1
Oct
2017
14

Life Lately #72

Wow. Bon. C’est déjà octobre. Vlan. Un peu. Non ? Je vous écris depuis le fin fond de mon canapé, où j’ai décidé de traîner toute la journée en mangeant des toasts au guacamole et en rentabilisant mon abonnement Netflix. Là, je regarde le premier épisode Grace and Frankie, c’est hyper émouvant j’ai hâte de voir la suite. J’ai quasiment terminé la première saison de Dix pour cent, une très bonne série française, et oui, moi aussi cette phrase m’étonne. Le début de la saison 2 de The Good Place me met littéralement aux anges, et c’était cette semaine que reprenait également Brooklyn Nine Nine. Je vous ai déjà parlé de cette série, courez-y elle est franchement géniale. Les 4 premières saisons sont sur Netflix. (toutes les séries dont je vous ai parlé dans ce paragraphe y sont) (rentable, vous disais-je)

Cela fait deux semaines que je suis plutôt mal en point, mon corps me somme de ralentir – bien que je n’aie pas l’impression d’être allée à la vitesse de la lumière en cette rentrée. J’ai bu beaucoup de café et tenté tant bien que mal d’avancer dans mes projets et devoirs. Être immobilisée m’a cependant permis d’être extrêmement prolifique sur ce blog, avec trois articles publiés en une semaine, du jamais vu depuis looongtemps. Ne vous y habituez pas trop, c’est tout à fait exceptionnel. Mais je crois qu’avoir décidé de ne plus m’obliger à rien, loin d’avoir tari mon inspiration, l’a au contraire débridée. J’ai envie de vous parler de tas de trucs, et je n’ai plus envie d’avoir peur que ça vous déplaise. Vous avez été hy-per nombreuses à m’envoyer des mots doux pour saluer ce retour aux sources bloguesque, chacun de vos messages m’a mis des étoiles dans les yeux. Mille mercis, et je continue de répondre à un maximum de commentaires à chaque fois que j’ai un peu le temps. Depuis que j’ai décidé de laisser plus de commentaires sur les blogs, j’ai aussi, naturellement, pris le pli de répondre beaucoup plus souvent aux commentaires laissés ici. Ça me prend un temps fou, soyons honnête, mais ça me donne aussi beaucoup de plaisir.

C’est ainsi que j’ai utilisé ma petite voix fatiguée pour vous parler sur Instagram Stories à deux reprises aussi cette semaine, et ça m’a pas mal plu. Comme beaucoup de gens, je déteste ma voix enregistrée, mais celleux qui me suivent là-bas ont eu l’air de bien aimer. Je vous ai présenté le nouveau carnet de Rhodia, le Goalbook, spécifiquement pensé pour le Bullet Journaling, et puis je vous ai présenté le groupe Facebook des Writing Buddies, et là ! Mais oh lala ! En quelques jours on est déjà plus d’une centaine de passioné·es d’écriture sur ce petit groupe et à partir d’aujourd’hui, on commence à préparer (ou on continue à préparer) notre roman en vue du début du NaNoWriMo. C’est génial, certain·es d’entre nous sont là pour participer au NaNo en suivant les règles à la lettre, d’autres veulent juste profiter de l’ambiance, quoi qu’il en soit on est une belle bande maintenant et les échanges vont bon train. Je ne pensais honnêtement pas qu’on dépasserait les 20 personnes alors je suis aux anges.

Cette semaine sur Internet, je me suis abonnée à la newsletter Books du journal britannique The Guardian. J’ai donc lu un article sur les couvertures des livres aux Etats-Unis comparées à celles au Royaume-Uni. Je me suis dit, en lisant cet article, que ces pauvres anglophones n’avaient aucune idée de leur peine, en pensant aux couvertures si fades et plates de nos livres en France. Que ce soient les poches tous calibrés de la même manière et d’une fadeur, grands dieux, ou les couvertures des grandes collections des grandes maisons (Grasset, je crie ton nom), les couvertures des livres en France ne me vendent aucun rêve. (à part les superbes rééditions de Harry Potter chez Gallimard Jeunesse, évidemment) Donc j’ai tapé « pourquoi en france les couvertures » et Google m’a proposé instantanément « pourquoi en france les couvertures de livres sont-elles si sobres » (j’aurais dit moches, moi, mais bon), et je suis tombée sur cet article vraiment très très intéressant. Je n’en suis pas réconciliée avec les couvertures jaunes et vertes de Grasset, mais je comprends mieux.

