J‘ai pris aussi la décision de me séparer de ma voiture. Rien que ça. Dans une époque où les rues semblent être de plus en plus encombrées, où les embouteillages sont devenus monnaie courante, j’ai mis plusieurs mois à mûrir ma décision, et j’ai un peu eu l’impression d’être une alien. Mais comme faire ce que d’autres ne font pas ne me fait plus peur, ça y est, c’est fait : je n’ai plus de voiture. Entre considérations écologiques et recherche de bien-être, voici comment j’ai mené ma réflexion. Un article entièrement illustré des photos de ma dernière balade à pieds. (je trouve les voitures particulièrement inesthétiques, toutes autant qu’elles sont)

La voiture et ma liberté

Si j’ai été aussi prompte à passer mon permis et à acheter une voiture, c’est sûrement parce que j’ai passé toute mon adolescence au fin fond de la campagne, où même aller cherche du pain à pied relève plus de la randonnée que de la promenade matinale. Le centre-ville le plus proche de la jolie maison de mes parents se trouve à 30 minutes de marche pour moi (et mes jambes lentes) et se déplacer me semblait impossible sans véhicule personnel.

Et pourtant, j’ai passé mon permis après avoir emménagé dans une grande ville, où avoir une voiture n’était pas vraiment nécessaire. J’ai troqué mon heure de train – pour retrouver la campagne sus-mentionnée – pour une heure de trajet derrière le volant, je me suis sentie adulte, j’ai bien aimé cette autonomie, oui… quelques temps.

IMG_3125

Les promesses que ma voiture n’a pas tenues

Si je pouvais maintenant aller où je voulais, la voiture dans laquelle j’avais dépensé toutes mes économies continuait à pomper les maigres deniers qu’il me restait. Vous connaissez le deal : être jeune conductrice dans son premier véhicule, c’était autoriser une assurance à me ponctionner chaque mois de presque 100 €. Et c’était sans compter les pleins d’essence !

A ce tarif-là, le train pour mes destinations habituelles (chez mes parents, et chez ceux de mon chéri) revenait bien moins cher.

Ma voiture devait aussi être synonyme de simplicité, la fin de beaucoup de prises de tête, avec parmi elles la crainte de ne pas pouvoir rentrer chez moi après le dernier métro, bus ou tram, ou celle de devoir marcher un peu trop (ahah, j’en ris maintenant) pour aller d’un point A à un point B. J’étais un peu fainéante, oui, bon, ça arrive à tout le monde.

Après un an de possession d’une voiture, j’ai réalisé que certes, ma voiture me permettait de rentrer à deux ou trois heures du matin après une soirée sympa chez des ami·e·s, mais c’était aussi souvent à ces heures-là que j’étais la moins fraîche et donc la moins attentive sur la route : attention, danger ! De plus, j’habite en centre-ville, et si dans ma rue et alentours le stationnement est gratuit, il est surtout très prisé. Combien de fois ai-je passé 30 minutes à tourner autour du pâté de maison pour espérer enfin trouver une place pour me garer ? C’en était à un point où en prenant ma voiture pour aller ci ou là, je pensais déjà au retour (parfois, plusieurs jours plus tard), en râlant d’avance à l’idée de ne pas pouvoir me garer. So much pour la tranquillité d’esprit !

Au fur et à mesure de l’année, j’ai donc de plus en plus évité de prendre ma voiture, au moins pour les trajets dans ma métropole. J’ai développé d’autres stratégies. Je pensais que j’utiliserais ma voiture pour faire le plein de courses au supermarché, mais ça a dû m’arriver… deux fois, en un an ? Je pensais que j’aimerai utiliser ma voiture pour aller chez des ami·e·s, mais j’ai toujours préféré prendre les transports en commun.

IMG_3135

Le bilan s’impose

Les finances s’amenuisant encore, des tuiles nous tombant sur le coin du nez, je ne gagne toujours pas ma vie, et je n’ai pas de revenus fixes. Un accident survenu dans l’année augmente le prix de mon assurance auto. C’est clair : je ne peux plus me permettre cette dépense pour une voiture que je n’aime pas utiliser, et que j’utilise le moins souvent. J’ai pris le temps, seule et sans biais extérieur, de faire le bilan de ma relation avec cette voiture. Il n’est pas glorieux.

PositifNégatif
Une certaine autonomieLe sentiment d’insécurité au volant
La sensation d’être une adulteLe coût engendré chaque mois
 La possibilité d’un problème technique
 Le stress du stationnement
 La pollution dégagée par le véhicule
 Une utilisation trop anecdotique

La balance penche inexorablement vers le négatif, vous ne trouvez pas ?

IMG_3137

En plein dans ma période minimalisme, rangement et tri, j’ai eu en revanche beaucoup de facilité à trouver tous les arguments pour me débarrasser de ma voiture :

  • J’habite dans une grande ville, au réseau de transports en commun très développés, partout où j’ai envie d’aller
  • Je travaille chez moi, je n’ai pas besoin d’un véhicule personnel pour me rendre à mon lieu de travail
  • J’ai appris à aimer la marche, et je ne fais mes courses qu’à pieds, en plus c’est bon pour ma santé !
  • Je préfère mille fois prendre le métro ou le train et être tranquille, pouvoir lire ou regarder un film, que d’être au volant
  • Je n’ai plus envie de polluer avec les gaz d’échappement, et de participer à ce qui me déplaît tant quand il fait trop chaud ou que je vais à Paris par exemple (oui, la pollution, ça pue et ça rend malade)
  • Je n’ai plus envie de participer au paysage triste et métallique des voitures dans les rues alors que je n’en ai pas réellement besoin

J’ai donc revendu ma voiture.

Pour de bon ?

L’avenir seul me le dira : peut-être qu’un jour, j’aurai à nouveau besoin d’une voiture. Pour l’instant, ce n’est pas le cas. Alors pourquoi m’encombrer d’un objet volumineux et coûteux, qui ne me cause que du stress et de l’appréhension ? Ce n’est pas comme ça que j’ai envie de vivre ! Je n’y suis pas obligée, rien ne m’y force. Alors je lâche prise. Je n’ai pas besoin d’une voiture pour être une adulte, ou pour me sentir libre. D’ailleurs, je suis bien plus libre en marchant dans ma ville, l’appareil photo sous le bras, avec la possibilité de m’arrêter quand je veux pour contempler, photographier ou boire un verre !

Ma dernière étape : compenser mon émission de carbone pendant tout le temps que j’ai utilisé cette voiture, grâce au site CO2 Solidaire. Quand je le pourrais, je donnerai grâce à CO2 Solidaire la somme d’argent qui correspond à mon émission de CO2 pour les kilomètres que j’ai roulés avec la voiture, une somme qui sera reversée à des projets éco-responsables en France mais aussi dans les pays en voie de développement. Pour moi, c’est à ce moment-là que la boucle sera bien bouclée.

IMG_3150

Attention : je ne dis pas…

Que tout le monde peut abandonner sa voiture du jour au lendemain, ni même l’abandonner tout court. Je pense aux personnes vivant à la campagne, qui ont des enfants, à aller chercher à droite ou à gauche, ou aux personnes en situation de handicap, par exemple. J’ai pu faire ce choix pour toutes les raisons citées plus haut, et j’en suis très chanceuse.

