8
Oct
2017
13

Life Lately #73

Que vous faut-il pour un matin parfait ?

Moi, il me faut : un réveil matinal mais pas trop, la lumière timide qui me permet de lire un peu si je plisse les yeux, le temps qui s’étire. Puis sortir du lit et s’enrouler de coton, faire chauffer l’eau pour la théière (c’est bientôt l’heure du thé de Noël !), et déguster un porridge aux raisins, à la purée de myrtille et au sirop d’érable. Enfin, lire encore – lire toujours –, écouter un podcast (là tout de suite je découvre Forkin’ Bullshirt, le podcast qui parle de l’excellente série The Good Place), ou jouer à un petit jeu, toujours en pyjama épais, toujours sur le canapé. (je joue à Pocket Mortys, le jeu vidéo de la série Rick & Morty, je suis très transmédia en ce moment…) Au final, pas grand chose, c’est ce qui est bien.

Cette semaine, je suis sortie de ma zone de confort. Je ne suis pas super fan de la phrase qui dit que « la vie commence en dehors de notre zone de confort », je trouve ça un peu condescendant pour toutes les choses très belles qu’on peut vivre à l’intérieur de cet endroit intime qui porte bien son nom. Mais comme me l’a dit une amie, quand on sort de sa zone de confort pour oser faire des choses qu’on a toujours rêvé de faire, ça ne peut qu’être chouette. Donc. Jeudi soir, l’autrice Léonor de Récondo était dans à ma librairie préférée (La Lison, place Jeanne d’Arc à Lille), pour discuter de son dernier roman, Point cardinal. J’ai découvert Léonor de Récondo en lisant Amours, et c’est une des écrivain·es préféré·es d’une amie, alors quand j’ai vu qu’elle passerait à 2 pas de chez moi, je me suis dit que j’allais oser. Connaissant ma propension incroyable à me trouver des excuses pour ne pas sortir de chez moi, j’avais promis à Blanche que je lui ramènerai une dédicace.

C’est ce qui s’appelle s’auto-mettre au pied du mur, et mon comportement jeudi à 17h30 était totalement risible. Je me lamentais presque d’être obligée d’y aller, parce qu’évidemment j’étais fatiguée, j’avais envie de me mettre au lit, autant de piètres excuses pour ne pas m’avouer que j’avais un peu peur. Parce que je ne suis jamais allée à la rencontre d’un·e écrivain·e, et que je suis tellement timide et peu sûre de moi que je suis persuadée que je vais me tourner en ridicule à la première occasion.

Bon. Ben au final, évidemment, c’était super chouette. La rencontre était traduite en langue des signes, la librairie était bondée et c’était un beau moment. Je n’ai pas encore lu Point cardinal, mais les quelques passages lus par Léonor de Récondo m’ont donné envie, tout comme les échanges riches qui ont suivi. Enfin, quelle chance incroyable que de pouvoir échanger quelques mots avec une personne inspirante, qui a su m’émouvoir et transformer ma manière de voir l’écriture et la narration ! J’ai quand même eu l’impression d’être ridicule, en lui posant une question qui était très importante pour moi dans ma tête jusqu’à ce qu’elle sorte de ma bouche, mais je n’ai aucun regret. Je suis repartie avec mes dédicaces et un mélange de fierté et d’admiration, fierté d’avoir osé, admiration pour une femme talentueuse et ouverte sur la beauté du monde dans toute sa complexité.

Ça m’a donné beaucoup plus de confiance en moi pour la prochaine rencontre prévue sur mon agenda ! Ce sera fin octobre, et ce sera Martin Winckler qui présentera son dernier livre, Histoires de Franz, qui est la suite de Abraham et fils que j’ai terminé cette nuit. J’ai beaucoup aimé cet ouvrage, et j’ai hâte de lire cette suite, mais encore une fois ce sera probablement après la rencontre. Ma pile à lire est de plus en plus haute, j’ai trié ma bibliothèque hier et si j’ai donné quelques livres, j’ai surtout réalisé que j’avais une dizaine de volumes encore à découvrir. Il faudrait que j’arrête d’acheter des livres tout le temps… Cette habitude m’avait un peu quittée ces dernières années, mais depuis que La Lison a ouvert, j’ai vraiment beaucoup plus de mal à résister… On est d’accord que c’est un tout petit défaut, n’est-ce pas ? :D

Et sinon je suis allée au cinéma voir Blade Runner 2049, en essayant de n’avoir aucun a priori (j’ai dé-tes-té Blade Runner) et motivée évidemment par Ryan Gosling. J’ai mis un bon 8/10 au film et j’ai été vraiment impressionnée et transportée. L’esthétique du film est hypnotique, tout est très beau, la musique très intense vous plonge dans l’atmosphère pour toute la durée du film, et le scénario tient vachement bien. Je suis ressortie de cette séance complètement déphasée, j’ai eu du mal à revenir à la réalité. Vous avez vu et/ou aimé le premier Blade Runner ? Et le second ?

