2
Sep
2016
34
IMG_7468

Une rentrée dans l’inconnu

J’ai adoré l’école. J’avais quelques petits soucis avec tout ce qui pouvait se passer en-dehors des salles de classe – les copains, les récréations, la cantine – mais m’assoir et absorber du savoir a toujours été un immense plaisir. Je crois que ce que j’ai le plus aimé, dans toute, ma scolarité, ce sont mes années de lycée en section littéraire, après avoir tenté un parcours « rentable » en ES et m’être rendu compte que non, ce n’était pas pour moi. J’étais la seule au monde à être heureuse d’avoir huit heures de philo et sept heures d’anglais dans mes semaines très chargées, la seule à ne pas râler de mes emplois du temps à rallonge parce que j’avais pris toutes les options possibles et imaginables, et j’enchaînais même sur des cours de dessin ou de sophro. Je crois que je n’avais pas volé ma ressemblance à Hermione Granger, j’avais même les cheveux touffus pour compléter le tableau.

Et puis j’ai détesté l’école. Ou plutôt, j’ai été immensément déçue, de la fac plus précisément. J’étais trop jeune pour être jetée dans un univers aussi impersonnel, et pendant longtemps j’ai cru n’avoir rien retiré de ces deux années d’études à contrecœur (si ce n’est un mari, bon, ça va). En réalité le bilan est évidemment un peu plus positif que ça, et surtout j’ai mis longtemps à revenir sur mon avis qui me semblait à l’époque définitif : l’école, plus jamais.

Pourtant je n’imaginais pas ma vie sans un diplôme supérieur au bac, et quand j’y ai renoncé, c’était plus par dépit que par conviction : je voulais me faire croire que je n’en avais pas besoin pour réussir, et que ça ne servait à rien de toute façon. Je n’avais tout simplement pas trouvé le bon chemin encore, et je ne voyais pas l’intérêt d’un diplôme dans un domaine qui ne m’intéressait pas. Pendant mon service civique, j’ai rencontré des personnes tellement différentes, rien que dans l’échantillon de volontaires qui a constitué mes collègues pendant huit mois. J’ai découvert qu’avoir abandonné ses études n’était pas une honte si on discutait avec des personnes bienveillantes, et que tous les parcours sont valables. Alors petit à petit, l’envie de retourner sur les bancs de l’école est venue s’installer.

Pour la première fois de ma vie, j’ai fait de véritables recherches pour trouver quelque chose qui me correspondait. J’ai mis du temps à trouver mon évidence – et je vous avoue qu’à quelques jours de plonger dedans à pieds joints je ne suis même plus très sûre que c’en soit une réellement, mais il paraît que c’est ça la vie – et j’ai mis du temps aussi à valider l’envie au fond des tripes. J’ai fait tellement d’essais, tellement de ratures sur le cahier de « mon parcours », cette fois-ci j’avais envie de ne pas me tromper. Parce qu’il est temps, vous voyez ?

A l’heure où je vous écris ces mots, je n’ai pas encore repris les cours, cette formule presque magique, et de plus en plus se mêlent en moi une appréhension mâtinée d’excitation. Je ne suis pas tout à fait sûre de moi, un peu moins qu’il y a deux mois quand j’ai été acceptée dans cette formation d’ailleurs, mais cette euphorie retombée me permet de me préparer du mieux que je peux avec les maigres informations que j’ai en main. En attendant un véritable billet organisation pour vous parler de mes petites habitudes que je n’ai pas encore retrouvées, je vous livre en quelques points ma manière à moi de me préparer pour la rentrée.

aquarelle

*

Je suis allée chez le coiffeur

Je suis un véritable cliché, et ça me va très bien. Ma coupe de cheveux courte me manquait, même si elle avait été si bien réalisée que la repousse était franchement pas moche. Il faut dire qu’en rentrant de vacances, les températures étaient caniculaires et retrouver une nuque dégagée et ne plus me soucier des mèches qui atterrissent toujours devant mes yeux me paraît être une bonne manière de commencer ma nouvelle vie d’étudiante retrouvée.