Que le choix que j’ai fait est le meilleur, et que si vous ne faites pas le même, vous êtes nul·le. J’espère que vous me connaissez assez pour ne pas croire ça, mais sait-on jamais ! Le choix que j’ai fait est le meilleur pour moi, à l’instant T, et je le partage avec vous parce qu’il fera peut-être naître une réflexion en vous, ou autour de vous !

Qu’avoir son permis est inutile : je suis contente de l’avoir passé, c’est une chose de faite, même si c’est dommage que ça coûte aussi cher. Si un jour j’ai à nouveau besoin d’une voiture, ou de louer un véhicule pour déménager par exemple, j’ai déjà le permis qui va avec. Mais avoir le permis ne veut pas forcément dire investir dans une voiture. Et d’ailleurs, pas sûre qu’avoir le permis de conduire soit forcément utile à tout le monde !

IMG_3168

Finalement, avoir et utiliser (ou pas) une voiture, c’est du cas par cas. Mais j’ai l’impression qu’on se sent vite prisonnier de l’acquisition d’un véhicule, en se disant “oui mais ça peut servir !”. Beaucoup de chose dans la vie “peuvent servir” un jour ou l’autre, ça ne veut pas dire qu’on doit s’encombrer avec, si on n’en a pas vraiment l’utilité. C’est la base du minimalisme : ne garder que ce qui est indispensable, et de préférence qui entretient le bien-être. Voilà, tout simplement, pourquoi je n’ai plus de voiture.

Afficher les commentairesFermer les commentaires

67 Comments

  • Antigone XXI
    Posted 18 avril 2015 à 08:27 0Likes

    Hi hi, tu m’as fait rire, j’aurais pu écrire cet article en changeant légèrement le titre : ‘Pourquoi je n’ai pas de voiture (et je n’ai jamais passé mon permis)’ – oups ! ;-)
    Bravo, super décision !

    • Pauline
      Posted 18 avril 2015 à 08:39 0Likes

      Je suis contente d’avoir le permis – parce que mon papa et ma maman me l’ont offert, parce que si j’avais dû tout sortir de ma poche, ça m’a coûté plus de 1000 euros cette histoire, vu que je l’ai passé 4 fois :D (je n’étais pas faite pour conduire à la base, je crois… ;))
      Merci, c’est un vrai soulagement !

  • Lucie
    Posted 18 avril 2015 à 08:43 0Likes

    Je n’ai pas de voiture mais mon copain si. Je me dis quen vivant en ville, je n’en ai pas besoin. Mais c’est vrai que je ne pourrais pas exercer mon travail (reporter) sans une voiture de fonction et à chaque fois que je fais de longs trajets ça me rend triste de polluer alors que je suis seule dans une voiture 2 places :( Mais pas possible de faire du covoiturage car d’une part c’est interdit de transporter des gens qui ne sont pas salariés de l’entreprise et d’autre part, il faudrait que je puisse m’organiser à l’avance, ce qui est rarement le cas!
    Pour ceux qui veulent abandonner la voiture perso, il y a des sites qui permettent l’auto partage, et je trouve l’idée super!

    • Pauline
      Posted 18 avril 2015 à 09:31 0Likes

      Ah c’est sûr qu’il y a des situations et des contextes qui font qu’un véhicule est obligatoire ! Je trouve chouette que tu aies conscience qu’occuper seule un véhicule de plusieurs personnes, c’est un peu dommage : plein de gens ne s’en rendent pas compte ! L’auto-partage c’est une super idée, j’espère que ces alternatives vont se développer, parce que c’est sûr qu’on ne pourra pas supprimer toutes les voitures du globe :)

  • AbyssalChaos
    Posted 18 avril 2015 à 09:34 0Likes

    Cet article est rassurant pour moi qui n’ai jamais (pas encore?) passé mon permis parce que j’ai une peur bleue de conduire.
    Certes ce n’est pas par conviction que je n’utilise pas de voiture, en tout cas ce n’est pas la raison n°1, mais même si j’avais le courage de passer le permis je ne suis vraiment pas sure que ça changerait grand chose.
    Déjà une voiture c’est un gouffre financier et clairement je n’en ai pas les moyens, et en plus niveau pollution c’est terrible. Bref, je rejoins tes arguments !

    (et puis c’est vrai ça, c’est moche les voitures…)

    • Pauline
      Posted 18 avril 2015 à 10:04 0Likes

      Je pense que quand on arrive à un tel nombre d’arguments contre, ça ne sert à rien de se faire violence :)

  • Xel0u
    Posted 18 avril 2015 à 09:35 0Likes

    Je suis tout à fait d’accord avec toi !
    D’ailleurs, j’attendais ton article avec impatience !
    J’ai passé mon permis un peu par dépit (je m’embêtais les lundis à la maison et je me suis dit que ça m’occuperai), un peu parce que mon chéri voulait que je le passe pour partir en voyage.
    Je suis contente de l’avoir passé, même si ça a été super dur psychologiquement (je crois que je faisais un vrai blocage, je me suis toujours dit que je ne le passerai jamais et que je n’en aurai jamais besoin). Je n’ai jamais conduis en France et j’ai conduis deux fois une demi heure depuis que je suis arrivée en Nouvelle-Zélande (=inutile, quoi)…

    Je me suis toujours débrouillée avec les transports en commun, ça me va très bien.
    Alors bien-sûr, je ne sais pas de quoi demain sera fait. Je ne sais pas ce que je ferai quand je serai de retour en France, ni où je vais vivre et peut-être que j’aurai besoin d’une voiture…

    En tout cas, je suis contente de lire ton témoignage. Ca prouve que même en ayant eu une voiture, on peut se rendre compte que c’est superflu. Je me sens un peu moins seule ^^

    • Pauline
      Posted 18 avril 2015 à 10:03 0Likes

      Moi aussi j’ai eu beaucoup de mal à passer le permis, ma monitrice de conduite me terrifiait, j’avais très fortement conscience qu’une voiture, et être dedans, et conduire, c’est dangereux, même si pour plein de gens ça passe crème. J’ai toujours été plus à l’aise sur les autoroutes qu’en ville, malgré la grande vitesse, parce qu’il y a beaucoup moins de risques d’écraser un piéton ou de se rentrer dedans. Mais ça ne faisait que me stresser dès que j’étais en agglomération et je préfère vraiment le confort de la marche à pied ou des transports où je n’ai rien à faire pour avancer ;)

  • Thessalie
    Posted 18 avril 2015 à 09:36 0Likes

    Bonjour Pauline,
    “ça m’a coûté plus de 1000 euros cette histoire, vu que je l’ai passé 4 fois” eh bah toi tu ne vis décidément pas en Ile-de-France :) Et tant mieux tu me diras, c’est le même permis français pour tout le monde, c’est pas normal qu’en IdF ça nous coute 3000€ pour le passer une fois…

    Je suis pour la dernière année (de ma vie j’espère !) chez mes parents, et l’année prochaine je vais devoir choisir entre voiture ou transports en commun quand je serai autonome (cette année mes parents me prêtent une voiture inutilisée). Je me pose exactement les questions que tu te poses !
    Je suis vraiment en train de me dire qu’il vaut mieux que j’habite dans une ville plus cher pour pouvoir faire l’économie d’une voiture au profit de transports en commun bien fournis. Mais d’un autre côté, je suis prof et comme tu sais peut être on est affectés (au début, c’est ma première année) un peu là ou le Rectorat a envie, = pas forcément de transports en commun pratiques dans ces coins là, et je peux t’assurer que le matos de prof pèse bien lourd (les livres, les documents, le cahier de notes, etc…).

