22
Avr
2018
10

Life Lately #92 : floraisons

Wow. A peine le temps de tourner le dos et bim c’est l’été ! Que se passe-t-il ?!

Bon, apparemment ça ne va pas trop durer, dès demain on perd dix degrés. Et dire que j’ai passé cette semaine en jupe et en débardeur, à cuire au soleil et à profiter des terrasses le temps que ça dure ! Il n’y a pas à dire, dans le Nord on sait profiter du soleil, tant on a peur qu’il ne réapparaisse jamais… Émerveillée par les tenues des femmes autour de moi, par l’éclosion des chemisiers à fleurs, des jambes déjà bronzées et des grands chapeaux, j’en ai convenu avec moi-même qu’il n’y a définitivement pas que mon jardin qui refleurit au printemps. J’adore ça, voir les gens sourire sous le ciel bleu et les tulipes se défroisser sur les parterres, quelle joie ! C’est aussi la saison des cerisiers et on a remarqué qu’au bout de notre rue, l’un d’entre eux était bicolore. Ses fleurs sont roses à la base de son branchage, et blanches à son sommet. C’est super joli et rigolo !

« Au beau milieu de la foule / Le dimanche après-midi » 🌷 Un dimanche travail marrant.

Une publication partagée par Pauline (@apauliner) le

Je ne sais plus si je vous l’avais raconté à l’époque, mais il y a deux ans, on a voulu refaire entièrement le mini jardinet qu’on a la chance d’avoir. Notre appartement, au rez-de-chaussée, donne sur une petite cour qui doit avoir environ 12 m² de terre très peu profonde et de médiocre qualité, infestée de cloportes qui plus est. C’est notre petit jardin privé. Il était en pure jachère quand on est arrivés, mis à part des jacinthes sauvages qui repoussaient chaque printemps. On a voulu le désherber entièrement, y semer des fleurs des champs, du gazon, quelques aromates, et j’y ai planté un hortensia grimpant, des framboisiers, un mûrier, des azalées… Et puis les mois ont passé, mes semis d’aromates ont tous péri (à part un persil particulièrement résistant et un pied de ciboulette indestructible) et surtout les « mauvaises herbes » sont revenues en force. J’ai un peu abandonné, agacée par cette terre toute nulle, qui empêchait mon hortensia de monter. Je me suis rabattue sur des plantes d’intérieur, dont je vous ai beaucoup parlé. Début avril il a fallu les rempoter, et j’en ai profité pour nettoyer un peu le jardin et la terrasse pour l’arrivée des beaux jours. Ça m’a pris très peu de temps, et j’ai pu constater qu’à ma très grande surprise, notre jardin était fourmillant de vie !

À l’heure où je vous parle, l’hortensia ne grimpe pas mais ses branches ont bien doublé de longueur quand même (on va installer une treille pour le guider vers le haut), et il est couvert de bourgeons : il va enfin fleurir ! Des dizaines de jacinthes ont éclot, les fougères se déroulent lentement, les azalées fleurissent, le mûrier affiche de belles et grandes feuilles, et si le gazon n’a jamais voulu tenir, on a un joli parterre de faux fraisiers qui font pour l’instant de très jolies fleurs jaunes, qui laisseront place à ces fameuses fausses fraises. Les framboisiers ont eux aussi l’air bien partis pour nous donner quelques fruits cette année, j’ai semé de la moutarde, et je prie pour que les fleurs des champs de l’an dernier se soient resemées toutes seules et fleurissent d’ici juin ou juillet. J’ai également semé en intérieur de la menthe et du persil plat, j’espère que ça va bien germer et que je pourrais replanter tout ça dans le mini carré d’aromates où le persil frisé s’en donne à cœur joie, et où je vais probablement replanter la ciboulette — qui est pour l’instant trop loin de la terrasse à mon goût : la terre étant très meuble, dès qu’il pleut un peu je n’ose pas marcher dedans juste pour aller chercher mes fines herbes.

Du coup je suis pleine d’espoir, et j’ai de nouveau des envies folles : j’adorerais avoir du chèvrefeuille ou de la glycine dans mon jardin, ce serait complètement dingue et génial. Mais bon, ce n’est pas parce qu’un hortensia grimpant a daigné ne pas mourir deux années de suite qu’il faut que je m’emballe… À moins que je puisse ? Si vous avez des connaissances en horticulture, n’hésitez pas à confirmer la possibilité de mon rêve d’avoir un petit jardin odorant et délicieux. Ah, et puis parlons de notre terrasse totalement sous-exploitée : on pourrait facilement y caser une petite table et deux (voire quatre !) chaises mimi, mais où les ranger l’hiver, sans cave ni garage ? Et peut-on concilier petit salon de jardin et terrible envie de chaise longue ? Je ne sais plus où donner de la tête. Sachant qu’on va très probablement passer tout l’été à Lille, j’aimerais beaucoup profiter un max de notre mini jardin, de toute façon, au pire : je mettrais un plaid sur le parterre de faux fraisiers et j’y ferais la sieste, ce sera génial.

