27
Sep
2017
9

NaNoWriMo 2017 : 5 bonnes raisons de participer

Comme chaque année depuis 3 ans, je participerai dès le 1e novembre au NaNoWriMo, le Nationel Novel Writing Month, un moment très particulier dans mon cœur et que j’attends avec impatience dès la rentrée. En effet, lorsque j’ai rencontré le concept de NaNoWriMo pour la première fois en 2011, j’avais déjà et depuis longtemps des dizaines d’idées dans la tête, et je ne me sentais pas, comme beaucoup de gens j’imagine, légitime à les écrire. Prendre le temps d’écrire peut être difficile : quand on vit avec d’autres personnes, il faut avoir une certaine dose de courage pour leur dire, « bon écoute, là j’écris un roman/une nouvelle/une pièce de théâtre, j’ai besoin de temps et de calme ». Surtout quand, comme moi, on n’a aucune envie de partager le thème de notre récit, ou d’en laisser feuilleter des pages.

Le NaNoWriMo est une aventure née aux États-Unis, et ça veut dire beaucoup de choses. Aux USA, au contraire de la France, écrire n’est pas l’apanage des élites, des écrivains célèbres invités sur les plateaux de télévisions pour présenter leur dernier ouvrage. Alors qu’en France, il est de toute façon mal vu de lire du Marc Lévy ou des mangas (« ce n’est pas de la vraie lecture »), j’ai la perception que la lecture est quelque chose de beaucoup plus libre outre-Atlantique – et par conséquent, l’écriture l’est également. Il existe des cours de creative writing dans les facs, mais aussi des cours du soir, et aujourd’hui d’innombrables podcasts sur l’art du storytelling, des podcasts souvent américains. Alors ce n’est pas étonnant que le NaNoWriMo soit né aux USA et qu’il peine quelque peu à s’exporter massivement dans notre pays. L’idée que n’importe qui peut écrire un roman en 30 jours, c’est quelque chose qui a tendance à froisser l’idée que la littérature est sacrée, que le commun des mortels ne peut que la consommer (et souvent pas très bien), pas la créer.

Rencontrer le NaNoWriMo a boosté ma créativité. Depuis 2011 – première année où j’ai rencontré Mathieu, et où j’écrivais déjà énormément mais où je n’aurais jamais osé lui en parler, par exemple – j’ai participé 3 fois à fond à ce challenge personnel et communautaire, et à chaque fois l’écriture a pris plus de place dans ma vie. Aujourd’hui, j’écris régulièrement, que ce soit de la fiction ou de la non-fiction, et raconter des histoires est définitivement ce qui me plaît le plus au monde. J’ai aussi beaucoup moins de mal à en parler : sans être totalement à l’aise, je partage mes idées avec mon amoureux, et il sait que novembre, c’est particulier pour moi.

C’est pourquoi cette année, à l’aube d’un énième NaNoWriMo et déterminée à le réussir cette année (contrairement à l’année dernière où j’ai dû arrêter en plein milieu par manque de temps et d’énergie), j’ai décidé de vous inciter à participer à ce challenge. Pour ça, j’ai rassemblé 5 bonnes raisons de me rejoindre dans l’aventure, et j’espère qu’elles vous convaincront !

*

5 BONNES RAISONS DE PARTICIPER AU NANOWRIMO 2017

1 • Tout le monde a une histoire à raconter.

Tout le monde n’a pas forcément envie de la raconter, mais si vous êtes encore en train de me lire, il est probable que vous fassiez partie de ces gens qui ont une histoire à raconter, et au moins le germe du début de l’envie de le faire. Votre histoire n’est peut-être pas la plus originale du monde, mais en même temps, on s’en fiche un peu : personne n’a inventé l’eau tiède et toutes les histoires du monde, depuis des millénaires, tournent autour des mêmes sujets. L’important dans une histoire n’est pas son sujet, mais la manière dont on l’aborde.

2 • C’est un voyage initiatique dont vous ressortirez changé·e.

S’assoir tous les jours devant un carnet ou un clavier pour écrire, c’est quelque chose d’assez fou. On est de plus en plus à le faire au moins 30 jours par an, mais finalement encore peu de gens le font et savent combien ça peut vous changer. Qu’on vive le NaNoWriMo à fond (en essayant de bien faire son nombre de mot par jour et en interagissant avec la communauté d’écrivain·es lancé·es dans le même défi), ou qu’on profite de l’émulation du moment pour avancer à son rythme sur son projet, on découvre des facettes de notre personnalité qu’on ne soupçonnait même pas, et on en apprend beaucoup sur notre créativité.