    Alors je sais pas encore, j’imagine que ça dépendra d’où je suis affectée, parce que dans mon coin des Yvelines y’a aussi de la campagne hyper mal desservie.

    En tout cas ton choix m’inspire a 100% !

    Je finis juste “ma vie, mon histoire” avec un souvenir que j’ai lié a toute cette réflexion : quand je passais mon BAFA, je parlais avec une formatrice du fait d’aller chez un psy pour se soigner et mieux se connaître, et je disais “j’aimerais bien, mais ça coûte cher”, ce a quoi elle m’a répondu “il faut savoir faire des choix et mettre en priorité ce qui est vraiment plus important”. Elle m’a donc expliqué que bien qu’elle aime conduire, elle avait fait le choix de ne plus avoir de voiture pour favoriser sa santé et pouvoir finir sa psychanalyse.
    Déjà à l’époque ce discour m’avait marqué, c’était une des premières fois ou j’entendais quelqu’un me dire qu’il avait vraiment remis en cause les automatismes de consommation qu’on a (la voiture était autour de moi une évidence, vu que je suis d’une banlieue pas si bien desservi) .

    Bref, un jour je suivrai certainement ton choix moi aussi :)

    • Pauline
      Posted 18 avril 2015 à 10:02 0Likes

      3000€ ????? C’est de la folie… J’ai passé mon permis dans la campagne profonde du Nord-Pas-de-Calais donc c’est vrai que c’est moins cher qu’ailleurs, mais je trouvais déjà que 1000€ c’était énormissime, mais là je suis sur le cul…
      Je suis mais alors 100% d’accord avec ce que disait ta formatrice ! Moi-même, j’ai eu un moment de “oui mais ça coûte cher, la thérapie”, notamment quand c’est avec des thérapeutes indépendants et qu’il faut tout sortir de sa poche à plus de 60€ l’heure. Mais on a toujours le choix de là où on met son argent, à cette époque j’avais décidé de faire toutes les petites économies, en annulant mon abonnement à une box, en achetant moins de tofu… il faut juste savoir ce qu’on veut, et ce qui est vraiment important pour nous ;) ça demande un réel travail sur soi.

      • Thessalie
        Posted 18 avril 2015 à 13:58 0Likes

        En ce qui concerne le prix, si je prends ce que j’ai payé strictement (enfin, aidé des parents…) :
        Fofait 20h de conduite : 1130 €
        Examen du code : 85 €
        Examen pour la conduite : 115 €

        Ce qui fait un total pour le moment de 1330 € si au bout des 20h de conduites t’as le niveau.

        Perso j’ai du ajouter 31h supplémentaires a 50€ l’heure… total 1550 € de plus, pour au final un prix de 2880 € (permis obtenu en 1 fois)

        Après tu me diras, quelqu’un ayant un peu plus confiance en lui mettra pas 31h supplémentaires a se lancer, quelqu’un d’un peu plus doué aura pas besoin de 31h de plus pour être à un niveau “je suis pas dangereux sur la route” !

        • Pauline
          Posted 19 avril 2015 à 10:24 0Likes

          Boarf, tu sais, j’ai passé mon permis 4 fois après avoir fait un an et demi de conduite accompagnée… et bien plus de 31h de conduite supplémentaires ! Certes, je n’ai pas payé toutes ces heures en plus, mais je devais pas être bien douée ou confiante dès le départ ;)

  • annso
    Posted 18 avril 2015 à 09:55 0Likes

    J’ai toujours vécu en ville donc je n’ai jamais eu de voiture. J’ai passé le permis parce que “ça se faisait” mais je déteste conduire et je n’en ai jamais vraiment eu besoin du coup ça va faire 7 ou 8 ans que je n’ai pas conduit…
    En revanche pour mon amoureux c’est une autre histoire ! Jeune il vivait à la campagne donc c’était obligatoire pour aller faire ses études. Aujourd’hui, on habite une grande ville donc elle ne sert pas la semaine mais on ne s’imagine pas s’en débarrasser pour autant : pour aller chez ses parents, se promener dans notre belle région ou faire des roadtrips ont en a besoin !

    Par contre, au jour le jour, en ville, j’ai beaucoup de mal avec les gens qui ont une voiture et qui insistent pour “me déposer, ça ira plus vite” : aller chercher la voiture, se taper les bouchons, les détours à cause des sens interdits… Rha rien que d’y penser, ça me fatigue ! Je me sens tellement plus autonome en métro / velov / pieds / longboard !
    (Sauf en rentrant de soirée, j’avoue ! Dans ces moments là, j’essaye souvent de me faire dépose, je suis faible…)

    • Pauline
      Posted 18 avril 2015 à 10:06 0Likes

      Ahah moi aussi j’adore me faire déposer en fin de soirée :D mais j’exprime ma gratitude avec force remerciements, gâteaux et services rendus, donc ça va :D

  • Daphnée
    Posted 18 avril 2015 à 10:01 0Likes

    Tout à fait d’accord. J’ai aussi passé mon permis car question vitale, habitant au fin fond de la campagne. T’as pas ton permis, tu moisis. En gros…

    • Pauline
      Posted 18 avril 2015 à 10:07 0Likes

      Ah ça, c’est clair ;) ma petite soeur a un scooter, ça lui permet de bouger un peu dans la campagne, moi ça me faisait trop peur, mais quand on est en campagne c’est indispensable. Par chez mes parents, il y a deux bus par jour… on va pas loin, comme ça !

  • Amy
    Posted 18 avril 2015 à 10:16 0Likes

    En France, j’ai une voiture. Beaucoup de gens m’ont demandé pourquoi je n’étais pas venue à Madrid avec ma voiture, après tout ce n’est que le pays voisin… Mais comme tu l’as dit, l’amener ici, pour ne pas pouvoir la garer (ou pire, devoir payer autant que mon loyer pour la garer !) et m’en servir trois fois en tout et pour tout, caer Madrid est super bien desservie comme ville… Quel intérêt ?
    En France, en revanche, je l’ai… Mais j’ai de la chance, je la partage avec ma mère, c’est donc elle qui paye l’assurance (moins chère du coup, vu qu’elle est dessus en tant que vieille conductrice à qui il n’arrive jamais rien et que je n’ai jamais eu d’accidents pour ma part (croisons les doigts)), et moi je payais l’essence relative à ma consommation (et mes amendes aussi oups).
    Je n’ai jamais trop réfléchi. Un début, quand j’ai eu mon permis, on habitait au fin fond de la campagne, et comme toi, la voiture c’était la liberté de pouvoir aller voir mes amis et rentrer chez moi, dans un endroit où le dernière bus passait à 18h. Ensuite, on a déménagé en centre-ville, et la voiture est devenue moins magique. Mais mon copain habitait lui dans la campagne profonde… Ma voiture est redevenue indispensable car zéro bus pour aller chez lui, et je n’aimais pas l’idée de le faire jouer au taxi tous les jours (sans compter que je suis miss retard et que je ne voulais pas qu’il m’attende xD)
    Et puis je m’en servais pour aller à la mer, et aller en festival…

    Le truc étrange, c’est que je n’allais jamais loin. Puis j’ai commencé des études dans une ville à 1h30 de voiture de chez moi. Et là elle a vraiment servi (pour faire les courses, car rien à proximité de là où j’habitais), pour aller en cours (en cas de grève de métro ou de retard) ou juste pour rentrer chez moi, dans ma ville.
    Là où c’était étrange, c’est que le train coûtait en fait plus cher que la voiture pour rentrer chez moi, et mettait deux fois plus de temps.
    Du coup, j’ia décidé de la rentabiliser avec le covoiturage (ou des autostoppeurs, à l’occasion)

    C’est vrai qu’une voiture c’est peu écologique, et la galère du parking, ne m’en parle pas (ma technique, c’était souvent de rallier un point de transport en commun stratégique et de laisser ma voiture sur le parking officiel, en général grratuit pour ralier les centre-villes). Mais je trouve que le covoiturage est une bonne alternative. Oui, on se donne bonne conscience mais d’un autre côté, ça rend aussi service, ça allège le poids de l’essence et son coût et mieux vaut une voiture transportant 4 personnes sur la route que 4 voitures transportant une personne… Non?

