14
Sep
2017
11
Souvenirs de voyage

Souvenirs de voyage (avec Cheerz)

Je ne pensais pas être quelqu’un qui se plaît à explorer les souvenirs, à les contempler pour retrouver le bon vieux temps. Et pourtant évidemment j’ai collectionné les souvenirs depuis qu’il m’incombe, à moi de les préserver. Sans vraiment m’en rendre compte. Les souvenirs qu’on emmagasine sur l’étagère et qu’on oublie jusqu’à les redécouvrir, ébahis, de la force de leurs couleurs, de la précision avec laquelle ils réveillent les mêmes émotions qu’autrefois.

Il y a quelques semaines, Facebook m’a rappelé ce voyage – pour une fois qu’il sert à quelque chose, celui-là. Les milliers de kilomètres parcourus, les éclats de rire et les bruyères en fleur. L’Écosse. Notre voyage de noces, tout de même. Avec Mathieu, nous avons regardé ensemble les quelques photos que j’avais prises, il y a deux ans. Deux ans déjà, deux ans seulement. Et puis le journal de bord ! Je ne l’avais pas oublié, non : il trône sur une étagère dans un salon, je n’oublie pas qu’il est là, mais je ne l’avais jamais rouvert depuis ces derniers articles publiés ici. Alors j’en ai tourné les pages. Et j’ai eu l’impression de revenir sur ces terres, visitées il y a deux ans. Déjà, seulement, c’était puissant. Une preuve tangible que j’étais là – que nous étions là.

Souvenirs de voyage Souvenirs de voyage

Grâce à Cheerz j’ai sauté un pas de géant : j’ai fait un album beau comme un livre, pour que ces instants magiques restent pour toujours gravés. Qu’on puisse les consulter, le feuilleter, les scruter, les léguer. Les souvenirs, dans mon esprit romanesque, ont de toute façon la forme de livres-grimoires, ils recèlent les secrets de ceux qu’on était, de ce qu’on était, en train de devenir.

C’était un peu flippant, de choisir mes photos, de les agencer, de les légender, de vouloir que tout soit parfait. Quelques secondes je me suis demandé qui j’étais pour penser que mes photos étaient assez réussies pour figurer dans un vrai livre, avec une couverture rigide et un titre sur la tranche. Surtout quand j’ai cliqué sur l’option pour imprimer sur le meilleur papier, un papier de photographe quoi. Et puis je me suis dit zut à la fin (je me dis souvent zut à la fin, en ce moment, vous avez remarqué ?). Qu’il ne fallait pas, et heureusement, être exceptionnellement douée pour mériter quelque chose d’aussi banal et d’aussi essentiel qu’un album de souvenirs.

Ça fait quelque chose, que d’avoir entre les mains un souvenir. Je pensais que les photos c’est aussi bien sur les écrans et que les vrais souvenirs sont dans la tête ; après tout, je suis une enfant de la révolution numérique. Mais j’ai remarqué, au fil du temps… quelques instantanés suspendus ici, un tableau là… que j’aimais poser les yeux souvent sur les moments qui rendent heureux.

Relire mes tentatives malhabiles de poésies en anglais, frappée d’émotion devant les paysages infinis, et mes comptes-rendus scrupuleux de toutes les choses délicieuses mangées sur la route. Revoir la bruyère, les lochs, le soleil sur les moors, un baiser tendre et haut perché, les crépuscules et même le bout du monde. Savourer le bonheur qui se réveille, un écho subtil mais vibrant de l’émerveillement ressenti au sommet de ces collines et au creux de ces vallons. Retourner, pour quelques minutes, dans ces Highlands que nous avons tant aimées.

Souvenirs de voyage Souvenirs de voyage

En recevant mon album photo et en découvrant ses belles images, en lisant en parallèle mon journal de bord, je me suis promis d’être toujours aussi diligente. De toujours prendre le temps, de capter la lumière et de griffonner l’atmosphère. De rendre immortel l’éphémère. Parce que tout ne tient pas dans un album photo, je garde pour toujours au creux de moi les instants fugaces et poétiques d’une vie quotidienne qui continue, même à des milliers de kilomètres.

La journée seule dans le cottage passée entre les livres et les vapeurs de thé, heureuse d’avoir laissé les autres partir grimper et d’avoir respecté mon besoin de calme et de solitude. Le sourire qui me colle à la peau dès que je vois ce joli foulard offert par notre amie, dans une boutique à Inverness. L’odeur délicate de la bougie dénichée et qui nous forcera à revenir pour découvrir Skye. Les joueurs de cornemuse, le bruit du vent qui siffle, le haggis végétarien, le silence des landes, la beauté gigantesque et majestueuse de terres millénaires.

A travers les pages et ce que j’y vois, je retrouve aussi ce qui n’y est pas. L’expérience est complète. Mieux qu’une madeleine et qu’un long discours de Proust (je ne suis pas trop fan de Proust…), je cultive mes souvenirs.

Et vous ?

*

Je n’aurais pas pu vous parler de l’importance qu’ont pour moi les souvenirs imprimés sur papier sans le coup de pouce de Cheerz, qui m’a offert cet album. Je suis très heureuse de collaborer avec cette jolie entreprise, dont je suis cliente depuis 2 ans. Ma première commande chez eux ? Des tirages issus de mon compte Instagram… et de ce même voyage en Écosse ! Ils sont désormais suspendus au-dessus de mon canapé, et les revoir tous les jours me donne une pêche d’enfer. Plus tard j’ai fait imprimer une mosaïque de photos des gens qu’on aime (et d’un écureuil londonien, parce qu’on aime les écureuils aussi).

