13
Mai
2017
43
field-summer-sun-meadow

Life lately

Chaque semaine qui passe sans revue de web voit ma boîte mail fleurir d’un, deux, parfois trois jolis mots que vous prenez le temps de m’envoyer, parce qu’apparemment j’ai les lectrices les plus douces que la terre ait porté. Souvent vos messages sont un peu inquiets : vais-je bien ? Les temps sont-ils chargés ? Si on m’avait dit en lançant cette rubrique qu’elle deviendrait pour certaines d’entre vous un véritable rendez-vous, un repère dans votre week-end ! Cette semaine Violette m’a dit (je me permets de te citer, j’espère que tu ne m’en voudras pas) : « D’habitude, il y a la revue de web le dimanche, et il me semble avoir remarqué que quand c’est pas le cas, soit c’est lundimanche et donc ça compte un peu comme étant dimanche quand même, soit ça a l’air d’être une période plutôt chargée et difficile pour toi. »

C’est fou comme vous me connaissez bien.

Je suis actuellement dans un train qui me ramène chez mes parents long time no see – pour un week-end de célébrations. Et j’ai du temps devant moi, denrée rare en ce moment, alors j’ai envie de prendre ce temps pour vous raconter ma vie, un peu. Vous raconter ce qui se passe quand je ne suis pas ici.

Week-end de célébrations donc, car c’est bientôt l’anniversaire de mon amoureux de mari ! En plus de ça ma petite sœur a été acceptée dans au moins une des écoles dans lesquelles elle avait postulé, je suis fière comme un paon de mon bébé sœur devenu grand, c’est une personne fabuleuse si vous saviez. Je viens aussi d’apprendre que j’étais moi aussi acceptée en Licence pro, le parcours logique pour continuer mes études. J’avais prévu de m’arrêter là, mon DUT en poche, et finalement fin janvier j’ai commencé à douter de cette décision. Un peu bridée par l’impératif géographique (pas question de déménager) et financier (formations gratuites forever !), une seule solution s’imposait à moi : cette Licence pro dans le même IUT, avec des enseignants connus. Le truc confortable mais challenge tout de même, puisque je tente le tout pour le tout et je recherche un contrat en alternance. Bref, beaucoup de bonnes nouvelles et l’occasion pour moi d’écrire cet article que j’ai toujours voulu vous écrire : arrêter ses études, ne pas le vivre comme un échec, les reprendre avec la niaque… autant de situations que je n’aurais jamais cru expérimenter quand je suis sortie du lycée le bac en poche.

Je suis en stage dans un endroit qui s’occupe de musique et de concerts, je ne pensais pas travailler dans ce milieu très paillettes et stress tout de même, et pourtant j’y suis ! L’avantage c’est que je travaille lors de concerts méga stylés et je peux ensuite me faufiler dans le public, l’inconvénient c’est que j’ai des horaires totalement incompatibles avec mon rythme naturel. Je finis tard le soir, commence tard le matin, moi qui préfère largement bosser en début de journée je suis constamment fatiguée et le blog – ainsi que la majorité de mes activités annexes – passe un peu à la trappe. Contrecoup d’une année très intense sans repos véritablement réparateur, mon corps refuse de se lever deux heures plus tôt pour faire des choses en dehors de la journée de travail. Je le déplore mais je le savais en m’engageant dans ce stage… il faut faire avec maintenant !

Bon, il faut être honnête maintenant : je trouve quand même le temps de faire une chose non-reliée au travail, et ce n’est pas le blog. Je culpabilise un peu, et puis après il y a toujours une bonne âme pour me rappeler qu’un blog tenu comme une obligation et pas par la flamme ardente de l’inspiration est un mauvais blog (merci ma Toupou, je t’aime très fort). Depuis quelques temps j’ai recommencé à écrire – des histoires, pour moi, avec peut-être cette fois l’espoir un peu plus vif que d’habitude qu’un jour ce ne soit plus que pour moi.