    Je ne pense pas un jour me séparer de ma voiture. J’attends de pouvoir investir dans une voiture moins polluante, peut-être même électrique ou en tout cas hybride pour diminuer l’impact écologique (nos vieilles poubelles de jeunes conducteurs sont malheureusement les pires !). Contrairement à toi, conduire ne me cause pas de stress ou de sentiment d’insécurité, j’adore conduire, vraiment, et ici sans ma voiture, ça me manque.
    Après, si jamais je me retrouvais à habiter en plein centre de Paris, je doute d’en acheter une, ça serait inutile et très cher.

    • Pauline
      Posted 19 avril 2015 à 10:38 0Likes

      Ah mais oui, le covoiturage rend service et c’est une super alternative ! Ce n’est pas une question de se donner bonne conscience, on sait très bien que certain·e·s ont besoin de leur voiture et ne pourront pas s’en passer, et le but de cet article n’est pas de dire “revendez tous·tes vos voitures”, mais plutôt de réfléchir à comment mieux s’en servir ;)
      L’équation du co-voiturage est réellement positive : on divise l’émission de carbone par le nombre de personnes dans la voiture, c’est loin d’être pas grand chose !

  • Lila
    Posted 18 avril 2015 à 10:49 0Likes

    Ayant toujours habité dans une grande ville, je n’ai jamais passé mon permis ni eu de voiture, ayant toujours trouvé que c’était plus de contraintes que d’avantages. Quand mon amoureux est venu me rejoindre à Paris, la première chose qu’il a fait, c’est vendre sa voiture. Entre les galères pour se garer, le prix, et le peu d’utilité, le choix a été vite fait ! Depuis, ça doit nous manquer une ou deux fois par an, quand on a un truc lourd à emporter ou qu’on veut partir en vacances, la plupart du temps on réussit à s’en faire prêter une. Mais au quotidien, s’en passer, c’est à mes yeux un vrai luxe !
    Beaucoup de gens étaient persuadé, quand on a eu notre premier enfant, qu’on allait en prendre une parce qu’avec un enfant “c’est indispensable”, et en fait on n’en a jamais ressenti le besoin. Il prend les transports en commun avec nous (1e fois dans le métro à 4 jours pour rentrer de la maternité) et on continue à faire transports en commun à Paris + train pour partir, aller voir nos familles. D’ailleurs, c’est drôle de voir comme avoir une voiture ou pas influe aussi sur le reste : ma belle-soeur se déplace essentiellement en voiture, quand elle part en week end avec son fils elle a le coffre plein, alors que notre “nécessaire pour partir en vacances avec un petit” est bien plus réduit !

    • Pauline
      Posted 19 avril 2015 à 10:33 0Likes

      C’est aussi ce que je dis quand on me dit “comment tu vas faire sans coffre de voiture ?”. J’ai toujours aimé voyager léger, et plus on a d’espace, plus on a tendance à le remplir même de choses inutiles. Quand je n’avais pas de voiture, notre nécessaire “weekend chez mes parents” tenait dans un sac à dos Eastpak ! J’ai envie de retourner à cette simplicité, de ne plus m’encombrer de choses que je prends “au cas où” et qui ne servent finalement pas.

  • Lou
    Posted 18 avril 2015 à 10:54 0Likes

    J’ai moi aussi passé mon permis parce que mes parents vivaient dans le fin fond de la campagne, sans même un petit bus pour me donner un sentiment de liberté. Seulement, j’ai eu mon permis à 18 ans, logiquement, ce qui coïncide au moment où je suis parti faire mes études…Dans une grande ville ^^. Du coup, je n’ai pas pris de voiture parce que ça ne m’aurais servit strictement à rien, à part pour rentrer voir mes parents mais c’était pas aussi régulier pour que ça vaille vraiment le coup! Mais ce qui est bien, en ayant le permis, c’est que quand je rentre en vacance dans ma campagne, mes parents me prêtent une voiture et je peux faire ce que je veux :). Je pense que j’essayerai de reculer l’acquisition d’une voiture le plus possible, jusqu’à ce que se soit nécessaire (quand j’habiterais moi aussi au fin fond de la campagne!)

  • Dame Andine
    Posted 18 avril 2015 à 16:02 0Likes

    J’aime beaucoup la posture que tu adoptes : tu questionnes ton besoin sans être dogmatique (ni par rapport à toi-même ni par rapport aux autres). Au fond, ton approche s’applique à plein d’autres choses et bidules qu’on pense indispensables… Cela m’est arrivé de l’appliquer à internet par exemple… mais la colonne “positif” (avec, entre autres, “lire les articles de Pauline, AntigoneXXI,” etc.) gagne clairement :-D. Le questionnement en lui-même me permet de réaliser que je peux aussi éteindre le modem.
    Je partage pleinement ton “non-amour” de la voiture. J’ai passé mon permis – il y a un bail – parce que j’angoissais à l’idée de conduire et je craignais que l’angoisse augmente au fil du temps. Je ne regrette pas de l’avoir fait – pour que la voiture ne soit pas une peur abstraite. Mais je n’ai jamais eu de voiture, je n’ai jamais eu le budget adéquat, et clairement : je n’aime pas conduire. Cela fait 7 ans et demi que j’ai fini mes études, que j’ai une vie d’adulte, avec travail ou pas. Par contre, j’avoue que parfois, cela me fait envie. J’aimerais par exemple, installer une toilette sèche. Concrètement cela implique de trouver de la sciure (et ce n’est pas tout près que j’en trouverai). Pour ça et tout ce genre de choses, ça implique de dépendre … de mes parents (pourtant à 80km de chez moi). Idem pour rendre visite à des proches pas-géographiquement-proches : on doit venir me chercher à la gare. Ce n’est pas toujours simple à vivre.
    Par contre, je suis très consciente de ce qu’implique une voiture, en frais, et en non-simplification de la vie. Certes, j’irais plus vite pour faire 6km mais je devrais chercher une place pour me garer, et puis marcher si la place n’est pas proche. Et puis penser aux entretiens, aux pneus hiver/pneus été, etc. pfff, ça me saoule rien que d’y penser.
    Je suis donc quand même contente de faire avec les transports en commun (je suis en milieu semi-urbain) et surtout avec mon vélo! Il est devenu moyen de transport autour de chez moi il y a environ 1 an. Il y a un mois, j’ai consacré une bonne partie de mes économies à l’achat d’un vélo à assistance électrique. Je le prends plus souvent et fait plus de choses (y compris rentrer tard d’une soirée à 10 km de chez moi – l’assistance fait que je surmonte le côté “han mais je suis fatiguéeeee”). J’aime beaucoup ce moyen de transport. Mais je ne me leurre pas : si je trouve un travail qui est à plus de 15 km de chez moi et pas proche d’une gare, j’achèterai probablement une voiture. J’ose croire qu’ayant l’expérience que j’ai, je ne la prendrai alors pas pour faire 6km.