J’ai posé mon nouveau bureau

Besoin de plus de longueur et de moins de profondeur que ce que me proposait mon ancien bureau (une table à tapisser posée sur deux tréteaux, soyons honnêtes), j’ai embrigadé mon papa et nous sommes allés jouer les bricoleurs du dimanche, même si c’était lundi. J’ai fait simple : une simple planche de pin épaisse posée d’un côté sur un meuble existant, de l’autre sur un pied à hauteur réglable. Le tout est spacieux, clair et pourra accueillir toutes mes sessions de révisions mais aussi quelques photos et du blogging jusqu’à plus soif, à n’en pas douter. Seul petit souci : le plateau est un peu trop haut pour ma chaise de bureau vieille de quinze ans, mais avec un petit coussin, on oublie tout. J’aime cet espace, et j’aime tout particulièrement la mappemonde récupérée par mon chéri au détour d’une rue et son pied en métal chromé, ainsi que mon pot à crayon – qui est une éco-cup de mon salon de thé préféré, décorée de graffitis et de petits dinosaures.

J’ai acheté un sac et une trousse

J’ai mis quelques heures à convaincre mon amoureux de l’absolue nécessité de me racheter un sac de cours (« Mais enfin, t’as qu’à prendre mon vieil Eastpak noir tout pelé ! », me disait-il), et surtout à trouver mon bonheur. C’est grâce à l’une d’entre vous que j’ai déniché la perle rare, ce super joli sac Cooler, hyper spacieux (je peux y mettre mon ordinateur portable !), plein de poches et qui a l’air solide comme tout. Je trouve qu’il est très élégant sans en faire des caisses, et j’ai hâte d’y être rien que pour me balader avec toute la journée ♥ J’ai aussi trouvé par hasard une petite trousse plate que j’ai achetée sur un coup de tête et qui est toute mignonne. J’y ai déjà glissé des Stabilo Boss, parce que je sais déjà que je vais avoir besoin de surligneurs comme on a besoin d’oxygène pour survivre.

sac cooler vintage

J’ai recopié mon calendrier de formation

Je pense que si je ne trouve pas de travail à l’issue de ma formation, je postulerai en tant que designer de calendriers de formation. Celui que m’a envoyé l’IUT était absolument illisible et j’ai décidé d’en refaire un à ma sauce, parce que : pourquoi pas. C’était surtout une manière pour moi de me reconnecter avec l’environnement scolaire et de pouvoir prendre mes marques. J’ai repéré mes vacances, et je sais à peu près combien d’heures de cours par jour j’aurais, ce genre de petites choses. Je me connais et je sais que plus je peux me projeter à l’avance, plus je suis sereine.

J’ai acheté un trieur

Depuis la terminale, le trieur est mon outil de prédilection pour les cours au jour le jour. Certain·es préfèrent les classeurs, d’autres les blocs-notes, d’autres encore les cahiers. Pour ma part, j’aime avoir un endroit qui regroupe toutes mes matières, dans lequel j’ai le chapitre en cours, que je classe le moment venu dans un autre système de rangement. Je me dis que d’ici à ce qu’un chapitre ou une notion soit terminé·e, j’ai le temps de voir venir et j’achèterai à ce moment-là ce dont j’ai besoin. J’ai décidé également de ne pas acheter trop de fournitures : j’ai récupéré des stylos achetés il y a quelques années, et même si je pense que j’aimerais avoir une agrafeuse et d’une perforatrice (ne serait-ce que ça parce que ça fait des années que je me dis que je vais en acheter), ça attendra que j’en ressente le besoin. Idem pour les trombones, les post-it et les bristols pour réviser !

Je fais le plein d’activité créatives

Si je ne compte pas arrêter de lire de sitôt, j’ai aussi repris diverses activités créatives laissées en stand-by depuis plus ou moins longtemps : le tricot, avec le projet de me réaliser une marinière en coton avant la fin de l’automne (je me laisse une marge proportionnelle à mon niveau débutant) et l’aquarelle, abandonnée depuis dix ans, juste pour le plaisir de voir les couleurs se mélanger et prendre vie sur le papier. Je me crée ainsi des soupapes de décompression pour gérer mon stress, pour occuper mon temps comme je vous en parlais ici, et pour savoir quoi faire, le moment venu, si je me sens débordée et incapable de quoi que ce soit. Prendre ses pinceaux ou enchaîner les mailles n’est jamais bien compliqué, je pourrais toujours le faire.

tricot phildar

*

Il me manque…

  • Un bel agenda /

Céline parle du sien (et de tant d’autres jolies choses) dans cet article, et m’a rappelé les heures à attendre que ma maman revienne avec mon agenda, c’était le même que le sien, il était épais et très austère, il me donnait l’impression d’être une grande. Cette année je cherche un format beaucoup plus léger, je ne pense pas que j’ai jamais utilisé l’intégralité des pages d’un agenda quand celui-ci offrait un jour par page. Je crois que je cherche la même chose que Céline : une semaine sur deux pages, les heures numérotées, et une jolie couverture. Vous allez rire, mais je crois qu’Yves Rocher propose son traditionnel agenda depuis peu et la couverture est si belle que je pense aller le récupérer, juste pour voir si l’intérieur me convient ou pas. S’il ne me convient pas, je commencerais de vrais recherches.

