14
Oct
2018
19

Déni de dimanche

Depuis ce matin, j’ouvre la page « Nouvel article » et je la referme, je ne sais pas trop quoi vous raconter et pourtant j’en ressens le besoin. J’aurais des choses à vous dire, en fait, mais ce serait vachement compliqué, ça me demanderait de prendre trop de pincettes et d’avoir trop peur et de devoir trop réfléchir, alors sachez juste ceci : en ce moment, je vis une période vraiment difficile. Du coup j’ai envie de vous raconter des jolies choses.

Jeudi, j’étais dans une salle de concert avec ma toute petite sœur qui est déjà si grande, et on continuait notre belle tradition d’aller voir ensemble au moins un concert par an. C’était Brigitte, ce duo de meufs incroyable qui me tue à chaque nouvel album. Elles ont commencé leur concert en chantant Palladium, et là. Je ne sais pas si ça vous a déjà fait ça, moi ça me le fait souvent, d’entendre une chanson mille fois, de la connaître par cœur et de la chanter quand on fait la vaisselle, et puis la mille et unième fois, ses paroles te percutent en pleine tronche et revêtent un tout nouveau sens.

Comme toujours ça passera
Ça va ça vient, ça s’en va
Dans deux ans on en rira,
Toi et moi

J’étais au gradin Z, tout en haut, avec ma toute petite sœur à côté de moi, et j’ai senti tout mon corps s’effondrer des milliers de larmes que je retenais depuis trop longtemps, parce que j’aime bien faire la fière. (et aussi parce que, parfois, les larmes ne sortent pas) Je n’avais jamais pleuré comme ça. Et ma sœur me serrait fort le bras, elle chantait en chœur avec ma voix pleine de morve, on faisait bien la paire, tiens.

Après ça, le concert a forcément eu une ambiance mystique complètement folle, moi qui suis dans une ambiance Halloween et qui viens de lire Sorcières, le dernier bouquin de Mona Chollet, je me suis dit wow quel sabbat. Un gang de femmes de tous les âges (accompagnées de quelques mecs pas très nombreux) venues applaudir deux putains de sorcières. Ensorcelantes, Aurélie et Sylvie, dans leurs robes blanches avec leurs déhanchés, leurs voix suaves et aigües, leurs trémolos. Après ces larmes cathartiques des 30 premières secondes, j’ai flotté.

À la fin, les Brigitte sont descendues de scène pour venir se planter au cœur de la fosse vibrante d’une énergie que j’ai rarement vue en concert, et elles ont chanté Palladium à nouveau, à capella. Quand tout le public a repris le refrain d’une seule voix, croyez-moi et ça vient d’une fille qui a fait du catéchisme, c’était la plus forte des communions.

C’est pas la peine d’être exemplaire
Je sais, on s’ra pas les dernières

C’était difficile de redescendre de mon nuage en sortant de la grosse boîte de conserve qui nous tient lieu de Zénith, à Lille. J’étais redevenue puissante, au moins le temps d’une soirée. Et comme à chaque fois j’avais redécouvert qu’on peut être puissante et pleurer, qu’on peut être belle et badass, et j’ai vraiment bien dormi ce soir-là.

J’en ai profité pour bénir toutes les femmes de ma vie, à la L5, parce qu’en ce moment j’ai besoin d’elles, et elles répondent toutes à l’appel. Mes meufs sûres, mes préférées, mes appuis mes piliers. Pour bénir aussi celles qui, comme Brigitte, n’ont aucune idée de combien elles m’inspirent, de combien elles m’aident à tenir debout, et qui pourtant participent à l’édifice de la femme que je suis.

Et du coup, on est dimanche, il est 23h, et il est clairement temps d’aller dormir. Peut-être en priant très fort, en récitant trois fois, en conjurant le sort, pour que dans deux ans on en rira, vous et moi.



23 Réponses

  1. Coucou, je me doutais bien à voir tes stories sieste que ça devait pas aller très fort. Si je peux faire quelque chose, tu me dis ( même si cela implique des coulées de morve sur mon manteau, c’est pas grave, j’ai l’habitude). Je t’embrasse fort et nourris la sorcière qui est en toi!

