8
Avr
2018
9

Life Lately #91 : début de printemps à Gand

Cette semaine a été plutôt méga mouvementée : premier jour de stage placé sous le signe des grèves qui ont perturbé les transports en commun, petite sœur puis ami venu dormir à la maison, soirée de travail en rab’ pour aider une association, verre en terrasse qui se prolonge parce qu’on oublie que la nuit ne tombe plus à 19h… J’ai adoré cette semaine, hyper vivante, pleine de gens super chouettes, je me suis sentie entourée et soutenue, mais aussi compétente et professionnelle, c’était agréable comme tout !

Avec cet ami, hier, nous sommes allés flâner dans les rues de Gand. Nous connaissions tous les trois cette ville, mais la redécouvrir sous le soleil (et non pas en pleine hiver) était un vrai plaisir. Je crois qu’hier était la première journée officielle du printemps : un beau 18°C, un ciel bleu et beaucoup de floraisons à observer en ville. J’adore la Belgique et surtout les Flandres, d’ailleurs j’avais envie d’aller à Anvers mais c’était un peu trop loin vu qu’on s’est levés tard, mais bref, j’ai l’impression que ce sont là que se trouvent mes vraies racines. J’ai toujours habité en Flandres françaises, Lille a un nom flamand (Rijsel, pour les intimes), et je ne sais pas… il y a une atmosphère douce et propre dans ces villes, où les arbres ne manquent pas et où les rues sont aérées.

À Gand tout particulièrement, et je ne l’avais pas remarqué lors de ma première visite, il y a énormément de place pour les piétons et les cyclistes. Dans le centre-ville, il n’y a même plus de passages piétons : les voitures sont si peu nombreuses que piétons et automobilistes s’autorégulent sans problème. Quel plaisir de croiser si peu de véhicules motorisés, l’air semble automatiquement plus pur et la ville est plus calme, sans les bruits des moteurs et des klaxons. Gand m’a un peu fait penser à Lille, en ce que j’ai trouvé la ville assez concentrée, nous avons tout fait à pied une fois notre voiture garée dans un parking, et nous n’avons pas eu à marcher longtemps pour nous rendre aux rares lieux qu’on voulait « visiter ». (des restos et salons de thé… c’est mon estomac qui dirige !)

Ce n’était pas un après-midi touristique, nous voulions surtout prendre le soleil et voir les jolies façades flamandes. Les garçons ont visité la cathédrale de Saint-Bavon pendant que je faisais du lèche-vitrines, puis nous avons marché jusqu’à Madam Bakster, une adresse repérée chez Laëtitia à laquelle j’avais très envie de prendre un goûter. Tout y est végane et délicieux, et l’endroit est super joli. Nous avons essayé de goûter à tout ou presque : popcorn au caramel, tartes citron/avocat, banane ou pommes, chocolat chaud au lait de noisette, limonade maison à la framboise et rooibos au gingembre, c’était un festival. Je suis super contente d’avoir convaincu mes comparses d’y aller, plutôt que de se contenter d’une gaufre que nous pouvons aussi manger à Lille. Direction ensuite le parc Albert I, où les arbres en fleur m’ont fait pousser des cris de joie. On s’est assis sur un banc et on a devisé comme de très vieilles personnes, c’était agréable :D

Vers 17h, la fraîcheur du printemps commençait à descendre et ma petite blouse légère n’était plus suffisante — j’ai quand même profité toute la journée de ne porter ni pull ni manteau, c’était délicieux. On est donc remontés au parking chercher ma veste et on est ensuite allés s’assoir au bord de la Lys, sur les Graslei (les quais aux herbes), qui sont bordés par les façades magnifiques d’anciennes guildes gantoises. Il y avait foule, avec un si joli temps, de gantois·es prenant l’apéro les pieds au bord de l’eau, c’était terriblement agréable, et ça m’a donné envie d’aller flâner plus souvent près des canaux et des fleuves de la région. Nous avions ensuite prévu d’aller dîner au Botaniste, une autre adresse trouvée dans le chouette guide de Laëtitia, mais avant ça, nous avons partagé un verre en terrasse. C’est le moment qu’a choisi notre copain, qui était le témoin de mon chéri à notre mariage, pour nous annoncer le sien et faire la même demande à Mathieu. J’ai été bizarrement méga-émue, en mode « ‘tain, ça y est, nos potes se marient, bientôt ils auront des gosses », comme si ça ne faisait pas presque trois ans déjà que je suis moi-même mariée… La vie est bizarre, vous ne trouvez pas ? Il nous a raconté sa demande en mariage et c’était environ trente fois trop kiki, moi l’amour ça me tue à chaque fois.

Du coup le repas au Botaniste, je l’ai passé un peu songeuse, en plein délire de romantique à réfléchir au temps qui passe et qu’on ne rattrape plus, et aux jolies choses qui vous tombent dessus. Au Botaniste on a bien mangé, ils proposent des veggie bowls complets (on peut aussi composer le nôtre), dans un décor un peu intimidant : quand on est entrés on s’est demandé si on était à la bonne adresse haha ! J’ai pris un chili sin carne qui était vraiment trop bon, et on a partagé un mezze en entrée. Coup de coeur pour le demi-avocat recouvert de super-graines, c’était un régal. On n’a pas payé très cher non plus et c’était très copieux, et c’est ouvert en non-stop de 11h à 21h : pratique pour nous qui voulions dîner tôt pour rentrer assez vite. On a fini la journée avec un seau de popcorns ramenés de chez Madam Bakster, et le remake de Jumanji, affalés dans le canapé. Je n’ai pas vu le premier Jumanji, et je me suis endormie devant celui-ci : à croire que je suis maudite !

Sans transition : le résultat du vote pour la deuxième édition du Club de lecture féministe des Antigones, sur le thème « Regards croisés sur le racisme et la maternité ». J’ai un peu de retard dans l’annonce car avec Ophélie, nous avons dû nous concerter pour savoir que faire de ce superbe 50/50 dans vos votes ;) Nous avons donc décidé de faire au plus simple : lisez le livre pour lequel vous avez voté ! Nous allons faire de même, Ophélie lira et commentera Le ventre des femmes tandis que je m’attellerai à Beloved, et nous vous en parlerons toutes les deux ici-même à la fin du mois. Nous avons été toutes les deux surprises de ce résultat en total équilibre, pendant les votes, la préférence a d’abord été donnée à Beloved, avant de se marquer profondément pour Le ventre des femmes, et je n’aurais jamais pensé qu’on arriverait à un match nul. J’espère que ces deux ouvrages nous en apprendront beaucoup !

Je vous laisse ici, avec cet article du Guardian que je n’ai pas encore lu : From Circe to Clinton, why powerful women are cast as witches, je me dis que ça peut être une lecture intéressante pour un joli dimanche ensoleillé. Moi, je vais aller me laver les cheveu (passionnante, ta vie, Pauline), et tuer des zombies. Bises et prenez soin de vous. À bientôt !

Vous aimerez aussi...

Life Lately #92 : floraisons
Life Lately #89 : de la neige et des défis
Life Lately #87 : déconnexion partielle
Life Lately #85


1 Réponse

  1. Quel bel article ! J’adore tes Life Lately :) Je vais à Gand à la fin du mois, j’ai trop hâte ! J’ai préparé mon séjour grâce à l’article de Laëtitia et Madam Bakster est en première ligne parmi les adresses gourmandes ;) Tes photos sont très belles, j’aime beaucoup celle des quais (avec le monde, on dirait les quais de Seine quand il y a un micro-rayon de soleil à Paris mais en plus joli). Bon début de semaine !

Laisser un commentaire