28
Avr
2017
15
défi végane

Défi végane : 21 jours pour véganiser mon assiette

Je suis végétarienne depuis plus de trois ans, et j’ai eu une période où je mangeais exclusivement végane. Si je suis devenue végétarienne parce que c’était facile pour moi – je n’aime pas la viande, je n’aime pas le poisson, j’abhorre les fruits de mer –, le véganisme ne m’est pas venu aussi aisément. D’ailleurs, je m’en suis aujourd’hui éloignée. A regret au départ, et puis pas vraiment. Si vous me suivez depuis un moment, vous devez le savoir : je souffre de troubles du comportement alimentaire et le véganisme, ou plutôt la manière dont je vivais ce véganisme, a finir par devenir une source d’angoisse et de de mal-être pour moi.

J’avais envie d’être parfaite, d’une certaine manière. Parfaite à mes yeux : je portais encore du cuir (sans en acheter), je n’achetais pas tout labellisé végane, mais je ne voulais pas être faible, je ne voulais pas craquer, pour du fromage ou des œufs. Ça tombe mal, le fromage et les œufs, ce sont pour moi comme pour beaucoup de monde, des aliments doudou. Pour vous dire, dans la pire période de mes troubles alimentaires, je ne mangeais que des œufs. A longueur de temps. Alors quand j’ai décidé de bannir ces aliments de mon alimentation, je l’ai fait sans bienveillance, sans marge d’erreur, et j’ai fini par en souffrir.

C’était il y a un moment déjà, et cela fait plusieurs mois que, sans me mettre la pression, je sens en moi l’envie de retourner vers une alimentation plus végétale, sans forcément me désigner tout de suite végane, bref : de réessayer. De faire ça mieux, en conscience, et avec beaucoup de douceur, aussi. Le véganisme doit être un mode de vie joyeux et enthousiaste, pas une punition qu’on s’inflige et qui nous rend malade.

C’est dans cette optique d’y aller step by step et d’y aller correctement que j’ai décidé de participer cette année au Défi Végane 21 jours.

21 jours pour véganiser mon assiette

Ce défi existe depuis plusieurs années au Québec et il arrive en France à l’occasion de la sortie du livre éponyme par la militante et chercheuse Elise Desaulniers, aux éditions La Plage. Le petit livre explique pourquoi et comment parvenir à un régime végétalien cohérent et bon pour la santé, et propose vingt-et-une recettes véganes pour varier et découvrir de nouvelles saveurs. Pour 10 €, Le défi végane 21 jours se propose d’être le compagnon du défi, une chouette manière d’alimenter une réflexion naissante ou d’approfondir une réflexion déjà entamée, bref : de faire fonctionner les méninges autant que l’estomac. En parallèle, s’inscrire au défi c’est recevoir chaque jour une newsletter informative et pratique et avoir accès au groupe Facebook de soutien, ce qui est chouette si on a besoin d’une communauté.

Pour moi, ce défi est donc un prétexte, vous l’aurez compris : je connais tous les arguments pour devenir végane, j’ai déjà testé le véganisme et je l’ai approuvé à 100% un temps, et ce dont j’ai besoin, c’est d’un coup de pouce pour m’y lancer sérieusement. J’aurais très bien pu faire ce genre de challenge toute seule dans mon coin, mais l’idée d’une communauté, d’un engouement, m’aide énormément à avancer – exactement comme pour le NaNoWriMo. Je suis incapable d’écrire un mot en septembre, et en novembre, grâce à l’énergie incroyable dégagée par la communauté, je peux écrire 50 000 mots.

L’objectif pour moi : de-la-dou-ceur

Je me connais, je sais que si je prends ce défi trop à cœur, si je veux absolument être parfaite, si je ne m’écoute pas, je vais très mal le vivre et que ça ne va servir à rien. Même si j’arrivais à « tenir » 21 jours 100% véganes, si j’ai ressenti trop de frustration ou de privation pendant ce temps, la première chose que je ferai le 22 mai sera de me ruer sur un morceau de feta. C’est triste, mais c’est comme ça que je fonctionne et je le sais désormais : autant composer avec plutôt que de le nier.

Alors pour ce défi, j’ai envie d’incarner ce véganisme joyeux et créatif tout en testant mes limites, mes zones grises. Je pense très fort au livre de Martin Page, empli de bienveillance exigeante, en écrivant ces mots, je pense au mariage auquel je suis invitée et pour lequel un menu végétarien est prévu, ce qui constituera pour moi une entorse au défi prévue à l’avance. Je compte sur ces 21 jours pour me remettre dans le bain, pour capitaliser sur mes connaissances en terme de véganisme tout en comblant certaines lacunes (la cuisine ça me connaît, la nutrition un peu moins), et j’ai surtout envie d’avoir envie de continuer après, peu importe si ça se réalise ou pas.