3 • On n’est pas obligé·e de suivre les règles !

Officiellement, le NaNoWriMo a des règles, comme tout challenge, bien qu’il soit personnel. Il faut commencer un roman le 1e novembre et en écrire 50 000 mots avant la fin du mois, ce qui fait environ 1 667 mots par jour. Mais depuis bien des années, ce challenge sert à développer bien d’autres formes de créativité, toujours liées à l’écriture certes, mais plus libres. On peut écrire de la poésie, des nouvelles, et certain·es même en profitent pour terminer leur mémoire ou leur thèse ! D’ailleurs, pour « réussir » le challenge, il faut entrer 50 000 mots dans la boîte de validation du site… or on peut tout à fait rentrer 50 000 faux mots issus d’un générateur, ou 50 000 fois le même mot, alors même qu’on n’en aurait écrit que 10. C’est vraiment un mois de challenge personnel, et il est alors tout à fait possible (et même recommandé) de se fixer ses propres objectifs. Savoir qu’on ne sera pas à même d’écrire 50 000 mots en un mois ne devrait en aucun cas nous empêcher de participer. Chaque mot écrit pendant le NaNoWriMo est un mot qui n’existait pas avant, et c’est en soi une belle réussite.

4 • Le mois de novembre est tout nul, le NaNoWriMo le rend intéressant.

Je n’ai jamais été une grande fan du mois de novembre, en général c’est le mois le plus déprimant qui soit. Il pleut, il fait froid, Noël est encore loin, on manque de vitamine D alors on est tout mou du genou… Depuis que je fais le NaNoWriMo, ma vision du mois de novembre a totalement changé. J’ai hâte qu’il arrive. Je le prépare avec impatience. Et surtout, il passe à une vitesse folle. Moi qui avais l’impression que c’était le mois le plus long de l’année, il fait désormais partie des plus courts. Il est plein de rebondissements, il me donne envie de me lever le matin pour découvrir la suite de ma propre histoire, il me fait rencontrer des gens et échanger avec eux… Et une fois que novembre est terminé, qu’on ait écrit 50 000 mots ou 200, on est déjà en décembre ! Je suis d’autant plus ravie que mon anniversaire tombant le 6 décembre, je profite de la fin du NaNo pour m’offrir un petit cadeau, et après roulez jeunesse c’est directement les fêtes de fin d’année. Zou !

5 • On n’est jamais seul·e, quand on fait le NaNoWriMo.

Il existe une gigantesque communauté autour du NaNoWriMo, une communauté que j’ai adoré rencontrer. Je ne sais pas vous, mais je ne me suis jamais sentie légitime à parler de ce que j’écris, ni même à dire que j’écrivais, avant de devenir une « wrimo » (ou nanoteuse, en français). Ca fait du bien de pouvoir échanger pendant cette aventure un peu folle, d’être entouré·e, même virtuellement, de gens qui comprendront pourquoi : on ne va pas se coucher, on fait une presque-overdose de café, on a les yeux qui sortent de leurs orbites, on a envie de casser notre ordinateur, on n’a aucune idée, on pense qu’on est nul·le… Des gens qui traversent les mêmes épreuves créatives et qui sauront nous écouter, parce qu’écrire c’est quelque chose de très particulier et tout le monde n’a pas forcément idée de ce que ça implique.

*

D’ailleurs, je vais terminer cet article par une invitation à me rejoindre ! Si le NaNoWriMo vous tente, n’hésitez plus une seconde et inscrivez-vous sur le site nanowrimo.org. Si vous ne parlez pas l’anglais, le site wrimos.fr vous aidera à tout comprendre ce qui se passe sur ce site, et vous serez paré·e pour l’aventure. Il existe des tas de communautés, celle du forum du NaNoWriMo, le groupe Facebook des nanoteurs français, des groupes régionaux en France, des chats sur IRC…

Et toutes ces communautés sont top, mais moi je vous propose de rejoindre Writing Buddies, un groupe Facebook que j’ai créé pour ce NaNoWriMo 2017. Tout le monde y est le·la bienvenu·e !

