14
Fév
2017
34
fleurs de coton

Le prétexte

Chaque année la même rengaine : la fête la plus commerciale qui soit est de retour, entre injonctions à trouver le cadeau parfait – qui bizarrement est toujours le dernier parfum sorti – et commerces tout enrobés de rose et de chocolat. La Saint-Valentin. Les plaisanteries parfois douteuses sur le célibat fusent, les pubs pour les épilations se décomplexent, tout est un peu trop kitsch, un peu trop sucré, un peu trop convenu.

Et pourtant je n’arrive pas à la mépriser, cette Saint-Valentin qui n’a rien demandé à personne. J’aime bien trop les signes et les coïncidences, j’aime envelopper mes jours de suites logiques qui ne le sont que pour moi et moi seule. Notre premier baiser-notre premier Noël-notre premier Nouvel An-notre première Saint-Valentin-notre premier printemps-notre premier anniversaire de mariage-nos premières vacances-notre premier Hallowe’en-notre première neige. J’aime avoir le droit de sourire quand je reçois ce mail qui m’annonce l’arrivée d’un cadeau le 14 février. Ce n’est pas un cadeau pour la Saint-Valentin, c’est un cadeau tout court, c’est un cadeau discuté, approuvé, réfléchi, pensé, c’est un cadeau impromptu, inattendu, un peu fou, et c’est le fruit du hasard si le facteur sonne le 14 février pour délivrer ce cadeau. Ce n’est pas un cadeau de Saint-Valentin mais c’est tout comme.

De penser qu’entre nous les cadeaux n’ont besoin ni de dates ni de prétextes, qu’ils ne sont pas forcément habillés de papier brillant ou obtenus contre monnaie sonnante et trébuchante, que pour nous parfois rentrer et trouver la vaisselle faite est le plus merveilleux des présents. De savoir qu’entre nous il n’y a jamais besoin de déguisement, de vouloir paraître mieux ou meilleur, d’être fardé, que pour nous souvent la meilleure des soirées est celle passée en pyjama blottis l’un contre l’autre à bouquiner. De revenir sur cinq ans de Saint-Valentin masqués en jours comme les autres, de petits mots déposés en bas des listes de courses, de cadeaux qui éblouissent par surprise, d’attentions qui mettent des poussières dans les yeux.

Je me demandais, au début, si l’émerveillement s’éteindrait un jour, la stupeur de s’éveiller chaque matin, l’importance de savoir au fond du cœur être aimée et l’être en retour. Je me demandais s’il était possible de se lasser, de ce même visage au petit-déjeuner, de cette voix toujours la même, des défauts de ceux qu’on dit attendrissants au début et hideux à la fin. Je ne vois pas la fin, je ne vois que la certitude même dans les moments de doute, la plénitude même dans les tempêtes houleuses, la sérénité d’être deux. Les projets qu’on emballe et déballe, qu’on fait les yeux dans les yeux, les plans sur la comète. Les conversations qui se prolongent jusqu’aux petites heures du matin quand bien même il serait bien plus sage de dormir, mais c’est maintenant ou jamais. Les nuits commencées l’oreille posée contre son cœur, les nuits hachées par les tristesses et les peurs, les nuits pansées par les rires, les nuits d’une traite enlacés qui nous trouvent au réveil comme deux paresseux empâtés de sommeil.

Et tant de matins, encore, à voir ensemble. A mesurer à chaque rayon de soleil nouveau la chance d’être si bien accompagnée.

Moi, la Saint-Valentin, je l’aime bien.

fleurs de cotonfleurs de coton fleurs de coton

Les fleurs de coton de notre premier anniversaire de mariage. ♥

*

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez me le dire même sans commenter, en cliquant simplement sur le petit ♥ en-dessous de la date, à gauche du titre. Si vous aimez vraiment beaucoup Un invincible été, vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee.

Vous aimerez aussi...

ASLW 55
Ailleurs sur le web #55
Ailleurs sur le web #51
ASLW 31
Ailleurs sur le web #31
Resolutions2016
Se résoudre au meilleur


5 Réponses

  1. Lya

    Tu manie vraiment bien les mots, ça fait du bien les articles comme ça, tout plein d’amour. J’aime beaucoup la manière que tu as de rendre tout si simple, loin de se casser la tête, revenir à l’essentiel, accorder de l’importance aux petits bonheurs etc… C’est très apaisant, merci pour tout :)

  2. Oh quel joli texte, quels jolis mots, quel joli amour. J’aime quand c’est simple, quand on revient à l’essentiel, j’aime les « prétextes » pour accorder un peu plus d’importance à ce qui, finalement, comble notre quotidien jour après jours. Merci ♥️

Laisser un commentaire