Voilà pour les nouvelles culturelles ! J’ai aussi un petit truc à vous annoncer : j’ai le plaisir de faire partie du programme Ambassadeurs de Cheerz ! Cela me remplit de joie, parce que j’aime vraiment beaucoup cette entreprise et les produits qu’elle propose. L’idée de faire vivre ses souvenirs sur papier a fait son chemin en moi, et je suis contente de pouvoir explorer cette partie de ma vie en partenariat avec cette chouette marque. Concrètement, qu’est-ce que ça veut dire pour vous et moi ? Pour moi, c’est l’opportunité de tester des produits Cheerz gratuitement tous les mois. Pour vous, ça ne change rien, à part que je vais donc vous en parler de temps en temps, notamment sur Instagram, mais aussi ici, si et seulement si le sujet s’y prête et que je peux faire quelque chose qui me plaît. Et ça veut aussi dire que mon code INVINCIBLEETE, qui vous permet de bénéficier de 8€ de réduction sur votre première commande, reste valide jusqu’à nouvel ordre !

Côté lectures du web, j’ai adoré ce récit de l’actrice Caitriona Balfe (Claire dans Outlander) : elle nous raconte son premier amour, la belle ville de Paris. C’était très touchant. J’ai aussi lu avec intérêt cet article (en anglais) du Guardian qui parle des poétesses qui s’expriment sur Instagram, dont la plus connue est sûrement Rupi Kaur : il y a une vague de critique très dure contre elle, et c’est intéressant de comprendre pourquoi. (vous devinerez aisément que je suis fan de la conclusion de cet article) Enfin, j’ai été hypnotisée par cette vidéo de l’illustratrice Marie Spénale, où elle dessine en accéléré trois de ses œuvres pour le challenge Inktober.

Voilà voilà, je vous souhaite une belle semaine, une belle moitié restante de dimanche doré, et on se retrouve rapidement pour de nouvelles aventures. Prenez soin de vous !

Vous aimerez aussi...

Life Lately #79
23 ans et des cadeaux
Life Lately #78
TAG : les séries et moi


18 Réponses

  1. Dis donc, La Lison propose de supers dédicaces !! Quelle chance en effet :D
    Je compte lire « Point Cardinal » cette semaine (si, si, je vais réussir à diminuer ma PAL^^) , ma mère a adoré et me l’a prêté !

    Big up pour ta lumineuse sortie de cette paradoxale zone de confort!

  2. Mojopin

    Première fois que je commente mais je suis ton blog depuis un moment. J’aime beaucoup ton écriture et ce qui transparait de ta personne à travers tes articles. :)
    Je rebondis sur le point ciné. C’est marrant, ce que tu dis de Blade Runner 2049 est exactement ce que je pense du premier. J’ai eu la chance de le voir lors d’une ressortie au cinéma il y a quelques années, la version « Final Cut ». C’était magique, envoûtant dans sa lenteur, avec un Harrison Ford dans l’un des ses meilleurs rôles et un Rutger Hauer magnétique. Un peu d’appréhension à voir ce deuxième film donc, mais je ne vais pas louper pas l’occasion de le voir sur grand écran. :)

    1. Ah, j’espère que 2049 te plaira ! Peut-être en effet que si j’avais vu Blade Runner au cinéma, j’aurais été plus immergée, il y a des films comme ça qui valent beaucoup moins le coup sur un écran d’ordinateur. Je pense notamment à Mad Max: Fury Road, que je regrette énormément de ne pas avoir vu au cinéma parce que je pense que j’aurais eu un coup de cœur encore plus grand. Mais je crois que je n’aime vraiment pas Blade Runner, j’ai essayé deux fois et ça n’a jamais marché.

      1. Mojopin

        Oui, je comprends tout à fait. Même si Blade Runner a acquis le statut de film culte, il reste clivant à mon avis.
        Passe un doux weekend! :)

  3. Depuis que j’ai lu ta résolution de commenter chaque billet de blog lu jusqu’au bout, je fais de même chaque fois que possible.
    Je suis tout à fait d’accord sur ce que tu dis sur la zone de confort en début d’article. As-tu lu « Chez soi » de Mona Chollet ? Je m’y retrouve tant ! Et en même temps, oui, j’aime oser de nouvelles choses, et sortir aussi de ma zone de confort (et pas forcément de chez moi, mais c’est un autre sujet !)