Sur ce groupe, je partagerai :

  • des ressources pour le storytelling et la création d’histoires
  • des ressources pour bien préparer son NaNoWriMo
  • des prompts d’écriture (1 phrase/expression/mot/contrainte, destinée à inspirer, par jour pendant le mois de novembre)
  • des exercices d’écriture
  • plein d’autres choses, allez soyons fous

Et je vous invite également à faire vivre ce groupe en partageant vos questions, vos interrogations liées à votre récit ou à toute création littéraire, vos envies pour ce NaNoWriMo… et à répondre aux posts des autres bien entendu. Bref, j’aimerais beaucoup que ce groupe soit le nôtre et qu’il vive aussi grâce à vous ! Alors, vous venez ?

A venir bientôt sur le sujet : mes conseils et ressources pour passer le NaNoWriMo sereinement !

Vous aimerez aussi...

NaNoWriMo 2017 : conseils et ressources
Life Lately #70
Life Lately 69
Life Lately #69
Life Lately 68
Life Lately #68


32 Réponses

  1. Ton article est complètement génial: à la fois ultra motivant et déculpabilisant.Le NaNo est, comme tu le dis si bien, une aventure très particulière mais si enrichissante (même en effet quand on ne suit pas vraiment les règles et qu’on le fait à sa manière, juste en profitant de l’émulation générale) et je me réjouis d’autant plus d’y participer à nouveau cette année. Je file bien sûr rejoindre DE SUITE ton groupe Facebook, je sens que ça va être une merveille et j’ai super hâte de voir ce que tu nous concoctes ! Merci !

  2. Caroline

    Bonjour Pauline,

    Je reviens de ce pas commenter cet article après avoir commenté celui de la Nuit de l’Animation.

    Je n’ai plus pris le temps d’écrire depuis le lycée et j’ai des envies d’écriture depuis plusieurs mois maintenant, mais la peur de l’échec et du ridicule m’ont quelque peu freiné. J’aime beaucoup le concept (que je découvre d’ailleurs) et je suis tenté de relever le défi. J’ai rejoins le groupe et j’espère être en mesure de retrouver mon vieil amour, l’écriture.

    Merci pour cette superbe initiative et à bientôt sur le groupe !

    Caroline

    1. Coucou Caroline ! Comme je te comprends. En général, tout ce qui est lié à la création artistique nous confronte à une forte peur du ridicule, un syndrome de l’imposteur décuplé. Qui sommes-nous pour prétendre écrire ? (ou dessiner, composer, peindre… ?) Eh bien, des gens créatifs, voilà tout ! Aucune honte à cela. Je ne sais plus où j’avais lu ça, mais je me souviens d’avoir lu une phrase de l’ordre de : « il ne faut pas écrire pour être publié, mais pour raconter une histoire ». Il faut s’en fiche d’être bon ou pas, d’être Victor Hugo ou pas. J’ai découvert le plaisir d’écrire pour écrire, et c’est libérateur. J’espère que ce NaNoWriMo t’aidera à retrouver ta passion, parce que c’est un bel amour que l’écriture, et un amour fidèle, je trouve ;)
      A bientôt !

  3. Justine

    Coucou,

    Décidément, qu’elle productivité !
    Je connais le NaNo depuis plusieurs années, mais je ne me suis lancée que l’année dernière. Je réfléchis beaucoup pour cette année, étant donné que je suis en première année de Master, mais je crois que tu viens de me faire décider ;) Je tenterai, même si je finis pas avec 50k !
    J’ai demandé à joindre le groupe, du coup je suis toute en hâte d’être en novembre, même s’il fait froid. :3

    Merci pour l’engouement, et à bientôt !

  4. Grr, pourquoi je suis si influençable ? J’hésitais à le faire cette année (après avoir participé en 2015 & 2016 et « décroché le graal » sans avancer dans mes bébés depuis…)

    Je vous suis! Ca fera de l’animation, pendant un mois de remise de dossiers d’évaluation de M2 et de début de stage :)
    Merci pour la motivation!

    1. J’ai moi aussi lâchement mis de côté les romans que j’avais commencé pendant les NaNo précédents… mais ils n’étaient pas si bons, alors cette fois je crois que c’est la bonne ;)
      Bienvenue dans l’aventure !

  5. Et bien j’ai presque hâte de voir le mois de novembre arriver aussi !
    Et merci pour l’initiative du groupe : je suis plus que ravie de savoir qu’il y aura un petit coin pour échanger entre nous !

