22
Juin
2016
96

Je suis une mamie

Je surprends toujours les gens que je rencontre quand ils apprennent mon âge : il paraît que je fais plus âgée que mes vingt-et-un petits printemps, et plus le temps passe et que cette impression persiste, plus je suis encline à la croire. J’ai parfois l’impression d’avoir vécu mille vies, ou en tout cas d’avoir vécu la mienne un peu en accéléré. La faute à cette classe de CP que j’ai passée, à ma naissance en décembre, qui m’ont propulsée au contact permanent de personnes au moins deux ans plus vieilles que moi pendant toute ma scolarité. Je discutais avec ma maman de la différence de traitement entre moi (l’aînée) et ma soeur (la cadette), en disant un truc du genre « moi à son âge, je ne faisais pas tout ça ! » – une phrase d’autant plus fausse en elle-même qu’à l’âge de ma soeur, qui a presque dix-huit ans, j’étais déjà à la fac depuis un an, et je ne vivais plus à plein temps chez mes parents depuis mes quatorze ans.

A cause de, ou grâce à, tout ça, mes folles années de jeunesse se sont terminées abruptement, mais sans regret : c’est à quinze ans que je faisais le plus la fête, dans le bar du père de ma meilleure amie, jusqu’à une heure du matin avant d’être ramenée à la maison par mon papa. Quand je suis arrivée à la fac, ce train-train fêtard a continué un peu jusqu’à ce que je rencontre mon amoureux. Là, comme deux âmes soeurs qui se comprennent parfaitement, on a tous les deux réalisé qu’on n’aimait ni sortir tard le soir, ni être forcément excessivement alcoolisés, et qu’une soirée devant un film dans notre lit nous faisait plus kiffer qu’une grosse bringue des familles.

*

Alors voilà, il paraît que je suis une mamie.

Je vous écris depuis ma maison de retraite, où je me suis retirée après deux soirées ce mois-ci, pendant lesquelles quand j’ai voulu partir (assez tôt apparemment), on m’a répondu, en ricanant d’un air horrifié, « woh mais t’es pas fun ! tu as quel âge ?! » J’ai envie de répondre « cinquante-quatre ans » d’un air peiné, mais mes beaux-parents qui ont la soixantaine font plus la fête de que nous. Du coup je me retrouve un peu paumée, j’ai 21 ans et je suis déjà has-been, paraît-il.

Bon en fait, moi ça va carrément hein. J’en ai assez de me déprécier à chaque soirée où je suis fatiguée, je vous écris – depuis un rayon de soleil en Normandie, qui l’eût cru ?! – pour vous dire que si, comme moi, vous préférez un plaid et une tasse de thé, voire même de tisane ! aux tumultes des bars, des boîtes de nuit et des grands rassemblements humains : vous n’êtes pas seul·e.

romantic-sun-drink-date

*

Introvertie, hypersensible

Je fais partie de ces gens qui sont bien au calme, au chaud, dans leur cocon. J’aime beaucoup être chez moi, et je serais aussi enthousiaste, voire plus, à l’idée de préparer un bon repas pour mes ami·es que si vous me proposez une sortie en ville. Et si j’aime boire un verre, autant vous dire que ça peut tout aussi bien être un bon jus de fruit ou une limonade qu’un verre de vin ou de bière, donc pour l’ivresse régulière, on repassera. Le fait est qu’être en société me demande énormément d’énergie, parce qu’en plus d’être introvertie, souvent mal à l’aise dans les conversations avec des gens que je connais peu, je suis également hypersensible.

Les bruits, les changements de température, la promiscuité dans les endroits bondés, tout ça joue énormément sur mes nerfs : après une soirée, il me faut ensuite une bonne journée d’isolation (ou presque) pour m’en remettre, pour recharger mes batteries. A noter que je suis en plus extrêmement sensible aux « blagues » qui ne me font pas rire, c’est-à-dire l’humour homophobe, raciste, sexiste, l’élitisme… et que malheureusement, la plupart des gens encore aujourd’hui ont dans leur répertoire de blagues un accent « africain », une sortie « second degré » sur les gays ou les lesbiennes, ou encore un besoin irrépressible de dire à une femme présente d’aller dans la cuisine préparer un sandwich. Il est certain que je vis dans une bulle privilégiée, j’ai la chance d’avoir des ami·es bienveillant·es dont l’humour ne repose pas sur ces ressorts éculés et insultants, et je vous rassure tout de suite, on rigole énormément quand même. Alors quand je me retrouve face à face avec des comportements grossiers, dans un lieu avec beaucoup de gens, pour la plupart ivres, et avec de la musique à m’en crever les tympans, c’est tout simple : j’ai tendance à angoisser.

