14
Déc
2017
17

Bonheurs d’hiver

J’ai aimé tirer la langue sous la neige qui s’est abattue sur ma ville, recueillir les gros flocons mouillés et avoir le bout du nez gelé, la regarder danser à travers la fenêtre en prêtant une oreille quelque peu distraite à mes cours, la belle dame d’hiver.

J’ai adoré commander, aller chercher, planifier les cadeaux qui trouveront leur place au pied des sapins des gens qu’on aime. Imaginer leurs visages réjouis, le plaisir dans leurs yeux, de trouver entre leurs mains un objet qui leur sera utile ou leur apportera de la joie.

Et puis j’ai toujours une drôle d’excitation quand il s’agit de les emballer, tous ces cadeaux. Depuis trois ans c’est un gigantesque rouleau de papier kraft qui fait son office, depuis trois ans chaque année vient la question de comment l’orner pour le rendre un peu plus joyeux. J’ai dégainé feutres blancs et bleus, je ferme les plis avec du masking tape blanc orné d’oiseaux, et de ma plus belle écriture ce sont Merry Christmas et Joyeux Noël qui se multiplient.

Il y a aussi les cadeaux qui se mangent et aller choisir quelques chocolats c’est toujours un plaisir mêlé d’une exquise torture : le nez dans le cacao qu’il est difficile de ne pas craquer… A la place je me suis offert un pot de confiture de Noël, aux fruits rouges, au vin cuit et aux épices, dont l’odeur me transporte aux cuisines anglaises où mince pies et autres douceurs recouvertes de sucre glace font légion et ravissent les papilles.

Cet anniversaire d’une amie très chère auquel je me prépare, quel petit plat amener ? Aimera-t-elle ce qu’on a préparé pour elle ? Une paire de jolis collants à pois pour compléter ma tenue, le frisson de poser à nouveau quelques fards sur mes paupières pour faire la fête, le souvenir du trajet en tram où, un peu grise, je m’étais presque assoupie, l’an dernier.

Je suis enchantée par la perspective de devoir me mettre en quête du mélange d’épices pour pain d’épices parfait. Je l’avais trouvé une année, dans un magasin bio à deux pas de chez moi, mais les années précédentes il m’a fait défaut. Une obligation pour pouvoir glisser un pain d’épices maison dans un petit colis de Noël, j’ai hâte de décoller l’opercule et d’emplir mon nez des odeurs mêlées qui m’évoquent les fêtes, les familles et les rires chocolatés.

Je replonge chaque matin dès le réveil, à corps perdu, dans mon amour pour la belle chanson française. Elle m’a accompagnée tout novembre pendant que je posais des mots parfois tendres et parfois durs sur cette histoire que j’ai tant à coeur de raconter, elle me poursuit à l’approche de Noël où je poursuis ce très lent travail de conte. J’écoute en boucle Camille (en ce moment c’est Je ne mâche pas mes mots), The Pirouettes (en ce moment c’est L’escalier), mais aussi William Sheller (écoutez donc Les filles de l’aurore) et Nino Ferrer (l’éternel Le Sud), parfois toute cette poésie me paralyse, mes tentatives d’évasion paraissent bien pauvre et pâles en comparaison. J’oublie bien vite ce sentiment, trop fière d’avoir réussi à convertir l’amoureux, très suspicieux de la musique française, à quelques uns de mes titres préférés.

Au cinéma le film Santa & Cie, de Alain Chabat, nous aura fait sourire et rire. J’ai éprouvé une grande tendresse pour cet homme qui me fait rire depuis très longtemps – souvenir ému d’une séance de cinéma en plein air, gamine, devant Astérix et Obélix Mission Cléopâtre – et qui semble avoir toujours une belle âme d’enfant épanoui. C’était aussi un régal et un soulagement, que de visionner un film français dont les ressorts comiques ne s’appuient jamais sur les oppressions.

Cette année pour la première fois, je participe à un swap littéraire. J’ai pris beaucoup de plaisir à choisir les petits cadeaux que j’ai glissé dans le colis que recevra ma binôme de swap. Couleurs, textures, odeurs, saveurs, histoire aussi bien entendu, j’y ai mis beaucoup d’attention et j’espère de tout coeur que ce cadeau lui plaira, tout comme j’ai hâte de recevoir son colis à elle pour découvrir comment elle a interprété nos échanges. Dans ces moments comme dans plein d’autres, je trouve Internet fabuleux.