Pour résumer, le défi végane 21 jours pour moi ce sera :

  • Reprendre le goût de cuisiner de nouvelles recettes – On s’est pas mal endormis ces derniers temps, avec nos emplois du temps dingues, et on est retournés à la facilité des plats véganes qu’on connaît par coeur et des plats végétariens faciles et réconfortants. Il est l’heure de rouvrir mes livres de cuisines qui sont rangés depuis bien trop longtemps.
  • Renforcer et développer des habitudes végétales – En réalité, chez nous, on mange végane l’immense majorité du temps. Jamais de beurre ou de lait dans notre frigo, on achète occasionnellement du fromage et on n’a des œufs que quand mes beaux-parents, qui ont des poules, nous en donnent. C’est à l’extérieur que ça se gâte : à Lille il n’y a pas vraiment un immense choix végane et on s’est permis une foule d’écarts ces derniers temps. Cependant, on a découvert des bons plans véganes un peu partout désormais (du gâteau végane à Coffee Makers aux burgers véganes de Wally’s Coffee ou de la Face B), alors tout est possible, plus d’excuse !
  • Continuer à écouter mon corps – Ces derniers temps ont marqué un tournant pour moi : j’ai réappris à manger à ma faim (j’avais auparavant tendance à manger plus que nécessaire, sans trop comprendre pourquoi) et surtout à être bienveillante envers mes envies alimentaires parfois bizarres. Par exemple, en période menstruelle, mes envies de nourriture grasse et à mille lieux du healthy sont impossibles à combattre : ce n’est pas grave et je l’assume, il faudra juste (re)trouver l’équivalent végane qui me satisfait.
  • Penser au long terme – Même si je ne pars en me disant « je vais devenir définitivement végane à l’issue de ce défi », j’ai quand même envie de vivre une expérience jolie et naturelle qui me facilite la tâche à l’avenir. Je sais que le véganisme est LE mode de vie qui correspond le plus à mes valeurs. J’ai envie d’y arriver mais je n’ai pas envie d’y aller trop vite. J’ai compris que pour moi, c’était plus facile pour le moral d’y aller très progressivement, que de devoir par la suite faire machine arrière.

*

Et vous, ça vous tente ?

J’ai vraiment envie de vivre cette aventure à fond. Je compte donc poster pas mal sur Instagram mes repas pendant ce défi – vous allez me dire « comme d’habitude » et « on va encore voir plein de carottes râpées » et je vais vous répondre : eh oui, c’est exact. Le but sera de mettre en relation ce que j’aurais appris (j’espère) à la lecture du livre d’Elise Desaulniers et grâce aux newsletters avec ma vie quotidienne, une véritable mise en pratique, c’est pour ça que je vous proposerai un retour sur Instagram. Et à la fin du défi, un petit article bilan sera préparé pour expliquer un peu comment j’ai vécu ces trois semaines, ce que ça m’a apporté et ce que j’en ai pensé.

*

A GAGNER : 1 exemplaire du livre Le défi végane 21 jours de Elise Desaulniers

Grâce aux éditions La Plage, qui m’ont très gentiment envoyé ce petit bouquin pour ma lecture personnelle, j’ai l’opportunité de vous en faire remporter un, pour vous aussi pouvoir vous lancer avec toutes les clés dans le défi végane. Pour participer :

  • Laissez un commentaire en expliquant pourquoi ce défi vous tente
  • Un bonjour et un merci sous quelque forme que ce soit, ça fait toujours plaisir ☺

Vous pouvez également liker la page des éditions La Plage si le cœur vous en dit !

N’oubliez pas de renseigner une adresse e-mail valide dans le formulaire pour pouvoir être contacté·e ! Le jeu se terminera vendredi prochain (5 mai) à 23h59. Le ou la gagnant·e sera tiré·e au sort et contacté·e rapidement. Vous ne recevrez pas le bouquin à temps pour le 1er mai, mais rien ne vous empêche de commencer le défi sans avoir le livre tout de suite sous le bras, au contraire !