Je ne serai jamais la nana qui reste debout sur la piste jusqu’à l’aube, pour tout vous dire à mon propre mariage la soirée était pliée à une heure du matin, et je n’ai pas trouvé que c’était une moins bonne soirée qu’une autre, au contraire (c’était la meilleure de ma vie, probablement). Et je ne considère pas que je sois de mauvaise compagnie !

fisherman-boat-inle-lake-myanmar-60706

*

La juste dose

J’aime sortir, danser, chanter, boire, rire, être un peu futile et ridicule, m’apprêter avant une soirée… mais j’aime aussi quand ça s’arrête. Et je trouve ça chafouinant quand on me juge parce que, contrairement à ce que j’ai pu faire par le passé, je n’ai plus peur de dire « stop, je suis fatiguée, je ne m’amuse plus, je rentre ». C’est pourtant un geste qui me fait du bien : j’ai appris à m’écouter, et je n’ai plus peur de paraître #TeamMamie parce que je suis fatiguée à une heure du matin. Je revendique mon côté mamie, je sais que c’est ce qui me convient le mieux au quotidien, j’ai de très mauvais souvenirs des soirées où je me suis forcée à rester en me trouvant anormale de ne pas m’amuser, de ne pas aimer boire, où je ne voulais pas avoir l’air ridicule ou gêner mes ami·es. Avec ma nouvelle tactique, celle de dire stop, donc, je peux arrêter l’engrenage juste avant que mon humeur se dégrade et que je garde un mauvais souvenir de l’événement. Certes, je suis au lit à deux heures du matin grand max, mais je suis contente du temps passé, ça vaut mieux que de faire la tronche pendant trois semaines parce que j’ai passé un moment exécrable, non ?

Alors par pitié, si vous aimez faire la fête jusqu’au petit jour : grand bien vous fasse ! Mais laissez vos ami·es aux caractères et aux modes de vie différents en paix, sans jugement. J’aime mon rythme, j’aime ne pas avoir la gueule de bois, ne pas me lever à midi, j’aime d’amour mes soirées passées au calme avec une bonne série ou un bouquin. Cela ne veut pas dire pour autant que je juge les personnes qui aiment sortir, faire la fête et se lever tard le lendemain ! Vous devez le savoir maintenant, le jugement et moi, on n’est pas bons copains. Seulement voilà, je me revendique pleinement mamie, je pense tout simplement avoir trouvé l’équilibre qui me rend heureuse, alors je ne vois pas trop où est la matière à se moquer. Et j’ai l’impression qu’on vit dans un monde où c’est parfaitement accepté d’être hyper fêtard·e, alors que l’inverse est considéré comme pas drôle, vieillot, rabat-joie et j’en passe. J’ai envie de vous dire : let’s take back the night et utilisons-la pour nous rouler à l’envi dans des couvertures moelleuses si ça nous chante !

pexels-photo-101063

Si vous faites partie du club des mamies, je vous accueille à bras ouverts et je vous laisse avec cette liste dans laquelle vous vous reconnaîtrez peut-être, parce qu’en 2016 un bon article de blog se doit de terminer par un top.