J’ai également adoré voir les superbes photos et lire l’article de Juliette sur son road-trip solo en Ecosse. Vous savez comme j’aime l’Ecosse, je ne passe jamais à côté d’une occasion de voyager en pensée dans ce magnifique pays. Enfin, ma troisième lecture coup de cœur de la semaine a été cette sélection culturelle hyper complète par Victoria, pour se plonger dans l’atmosphère « Hallowctober ». Si vous ne connaissez pas Hallowctober, dites-vous bien que Hallowe’en est une fête formidable et que nous sommes de plus en plus nombreux·ses à adorer l’ambiance mystérieuse, un peu terrifiante, que provoque cette fête : autant la faire durer tout le mois ! J’ai terriblement hâte de découvrir la sélection lecture du #clublectureMS qui promet d’être délicieusement gothique, et j’ai aussi un recueil d’histoires appelé Women Who Run With The Wolves, qui explore l’archétype de la Femme Sauvage. C’est un archétype que j’adore, j’avais même commencé l’écriture d’un roman basé autour d’une société matriarcale centrée autour de la sagesse de Femmes Sauvages, j’ai hâte de découvrir cette lecture. Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve que c’est le genre de trucs qui se lisent bien dans l’ambiance mystique, magique et mystérieuse (triple M, belle performance !) d’octobre.

Bon. J’arrête de déblatérer, merci pour vos doux messages de soutien et d’encouragement, je pense que je suis vraiment vernie avec vous. Vous me poussez toujours vers l’avant, c’est tellement chouette ! Le programme de ma fin (déjà !!!! ah !!!!) de dimanche : mettre en forme mon BuJo pour octobre, vous parler d’un truc BuJo-related que j’ai reçu hier, et surtout continuer à manger du guacamole.

Passez un beau dimanche, prenez soin de vous, et à tout bientôt !

Vous aimerez aussi...

Life Lately #74
Life Lately #73
Lectures : Corps de femmes
Life Lately #70


11 Réponses

  1. S’il y a un bien un avantage en Automne, c’est de pouvoir passer sa journée dans son canapé, avec un plaid et plein de séries sur la télé sans culpabiliser. Tu as l’air de faire ça à merveille :D
    Je t’envie ton guacamole, mon frigo et mes placards sont vides et j’ai faim de bêtises.

    Puisse ton dimanche se terminer tout en douceur ❤

  2. Enora

    Un peu le même programme ici, avec un dimanche qui vient clore un weekend plein de rhume… Mais une formation professionnelle pointe le nez la semaine prochaine, donc j’ai intérêt à côté me rétablir! Bonne fin de semaine et douce semaine à toi!

  3. Céline

    Merci notamment pour le partage de l’article sur les couvertures des livres, c’est très intéressant d’apprendre comment cette tradition s’est installée !

  4. Caroline

    Bonjour Pauline,

    Merci pour ce doux article qui marque le début du mois d’octobre. Ça fait un bien fou de te lire (même un lundi matin).

    Je te rejoins sur les couvertures des livres. Je suis tellement plus attirée par des livres dont la couverture est travaillée. Les Harry Potter de Gallimart sont un très bel exemple, c’est vrai. Ça m’a donnée envie de tous les racheter et de virer ces affreux livres qui traînent dans ma bibliothèque… Je suis également amoureuse des couvertures des « Passe-Miroir ». Et je trouve généralement que la maison d’édition 10/18 fait de jolies couvertures. :)

    Par ailleurs, je suis dans le même mood que toi. Le mois d’octobre et l’arrivée de l’automne me donnent des envies de lectures sombres, gothiques et mystérieuses. J’ai noté les petites recommandations de Victoria et je compte bien commencé à me plonger dans des univers mystiques dès ce soir.

    Sur ce, je te souhaite une belle journée et une agréable semaine.

    Caroline

  5. Fanny

    Tiens, c’est marrant moi au contraire je trouve bien mieux nos couvertures de livres ! Si une couverture a une photo, je vais directement avoir des a priori à son égard !
    Pour « Femmes qui courent avec les loups » (je suis en VF !), j’ai été à moitié convaincue, mais je pense que c’est un livre qu’il faut souvent feuilleter, à différents moments de sa vie. Tu nous diras ce que tu en penses ?

  6. Fanny

    Je viens donc de lire l’article et en fait c’est exactement ça : «Les images deviennent le marquage de la littérature populaire. La sobriété celui de la littérature plus élitiste.»
    Mince, je veux pas être élitiste !!