(ouvert à toute la France métropolitaine)

*

Si jamais le cœur vous en dit, que vous ressentez vous aussi l’impulsion de tenter trois semaines d’assiettes végétales, vous trouverez toutes les informations sur le site du Défi végane 21 jours, et surtout n’hésitez pas à vous signaler en commentaire ! Je vous propose de nous retrouver sur Instagram et sur le groupe Facebook dédié (j’essayerai de passer y faire coucou le plus souvent possible), et je nous souhaite trois belles semaines gourmandes et sereines ♥

Je suis également curieuse de connaître votre rapport au végéta*isme en général, sans jugement de ma part évidemment : est-ce que vous êtes convaincu·es, sceptiques, incapables de vous lancer ? Qu’est-ce qui vous retient, ou au contraire vous a persuadé·e de tenter ? Si vous êtes végéta*ien·ne, comment le vivez-vous au quotidien ? Pour rappel, j’ai écrit deux gros articles sur le végéta*isme il y a de ça plusieurs années, vous pouvez retrouver la partie théorique ici et la partie pratique là.

Prenez soin de vous, à bientôt !

*

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez me le dire même sans commenter, en cliquant simplement sur le petit ♥ en-dessous de la date, à gauche du titre. Si vous aimez vraiment beaucoup Un invincible été, vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee.

Vous aimerez aussi...

ASLW 58
Ailleurs sur le web #58
Lectures 10
Lectures #11 : l’enfer, un flingue, manger les animaux
ASLW 48
Ailleurs sur le web #48
Ailleurs sur le web #46


21 Réponses

  1. Je ne participe pas au tirage au sort, je préfère que quelqu’un qui veut tenter le défi en profite, mais je te soutiens à 100% dans tout ce que tu dis.
    Le plus difficile pour moi, en devenant végane, a été de trouver les aliments doudous qui allaient remplacer le fromage, parce que, comme toi – comme beaucoup je crois ^^ – mes PMS s’accompagnent d’envies de gras assez, euh, comment dire, intenses ? Pour le moment, le combo houmous-patate douce-purée de cajou-avocat est plutôt concluant, mais je craque parfois sur du fromage végétal, en partant du principe que, avant ou pendant mes règles, je m’écoute, point barre. Ça m’a pris du temps d’en arriver là, mais bon.
    C’est vraiment chouette que te lances dans ce défi, comme je le disais sur twitter, c’est un peu comme ça que je me suis lancée et qu’avec toutes les astuces glissées entre les newsletters et le groupe facebook associé, je me sentais vraiment épaulée – et comprise, aussi. C’était vraiment plus facile, après ces 3 semaines « ensemble » de continuer à piocher dans ce qui m’avait convenu et en tâchant de modifier ce qui ne m’allait pas. Ca fait un peu plus d’un an maintenant que je suis végane et, si je ne m’interdit JAMAIS JAMAIS de consommer un produit de type oeuf ou lait, si les circonstances m’en obligent (ou juste que j’en ai envie, en fait, mais cela ne m’est jamais arrivé, d’avoir une envie de fromage ou d’oeuf à la coque), je crois que cela ne m’est pas arrivé souvent.

    Bref, bon défi, et bien sûr, gros bisous.

  2. Jammet

    Coucou Pauline, végétarienne depuis 16 ans, je tends de plus en plus vers le végétalisme depuis 1an – pas toujours facile à l’extérieur! Je pense qu’un petit défi comme celui ci et l’aide d’une communauté pourraient vraiment m’aider. J’ai rejoin la page fb et te tiens au courant de mes progrès

  3. Même si je suis déjà végane, ça m’enthousiasme, ce défi, et je suis ravie que tu le fasses ! (aussi parce que j’adore Elise et je vois tout le cœur qu’elle met dedans avec la petite équipe du Défi, alors j’avais très envie qu’il marche en France !) L’important, je crois, ce n’est peut-être pas de vouloir tenir à 100% pendant 21 jours et d’être potentiellement déçue d’avance de ne pouvoir le faire (par exemple, à cause de ce mariage), c’est plutôt de (re)découvrir en douceur ce mode de vie et cet engagement, et de voir comment, à l’heure actuelle, tu peux le mettre en place en te sentant bien. La bienveillance envers soi-même, c’est super important ! (j’en parle beaucoup dans mon bouquin, d’ailleurs, comme des avantages d’une transition à son rythme !)

  4. Passe un bon week - end,

    Coucou Pauline,
    Tout comme toi je suis végétarienne depuis plusieurs années mais je consomme encore du fromage et c’est franchement mon point faible.
    J’aurais très bien pu écrire ta phrase : « Même si j’arrivais à « tenir » 21 jours 100% véganes, si j’ai ressenti trop de frustration ou de privation pendant ce temps, la première chose que je ferai le 22 mai sera de me ruer sur un morceau de feta ». Eh oui, la feta et moi nous ne faisons qu’un !