  • Je préfère découvrir de nouveaux salons de thé que de nouveaux bars.
  • Je préfère me lever le week-end pour aller bruncher, plutôt que de me coucher tard après une soirée.
  • Je n’ai qu’une robe de soirée dans ma penderie, et elle ne m’a pas servi depuis des lustres.
  • Je préfère le thé à la bière (et pourtant j’aime beaucoup la bière).
  • Je choisis mes horaires de cinéma de manière à être rentrée avant 22h, pour pouvoir profiter de ma soirée pépère chez moi.
  • Je fais partie de la #TeamVoisinsRelous, ceux qui voudraient juste dormir le jeudi à 4h du matin quand les voisins du dessus font la bringue sans prévenir.
  • Mon bar préféré est un petit endroit tout cozy, et qui me ressemble. (et n’en déplaise aux fâcheux, j’y vais assez souvent pour être connue par mon prénom là-bas ! et toc !)
  • Je préférerais toujours un bon repas, chez moi ou à l’extérieur, qu’une grosse soirée, le must étant les tapas en terrasse avec les copines en été.
  • Une soirée parfaite pour moi, c’est bouquiner sous un plaid en écoutant la pluie tomber, l’excuse parfaite pour ne pas mettre un pied dehors.
  • Souvent, presque autant qu’une bonne soirée un peu arrosée, j’aime la sensation de poser ma tête sur l’oreiller en rentrant et de sentir le silence et le sommeil se refermer autour de moi.
  • Edit que j’avais oublié et qu’une d’entre vous m’a rappelé : Je tricote. Rien d’autre à ajouter votre Honneur.

Et vous, vous êtes plutôt des mamies, ou de fringant·es fêtard·es ? L’un ou l’autre, je vous souhaite une belle journée, une belle soirée, et je vous dis à tout bientôt !

Source images pleines de solitude : Pexels

*

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez me le dire même sans commenter, en cliquant simplement sur le petit ♥ en-dessous de la date, à gauche du titre. Si vous aimez vraiment beaucoup Un invincible été, vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee.

Vous aimerez aussi...

img_7669
Comment sauver une bougie parfumée
A la chaleur de l'automne • Un invincible été
A la chaleur de l’automne


93 Réponses

  1. Hélo

    Attends attends quoi ? Tu es mariée ?! Depuis quand ? J’ai hiberné si longtemps que ça ??
    Ma surprise passée, ça fait du bien de savoir qu’il y a une team mamies hahah ! Je suis comme ça aussi ! Je viens de finir ma deuxième année d’unif, et contrairement à l’année passée, je me suis fait pas mal de potes et qui dit potes dit « kots » (des colocs, en Belgique) et donc soirées de kot… où l’on se bourre la gueule comme des sauvages. Etrangement, je ne bois pas. Je suis toujours la première partie, en vrai je me force à y aller de temps en temps pour « sociabiliser » (y’a même une fois je me suis amusée, un peu), mais c’est vraiment pas mon truc, et en général à 22h30 je suis au lit. J’ai l’excuse des parents qui bossent tôt, de la semaine, de la fatigue. Ce qui fait que j’ai le double combo relou : ne boit pas + dort tôt. Enfin bon, tous mes amis ne sont pas comme ça ! Moi j’accepte parfaitement ma vieillesse interne, et tant pis si ça ne plaît pas aux autres .. je ne vais pas changer pour faire plaisir à des gens que je ne verrai probablement plus dans 5 ans…
    bisous !

    1. Je suis mariée depuis presque un an ;) je n’en ai pas parlé du tout, c’était mon petit secret ☺
      Tu as bien raison de rester fidèle à toi-même ♥

  2. P.

    #TeamMamie

    Je me suis totalement reconnue dans ta façon de décrire ton côté Mamie. Merci pour cet article qui met du baume au coeur et qui me fait paraître moins seule. :)

  3. Kathy

    Oh qu’est ce que je me reconnais dans ton article, je suis une vraie mamie et c’est plutôt difficile à accepter ( surtout à le faire accepter, mes copines sont de grosses fêtardes !) et souvent je m’ennuie en soirée …
    Ton article me fait penser à un article de Victoria du blog Mango and Salt, c’est un article qui a quelques mois il me semble.
    Je suis curieuse de connaître le nom de ton bar préféré à Lille !