    1. Ah, chouette, je suis contente que cette habitude de commenter se propage peu à peu !
      Je n’ai pas encore lu Chez soi, mais c’est sur ma liste, une amie a promis de me les prêter bientôt ! :D

  4. Un matin parfait ? Un matin où je me réveille doucement grâce à mon simulateur d’aube, je tapote sur le côté pour retrouver mon amoureux et on se sourit. La vérité, c’est plutôt le bruit de la douche de l’amoureux qui me réveille, puis les petits pas de notre Crapeau-Chaton-Lardon qui vient allumer la lumière, me tends mes lunettes pour que je les mette sur le nez et me somme de sortir du lit plus vite que ça. Mais j’adore aussi.

    Bon, mais sinon, je m’énerve. Je n’ose jamais aborder les gens que j’admire, que je rencontre lors de workshop, de dédicaces ou autres. Je ne sais pas quoi leur dire (« j’adore ce que vous faites », c’est si bête), et encore moins leur poser des questions ! Pourtant, la moi de 13 ans avait réussi à trouver l’email de Marie Aude Murail et à lui écrire un mot, auxquel elle avait répondu ! Quand est-ce que j’ai changé ?!

    1. Je me demandais il y a peu à quel moment on devenait trop adulte pour oser rester des enfants ^^ L’admiration, les yeux qui brillent, bredouiller devant une personne qui nous inspire, c’est finalement très « enfantin » (pas dans un sens péjoratif, au contraire !). Je pense qu’on devrait s’autoriser le ridicule de dire « J’adore ce que vous faites », et comme je suis une drama queen, j’irais même jusqu’à dire « Vous avez changé ma vie » quand c’est nécessaire :D
      Bises ;)

  5. Galinette

    Je ne connais pas du tout Léonor de Récondo! Je vais aller me renseigner! (Même si ma PàL est immense et mon temps de lecture ridicule, ça ne fait jamais de mal d’ajouter des livres à sa PàL ^^) Et je trouve extra que la rencontre ait été traduite en LSF!! Alors big up à la Lison! <3

    1. Je te conseille de FONCER pour Léonor, ses romans sont très courts et se dévorent en quelques heures, et sont d’une poésie incroyable. Cette rencontre en LSF m’a donné envie d’apprendre cette langue, d’autant plus qu’il y a plusieurs personnes sourdes dans ma famille, ce serait une chose à faire… il faut que je me renseigne !

      1. Galinette

        J’ai commencé à apprendre en juin, alors que j’en rêve depuis mes 13 ans! Cette langue est tellement belle je trouve!
        A Lille tu as le C.F.L.S et l’association Signes de Sens qui proposent tous les 2 des modules pour apprendre.
        Et si en plus tu as l’occasion de pouvoir pratiquer par la suite, c’est d’autant plus cool! Alors je ne peux que te conseiller de foncer! :)

  6. Coucou,
    J’ai regardé le premier Blade Runner hier après-midi, justement parce que je souhaite voir le nouveau. Et bien j’ai détesté. Je ne comprend pas l’engouement autour de ce film. La scène où Harisson Ford force Rachel m’a mise hyper mal à l’aise ! Je trouve que les questions posées par le film ne sont même pas traitées finalement et que le tout reste assez creux. En revanche, j’ai aimé l’univers sombre. La lenteur ne m’a pas dérangé parce que c’était les codes cinématographiques de l’époque.

    J’espère que Blade runner 2049 me plaira plus. :)

    Comme toi, j’ai découvert Leonor de Recondo par Amours, qui m’a transporté. C’est chouette que tu ais réussi à sortir de ta zone de confort. Je voudrais sortir de la mienne pour mon premier tatouage ! Mais j’ai peur encore.

    Belle journée Pauline

    1. La lenteur ne m’a pas dérangée non plus mais le scénario ne tenait pas debout et ça ne m’a pas intéressée en fait ! Alors que les questions d’humanité, de transhumanisme et d’intelligences artificielles tout ça, ça m’intéresse énormément ! (Westworld, le jeu vidéo Fallout…) Et oui, cette scène de viol est atroce. Et l’esthétique du film me déplaît énormément, je trouve tout sale et brouillon, apparemment les décors sont sublimes mais comment les admirer quand il y a 3000 sollicitations visuelles à la seconde dans chaque décor ? De ce point de vue, 2049 m’a époustouflée, on retrouve le rythme lent, un film qui prend le temps de poser son univers, mais la cinématographie est magnifique, ça reste cyberpunk sans être incompréhensible.
      Courage pour ton premier tatouage, tout va bien se passer, et une fois que tu auras passé le cap tu te demanderas pourquoi tu as attendu si longtemps ;) (mais c’est normal que ça fasse flipper)
      Belle journée !

  7. J’adore lire tes articles « life lately ». Je me réserve chaque semaine (ou presque) un petit moment bien tranquille pour le découvrir. Je t’imagine, j’essaie d’apprendre à te connaitre.

    Merci en tout cas de nous transporter à chaque fois dans ton univers.

    Belle journée

    Laure

Laisser un commentaire