  • Des collants /

Parce que vive les jupes et les robes en hiver, et que tous mes collants ont rendu l’âme à la saison dernière, il me faut investir dans des nouvelles paires. J’ai décidé de m’offrir une paire de collants brodés ainsi qu’une paire de collants opaques et bien chauds pour l’hiver, même si j’ai des leggings doublés de polaire qui attendent leur heure – et faites qu’elle n’arrive pas trop vite, quand même, eh.

  • Mon emploi du temps détaillé /

Et voilà bien ce sur quoi je n’ai aucune emprise : j’aimerais vraiment beaucoup pouvoir voir déjà de quoi sera faite au moins ma première semaine de cours, mais je vais devoir attendre ma rentrée pour savoir ça. J’adorais, plus jeune, le moment de recevoir mon emploi du temps, et cette année surtout j’en ai besoin pour pouvoir envisager sérieusement de remodeler mon rythme de blogging pour que ma vie ressemble à ce qu’elle a toujours été depuis trois ans, c’est-à-dire un harmonieux mélange d’obligations et de plaisirs, saupoudrés de beaucoup beaucoup d’écriture.

  • La reprise du running et de l’activité physique en général /

Après avoir couru trois fois par semaine avec mon papa pendant les vacances, j’ai du mal à m’y remettre, et pourtant je sens que ça me manque. Les conditions ne sont plus aussi idéales, mais pourtant il le faut : je ne suis jamais aussi bien dans mon corps qu’après une bonne séance de course à pied. J’ai également la chance de m’être fait prêter un vélo d’appartement, et il n’est pas question qu’il moisisse dans son coin en attendant le retour de sa propriétaire. Entre la course à pied, le vélo et le yoga, j’espère trouver une véritable habitude sportive cette année, mais pour ça, il faut remonter en selle rapidement !

*

J’aimerais beaucoup pouvoir vous écrire à l’avenir des articles sur ma routine d’étudiante : comment concilier toutes les facettes de sa vie en reprise d’études, comment réviser sans se ronger les sangs… mais évidemment il faudra attendre que les occasions se présentent, et surtout que je puisse voir si je suis tombée très loin du cheval quand j’ai décroché la première fois. Combien de temps mettront les bonnes habitudes à revenir, et les mauvaises à être combattues ? Vous en saurez plus, et moi aussi, dans la suite de cette drôle d’aventure.

A bientôt !

*

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez me le dire même sans commenter, en cliquant simplement sur le petit ♥ en-dessous de la date, à gauche du titre. Si vous aimez vraiment beaucoup Un invincible été, vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

reprise-etudes
Reprendre ses études
13
Miscellanées #4 – Rentrée 2016
Ailleurs sur le web / Summer edition


26 Réponses

  1. C’est merveilleux comme je ressens ton excitation à reprendre les cours ! J’aimerais presque vivre la même chose :)

    Je me retrouve beaucoup dans ton témoignage sur l’enseignement supérieur : cela a aussi été une grosse déception. J’ai testé la fac, puis un BTS et re la fac deux fois de suite, je n’ai jamais réussi à trouver ma place. J’ai trouvé les professeurs imbus d’eux-mêmes (j’ai eu un prof qui était la copie conforme du caractère de Gilderoy Lockhart, c’est dire…) et aux connaissances étriquées. J’ai vraiment eu l’impression de perdre ces années-là et même en faisant un bilan, il y a largement plus de négatif que de positif.

    Plus jeune, je voulais aussi faire beaucoup d’études et je fantasme toujours un peu sur le fait de mener une thèse (« Et si j’étais doctorante, j’écrirais sur quoi ? »). En vrai, je culpabilise à mort d’être le vilain petit canard de la famille qui n’a pas fait d’études (ou du moins n’a rien fini) et qui en plus n’a pas de boulot. Je n’arrive pas à assumer, ça viendra un jour…

    En tout cas, j’ai hâte de te voir raconter tes « nouvelles aventures à l’école » hi hi. Tu as l’air bien partie pour quelque chose d’extra en tout cas. Au cas où, je te souhaite en avance une bonne reprise !