    • Pauline
      Posted 19 avril 2015 à 10:23 0Likes

      Merci Amandine !
      C’est vrai que ne pas avoir de voiture, c’est aussi un peu compliqué parfois. Moi, je me suis demandé un temps si je n’allais pas être un poids pour mes proches : si j’ai besoin d’acheter un meuble lourd ou si je vais rendre visite, on doit m’aider, m’assister. J’ai eu un moment où ça m’a gênée, j’aimais pouvoir tout faire toute seule, mais finalement je me dis que mes proches me raccompagnent chez moi, viennent me chercher à la gare, ou m’accompagnent chez Ikea (ou ailleurs), s’ils le veulent, et que c’est leur responsabilité d’accepter ou de refuser ! C’est une autre manière d’appréhender les relations aussi, finalement… que d’expériences autour d’une banale voiture !
      Pour ce qui est du travail, oui, c’est beaucoup plus pratique dans certains cas, voire indispensables : nombreux sont les employeurs qui mettent de côté les candidatures quand le candidat n’a pas de véhicule personnel. Heureusement, ce n’est pas mon cas pour l’instant, donc j’en profite ! (et j’aurais bien d’autres choses à dire sur les avantages que je trouve à mon statut de freelance !)

      • Dame Andine
        Posted 21 avril 2015 à 06:33 0Likes

        Je suis d’accord avec toi pour l’aide familiale… en fait, c’est normal d’avoir besoin d’aide dans la vie. Les humains, dans les relations saines, se sont toujours entraidés. Juste je ne parviens pas toujours capable d’être dans la réciproque… Il y a des choses où je peux aider ma maman, mais je ne vois pas comment aider mon père par exemple… (du coup parfois je lui fais des tartinades, c’est pas ce vers quoi il va au niveau alimentaire, mais apparemment, il aime bien :-D).
        Pour postuler, je mens par omission : j’indique mon permis et ne dis rien sur l’absence de voiture. Si le job est proche de chez moi, mon vélo fera l’affaire. Si pas, et que j’ai l’occasion de répondre là-dessus, je précise que j’achète la voiture dès que j’ai un contrat. De nouveau, si je suis dans cette situation un jour, je ferai l’effort de ne pas tomber dans l’usage systématique de la voiture.

        • Pauline
          Posted 21 avril 2015 à 06:41 0Likes

          Hihi je ne saurais pas trop comment aider mon papa non plus ? Je lui fais à manger dès que je vais chez eux, est-ce que ça compte ? ;)

  • Julie
    Posted 18 avril 2015 à 16:38 0Likes

    En ce moment j’habite à Londres, donc je n’ai pas de voiture, mais quand j’habitais à Lille, j’en avais une, et je dois dire, non sans un peu de honte, que j’adore conduire! Attention je ne suis pas une fanatique des voitures, hein! Mais en avoir une a représenté pour moi une incroyable respiration (je sais on dirait de l’humour noir…), une liberté totale. Et puis difficile de faire sans avec un enfant! Aujourd’hui, même à Londres, ça me manque: on aime aller dans des coins un peu perdus, faire des marches dans des coins reculés et ces endroits sont hors d’accès sans voiture… Quant à aller camper, je n’en parle même pas.
    Mais je comprends qu’on n’en ai pas si on n’en ressent pas le besoin. J’attends impatiemment que les voitures électriques se démocratisent, même si je sais bien que ce n’est pas 100% écologique.

    • Pauline
      Posted 19 avril 2015 à 09:42 0Likes

      C’est déjà mieux que rien ! J’ai appris récemment que le diesel polluait plus que l’essence, moi qui croyais que c’était l’inverse… et clairement on ne pourra pas supprimer toutes les voitures, certains en ont vraiment besoin. Peut-être tout simplement essayer de rentabiliser au mieux l’espace-voiture avec le covoiturage et l’auto-partage, enfin bref : utiliser la voiture de manière réfléchie et non pas comme un automatisme sans conséquences, serait déjà un gros plus, une belle avancée !

      • Dame Andine
        Posted 21 avril 2015 à 06:36 0Likes

        (j’ai eu la même idée que toi par rapport à diesel/essence… je trouve qu’on manque d’infos impartiales… par exemple, est-ce que le pouvoir polluant de l’un et l’autre prend en compte le fait qu’on consomme généralement moins de diesel au km et que le moteur dure plus longtemps? mais bref, comme je n’ai pas de projet voiture immédiat, c’est pas ma question la plus urgente ;-))

        • Pauline
          Posted 21 avril 2015 à 06:42 0Likes

          Oui voilà, le problème est là aussi, il me semblait qu’à un moment donné on encourageait l’achat de voitures diesel et maintenant on offre des primes à celleux qui s’en débarrassent au profit d’une essence ? Je comprends plus rien. Mais ce n’est plus mon problème pour l’instant :P

  • Natasha ❀ Echos vert
    Posted 18 avril 2015 à 18:04 0Likes

    Quelle bonne idée d’aborder ce sujet, surtout dans un pays où la conduite accompagnée me semble très populaire et donc beaucoup de personnes obtiennent leur permis très tôt… alors qu’ils n’en ont absolument pas besoin. J’ai l’impression qu’aux yeux de beaucoup de monde, obtenir le permis fait partie des bases essentielles de la ‘vie’, au même titre que le bac et un CDI ! Pour diverses raisons, j’ai mis relativement longtemps à me motiver à passer mon permis – tous mes amis l’avaient eu à 18 ans et moi je me suis décidée à apprendre à conduire à 25 ans… J’avais fini mes études, je travaillais à plein temps et cela me semblait être l’étape suivante la plus ‘logique’. Pourtant, je n’avais jusque-là jamais ressenti le besoin d’avoir une voiture ! Mais bon, je me suis dit que ce serait une bonne chose de faite. A ce moment-là je vivais à Oxford en Angleterre où la vie est terriblement chère (les loyers sont encore plus élevés qu’à Londres !). Je payais 50 livres Sterlings pour 2h de cours chaque semaine (70 euros). En tout, j’ai dû dépenser plus de 2000 euros dans mes cours, + les frais pour obtenir mon permis ! Heureusement, mes parents m’ont payé mes cours car avec mon salaire de misère et le coût de la vie oxfordienne, je n’aurais jamais pu le passer sinon… Tout ça pour rien. Car je n’ai ensuite pas conduit… jusqu’à que nous partions vivre au fin fond de la forêt Britano-colombienne avec mon chéri où l’épicerie la plus proche était à 15 minutes… en voiture. Et comme il n’y avait pas de transports en commun là où nous vivions, nous étions obligés d’investir dans une voiture. A ce moment-là je n’avais pas conduit depuis le jour où j’avais obtenu mon permis, soit bien plus d’un an et ce fut très difficile pour moi de reprendre le volant, très stressant même… ça m’a complètement dégouté de la conduite alors que je n’avais eu aucun problème à avoir mon permis. 3 ans plus tard, nous avons quitté le Canada et emménagé dans une ville où l’on peut tout faire à pied ou à vélo pour le quotidien. Pour le reste, il y a le train et si besoin un super système d’auto-partage auquel nous sommes abonnés et qui nous rend service une fois par mois tout au plus (mais c’est toujours J. qui conduit, jamais moi… ). Tout ça pour dire que je trouve cela vraiment dommage de partir du principe qu’on a tous besoin d’avoir notre permis le plus tôt possible… ou qu’on a tous besoin d’avoir le permis tout court. Si je n’avais pas mon permis, cela ne m’aurait jamais posé de problèmes jusque-là et même si j’ai mon permis maintenant, et bien je n’ai aucune envie de conduire car après l’avoir obtenu je suis restée sans conduire trop longtemps, du coup l’idée même de conduire me stresse. Bref, on devrait tous tester la vie sans voiture tant que ce n’est pas primordial, c’est tellement plus zen je trouve, pour nous, pour les autres et pour la planète ;-) PS : J’aime beaucoup tes photos !