    1. Je ne pense pas uniquement aux photos, la photo peut avoir un aspect cheap mais en général les livres anglosaxons ne sont pas illustrés par une photo mais par un graphisme bien particulier. (je pense à la couverture de The Miniaturist, des Robert Galbraith…) Et par exemple je déteste les couvertures illustrées par l’affiche de l’adaptation ciné du livre (mais si ça fait vendre, pourquoi pas, au final ?)
      Je ne suis pas non plus 100% contre les couvertures sobres. Elles ont un aspect solennel, mais parfois un peu trop. Quand on voit dans l’article qu’on a réussi à garnir de prestige un livre sur l’affaire DSK en le parant des couleurs d’une collection renommée, c’est finalement à mon sens aussi déplorable que de « marketer » le livre « comme n’importe quel autre produit de consommation ».
      Quant à l’idée saugrenue qu’il ne faut pas mentir aux gens et vendre des bouquins « pointus » comme s’ils étaient accessibles, là ça m’agace carrément. La majorité des gens qui ne se sentent pas à l’aise avec la lecture n’en achètent pas, quelle que soit leur couverture. Apporter un peu de poésie ou de beauté visuelle à un livre incitera peut-être justement un·e lecteur·ice non-« averti·e » à le découvrir, et il n’y a pas de livre qui est absolument inaccessible à quiconque. C’est la vie aussi, que de feuilleter un livre et se rendre compte qu’on ne va pas l’acheter, et le reposer. Vouloir « effrayer » les gens avec des couvertures « sobres » (moches… je les trouve moches… :D), c’est d’un élitisme qui me dépasse.
      Par contre, préférer les couvertures sobres dans sa propre bibliothèque, ce n’est pas du tout quelque chose que je juge, chacun ses goûts et ses couleurs ! :D

  7. Se prélasser dans un sofa avec des tartines d’avocat: le rêve! Sinon je rebondis juste sur cet article de Slate, sur les couvertures Françaises, que je n’ai pas fini, parce que ça m’a un peu énervé de lire tout ce snobisme français – le pompom c’était la vidéo de l’ina, de cet affreux type qui parle comme un bon bourgeois qui met le Livre et la Littérature au dessus des masses populaires. Beurk.

    Je comprends, mais je n’adhère pas du tout, du tout.

    Des bisous et un bon mois d’octobre à toi :)

  8. Merci pour cet article sur la place de la couverture en France, c’est très intéressant !
    Cette année, pour la fête des librairies indépendantes (en avril), ma libraire m’a offert un essai diffusé pour l’occasion sur Le Corps du livre, soit l’édition et particulièrement la couverture. C’est dans l’esprit de l’article de Slate mais en plus poussé, avec des réflexions très intéressantes de graphistes et d’éditeurs et la présentation de plusieurs maisons d’éditions qui expliquent leurs choix de couvertures (ça va d’Actes Sud à Monsieur Toussaient Louverture donc c’est varié). Si tu as l’occasion de le lire ça peut t’intéresser (et on remarque rapidement quels éditeurs ont une remarque élitiste au livre ou non, c’est très drôle) !

    Perso j’aime beaucoup nos couvertures françaises et je ne regrette pas du tout l’édition anglo-saxonne (bon, j’avoue que les Grasset sont franchement moches). Le Tripode et Monsieur Toussaint Louverture font par exemple un travail superbe, nos livres de poches sont assez chouettes aussi et même les éditions les plus sobres peuvent être très jolies (en tout cas, les poches Stock et leur couverture rose me plaisent bien par exemple, ou le poches de poésie de Gallimard). Et j’avoue que j’adore les couvertures des premières éditions Harry Potter, je les trouve très touchantes (je les aime aussi pour le côté nostalgique, ce sont les livres de mon enfance donc forcément je n’ai pas particulièrement envie de les remplacer), à chaque fois que je vois quelqu’un dire qu’elles sont très moches ça me fait un petit truc au cœur ^^
    Bon, après c’est les goûts et les couleurs, l’important c’est de ne pas sombrer dans un élitisme pédant comme ce brave monsieur de la vidéo INA…

    1. Oui voilà, en fait que les lecteurs aiment les couvertures sobres, tant mieux, mais que les éditeurs pensent que Leur Littérature est Trop Importante pour le petit peuple qui préfère les images, ça me… urgh ! :D

Laisser un commentaire