Il y aussi une grande satisfaction à passer une soirée à manger de la purée de potimarron et à boire du cidre en compagnie d’amis qui nous font découvrir une série dont on n’avait jamais entendu parler. Jouer avec le chaton, re-remplir les verres, faire des tisanes, se blottir sous un plaid pour enchaîner les épisodes de One Day At A Time (disponible sur Netflix) où j’ai été surprise et ravie de retrouver Justina Machado, qui joue Darci Factor dans Jane The Virgin.

Et puis cette histoire, ce roman, bientôt terminé, qui me fait peiner plus que de raison depuis que novembre est terminé mais sur ce chemin du début à la fin, il est clair que je vois maintenant le bout du tunnel. Je me dis quand même, c’est grand, c’est fou, c’est beau, ce n’est peut-être qu’un projet de rien du tout qui ne donnera rien au bout, mais je pourrais le dire, j’ai écrit un roman. Pour moi, pour les copines avec qui je l’ai partagé, au moins, c’est déjà ça. Il me tient un peu éloignée de vous, ce roman, mais c’est pour la bonne cause, je crois.

Je me sens (enfin) follement élégante dans mes tenues d’hiver. Contente d’avoir investi dans un ou deux jolis pulls que j’orne de pin’s émaillés, je superpose les couches avec des débardeurs puis des sous-pulls bien chauds. Je glisse mes pieds dans des chaussettes à motifs et dans mes belles bottines véganes qui sont d’un confort que je n’aurais pas imaginé, je m’enroule dans mon plaid écossais, et je découvre avec une joie pure ce que ça fait, d’être à la fois bien habillée et totalement confortable. Je me confectionne avec le temps une garde-robe à mon image et depuis quelques temps, les bijoux viennent eux aussi, trésor par trésor, m’aider à me sentir mieux dans mon corps.

Je peine encore à établir un bilan de cette année, que j’ai trouvé incroyablement difficile et follement belle à la fois. Il s’est passé tant de choses inattendues, j’ai pleuré tant de larmes et ri tant de fois, je préfère pour l’instant observer l’instant présent. Celui rempli d’épices, de lumières, de nez rougis, de baisers échangés au-dessus d’un verre de vin et de collants à pois. J’aime l’hiver comme j’aime chacune des autres saisons, j’ai toujours hâte de le retrouver, toujours hâte de remanger les premières clémentines, les premiers kiwis, les premiers Marzipanstollen.

Je ne sais pas trop ce que l’avenir me réserve, pas trop non plus quoi encore retirer des mois passés. Ce n’est pas très grave, n’est-ce pas ? Tant qu’il y a dans tous les matins une bonne raison de se lever et d’avancer. (parfois la raison, c’est juste un porridge au chocolat et une grattouille au petit chat, et prenons ça comme une bénédiction)

Et vous, qu’est-ce qui vous rend heureux·se cet hiver ?

PS : vous avez jusqu’à demain soir, 23h59, pour tenter de remporter une des deux boîtes littéraires à gagner sur cet article. Bonne chance !

Vous aimerez aussi...

Life Lately #81
Life Lately #80
Life Lately #79
field-summer-sun-meadow
Life lately


8 Réponses

  1. Galinette

    Qu’ils sont doux tes bonheurs!
    Voici une petite liste non exhaustive des miens :

    – Avoir préparé un swap calendrier de l’avent pour ma correspondante, et découvrir tous les jours sa réactions sur IG, l’excitation de savoir si ça lui a plus. Et être tout aussi excitée d’ouvrir les petits paquets qu’elle m’a préparé. Cet échange qui me permet de réaliser encore plus fort comme on est connecté elle et moi, à un point incroyable!
    – La naissance lundi de mon neveu, qui me rend déja toute chose.
    – Aller choisir le sapin avec mon fils et le décorer avec lui, lui faire découvrir cette magie de Noël qui me regagne depuis qu’il est là, avec l’envie d’instaurer des petits rituels pour les années futures.
    – Prendre un plaisir immense à préparer régulièrement des sablés de Noël, aux douces odeurs de cannelle, qui envahissent la maison pendant quelques heures, et partager ces saveurs avec mes collègues, juste pour le plaisir de faire plaisir.
    – J’ai aussi enfin pris le temps de me lancer dans Jane the Virgin avec quelques apriori, et je me suis tellement laissé happé par les personnages et l’histoire, j’en suis devenue complètement dingue!
    – Regarder les gros flocons de neige tomber et recouvrir le sol, avoir des étoiles dans les yeux comme une enfant, tant je trouve ces instants magiques. Et pouvoir les partager avec mon fils, là encore, ça me fait gonfler le coeur.