    En tout cas, c’est très bien de t’assumer en tant que  » Mamie », je ne désespère pas moi :)

    Bisous,

    Kathy

  4. Si je suis peut-être un poil plus fêtarde que toi, je me retrouve beaucoup dans tes propos : ne pas sortir un seul soir dans la semainenne me dérange pas et je préfère une soirée tisane/Netflix avec mon copain que sortir me saouler jusqu’à pas d’heure (heureusement il est comme moi). Team Mamie for ever ! Ton article me rappelled’ailleurs un que Victoria avait écrit il y a quelques mois où elle en parlait, c’est vrai qu’on est beaucoup à être assez introverties finalement.

    Par contre je pensais effectivement que tu étais plus vieille, la sagesse ;)

    1. Ahahah ça me fait rire, tu n’es pas la première à évoquer « la sagesse » pour justifier mon vieil âge sous un visage sans rides :D ça me flatte ;)

  5. Merci merci merci pour cet article ! Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis, notamment concernant les remarques que peuvent faire les personnes un peu plus fêtardes que nous-même. J’ai encore cette tendance à culpabiliser de ne pas être plus extravertie et plus dynamique…

    Mais j’apprends à m’accepter et à écouter ce qui est bon pour moi. Mon amoureux est lui aussi un « père tranquille » comme il le dit lui-même, on apprécie la tranquillité de notre chez-nous, ce rythme nous convient bien en fait :)

    Et merci aussi pour tous tes articles très inspirants, je suis contente d’avoir découvert ton blog il y a plusieurs mois, en espérant que tu continues longtemps dans cette aventure <3

  6. Morgane

    Merci pour cet article (encore une fois). Je me sens moins seule! Et pour info, il fait plus beau en Normandie qu’on ne le croit ;) (je suis en train de cramer ^^). Bises et belle journée.

    1. Oh il pleut beaucoup quand même en Normandie :P mais c’est vrai que ces derniers jours il a fait plutôt joli ! (je râle mais il pleut à peine plus qu’à Lille, ça ne me change pas grand chose :P)

  7. Marion

    Ohlàlà, cet article me fait l’effet d’une bonne tasse de thé fumant, blottie devant un documentaire sur mon canapé hihi. Sérieusement j’aurais pu écrire cet article de A à Z !

    Moi aussi je fais partie de la Team Mamie for ever ! Je n’ai jamais aimé les grosses fêtes et les endroits bondés, il y a trop de gens, trop de bruits, trop d’odeur de cigarette… Pourquoi s’imposer ça alors que je pourrais passer la soirée chez moi à lire dans mon canapé en allumant une bougie et en sirotant de la tisane? J’adore être seule, ou juste en amoureux avec mon mari (je me suis mariée à 21 ans, ce qui a achevé de convaincre mon entourage que j’étais une vieille dans un corps de jeune hahaha). Comme toi j’ai extrêmement peu de tolérance à la connerie humaine, du coup je préfère rester seule car une blague débile peut suffire à gacher ma journée (et quand on est vg et féministe, beaucoup de blagues ou de réflexions deviennent insupportables, hein!).

    Avant je me forçais à avoir des centres d’intérêts et des activités « de jeune » pour ne pas me sentir trop différente, maintenant j’assume totalement et je me sens tellement mieux! Le yolo, je laisse ça aux autres :D

    1. Aaah, écoute je suis super heureuse de lire quelqu’un qui s’est aussi mariée tôt ! 20 ans pour moi, et les réactions ont été mitigées : vieille dans un corps de jeune, ou cassoss ? (on m’a sérieusement dit un jour « c’est marrant tu es la première personne mariée jeune qui n’est pas une cassoss », ça fait plaisir…)

      1. Marion

        Ahlàlà t’inquiète moi c’était pareil… ça fait depuis le lycée qu’on est ensemble mon mari et moi, au moment où on a annoncé qu’on allait se marier ça faisait déjà 5 ans qu’on était en couple et tout le monde nous a dit « nan mais attendez encore quelques années, pour être sûrs. » Non non mais on est déjà sûrs hein ! C’est pas comme si on s’était rencontrés la veille en boite haha. C’est terrible comme on se fait considérer par la société en se mariant avant 25 ans. Moi j’étais frustrée, j’étais tellement heureuse de me marier, j’avais envie d’en parler à tout le monde et en voyant petit à petit que les réactions n’étaient pas celles que j’attendais, j’ai fini par garder ça pour moi et mes proches, mon petit secret. Surtout que les réactions auxquelles j’avais droit c’étaient des phrases qui sont propres au mariage en général, pas au mariage « jeune ». Genre « Mais comment tu peux savoir que c’est lui le bon? » (Ben euh je saurais jamais hein, même si j’attendais mes 50 ans je saurais pas plus. Le mariage c’est choisir d’aimer quelqu’un sans savoir ce que l’avenir nous réserve!).