    Je me suis inscrite au défi sur Facebook, les partages de recettes et d’impressions devraient être intéressants. Le livre me plairait pour compléter mes connaissances sur le véganisme. Peut -être qu’après ces 21 jours le fromage ne me manquera pas ? J’étais au Veggie World samedi dernier et j’en ai goûté de très bons.

  5. Je suis tellement impresionnée par ce genre de défis! Je suis plutot du genre à faire mes changements en douceur. Je ne sui meme pas vraiment végétarienne, mais je fais de très nombreuses recettes véganes. Comme toi, je tiens à faire le changement dans la douceur, afin de ne pas me sentir frustrée, pourne pas faire un pas en avant pour deux en arrière… Depuis quelques mois je fais un gros effort conscient sur le fromage: j#ai beaucoup reduit mes envies, et trouvé des solutions pour avoir des plats réconfortants non recouverts d’emmental… Je suis vraiment hallucinée comme des choses qui semblent nécessaires ne sont en fait que de simples habitudes!

    1. Comme je te comprends ! Honnêtement, chaque pas vers une alimentation plus consciente ne peut qu’être bénéfique, pour soi comme pour la planète. Ce que tu fais est génial, continue en ce sens ! ♥

  6. Stephanie Gabrielle

    Ce défi me tente même si j’ai très peur de ne pas tenir le cap. Et si je devenais « accro » à la lecture des étiquettes, si je ne faisais plus que penser à « ça », autrement dit à mon alimentation, ce qui est déjà un problème pour moi. Mais voilà, j’ai aussi un véritable désir de consommer moins de produits animaliers et de vivre plus en adéquation avec mon environnement, ne serait-ce qu’en respectant tout ce(ux) qui m’entoure(nt) ! L’un de mes enfants est végétarien à tendance végane :) et comme elle est têtue, rebelle et douce à la fois, elle fait en sorte que chacun autour d’elle comprenne encore et encore les raisons qui la poussent à faire ce choix. Je mange encore de la viande et du poisson mais je fais des choix qualitatif et je diminue encore cette consommation. Alors, tenter des recettes véganes, une vie plus saine, cela me tente. Vraiment.
    Et oui, dire merci, dire bonjour c’est une jolie chose aussi. Alors merci pour cette possibilité de gagner ce livre mais aussi merci pour les mots, les idées… Belle journée à toi et à tous ceux qui passent par ici !

    1. Merci pour ton témoignage et des gentils mots Stéphanie ! Je comprends bien ton appréhension, c’est un réel problème pour moi aussi, cette histoire d’alimentation, de mon rapport avec mon assiette. C’est pour cela que je tente le défi, pour me prouver que je peux entamer des changements sans que ça me fasse du mal, que je peux avoir un rapport sain au véganisme, parce que je suis persuadée que c’est ce qui me rendra le plus heureuse au long terme. Des bises à toi et à ta fille douce et rebelle ! (le parfait combo ♥)

  7. Eh bien c’est pour moi l’occasion de laisser un petit commentaire et de ne plus rester en tant que lectrices anonyme, eheh.
    Je participe au défi 21 jour vegan, je viens de m’inscrire après la lecture de ton article et celui de Marie (100% vegetal), donc ce petit livre en complément serait super.

    Je suis végétarienne depuis 3 ans et demi maintenant, avec un début un petit peu flexi car je mangeais encore du poisson à l’extérieur, restaurant, ou encore quand j’étais invitée et que les personnes ne savaient pas quoi me faire manger.
    Aujourd’hui, je consomme encore des œufs et du fromage. Mais une alimentation encore plus végétale m’intéresse, je n’ai jamais fait dans la restriction, comme je le dis souvent, si j’ai envie de manger quelque chose je le mange. Je le faisais au tout début de mon végétarisme, si j’avais envie de croquer dans un steak , je le faisais, seulement aujourd’hui, je n’en ai plus envie. Alors qui sait ? Peut être qu’un jour je n’aurais plus envie de croquer dans un morceau de fromage. ^^ Comme toi, j’ai besoin de douceur dans cette démarche.

    En tout cas j’ai hâte que ce défi commence pour voir ce que ça donne.
    Bon défi a toi et belle soirée. :)
    Gwen.