  6. J’ai tendance à suivre scrupuleusement les règles quand il s’agit de NaNoWriMo. Même si je sais que personne ne viendra vérifier si j’ai bien écrit 50 000, je ne fausserai pas mon nombre de mots…

    Mais je suis tout à fait d’accord avec toi: on ne devrait pas pas s’empêcher de participer même si on croit qu’on ne franchira pas la même ligne d’arrivée que tout le monde. Je crois que ce n’est pas important si notre profil indique qu’on n’a écrit «que» 1000 mots durant le mois. Pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude d’écrire, c’est quand même 1000 mots de plus que sa moyenne annuelle!

    Là où je vais «tricher» cette année, c’est que je n’écrirai pas une nouvelle histoire. J’ai récemment repris un roman commencé au début de l’année et je vais utiliser NaNoWriMo comme motivation pour avancer le plus possible.

    J’ai presque envie de retourner sur Facebook pour rejoindre ton groupe. Ça va bientôt faire 2 ans que je n’y vais plus… Je vais peut-être me créer un compte juste pour les groupes, tiens!

  7. Marine

    je me souviens t’avoir lu sur ce sujet l’année dernière et j’étais déjà bien intriguée ! J’aime écrire parfois quand je me sens pas bien ou l’inverse vraiment bien ! Ce challenge me tente beaucoup , surtout pour apprendre à mieux me connaître en fait ! =)

    Je vais m’ajouter au groupe FB qui est le tien ( le notre) et je vais essayé de préparer ce mois de novembre avec tes indications pour trouver une voie !

    Merci pour la belle proposition

    1. Oui je comprends… il reste encore du temps avant le 1e novembre, et donc presque un mois pour trouver une idée ! Je suis sûre que tu peux dégoter quelque chose qui te plaira, d’ici-là !

  8. Eh bien moi, j’en serai, du Nano, je suis tombée dedans en 2015, j’en ai sorti mon 4ème roman (autopublié en 2016 et en recherche d’éditeur). En 2016 j’ai écrit la première partie de mon 5ème roman, donc en 2017 j’écris la fin dudit roman… Ce challenge m’a permis de découvrir que j’avais besoin de me fixer un objectif chiffré en nombre de mots (par jour, par mois ou par semaine) pour véritablement avancer dans mes projets et finir mes romans. Depuis, je ne fonctionne plus que comme ça pour mes projets d’écriture : je me fixe des seuils à atteindre, même si je déroge parfois (en + ou en -) mais ça me donne un objectif.

    1. Wahouh, tu es une autrice prolifique ! :D
      Oui je te comprends tout à fait pour les objectifs précis. L’an dernier je voulais écrire une nouvelle, j’avais une idée en tête, j’ai profité du Camp NaNoWriMo de Juillet pour l’écrire. Je m’étais fixé 20 000 mots, j’y suis arrivée, et je suis très fière de ce que j’ai écrit ! Je crois que je ne serais jamais parvenue au bout de cette nouvelle sans cet objectif bien précis.
      A bientôt ! ;)

  9. Bonsoir Pauline!
    Moi qui me demandait si j’allais pouvoir le faire (pas de temps, pas de courage, pas la forme…), tu m’as boostée. Dire que l’année dernière, c’est ton article de 2015 (sur lequel j’étais tombée complètement au hasard après avoir déambulée de blog en blog) qui m’avait faite accrochée au concept genre le… 29 octobre? Le YOLO complet, l’Homme a pas comprit ce qui lui arrivait les deux premières semaines, alors qu’il me voyait rentrer du travail, foncer sur mon PC, puis foncer me coucher… pour recommencer le lendemain.
    Cette année, au vu des circonstances, je ne vais peut-être pas faire la totale à 50k mais je vais au moins me fixer comme objectif de terminer le manuscrit de l’année dernière (il me manque 2 chapitres), puis de le corriger (ce qui ne va pas me faire gagner de mots, mais au moins je pourrais reprendre mon tapuscrit, que je n’ai pas ouvert depuis…. ben décembre 2016).
    Rejoindre le groupe me tenterais bien ceci dit, si ça peut m’aider à passer outre le travail pour me perdre dans l’écriture ♥.

    1. YES, rebienvenue dans la folle aventure ! :D
      Pour cette année, plutôt que d’écrire comme une forcenée et de me dégoûter de ce que j’écris au bout de deux semaines, je voudrais plutôt prendre le temps d’écrire de la qualité, et d’échanger sur le groupe avec tout le monde :)
      Relax Max, comme on dit !

  10. Je ne participerais pas cette année : deux boulots, un bébé et déjà un blog que j’ai du mal à maintenir mais je garde un très bon souvenir de l’année où je m’étais enfin lancée !
    Ou bien alors, je finis le conte pour enfant commencé l’année dernière et abandonné après une semaine ?