  2. Lenaïg

    Bonjour Pauline :)

    Premier commentaire pour moi qui fait partie des « lectrices fantômes », je lis tes articles depuis un bon bout de temps maintenant (même si je te suis régulièrement surtout depuis l’article « mon corps m’appartient »), bref je voulais juste te signaler que les agendas Paper Blanks pourraient correspondre aux critères que tu énonces dans ton article. Je suis moi-même adepte d’agendas solides, rigides, pratiques et néanmoins esthétiques, et les illustrations de Laurel Burch j’ai Blue Cats and Butterflies cette année) sont juste splendides, de mon point de vue !

    Je te souhaite une très belle rentrée ! J’ai arrêté les études après mon Master (5 ans après le Bac, j’avoue que je ne pouvais plus voir ma fac en peinture) mais je garde de bons souvenirs de cette période, particulièrement les rentrées avec tout ce qu’elles apportent de tourbillons, nouveautés, lectures, renouveaux !

    1. Merci Lénaïg ! J’ai eu un agenda Paperblanks et je les ADORE mais je n’ai pas trouvé d’agenda en année scolaire, juste en année calendaire, en tout cas en magasin (j’étais super déçue, parce qu’en lisant ton commentaire je me suis souvenu de ces superbes objets et hyper pratique). Je vais pousser les recherches. Merci beaucoup en tout cas, bisous !

      1. Lenaïg

        C’est encore moi ! Je me permets de te signaler que sur Vente-Privée actuellement il y a une vente combinée PaperBlanks/Staedtler et parmi cela de beaux agendas en année scolaire et non calendaire ! ;)

  3. Marie F

    Chère Pauline,
    Voici quelques mois maintenant que je suis ton blog, dont la lecture est toujours pour moi un petit moment de plaisir. Nous ne sommes pas sans partager quelques points communs… Aussi, notre rapport à l’éducation et à l’école est vraiment semblable : le même fourmillement de hâte, d’excitation, et d’angoisse floue à la pensée du premier jour de classe. Je partage d’autant plus ton sentiment que cette année, si tout se passe bien, je serais de l’autre côté du bureau ;)
    Je te laisse mon premier commentaire pour te souhaiter une excellente rentrée – que cette journée soit à la hauteur de tes espérances, qu’elle soit pleine de surprise et de joie. Qu’elle soit le départ d’une très belle année, sereine et fleurie.
    Et puis, j’en profite pour te remercier, sincèrement, pour tous ces jolis articles qui émaillent mon quotidien d’un petit bonheur certain.

    Plein de pensées bienveillantes,

  4. Tu es très courageuse de reprendre tes études. Je sais que s’arrêter après le bac est souvent mal vu j’ai eu des réflexions moi aussi. Mais parfois il faut prendre le temps d’explorer pour se lancer vraiment dans ce qu’il nous plaît. Hâte d’en savoir plus sur ta formation :D

    1. Je suis bien d’accord avec toi, personnellement j’étais trop jeune à l’époque pour savoir ce que je voulais : c’est mon blog qui m’a donné envie de me lancer dans mes études, et j’ai commencé mon blog après être entrée à la fac. Je ne pouvais pas savoir que je voulais travailler dans la communication avant ! Merci pour ton commentaire :)

  5. parisia71

    Je trouve ton texte très touchant, avec le détail de ces plaisirs de « petite fille » qui me rappelle aussi tant de souvenirs … Je te souhaite un véritable épanouissement dans cette nouvelle voie et j’ai hâte de lire tes prochaines expériences étudiantes. Comme tu écris bien ! C’est fluide , naturel … Bon courage !

  6. À chaque fois que tu publies un article, je sais que je vais y trouver des mots qui font écho aussi bien à ce que je peux ressentir viscéralement et spontanément qu’à ce que j’ai pu réfléchir un peu plus posément. C’est très agréable et très rafraîchissant de voir tout ça par ton regard. Je ne vais plus tellement sur les blogs, mais le tien est le seul blog « lifestyle » (quel que soit la signification de l’étiquette) spontané que je lis car il m’apporte réellement quelque chose.
    Aujourd’hui ne fait pas exception, d’autant plus que moi aussi, j’ai fait ma rentrée ce lundi. Je n’ai jamais arrêté mes études, mais j’ai choisi une réorientation tellement violente que les sensations sont les mêmes, et cet état d’expectative et cet espoir tout neuf qui fait comme une boule dans la gorge devant la nouvelle année tout aussi intenses! Je t’admire d’ailleurs d’en parler si librement sur ton blog, et de partager; je fonde tellement de choses sur mon année scolaire qui vient de commencer que je n’ose pas partager tout ce que je ressens, ni même trop en parler autour de moi, presque superstitieusement.