Je crois que je dis ça à chaque fois que je commence une nouvelle histoire, alors je me sens un peu ridicule, mais bon. J’ai l’impression d’avoir eu un déclic : une histoire qui me tient vraiment à cœur, dont j’avais le début le milieu et la fin dès le départ (trouver une fin à une histoire est une des choses les plus difficiles du monde je crois), une fluidité dans l’écriture… J’ai même une petite routine : le soir après le repas et un épisode de série avec l’amoureux (en ce moment c’est Crazy Ex Girlfriend, c’est hilarant), je vais m’installer dans mon lit avec mon application Noisli. Elle permet de générer des bruits de fond qui sont parfaits pour se concentrer ou se relaxer. Pour écrire je mets de la pluie, un bruit de fond comme si j’étais dans un café, et le bruit blanc d’un ventilateur. Ça me donne l’impression d’être à la fois seule et entourée, sans intrusion – les yeux indiscrets qui regardent ce que j’écris par-dessus mon épaule = mon pire cauchemar.

Et j’écris. Et j’écris beaucoup et en un peu plus d’une semaine, je ne me suis toujours pas lassée de mon histoire, et j’en vois toujours le bout. C’est rassurant. Rien n’est gagné et je ne vais pas m’aventurer à dire que cette tentative sera celle qui réussira, celle qui donnera lieu à un roman disponible dans toutes les bonnes librairies, mais parfois je me laisse aller à rêver. Ça ne fait pas de mal. J’ai découvert un truc qui marche plutôt bien pour l’instant pour éviter le syndrome de la page blanche : je ne vais jamais me coucher sans avoir tracé les grandes lignes de ce que j’ai envie de raconter le lendemain.

Le défi végane se passe bien – j’ai fait des entorses et d’autres sont à venir, je fais attention à moi et je n’avais pas aussi bien mangé chez moi depuis longtemps. Mes quelques entorses sont dues à mon incapacité chronique à résister à une pâtisserie quand j’ai vraiment faim et que le prochain repas est encore bien trop loin à l’horizon. Pour autant aucun produit animal n’est rentré sous mon toit et, sachant que quand je stresse et que je suis fatiguée, je n’ai envie que de raclette fondue sur lit de pommes de terre, c’est une victoire en soi. Nos assiettes véganes sont colorées et délicieuses, vous pouvez les retrouver sur Instagram et elles contiennent beaucoup de carottes râpées. Ce week-end on cuisine végane pour toute la famille lors de l’anniversaire, gâteaux compris. Au menu : fajitas aux haricots rouges et protéines de soja avec un guacamole maison, crumble pomme-rhubarbe et gâteau au chocolat. Miam !

Et puis la semaine prochaine on s’envole (en Eurostar… donc on roule, mais c’est moins poétique) pour un week-end de trois jours qui cumulera Angleterre et mariage. Je trépigne d’impatience, parce que ma robe est très très jolie et que voir deux personnes géniales se dire oui est forcément très très cool. Je suis un peu anxieuse aussi, parce qu’on m’a demandé si je voulais prononcer un petit discours et, je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça, j’ai dit oui. Enfin si je sais pourquoi : je suis vraiment super émue de ce mariage, qui promet d’être une belle fête. Il est écrit – on n’est pas dans un film américain et mon surnom n’a pas été Hermione Granger pendant longtemps pour rien – mais parler devant des gens, et en anglais !, me fout un peu la pression. Ah et aussi, le décolleté de ma robe est si profond que j’ai dû acheter du scotch à seins pour la fixer, je m’attends à une catastrophe à tout moment lors de ce mariage 🙈

Mon train arrive à destination. On en dit des bêtises pendant 30 minutes de trajet, n’est-ce pas ? Je vais retrouver mes petits frères turbulents mais plein de câlins, qualificatifs qui s’appliquent également au petit chaton de mes parents, c’est cocasse.