    Rhaaaa, me voilà à avoir envie quand même !

    1. Aaah, c’est terrible le NaNoWriMo, l’envie arrive au galop ! Tu as l’air en effet bien occupée mais peut-être que tu peux arriver à écrire un petit peu pour ce très joli projet… ;) (je suis clairement l’avocat du diable ici !)

  11. Marie

    Mon dieu ca me rappelle les temps où j’écrivais des fanfictions sur Harry Potter – j’étais très fière à l’époque, (« WAHOU j’ai eu 10 commentaires aujourd’hui »), j’adorais ca, mais s’il fallait relire tout ca, je serais plutot du style à me dire « quelle horreur », avec un sentiment honteux de ces écrits. Pourtant, preuve est que j’avais beaucoup aimé ca… d’ici novembre, je vais réflechir à ce challenge! Merci pour le partage en tout cas :)

    1. Ahah c’est génial les commentaires sur Fanfiction, ça boost à mort !
      Je n’ai pas non plus très envie de relire ce que j’écrivais il y a longtemps. Pourtant j’en ai discuté avec une amie qui écrit aussi et elle me dit qu’elle se relit avec beaucoup de tendresse. Parce que ces vieux écrits font partie de sa passion et ont construit son style d’aujourd’hui ! Je voudrais trouver cette indulgence aussi :)
      Si l’écriture est quelque chose qui te plait, prends le temps de réfléchir et peut-être de te lancer dans le NaNo. Beaucoup de gens écrivent des fanfics pendant ce mois de novembre, c’est parfaitement honorable !
      Merci à toi, à bientôt.

  12. I’m in ! Et je suis déjà inscrite à la communauté Facebook qui est une super idée, merci de l’avoir créée !
    Je connais le Nanowrimo depuis longtemps mais je ne m’étais jamais lancée jusque là, cette année est la bonne ! Il faut dire que tes arguments sont plus que convaincants :D
    J’ai une idée de roman depuis cet été mais je suis encore en pleine réflexion sur la construction de mon histoire. Pas sûre d’être totalement prêtre pour la Nano « officiel » mais, dans ce cas, je casserai un peu les règles et je consacrerai une heure de travail par jour sur mon roman pendant le mois de novembre, quel que soit le type de travail (recherche, structuration de l’histoire et même (soyons fous-folles) écriture ;) ); Voilà mon objectif pour 2017.

  13. Comment ne pas abandonner ses derniers doutes en lisant ton article. L’argument sur le mois de novembre tout nul est très très puissant. C’est la première fois que je vais participer au NaNoWriMo, beaucoup de choses à faire sortir, profitons donc de l’émulation autour de cet évènement qui célèbre si bien le plaisir de l’écriture et du partage. Je vais m’inscrire à ton groupe histoire de me sentir moins « dans mon coin ». A bientôt

  14. Pingback : Découvertes et inspirations 24 – Ciel d'Orage

  15. Je dois dire que vu sous cet angle, tout cela est assez tentant… Je n’ai pas l’ambition d’écrire un roman, mais j’aime écrire et j’aimerais le faire un peu plus librement, sans me poser trop de questions, or le fait de s’y consacrer tout un mois serait une super motivation (et un chouette défi). Aller zou ! je file sur ton groupe Facebbok :)

  16. Lumiciole

    Je n’ai jamais participé mais j’aimerais bien le faire cette année. Pas pour un roman mais pour me motiver à écrire pour d’autres projets. Merci pour cet article qui m’a rappelé que le NaNo arrivait bientôt et m’a donné envie de tenter le challenge. :)

  17. Ah, tu vois, j’ai vraiment l’impression de ne pas avoir d’histoire à raconter moi, je « sais » écrire sur mon quotidien et mes sentiments (si confus parfois) mais alors une autres histoire que ça… Mais de toute façon, je n’ai jamais le temps de participer au NaNoWriMo, novembre étant le mois (avec décembre) le plus fatigant au boulot. Un jour peut-être, dans quelques années…

    (Et c’est rigolo, moi novembre j’aime bien, Noël arrive doucement, avec le froid et les habitudes d’automne/hiver, et c’est réconfortant. Les mois les plus déprimants pour moi c’est plutôt janvier/février, quand après les fêtes, le froid et les courtes journées commencent à me peser.)

    Des bisous!

Laisser un commentaire