    Bonne rentrée à toi Pauline, et courage. Ça va bien se passer, j’en suis certaine :)

    Bisous

    Orr

  7. so_aelys

    Je me reconnais tellement dans cet article
    Moi aussi j ai arreté mes etudes et moi aussi a 32 ans j espere un jour pouvoir les reprendre (quand je saurais ce que je peux faire d autres dans ma vie c est ca mon probleme majeur :)

  8. Je te souhaite une rentrée excitante et une année épanouissante!
    Je change de boulot et d’environnement de travail le 16 octobre, alors pour moi aussi c’est une forme de rentrée.
    J’ai décidé de:
    ne pas aller chez le coiffeur ( pour la raison stupide que toutes les femmes directrices de quelque chose ont les cheveux presqu’aussi courts que des hommes. Je sais c’est nul comme explication ;-)),
    de ne pas acheter un nouveau sac mais de donner ceux que je n’utilise jamais ( encore que le tien soit joli comme tout).
    Sur l’agenda, je vais regarder tes expériences car cela fait plusieurs années que je cherche l’agenda idéal. Celui de cette année devrait etre tout petit puisque , grace à toi, j’ai maintenant un bullet journal qui fonctionne du tonnerre.
    Bon après, il faut aussi qu’on organise les nounous, les vacances, des trucs de parents assez stressants je dois dire.
    Je t’embrasse ( tes photos sont de plus en plus chouettes)

  9. Fannyfa

    Bonjour Pauline! J’ai commencé à lire ton blog car je pense me lancer dans un bullet journal, je trouve le tien très cool :)
    Bon courage pour ta rentrée, quel moment excitant! J’ai cependant une question: penses-tu pouvoir utiliser ton bullet journal comme agenda? Je suis documentaliste dans un lycée et je suis tellement emballée par l’outil que je pensais le conseiller à mes élèves. Tu es bien placée je pense pour me donner ton avis, car concernée, si ce n’est que tu as quelques années de plus que mes lycéens!
    Bravo pour ton blog! Fanny

    1. Merci beaucoup pour tes gentils mots Fanny !
      Je pense que le Bullet Journal peut convenir à un usage scolaire en tant qu’agenda, mais c’est un peu plus prise de tête que juste acheter un agenda. Il faudrait s’assurer d’avoir une vue sur plusieurs mois en avance en prenant peut-être plus de place dans le carnet, enfin trouver un système qui permette d’écrire les devoirs plusieurs jours voire semaines à l’avance. Pour ma part je ne m’en sers pas au quotidien pour mes études, notamment parce que je n’ai pas énormément de devoirs à rendre pour l’instant, et que j’utilise un petit carnet pour noter tout ça et un agenda dans lequel je fais référence au carnet. (je n’avais pas envie de prendre mon BuJo un peu grand en cours et perdre du temps à écrire dedans aussi joliment que je le souhaite alors que je suis pressée)

  10. Bonjour bonjour !

    Comme je t’envie de reprendre des études !! En service civique également (ehhh oui, la nouvelle mode !), je réfléchis depuis des mois à retourner sur les bancs de l’école. J’écume les sites Onisep et autre à la recherche d’une orientation qui pourrait me convenir … Alors je ne sais pas si la question à déjà été posée, mais dans quel domaine te diriges tu ? Je recherche des idées comme un naufragé scrute l’horizon dans l’espoir d’y trouver un tronc flottant ahahah !

    Profite bien de cette rentrée :)

    1. Le service civique est un chouette moment pour se poser et réfléchir à l’avenir, j’ai trouvé ! Pour moi, le domaine s’est imposé de lui-même : j’ai commencé des études de communication pour pouvoir travailler dans la communication numérique. Je ne saurais t’aider à trouver des idées, je n’ai jamais été très douée pour ça, mais j’espère que tu vas trouver ce qui te fera vibrer après ton service civique. Bises !

Laisser un commentaire