    • Pauline
      Posted 19 avril 2015 à 09:40 0Likes

      Je te rejoins totalement : plus zen, plus vert, tout ce que j’aime quoi ! :D

  • Cleophis
    Posted 18 avril 2015 à 19:03 0Likes

    Je suis bien d’accord avec toi, si on peut se passer de la voiture autant le faire! Nous utilisons notre voiture uniquement pour les longs trajets, pour voir la famille, parce qu’à 4, le train coûte vraiment trop cher. Mais le reste du temps, elle reste au parking et nous marchons ou nous utilisons les transports en commun. A Paris, je crois que c’est le mieux à faire de toute façon.

    • Pauline
      Posted 19 avril 2015 à 09:34 0Likes

      C’est certain qu’à Paris, je ne comprends vraiment pas l’intérêt d’utiliser une voiture régulièrement, ça doit être plus relou qu’autre chose au quotidien que pour moi à Lille !

  • Toques'n'roll
    Posted 18 avril 2015 à 19:45 0Likes

    Je fais partie de la team qui n’a pas le permis. Je n’ai tout simplement jamais envie de le passer et surtout, je n’y ai jamais pensé. Beaucoup de mes amies l’ont passé à 18 ans, c’était un peu un rite de passage mais pas chez moi. Dans ma famille, ce sujet n’a jamais été abordé.
    Parallèlement, de nombreux membres de ma famille me harcèlent assez régulièrement pour que je le passe avec moult arguments comme ” C’est important “, ” C’est pas si cher une voiture “, etc. Ils ne conçoivent tout simplement pas qu’on puisse vivre sans voiture. Je comprends que quand on vit à la campagne, c’est presque vital mais j’ai toujours habité dans un endroit où il y a des transports et même avec les transports, dans 95% des cas, je me déplace à pied. J’habite à 30 minutes à pied du centre-ville et systématiquement, j’y vais en marchant.
    Je crois qu’avoir son permis n’est plus une nécessité mais une histoire de ” pression sociale ” dans beaucoup de cas. Je ne compte plus le nombre de personnes autour de moi qui prennent les transports pour aller bosser parce que c’est moins cher et plus rapide (pendant que la voiture dort au garage) ? Ce sont les mêmes personnes qui insistent pour que j’apprenne à conduire.

    En tout cas, c’est rassurant de voir dans les commentaires et dans ton écrit que la voiture, on peut s’en passer.

    • Pauline
      Posted 19 avril 2015 à 09:33 0Likes

      C’est vrai qu’il y a plein de gens qui ne conçoivent pas du tout qu’il est possible de vivre sans voiture, je me suis heurtée à pas mal d’incompréhension dans ma famille au premier abord… C’est un mode de vie différent que j’ai, je vis en ville et je n’ai pas l’intention de la quitter, au contraire de mes parents par exemple qui sont à la campagne. Et il y a tout cet aspect écologique et santé auquel les gens ne pensent pas forcément, alors que pour moi, il est vite devenu incontournable dans ma réflexion.

  • Claire
    Posted 18 avril 2015 à 23:47 0Likes

    Hello :)

    Tout comme toi, je n’ai pas de voiture, il y a une part de choix & une part d’obligation.
    J’ai mis un temps fou à passer le permis (bien que je vivais également dans un petit village), peut-être par peur de grandir, par peur de devenir autonome (alors que, paradoxalement, je ne demandais que cela!), et par fatalisme sachant bien que permis en main je n’aurais pas les moyens de m’acheter une voiture, donc que je dépendrais toujours du bon vouloir de mes parents…
    Mais j’ai fini par passer le permis, et j’en suis ravie car j’adore conduire! Mais je n’ai pas de voiture pour des raisons évidemment financières mais aussi car je n’en veux pas. Je vis actuellement dans une grande ville & je préfère marcher que dépenser des milles z’et des cents dans une voiture, une assurance, de l’essence, des parkings payants…
    J’aime marcher, de toute façon :)
    J’espère un jour avoir ma voiture, malgré tout, mais uniquement lorsque j’en aurai vraiment besoin! :)

    • Pauline
      Posted 19 avril 2015 à 09:31 0Likes

      C’est tellement cher une voiture ! Quand j’ai eu de gros soucis d’argent, j’ai vraiment regretté d’avoir mis toutes mes économies là-dedans… :(

  • Girlonthecouch
    Posted 19 avril 2015 à 10:32 0Likes

    C’est rigolo je me pose les mêmes questions en ce moment …
    J’ai passé mon permis assez tard parce que, même si je venais de la campagne profonde, j’ai emménagé dans une grande ville et clairement à l’époque je n’en avais pas besoin pour aller à la fac, et en plus je n’ai pas pu me faire payer la conduite accompagnée par papa-maman (donc je suis encore en période probatoire). Et je n’en ai toujours pas besoin pour aller au boulot, mais pour aller à la fac si, et même si j’y vais avec une copine qui habite à côté, je n’arrive pas à m’empêcher d’imaginer que j’agrandis le trou de la couche d’ozone avec mes gaz d’échappement. J’ai bien essayé de faire le trajet à vélo, mais j’ai TELLEMENT la trouille des voitures, que j’ai préféré abandonner :(

    • Pauline
      Posted 19 avril 2015 à 10:40 0Likes

      Argh j’aurais super peur de rouler à vélo près des voitures aussi… bon la question ne se pose pas : je n’ai jamais su rouler à vélo tout court, donc pour moi c’est à pied ou en transports en commun. En partageant ta voiture avec ton amie, tu fais déjà un truc que pas mal de gens ne font pas, donc ne t’en fais pas trop, sois douce avec toi-même :) tu auras l’occasion avec le temps de remettre en question ces choix, ces besoins, qui auront peut-être évolué (ou pas, et ce n’est pas forcément grave :))

      • Girlonthecouch
        Posted 19 avril 2015 à 10:56 0Likes

        En plus le pire c’est que j’adore conduire, bonjour le yo-yo émotionnel :)
        Je pense de plus en plus à me débarrasser de la mienne (qui est un gouffre financier, vive les vieilles twingo), pour me prendre un abonnement en auto-partage, à Bordeaux on a un réseau qui a l’air de bien se développer, les voitures sont électriques, je me dis que c’est peut-être la solution !