        Et le must, une fille de ma classe qui m’a dit, très sérieusement, « écoute, tant que tu n’as pas voyagé partout, tu ne peux pas savoir quel pays tu préfères. Ben c’est pareil pour les hommes. Il faut en essayer plein. Mon conseil c’est de faire une pause six mois et aller voir ailleurs, et si vous vous aimez toujours après, vous vous mariez. »
        OK merci pour ce conseil fantastique.

        1. Oh lala c’est quoi ce conseil nul ? o___O je compatis, moi aussi j’ai eu des réactions pas cool et des choses pas faciles à vivre, alors qu’un mariage, ça ne devrait être que du bonheur :D

  8. Je me retrouve beaucoup dans tes propos… la seule différence je crois c’est que je suis couchée à 22h ;-) ! Mais je n’ai pas connu ce que tu racontes à propos des reproches, des préjugés envers les non fêtards/couche-tard… Je me demande si c’est une question d’attente par rapport à l’âge qu’on a (quoique que je considère qu’il n’y a pas d’âge pour être fêtard ou pas mais il y a peut-être plus d’attentes quand on a la vingtaine) ou bien une question de contexte social et culturel ? En tous cas, je corresponds bien au profil de mamie que tu décris et je le vis très très bien (et mon mari aussi !!). PS- la soirée de notre mariage s’est également terminée vers minuit-1h… ;-)

    1. J’étais dans un milieu plutôt fêtard, c’est vrai, mais je crois qu’en effet personne n’a jamais compris pourquoi, à partir de 17 ans, faire la fête ne m’intéressait plus vraiment. Je crois qu’on attend des jeunes qu’ils soient « jeunes », et qu’on a une idée un peu stéréotypée de ce que ça veut dire, comme si la définition devait être la même pour tout le monde !

  9. #TeamMamie !!! :)
    Dans ta liste bien sûr je me reconnais beaucoup, et pour le point des voisins bruyants, j’ai même pris les devants en choisissant d’être au dernier étage de mon immeuble pour être tranquille ! hihi (et pire encore -là je commence à avoir un peu honte-, j’ai choisi l’immeuble car il donne sur les champs et… le cimetière de la ville ! pas dérangée par le bruit quoi… :D )
    Mes amies savent qu’à partir de 22-23h mes yeux commencent à me picoter, alors on s’arrange pour plutôt se voir en journée, le brunch est le lieu parfait selon moi pour voir ses amis et enchaîner avec une promenade !
    En tout cas, merci pour ce billet totalement inattendu et bien inspiré, je pense que nous allons être nombreuses à nous reconnaître dans ta description
    Bises !

  10. Coucou!
    Cet article me fait plaisir, tu ne peux pas imaginer! ^^
    Je suis #TeamMamie pour toujours moi! De nature introvertie aussi, il me faut longtemps pour récupérer d’un évènement social, quel qu’il soit! Entre amis ou non.
    J’ai un placard de la cuisine entier dédié aux thés et infusions.
    Je les bois tous les jours!^^
    Je suis au lit à 21h30 tous les jours ou presque, et j’adore ça!
    Je préfère les soirées ciné chez moi.
    On m’emmènera toujours plus facilement dans un salon de thé douillet que dans un bar bruyant.
    Je suis debout à 8h le dimanche matin.
    J’ai un potager et j’adore y passer du temps. L’arrivée du printemps me met en joie parce que ça annonce les plantations à venir.
    On me trouve souvent le nez dans un livre, un chat sur les genoux et un carré de chocolat dans la main.
    Je pars souvent tôt, bien avant les autres, des soirées. Et ça me convient très bien.
    Je bois très peu d’alcool. apparemment tout le monde trouve ça étrange. Personnellement j’ai tendance à trouver l’inverse étrange. ;-)
    J’ai un mode de vie « plutôt sain » dans l’ensemble. Et ça suffit à passer pour une rabajoie parfois.^^
    En weekend je préfère aller marcher en forêt ou prévoir une sortie longue de course à pieds plutôt que d’aller en boite.
    J’adore le théâtre pour les soirées…
    Je suppose que je pourrais continuer un petit moment.