  2. Marie Requin

    Je n’ai pas l’habitude de commenter même si je te lis fidèlement (trop timide, trop discrète…)… Mais je voulais juste profiter de ce lundi matin pour te dire que je pense fort à toi, et t’envoyer des ondes de puissance, de ronronnements de mes trois chats, et de rayon de soleil tout doux…
    J’espère que tes soucis vont s’apaiser, prends bien soin de toi…

  3. Linda

    Je me suis crue à ce concert en te lisant, ça devait être un sacré moment.

    Je t’envoie plein de pensées pour traverser cette période difficile. Et des bisous, aussi. C’est chouette, les bisous.

  4. Mademoiselle Cam

    Oh ♥.
    Je t’envoie plein de bonnes ondes. Ce concert à l’air de t’avoir fait du bien, même si ce n’est que le temps d’une soirée, relâcher un peu de vapeur, ça fait du bien quand on est sous pression. Plein de courage, entoure toi bien et fait des gratouillis à Kitty-eleven. Je t’aurais bien prêté aussi mon manteau pour essuyer tes coulées de morve, mais Strasbourg c’est loin, et puis c’est bizarre de s’essuyer le nez sur la manche d’une inconnue :)
    Prends soin de toi ♥.

  5. Kellya

    Je t’envoie tout le courage que j’ai en stock, et plein de calins virtuels mais pas dénués de force pour autant. Je te souhaite que ces moments durs passent vite.
    Moi, je m’en vais écouter les Brigitte, qui me semblent à présent un gouffre impardonnable dans ma culture musicale (ou mon absence de culture musicale, comme on me le fait souvent remarquer à juste titre)…

    1. Alors, tu as aimé ?
      Tu sais, bon, la culture musicale, comme toutes les autres cultures, ça ne sert à rien d’en avoir juste pour l’étaler devant les autres. Moi j’ai une très piètre culture cinématographique, et d’ailleurs musicale assez bof aussi, je me rattrape sur d’autres choses et comme ça j’apprends des autres et ils apprennent de moi ! ça ne sert à rien de se forcer. Bises !

      1. Kellya

        J’ai adoré! En fait j’avais déjà entendu le premier album, auquel je n’accroche pas trop, mais le dernier m’a vraiment encahntée! Merci pour cette belle découverte <3

  6. Stella Mars

    Pareil que les autres. J’ai eu la larme à l’oeil en te lisant car ça m’a renvoyé à des émotions que j’ai connues (sans savoir quelles sont les tiennes).

    On ne rit jamais des périodes difficiles une fois qu’elles sont passées, mais putaing qu’est-ce qu’on est fières de s’en être sorties !

    1. J’y réfléchissais aussi, je me dis qu’on ne rit peut-être pas de la période difficile, mais d’avoir cru qu’on ne s’en sortirait pas, justement. Ça m’est déjà arrivé plusieurs fois, de regarder en arrière et de me dire que j’étais bien bête, de penser que ça, ce serait la fin du monde, alors que je suis bien plus forte que ça. Merci pour ton petit mot. :)

  7. Courage pour ces moments difficiles!
    Mais comme on dit souvent après la pluie le beau temps …
    Je ne suis pas très versée dicton mais j’ai appris à mes dépens que celui ci est vrai

  8. Delphine

    Bonjour Pauline
    Ton article m’a donné envie d écouter les Brigitte!
    Et ça m’a rappelé la fois où je suis allée à un concert de Philip Glass où j’ai pleuré tout le long tant ça m’a prise aux tripes et c était absolument formidable – ce côté « j’en ai ch*é mais je suis quand même là à vider mon paquet de mouchoirs et qu’est ce que ça en vaut la peine ».
    Courage Pauline, vraiment…

  9. Anka

    Même expérience en avril. J’étais dans une période difficile mais je tentais de faire bonne figure, je suis allée voir les Brigittes en concert, elles sont arrivées sur scène en chantant Palladium et je me suis effondrée en larmes
    Plein de soutien pour toi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.