    Il y en a encore d’autres, mais je vais m’arrêter là déjà! :)

  2. Sophie

    Merci Pauline pour tes bonheurs et tes mots! En voici quelques un des miens:
    – être assise devant la cheminée allumée de mes parents
    – jouer et câliner le chat de mes parents qui a revêtu sa fourrure d’hiver tellement épaisse!
    – regarder tomber les flocons de neige
    – mettre plein de couches, un bonnet et des gants pour sortir dans le froid
    – regarder des séries, une tisane à la main, un plaid sur les genoux et une bougie sur la table basse, alors qu’il fait noir et qu’il pleut dehors

    Il y en a plein mine de rien!
    Plein d’énergie pour continuer ton roman!

  3. Caroline

    J’aime tellement te lire. C’est beau et réconfortant.
    Merci pour ces doux mots que tu partages avec nous.

    Pour ma part, le mois de décembre est un maelstrom de sentiments qui m’est, aujourd’hui, impossible à décrire. C’est un moment triste mais également tellement beau et chaleureux.

    Je te souhaite le meilleur Pauline. Heureuse de lire que des gens sont heureux avec des petites choses simples. C’est tout doux au coeur. A bientôt !

  4. Aelle

    Bonjour,

    Cet article est un rayon de soleil en cette journée jusque là grisouille, je t’en remercie!

    Bon courage pour la suite et fin de ton roman :)

  5. Léa

    Tes petits bonheurs sont très agréables à lire, je finis cet article avec un sourire aux lèvres et un sentiment tout doux dans le coeur. Quelques uns de mes petits bonheurs de décembre : écouter la pluie/neige/grêle sur mes fenêtres, dormir avec un chat au pied du lit et l’autre collée contre moi sous la couette, boire des litres de thés et tisanes épicés, confectionner et dévorer des truffes choco-cacahuète, faire plaisir à mon chéri avec un calendrier de l’avent surprise et fait maison.
    Je t’admire de mener au bout ton projet de roman, et je t’envoie plein de pensées positives pour la suite !
    Bonne fin de semaine :)

  6. Pingback : Un invincible été » Life Lately #80

  7. J’ai adoré lire tous ces petits bonheurs
    J’adore l’hiver, et cette année on est pas déçus à Montréal, puisqu’on a déjà eu quelques petites tempêtes de neige et qu’à l’heure exacte où j’écris ce commentaire, il neige – et j’ai un bol de porridge (ici on dit gruau, je sais pas si on dit ça en France aussi, je ne consommais ni porridge ni gruau quand j’habitais en France) (bref) à la noix de coco et un café brûlant à côté de moi (dont on peut parier qu’il finira à moitié renversé sur ma couette, comme environ 98% du temps où je m’aventure à garder une tasse de café avec moi dans mon lit) (tu sauras absolument tout de ma vie ce matin).
    De mon coté, j’ai presque fini mes cadeaux, il ne me reste plus qu’à trouver quoi offrir à mes petites nièces, mais je serai en retard pour leur offrir, et comme je disais à la mi-blague-mi-raisin (?), je serai probablement pour ces deux merveilleux enfants « la tata qui vit très loin et qui offre toujours les cadeaux un mois plus tard ». Oh well.
    Oh et puis, mon nouvel an à moi, depuis quelques années, consiste à : rien du tout. Au mieux, un verre avec des amis, au pire, un bain avec de la mousse dedans et des bougies et un film cool et du chocolat, calfeutrée dans mon tipi.
    (Comme je n’écris plus mon blog, visiblement, je considère que l’espace de tes commentaires est dédié à ce que je raconte ma vie : déso-pas-déso).
    & bisous.

Laisser un commentaire