        • Pauline
          Posted 20 avril 2015 à 06:51 0Likes

          L’auto-partage c’est super chouette, je ne connaissais même pas avant de parler de cet article que j’écrivais, et c’est une belle découverte :)

  • Eloïse
    Posted 19 avril 2015 à 16:11 0Likes

    C’est amusant, je me tiens sensiblement le même raisonnement mais je n’ai toujours pas eu le “courage” de vendre ma voiture! Et mon obstacle le plus important va te faire rire mais c’est mon chat! Je rentre régulièrement à la campagne chez mes parents avec lui et, même s’il n’est pas fan des transports (train ou voiture), ça reste plus confortable pour nous deux de faire le trajet en voiture plutôt qu’en train! Et comme j’ai acheté ma voiture il y a assez longtemps, le trajet me revient au final moins cher qu’en train! (le félin paye 8€ pour être en règle dans le train!:-/ )

    • Pauline
      Posted 20 avril 2015 à 06:49 0Likes

      Pour avoir eu un chat qui vomissait dès qu’on le transportait, je comprends que tu préfères la voiture que le train :P

  • Aënor
    Posted 21 avril 2015 à 12:23 0Likes

    Ahaha, j’adore les photos, comme une promenade tranquille en revenant du concessionnaire chez qui tu as laissé ta voiture. Comme une ode à la marche et à une nouvelle découverte du monde qui nous entoure (oui, je pars dans mes délires ^^) ça sent aussi un peut le “ah tiens, je vais pouvoir caser mes jolies photos que je n’ai jamais trouvé où mettre pour illustrer cet article”, et au final, ça marche :p

    Si non, chouette initiative.
    Pourquoi garder une voiture quand on en a ni le besoin ni l’envie?

    Perso, je n’ai pas le permis et la seule chose qui me gène dans cette situation ce sont les employeurs qui le demandent dans leurs offres d’emplois. Je vais peut-être finir par le passer rien que pour ça du coup
    Et pour qu’on me laisse tranquille aussi ^^

    • Pauline
      Posted 22 avril 2015 à 08:34 0Likes

      Hihi, je me promenais avec mon amoureux et je me demandais comment j’allais pouvoir utiliser ces photos… puis j’ai écrit cet article et je ne savais pas comment l’illustrer… fuuuusion ! ;)
      J’ai la chance de ne pas avoir affaire aux employeurs, ce qui m’enchante pour tout plein de raisons, mais sinon c’est vrai que c’est un peu relou ! On avait conseillé à un de mes amis de mettre “permis B en cours d’acquisition” sur le CV, ça montrait que c’était “en cours” et ça permettait de passer au-dessus du préjugé pourri. Mais il y a des postes pour lesquels le permis est vraiment nécessaire donc là, difficile de mentir :D

  • Saraha
    Posted 21 avril 2015 à 16:08 0Likes

    Merci pour cet article, je n’ai pas le permis et parfois c’est quand même assez dur à assumer… alors merci pour ton article :)

  • Gobelalune
    Posted 21 avril 2015 à 18:07 0Likes

    Hihi c’est trop drôle, ton article tombe PILE au moment où, après 7 ans à avoir résisté à la fois au permis et à la voiture, j’en ai besoin dans ma vie pour avancer et gagner en autonomie, là où je vis et où je vais vivre. J’ai besoin d’avoir le permis, car comme tu le dis, pouvoir conduire un véhicule de location, c’est une possibilité non négligeable quand on voyage beaucoup, et la voiture pour le moment m’est devenue indispensable. Cela dit, je privilégierai toujours le vélo et les transports en commun : je ne vais pas me dire “oh j’ai une voiture, je peux tout faire avec !”, non, c’est pour les indispensables :) !
    Alors je te rejoins totalement : ce n’est pas une solution durable, et je sais qu’un jour, je pourrai de nouveau m’en passer :)

    Merci pour cet article motivant et éclairant, j’adore ton écriture bienveillante (premier commentaire que je pose ici, alors je me lâche lol) !

    • Pauline
      Posted 22 avril 2015 à 08:35 0Likes

      Rohlala merci beaucoup, ça me fait super plaisir :)
      J’aime lire les commentaires ici, toujours ouverts et réfléchis, merci pour ta visite et à bientôt ♥

      • Gobelalune
        Posted 23 avril 2015 à 12:18 0Likes

        Mais de rien :), ça me fait plaisir !

        J’y pensais aussi comme ça, mais le covoiturage ou prendre des personnes en stop, c’est vraiment un truc que je ferai quand j’aurai mon permis, ce sont tellement de bonnes initiatives ! Je fais déjà ça en tant que demandeuse :p mais là je pourrai aussi proposer ! J’aime bien ces instants de partage dans ces moments-là, que ce soit pour du stop ou du covoit’, c’est toujours très enrichissant !

        Bonne journée !

        • Pauline
          Posted 24 avril 2015 à 07:28 0Likes

          Je n’ai jamais fait de covoiturage, je suis un petit peu peureuse ! Mais c’est tellement peu cher, que je vais me lancer fin mai sûrement. Avec appréhension :P

          • *Gobelalune
            Posted 30 avril 2015 à 11:09 0Likes

            Oui je comprends, mais ça se passe toujours bien, vraiment je n’ai jamais eu de problème :) tu peux aller presque partout, ça fait une sorte de “mini-transport en commun”, et on peut rencontrer de chouettes personnes parfois :)

          • Pauline
            Posted 30 avril 2015 à 12:16 0Likes

            J’imagine bien ! Je vais sûrement prendre mon premier covoit’ samedi avec mon amoureux, ou alors fin mai. Je suis sûre que ce sera chouette :)

  • Carole
    Posted 22 avril 2015 à 17:03 0Likes

    Bonjour
    En 20 ans de conduite, j’ai progressivement abandonné la voiture. L’Homme en a une car il doit se rendre à son travail tous les jours et il n’y a pas de transports en commun.
    J’ai fait le choix d’acheter une maison en centre ville car tout est à proximité. Mes enfants vont à l’école à pied, ne mangent pas à la cantine, font leurs activités dans un rayon de moins de 2km. Je marche chaque jour entre 5 à 10 km. Je refuse de prendre le bus aussi. Je sors en voiture 1 fois par mois et j’optimise au maximum cette sortie. Je fais une liste précise des lieux où je dois me rendre. J’ai même changer de profession car je voulais travailler dans ma ville.
    Et on est heureux !!!
    Carole

  • mamanquark
    Posted 26 avril 2015 à 12:48 0Likes

    Bonjour,

    Je suis dans la catégorie des gens pour qui c’est quand même beaucoup plus simple avec une voiture que sans, parce que j’ai deux jeunes enfants. J’habite en ville, je me sers de la voiture en général une fois/semaine pour les courses (le magasin bio et pas trop cher est un peu trop loin pour le vélo, et le coffre de la carriole bien petit pour des courses familiales), et l’autre gros point noir, ce sont les sièges auto. On ne peut pas aller chez nos parents en train, parce qu’ils ne pourraient pas venir nous chercher à la gare, et qu’ils habitent en pleine campagne assez loin de la gare.
    Pour les trajets quotidien école, boulot pour mon amoureux, et diverses activités, c’est vélo… Et pour nos dernières vacances, c’était vélo et train. Je pense me passer de la voiture quand les enfants seront plus grands, pour le moment, le service rendu est énorme…

    On l’a acheté assez tard notre voiture, quand mon homme a commencé à travailler, et qu’on savait que j’en aurai besoin pour travailler moi, qui étais toujours en déplacement loin.

