, tu peux ensuite le faire passer à une de tes connaissances, ça vaut toujours le coup ;) Je suis végétarienne depuis 3 ans maintenant et c’est toujours mon bouquin de référence. Par contre, si tu n’as pas besoin de synthétiser ou si tu penses avoir tout lu sur le sujet, tu vas sûrement être frustrée du coup, vu qu’il n’y a pas de grande révélation inconnue du grand public dans ce livre. Mais il est vraiment complet dans les sujets qu’il aborde donc j’ai envie de te dire : pourquoi pas !

  • Anne-So
    Posted 1 décembre 2015 à 16:09 0Likes

    Très chouette ton article, j’aime bien l’analyse détaillée et “rationnelle” que tu fais du livre ! Je suis fraîchement végétarienne et en train de lire “faut-il manger les animaux ?” de Jonathan Safran et je compte justement enchainer sur celui d’Aymeric Caron, surtout après avoir lu ton article :)

    • Pauline
      Posted 1 décembre 2015 à 17:42 0Likes

      Si tu aimes le rationnel alors je pense pouvoir dire sans trop me tromper que tu aimeras No Steak ! ;)
      Merci pour ton commentaire ! ♥

  • Trackback: Plus de 30 lectures engagées et inspirantes | Échos verts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.