En ce moment je lis Le quatrième mur de Sorj Chalendon que m’a conseillé mon amie Blanche pour le challenge 12 mois, 12 amies, 12 livres. C’est très beau et très dur, un bon mélange en littérature en général. Je suis allée voir Guardians of the Galaxy Vol. 2 et j’ai bien aimé. Chris Pratt me fait craquer.

J’espère que vous allez bien. Merci pour vos petits mots doux, merci d’être des amours et de penser à moi quand je ne suis pas là. Je ne pense pas que vous vous rendez compte à quel point c’est surprenant et touchant. Et merci Violette pour cet e-mail qui a été le petit-grand bonheur de ma semaine, qui m’a donné envie d’écrire cet article trop long mais qui m’a fait du bien.

À bientôt, prenez soin de vous. 

Crédit photo : Pexels

*

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez me le dire même sans commenter, en cliquant simplement sur le petit ♥ en-dessous de la date, à gauche du titre. Si vous aimez vraiment beaucoup Un invincible été, vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee.

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

Bonheurs d’hiver
Life Lately #79
Life Lately #78
TAG : les séries et moi


10 Réponses

  1. A la lecture de cet article, il me vient en tête plein de jolies choses à te souhaiter ; de passer un doux week-end en famille, de t’épanouir dans tes études et tes expériences pro (j’ai d’ailleurs hâte de te lire à ce propos (je n’ai pas arrêté mes études, mais suis passée par la case réorientation et année spéciale, alors ça me parle assez, et les parcours dits « atypiques » me fascinent)), de continuer à prendre plaisir à écrire, même si ce n’est, pour le moment, que pour toi, même si ça n’aboutit pas pour cette fois, parce que je crois que lorsqu’on fait les choses avec cœur, ça ne peut déboucher que sur du positif, de profiter de ce chouette séjour outre-Manche qui s’annonce et de continuer à nous partager tout ça, avec tes mots que j’aime lire (:
    Beau week-end ❤️

  2. Sophie

    Bonjour jolie Pauline !

    Tu as bien raison de ne t’obliger à rien. Et c’est ce qui rend ta belle lettre d’autant plus sincère et agréable à lire.

    Je te souhaite que du beau pour ce week-end et pour les semaines à venir.
    De l’écriture qui chauffe le coeur, des sourires, des fous-rires, des bons repas copieux et colorés, des câlins, des draps doux dans lesquels faire une grasse matinée, des tisanes, des jus colorés, et du soleil – même si, si le temps est pareil chez toi que chez moi, c’est pas gagné.

    Merci de faire de ce blog un tel oasis de petits bonheurs

    Je t’embrasse

  3. Toupou

    Merci ma douce !
    C’est réconfortant de te lire. Je pense fort à toi. Continue de te faire plaisir, crois en toi et en tes rêves y compris ceux
    qui te semblent les plus fous.
    On se retrouve très vite ;)
    Je t’aime à la fraise et au beurre de peanut

  4. Il est doux, ton article, même si dedans, on sent que tout va très vite pour toi en ce moment. Mais c’est très chouette d’y lire des jolies nouvelles et de savoir que ton tourbillon de vie est ponctué de beaux moments. Profite bien de tout . <3

  5. Cécile

    C’est chouette de te lire et de voir que tu trouves peu à peu ton chemin. Même si cette année n’a pas l’air d’avoir été simple pour toi, il ressort de cet article une certaine sérénité je trouve.
    Je te souhaite plein de bonnes choses et continue à te suivre avec intérêt :)

  6. Georgia

    Le Quatrième Mur, je ne pouvais pas ne pas commenter… Sacrée claque que ce bouquin, ma découverte de Sorj Chalandon (j’en ai dévoré plusieurs depuis, dont un en 2 volumes qui parle de la guerre en Irlande du Nord). Pas forcément un bouquin pour se remonter le moral quand on est déjà crevé et qu’on a besoin de douceur, mais tellement fort… Je te souhaite une belle lecture !
    Et si tu fais un retour sur ton expérience de scotch à seins pour décolleté, cela m’intéresse aussi :-D

Laisser un commentaire