    Je me demande si la voiture individuelle va complètement disparaitre dans QQ dizaines d’années, ou si elle arrivera à évoluer…

    • Pauline
      Posted 27 avril 2015 à 08:22 0Likes

      C’est une question que je me pose aussi. A nous d’être acteurs·trices du changement que nous voulons voir dans le monde ;)

  • Soe
    Posted 21 mai 2015 à 13:48 0Likes

    Habitant, au vu de tes photos, la même métropole que toi, je songe aussi à revendre ma voiture. J’attends de retrouver du travail (on ne sait jamais, je risque d’en avoir besoin pour mon futur boulot), et si je peux le faire sans, je la revends. Faut dire que les vélos libre-service, c’est magique !

  • Stern
    Posted 19 juin 2015 à 07:28 0Likes

    24 ans, toujours pas le permis, jamais possédé de voiture, extrêmement fan de mon petit vélo que je peux garer partout, avec lequel je circule presque plus vite qu’en voiture (vive les grandes villes) et qui ne me coûte rien au quotidien.
    Mon premier vélo m’avait coûté 120€ (d’occasion), il m’a suivi fidèlement pendant 4 ans avant qu’on ne me le vole. J’ai donc investi récemment dans un nouveau vélo, d’occasion toujours mais de meilleure qualité que le précédent. 150€ une vraie bonne affaire. Ça c’est un bon investissement, j’en suis très heureuse, les cheveux au vent à profiter de l’été. Je vis en Autriche où l’hiver est assez rude mais en ville, le vélo n’est vraiment pas un problème, même quand il neige. La nuit, quand je suis alcoolisée ou que je n’ai plus l’attention nécessaire pour conduire (car ce problème-là se pose aussi quand on est en vélo, les amendes restent les mêmes et le danger aussi), je marche. C’est génial aussi.
    Quand j’étais jeunes je vivais aussi à la campagne à 30 min du moindre arrêt de bus, arrêt qui n’était de toute façon plus desservi à partir de 20h. Combien de fois sommes-nous rentrés à pieds! Ça ne m’a jamais posé problème, je n’ai donc jamais ressenti le besoin de posséder une voiture pour palier à ce non-problème.

  • Lorette
    Posted 25 juin 2015 à 12:13 0Likes

    Je me retrouve beaucoup dans cet article ! J’ai longtemps hésité à m’acheter une voiture, après avoir emménagé en ville mais tout en restant assez éloignée du centre ville dans lequel se concentrent toutes mes activités quotidiennes (atelier, travail, copines…) – entre 30 et 45 min de transports en commun. Après quelques semaines de vélo, ça m’est passé ! Je retrouve tout à fait cette tranquillité d’esprit à propos du stationnement, du temps (car selon l’heure de la journée, il n’y a pas une grande différence pour un trajet identique, entre les embouteillages, les feux rouges, les méchantes personnes qui s’énervent :) tout ça, tout ça…). En vélo je peux observer ce qui m’entoure car je vais moins vite, et je n’ai pas peur d’écraser un enfant qui se mettrait à courir sur la route…
    C’est une grande liberté et en plus, c’est économique, relaxant, ça muscle les gambettes, le cœur et sûrement tout un tas d’autres choses !

    ps : par contre, quand il pleut c’est la merde, il faut bien l’avouer.

    • Pauline
      Posted 26 juin 2015 à 10:29 0Likes

      J’aimerais tellement savoir me déplace à vélo, tu viens de me vendre du rêve ;)

  • Hélène
    Posted 25 août 2015 à 23:54 0Likes

    Ma chère Pauline, je commente pour la première fois sur ton blog que je suis avec plaisir depuis longtemps :)

    Très bon choix, il y a vraiment dans ton cas très peu d’arguments pour garder une voiture ! J’étais même étonnée que tu en aies eu une…

    Moi cela m’a fait bizarre lorsque nous avons acheté pour la première fois une voiture pour notre road trip, mais en même temps l’Amérique du Nord c’est tellement grand et construit pour la voiture qu’il n’y avait pas beaucoup de choix si l’on voulait avoir une certaine liberté (je parle par expérience).

    Mais maintenant que nous nous installons à Montréal, c’est plus un problème qu’un avantage : j’ai toujours été adepte des transports en communs (hors de question d’aller travailler en voiture si j’habite en ville), la perspective de me garer en créneau m’effraie (je suis nulle), c’est un luxe et cela va à l’encontre de nos valeurs écologiques, mais surtout la conduite et le stationnement dans cette ville est à s’arracher les cheveux (on a déjà une prune)…

    Je crois qu’on va la remiser chez des amis le temps d’y penser cet hiver (et économiser des sous et des soucis), pour peut-être la revendre. Ça fera bizarre, la cocotte nous a emmené bien loin cet été, mais les souvenirs sont dans la tête, nos photos et mes dessins, pas dans un bout de ferraille !

    Au plaisir,

    • Pauline
      Posted 30 août 2015 à 21:34 0Likes

      Merci pour ton premier commentaire Hélène !
      On s’étonne parfois d’avoir fait des choix sans trop y réfléchir et de la facilité avec laquelle on peut choisir de revenir en arrière ;)
      Bonne réflexion ! A bientôt.

  • Angèle
    Posted 26 août 2015 à 11:24 0Likes

    Pour le moment, nous avons encore une voiture… qui sort du garage moins d’une fois par semaine, parfois une fois dans le mois. À sa mort (elle a trente ans…), elle ne sera peut-être pas remplacée. Nous sommes pourtant une famille de 4 avec deux jeunes enfants. Et bien, nous pédalons. Je travaille à la maison, mais il m’arrive de faire une vingtaine de kilomètres par jour quand j’ai plusieurs courses ou rendez-vous (nous sommes à 3 ou 4 kilomètres du centre-ville). Le vélo, c’est la liberté, c’est faire marcher son corps, avancer avec sa propre force. C’est être plus rapide que les voitures sur tous les trajets urbains, ne pas se prendre la tête pour se garer. C’est garder la forme. Et puis la pluie, c’est moins fréquent qu’on le croit, même dans le Centre. Mon fils fait du vélo (sans petites roues) depuis ses 3 ans 1/2. A 4 ans 1/2, il est tout à fait capable de faire 7 km : la plus grosse difficulté, ce sont les aménagements urbains, mal faits. Ma petite est sur le siège derrière moi ou son père. Je me refuse à polluer parce que j’ai la flemme de marcher ou de pédaler 2 km, je trouve ça honteux. Je ne suis pas malade, pas handicapée : je profite de ma chance et je me bouge ! Alors oui, parfois, je suis fatiguée. Mais souvent, je suis surtout heureuse de cette liberté.

  • Max
    Posted 24 février 2016 à 17:12 0Likes

    Article très instructif et cheminement bien mené sur les raisons à conserver ou pas son véhicule
    J’ai toujours eu un véhicule jusqu’à il y a 2 ans ou travaillant pour la première fois en télé travail dans une grande ville j’ai découvert que je pouvais m’en passer presque pour les mêmes raisons que vous avez développé.
    Galère pour se garer sauf à louer un garage, voiture s’abime si pas trop d’utilisation et utilisation pratiquement que pour faire le plein des courses.De plus j’ai conservé une motocyclette de type 125 cm2 bien plus souple question embouteillage et le top case permet de faire des courses pour la semaine.
    Après pour les sorties extra-villes un peu longues j’ai redécouvert les joies du car et train où on peut bouquiner et se déplacer en collectif.
    A vrai dire mon seul souci était de perdre mon bonus de 50% après un certain temps sans conduire car ma moto étant assuré à une autre assurance dédié 2 roues.Mais finalement tout peut se négocier sur la base d’un passé d’assuré sans histoires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.