    Bref, soyons fière (et épanouie) d’être des mamies! :D

    1. Mais oui, les gens voient tout de suite un néon qui clignote marqué « PAS FUN » sur nos fronts quand on dit qu’on est fatigué-e à 22h et qu’on préfère le thé à la bière :D Vive les mamies ;)

  11. Aaaaah que ça fait du bien de lire ça ! Je me retrouve complètement ! Quand j’étais plus jeune on me considérait comme anormale parce que je n’aimais pas sortir en boite ou dans les bars. Et alors ? Qu’est ce que ça pouvait leur faire à tous ces gens, si à moi ça me convenait ! Nous ne sommes pas tous pareils, et ne sommes pas heureux des mêmes choses. Je suis peut être une mamie, mais ça me plait d’être tranquille à la maison. Je sors de temps en temps, mais dans des endroits calmes.

  12. Je suis TeamMamie et j’adore ton billet spontané!
    Je suis également introvertie et hypersensible, et je te rejoins sur le plan de la soirée parfaite.
    Alors en plus, j’ai deux petits enfants, donc quand enfin ils sont couchés contrairement à des amis qui sont accros aux babysitters pour sortir entre adultes, moi j’aime bien savourer le calme revenu, le silence, et m’endormir sur mon bouquin – bon, j’aimerais bien réussir à lire avant de m’endormir dessus, mais ça reviendra quand les petits auront grandi…

  13. Lili

    Oh c’est exactement tout moi !!!!
    #TeamMamie à fond !!
    Et j’ajouterai : sortir dehors la nuit, eh ben j’ai froid (j’ai les pieds gelés dès que la température descend sous 19°C) et j’ai horreur de la fumée (très répandues dans les boîtes et dans les bars…)
    Comme tu dis, on passe pour des gens étranges et pas « fun » ça me fait plaisir de me sentir moins différente !!!

  14. Ahhh Pauline, je me reconnais tellement dans tes propos et ton article ! Il en est presque déculpabilisant… Je me sens moins seule :)
    Plus je monte en âge et plus ce mode de vie me convient et me correspond. Le thé, la musique, le dessin, les séries (Outlaaander <3), le plaid et la bouillotte sont mes meilleurs amis et j'en suis ravie ! Mais comme toi, je ne dis pas non plus non à des moments entre ami(e)s à partir du moment où je me sens bien avec ces personnes.
    Fière de faire partie de la Team Mamie ! Et puis après tout, tant que ça nous convient à nous, le reste on s'en moque :)
    Des bisous !

  15. Pour ma part, je fais du canevas. Et des mots fléchés ou croisés. Et j’apprends à coudre, aussi. Ah et j’apprends à reconnaître (et à cuisiner !) les plantes sauvages. J’aime marcher seule dans la nature (mon papa m’appelle la druidesse quand je pars munie de mon panier et de mon chapeau). Je vais finir par virer sorcière, à ce rythme.

  16. Hahaha j’adore cet article !!!!! Je me reconnais complètement. Je suis une mamie. En fait, je suis vraiment une mamie (j’ai d’ailleurs deux ans de plus que l’âge que tu fixes dans ton billet ;-). Mais cela fait des années que je suis comme ça, je crois même l’avoir toujours été.
    Je me sens moins seule ;-)
    Belle journée !