  8. CecileH

    Bonjour Pauline et merci pour ce concours!
    Je viens de m’inscrire au défi. Cela fait un peu plus de deux ans que je suis végétarienne. J’utilise encore des œufs chez moi, mais à part ça je n’ai pas de mal à cuisiner végétalien (et j’adore cuisiner!).
    Un mode de vie végane est un peu un « graal » pour moi, j’admire beaucoup les véganes car pour moi ils vont au bout de leurs convictions malgré les obstacles dans la vie courante et le regard peu bienveillant qui est porté sur eux dans notre société (en France en tout cas) – le mot « extrêmisme » revient un peu trop souvent à mon goût dans les discussions…
    Pour ce qui est de l’alimentation, je trouve qu’il y a encore pas mal de situations (pour moi) où c’est difficile: certains restos n’ont rien de sympa/nutritif à proposer et avec les amis/la famille, je n’ai pas envie d’imposer à mon entourage de ne pas utiliser de crème, d’œufs ou de fromage dans les plats qu’ils mitonnent. Bon, je suppose que c’est un obstacle surmontable en apportant soi-même plein de bons petits plats végétaliens et en partageant aussi plus mon point de vue. Mais j’avoue que je n’aime pas particulièrement devoir me justifier, être un peu « l’intruse », parler de végéta*isme alors que je n’en ai pas envie etc. Si je passe un jour au véganisme, c’est parce que je pourrai l’assumer pleinement et sans frustrations. Car il y a aussi les situations « sur le pouce » qui sont compliquées: les offres sont plus que réduites en France: boulangerie, crêpes à emporter, snacks… pratiquement aucun de ces endroits ne proposent d’options végétaliennes.
    Et puis honnêtement, je trouve que j’ai déjà fait un beau chemin sur la route végé: j’essaie de limiter vraiment les sous-produits animaux, je fais le plus vegan/simple possible pour les produits d’entretien et de beauté, mais préfère continuer à mon rythme, sans me mettre trop la pression, car comme toi, je ne pense pas que la frustration nous mènera sur le bon chemin.
    Quoi qu’il en soit, je trouve que le défi va être intéressant. Je serai en famille le week-end prochain, donc je commence déjà à réfléchir comment gérer cela!
    Merci encore pour ton post et ton blog :) Sur tes conseils, j’ai lu le livre de Martin Page que j’ai beaucoup apprécié, pour sa sensibilité et bienveillance, entre autres.

    1. Bonjour Cécile, merci pour ton commentaire !
      Je suis tout à fait d’accord avec toi quand tu dis que c’est parfois relou de devoir « se justifier » et parler de végéta*isme quand on n’en a pas envie. Pour moi l’alimentation est un sujet sensible, et c’est arrivé plein de fois que je dise « je suis végétarienne » et que s’ensuive une conversation 300% prise de tête, avec des gens pas du tout intéressés par mon point de vue qui ne faisaient que me répéter « mais moi je pourrais pas me passer de mon steak », ou alors carrément la pire mauvaise foi du monde.
      J’ai beaucoup de chance, la majorité de mes ami·es autour de moi sont végéta*ien·nes ou du moins renseigné·es sur la question, ce qui permet de ne pas trop avoir à m’en faire quand je vais manger chez eux. En famille par contre c’est un peu plus compliqué, être végane serait vraiment galère.
      Et c’est vrai qu’en France ce n’est pas encore facile de manger végane à l’extérieur, et c’est un réel frein ! Déjà végétarien c’est parfois compliqué, dépendant de la région dans laquelle on vit..
      Pour ça, je fais un effort pour trouver des endroits où manger végane, notamment pour le goûter, parce qu’il commence à y en avoir de plus en plus, mais la plupart du temps je me contente de manger végétarien. On verra bien comment je fais pendant ce défi ! Je suis contente que le livre de Martin Page t’ait plu ♥ à bientôt !

  9. Coucou,
    Je suis inscrite aussi. Et je pense que cela me fera du bien.
    Ce qui est plus compliqué, c’est pour mes enfants, qui sont déja végétariens, au grand dam de notre pédiatre qui est à 2 doigts de me dénoncer aux services sociaux ( alors qu’ils vont très bien, merci!)
    J’aimerais bien gagner le livre car j’adore les livres Editions la PLage!
    Gros bisous, bon défi végane à toi!