BREF. Assez parlé, Grand-Mère Feuillage ! Ces dernières semaines je n’ai pas été très présente… Je n’arrive plus à dégager du temps pour vous parler comme je le voudrais : ni répondre à vos commentaires, ni rédiger de nouveaux articles, ni partager mes lectures sur Instagram le vendredi en vidéo comme avant. Je vais entamer ma quatrième semaine de stage, et je m’éclate, ça, c’est la belle et grande nouvelle. J’ai la chance de faire un stage qui correspond à 100% à mon projet professionnel : dans le milieu associatif, à un poste touche-à-tout qui me permet d’avoir une vision globale de mon métier « rêvé » et de ses enjeux. Je dois être une des rares à aimer rédiger mes mémoires de stage, j’adore pouvoir réfléchir de manière analytique et académique sur des sujets qui me passionnent. Ce sera mon dernier devoir de ce type puisque je compte bien arrêter mes études (cette fois, pour de vrai haha), et j’ai hâte de me plonger dans la lecture des ouvrages qui m’aideront à construire ma réflexion.

Et donc voilà, je manque de temps. Comme de bien entendu, je bosse toute la journée sur un ordi, quand je rentre je suis très fatiguée et je n’ai plus trop envie d’y retourner, alors je lis (Beloved, pour le #CLFAntigones, mais fiou que c’est difficile !) ou je continue la correction de mon roman (plus qu’un tiers avant de passer à la réécriture !). Et je m’éclate en cuisine, où j’ai de nouveau beaucoup de plaisir à mélanger les textures, les cuissons et les saveurs pour faire de jolis bols colorés qui me régalent. Le printemps signe la fin de mes cravings de fromage fondu et de pizza pour des envies plus vertes… Allez, avec un peu d’espoir d’ici deux semaines je reprends le sport pour de vrai ;) J’en ressens de plus en plus le besoin, je me sens un peu lourde dans mon corps, et le yoga me manque… Surtout les postures qui font travailler la ceinture abdominale et les muscles du dos, qui manquent cruellement à mon maintien dans la vie quotidienne.

Je vous abandonne ici, il fait si beau que je vais aller continuer mes corrections tout près de la baie vitrée ouverte (il nous faut un transat ou une chaise longue dehors, c’est pas possible !), en sirotant du thé glacé. Je vous embrasse, j’espère que vous allez bien et que votre dimanche est aussi doux que le mien !

Prenez soin de vous.

Vous aimerez aussi...

Life Lately #95
Life Lately #93
Idées cuisine #2 : mai 2018
Life Lately #91 : début de printemps à Gand


3 Réponses

  1. Ton article respire et sent si bon le printemps, quel plaisir de te lire !
    Ici aussi, on profite pleinement de notre espace extérieur ces derniers jours – une terrasse ensoleillée sur laquelle nous avons une table et deux chaises (nous avons la chance d’avoir un grenier/une cave pour y ranger notre mobilier extérieur l’hiver). Nous avons aussi un Fatboy « original » dans notre salon que nous sortons sur la terrasse lorsqu’on veut bouquiner ou lézarder au soleil… mais c’est sûr qu’il faut avoir de la place chez soi à la base. Nous avons aussi le Lamzac Air – un bon compromis quand on n’a pas de place puisqu’on peut le « dégonfler » et le plier pour le ranger. Mais il faut tout de même un minimum d’espace pour le « gonfler » et un bon budget pour ce genre d’objets (investissements qu’on ne regrette vraiment pas) !
    Je te souhaite en tout cas de pouvoir continuer de profiter pleinement des joies du printemps et de ton beau jardin qui semble déborder de vie à en croire les photos sur Insta :-)

  2. tout près de Lille, notre jardin était envahi quand on a racheté la maison, la glycine courait partout, quand ce n’était pas le lierre. on adore aussi ses belles grappes, mais ça doit se surveiller de près pour profiter, un petit matelas de plage et un drap tendu pour se protéger du soleil font déjà très bien l’affaire en attendant que tu aies trouvé le mobilier extérieur de tes rêves…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.