Leur service est top : l’impression est de qualité, les couleurs sont vibrantes, les délais sont courts, et comme vous pouvez le voir sur les photos ici, la qualité de leurs albums photo (entièrement façonnés en France !) est absolument superbe. En plus, leur équipe est super sympa. La preuve : si vous avez envie de tester Cheerz, vous pouvez bénéficier de 8€ de réduction sur votre première commande avec le code INVINCIBLEETE, utilisable sur le site comme sur l’application mobile. N’hésitez pas trop : vos photos sont magnifiques (puisque ce sont les vôtres ♥).

Et merci à mon bébé sœur qui a joué la top model pour que je puisse partager avec vous la (re)découverte de ces souvenirs de voyage.



7 Réponses

  1. Cet article tombe drôlement bien, j’allais justement faire développer mes photos… d’Ecosse avec eux ! Donc merci tout plein pour ce code promo, je me sens un peu comme une gosse à noël ♡

    Merci aussi pour tes jolis mots, qui font trop bien écho aux souvenirs que j’ai en tete… C’était il y a déjà presque trois semaines, mais le  »mal du pays » est toujours là, mais les souvenirs l’adoucissent. (Peut on avoir le mal dun pays qui n’est pas le sien et que l’on a parcouru pendant seulement 2 semaines ?)

    Quand tu y retourneras, plus que Skye (qui est quand même bien chouettos, on s’entend), je te conseille de tout coeur l’île de Harris ! (Baie de Luskentyre et Golden Road, je crie votre nom)(moutons et vaches en liberté, et des lapins par centaines dans les prairies quand on s’éloigne un peu de la civilisation (si on peut parler de civilisation)). Bref, parentheses à part, ça vaut amplement le prix du ferry :)

    passe un bon week end !

    1. Aaah je suis très heureuse que le code te soit utile, ça tombe super bien ! L’Ecosse m’a vraiment remuée en profondeur, les deux fois que je l’ai parcourue. J’ai fait deux voyages très différents et il y a tant de choses que je n’ai pas vues encore ! Je note ta recommandation précieusement du coup ;) et pour répondre à ta question : un grand OUI pour le mal du pays… je crois que je me sens plus chez moi en Ecosse que chez moi, c’est un comble ! À bientôt ;)

  2. Sarahh

    C’est quand même dommage que tu présentes ca comme un coup de tête, alors qu’a la fin on apprend que c’est sponsorisé..
    Mais felicitations quand même ;)

    1. Bonjour Sarah ! Je suis désolée si l’article donne l’impression que c’est un coup de tête, ça n’en est pas un en effet. J’avais envie de faire cet album depuis très longtemps, évidemment la collaboration avec Cheerz a accéléré le processus. Je n’ai pas été rémunérée pour écrire cet article. Pour être tout à fait transparente avec toi, voici le processus : j’avais cette idée d’article et cette envie d’album depuis des mois dans mes brouillons et dans ma tête. Le rappel de Facebook dont je parle dans l’article a été l’impulsion qui m’a donné envie de concrétiser tout ça. Comme j’allais de toute façon faire appel à Cheerz, j’ai contacté l’équipe pour leur proposer une collaboration en leur expliquant l’idée de mon article – un procédé gagnant-gagnant : ils réduisent mes coûts de fonctionnement et moi je leur fais un peu de pub. Cheerz m’a offert un bon de réduction pour acheter un album (que j’ai quand même payé en partie puisque j’ai rajouté des doubles-pages et amélioré la qualité du papier, et ai donc excédé la valeur du bon d’achat) et un code promo pour mes lecteurices, en échange d’un article que j’ai rédigé exactement comme je le souhaitais et que j’aurais de toute façon rédigé quasiment à l’identique sans cette collaboration. (à part les deux derniers paragraphes et les mots « grâce à Cheerz » qui auraient été remplacés par « en utilisant Cheerz », j’imagine)
      Du coup je ne comprends pas trop, pourquoi « félicitations » ?
      (j’ai modifié ce commentaire pour y rajouter des explications et éclaircir mon propos, j’ai vraiment à coeur d’être transparente et honnête et c’est important pour moi d’expliquer tout ça)
      Bonne journée :)

  3. Sarahh

    Ok je comprends mieux, il reste quand même la spontaneité de l’envie de faire cet album alors ;) et ton explication prouve ton honneteté vis a vis de tes lecteurs/lectrices
    Le « félicitations » c’était pour ton album-livre :)

  4. manu

    Bonjour
    J’ai decouvert hier soir ton site .J’ai lu plusieurs articles en commençant par ton article sur l’organisation des repas que j’ai trouve extra (je t’ai pique plein d’idees) et en regardant la suite du site j’ai vu cet article sur les livres fait après un voyage .Je fais à chaque fois cela et je trouve que du coup on peut facilement se replonger dans ses anciens voyages et donc se faire plaisir .
    Ton site est devenu un de mes favoris .
    Bonne journee
    Manu

Laisser un commentaire