  10. bonjour :) merci pour ce chouette concours ! est-ce qu’il y a un mot pour désigner une végane qui mange des viennoiseries ? C’est mon dernier joker ! J’ai fais plusieurs mois de véganisme stricte et je me sentais tellement frustrée que j’ai du faire un peu de rétropédalage. Maintenant je vais à mon rythme, chaque chose en son temps. Je suis convaincue des bienfaits du véganisme mais ça ne se fait pas du jour au lendemain. Je suis inscrite au défi végane pour justement m’aider à revoir un peu tout ça.

  11. Galinette

    Bonjour Pauline.
    Encore un chouette article, merci.
    Je vais m’inscrire au groupe fb, pour me donner des idées, mais je sais que pour le moment je ne suis pas capable de me lancer dans le défi.
    Aujourd’hui je suis flexi. Mais j’avoue ne pas aimer toutes ces étiquettes. J’ai commencé par tout banir d’un coup de mon alimentation, et lorsque j’ai été enceinte, j’ai du faire des concessions, parce que toute nourriture « vegane » me donnais la nausée. Depuis, j’ai du mal à reprendre une alimentation végane « stricte ». Même végétarienne « stricte » d’ailleurs.
    Surtout quand je suis fatiguée, que c’est mon conjoint qui a fait les courses et qu’il a prévu les menus « à sa sauce ». LE fait qu’il soit omni et connaisse mes points faibles n’aide pas non plus, il en joue de temps en temps. (justement dans ces periodes de fatigue)
    Mais j’ai pris beaucoup de recul par rapport à ça. Je fais ce que je peux, avec mes moyens, j’arrive à ne plus culpabiliser. Et puis, un jour, je sais que j’y arriverais.
    Donc ce défi serait un bon moyen de me remettre sur les rails (surtout que j’ai toujours du mal à avoir des idées de repas, facile/rapide/sans 15000 ingrédients, et ça peut être un bon coup de pouce tout ça!!)

    Merci en tout cas de nous proposer ce chouette livre, et de partager tout ça avec nous.

  12. Caroline

    Bonjour, merci pour ce concours! Je suis végétarienne depuis un peu plus de 3 ans car je réalisais peu à peu que je mangeais de la viande par habitude et parce qu’on m’avait élevée comme ça, en pensant que c’était nécessaire pour vivre. J’ai que je n’avais aucun plaisir à en manger, plus ça allait plus je ressentais de la souffrance en mangeant des animaux morts, j’ai donc décidé d’arrêter! J’ai cependant continué le fromage car j’adore ça, et pour la 1e fois ce week-end, lors de ma visite dans une chèvrerie, j’ai pleinement réalisé la souffrance de ces pauvres chèvres lorsque j’ai assistée à leur traite mécanisée… elles avaient les mamelles tellement enflée, déformées par les machines, que j’ai pris conscience que le fromage aussi était fait de souffrance!
    J’ai donc pris une nouvelle décision, je pense continuer à manger du fromage occasionnellement si l’animal est trait avec respect et à la main, mais surtout je vais tenter de réaliser des recettes de fromage vegan! En espérant préférer les recettes afin de définitivement mettre de côté le vrai fromage! Ce défi tombe donc très bien avec ma nouvelle résolution :)

  13. Bonjour Pauline,

    Je suis végane depuis quelques années maintenant, donc je ne participe pas au concours mais je trouve le principe du défi génial !
    J’ai trouvé très juste lorsque tu dis « Le véganisme doit être un mode de vie joyeux et enthousiaste, pas une punition qu’on s’inflige et qui nous rend malade ». Pour ma part, c’est grâce à un défi que je m’étais lancée à moi-même (« allez, on essaye pendant une semaine et si ça ne va pas on arrête ! ») que j’avais sauté le pas du véganisme. Je trouve cela vraiment important de ne pas se mettre la pression et de s’écouter. Donc je te souhaite beaucoup de réussite dans ce défi mais surtout beaucoup de plaisir !
    Si cela t’intéresse (et si cela peut aider d’autres personnes), j’ai écrit un petit guide pour les végétaliens « débutants » où je parle justement de la bienveillance à avoir envers soi-même.
    Belle journée ☼

  14. Charlotte

    Saluuuut !
    C’est bientôt l’anniversaire d’une amie végétarienne et comme toi, elle a eu des épisodes vegan dans sa vie. Je sais qu’elle aimerait s’y mettre pour de bon, et ça me ferait vraiment plaisir de lui donner un coup de pouce ! :)
    J’aime toujours autant ton blog que j’ai découvert il y a 2 ans soi dit en passant. Je laisse peu de commentaire en général et c’était l’occasion de te féliciter !
    Bisou !

Laisser un commentaire