  17. Anouk

    Bonjour !
    J’ai découvert ton blog il y a quelques temps, et je lis avec grand plaisir tes articles, que je trouve très bien écrits et intéressants ! Tu n’imagines pas combien celui-ci a résonne en moi… Je me suis complètement reconnue !
    J’ai 28 ans, je suis aussi une « mamie » et je ne l’assume que depuis peu. Tu n’imagines pas le nombre de soirées ou je me suis vue inventer des excuses pour partir plus tôt que les autres, car ma seule envie était de retrouver mon lit, pour ne pas comater tout le lendemain et perdre un temps de week-end précieux …
    Merci pour tes mots, je me sens moins seule !

  18. Magali

    hello,
    j’ai 20 ans de plus, mais j’aime être chez moi, profiter des miens, la tranquillité, le calme, le silence, je tricote, je crochète, je lis, j’écoute de la musique. j’aime cuisiner mais chez moi au moins je sais que c’est 100% vegan, je n’enquiquine personne….
    Oui je suis une mamie, d’ailleurs je me suis emboucaner avec une copine car je refusais de venir à ses soirées (marre du bruit, mes tympans ne suivent plus, j’ai déjà eu une maladie, j’ai donné)…
    Alors OUI, je suis une MAMIE et fière de l’ETRE

    bonne journée

  19. Laurence

    Ha mais VOILA!!!!! tu lis dans mes pensées de petite Mamie!!! et attends j’ai du lourd moi aussi : je me lève à 6h et me couche à 22h30 max, j’adore m’occuper de mon potager, je connais le nom des oiseaux et des plantes, j’adore faire des gratins dauphinois et de boeufs bourguignon, je cite souvent des vieux proverbes et j’ai des expressions toutes faites que plus personne ne connaît…tout ça probablement dû au fait que c’est justement ma grand mère qui m’a en partie élevée. Et bien élevée. Bref, j’adore ton ode aux mamies. Merci!

  20. Hello Pauline,
    je suis un peu comme toi, mais il m’arrive de trop boire et de m’amuser comme une folle jusqu’à 4H du mat – même si c’est très rare. En général, à 1H je rentre car j’en ai marre, j’ai dépassé mon quota de sociabilité. Je te conseille de lire (ça fait un moment que j’y pense en lisant ton blog mais là, j’en suis sûre) Je pense trop, de Christel Peticollin. Ce n’est pas le livre du siècle pour plein de raisons, mais il devrait t’apporter beaucoup. Je ne t’en dis pas plus, je te laisse le lire et, si jamais tu as envie, m’en parler par mail ?
    Merci pour tes articles !

  21. Bon d’accord je suis un peu plus vieille, je me suis arrêtée à 26 ans dans ma tête…. depuis un moment.
    Bref, je suis une fringante mamie… je suis très attachée à mon cocon, il paraît que c’est parce que je suis née par césarienne. Ne voulant pas vraiment sortir et après 15 jours d’attente, le gentil docteur est venu me chercher juste après Noël… Depuis je n’ai de cesse de recréer ma matrice, comble de l’horreur quand je déménage, il me faut 3 ou 4 ans pour que chaque chose retrouve sa place dans le nid.
    Je tricote peu mais je crochète beaucoup !
    J’ai beaucoup aimé ton article :)

  22. Tu as raison, pas de jugement, chacun devrait pouvoir être libre de ses préférences !
    C’est drôle, comme toi je suis de fin d’année, j’ai sauté le CP et j’étais en fac à à peine 17 ans. A l’époque, timide et n’ayant pas confiance en moi je me sentais super mal à l’aise en soirée. A 20 ans, je me suis hâtée de me mettre en couple avec un mec timide et pas social, ce qui m’a permise de vivre une vie de « mamie » moi aussi. Mais finalement, j’ai réalisé que dans mon cas ce n’était pas comme toi, si je m’étais convaincue que je n’aimais pas sortir ce n’est pas que je n’aimais pas ça, c’est surtout parce que j’avais peur d’affronter le monde et que j’ai préféré me cacher dans une relation cocon qui ne me forçait à prendre aucun risque dans ma vie.
    Aujourd’hui, j’ai bientôt 28 ans ans, retrouvé ma liberté depuis 1 an et 1/2, rencontré quelqu’un qui est à l’opposé de mon ex, découvert que j’adorais sortir jusqu’à l’aube tout autant que j’aimais mes soirées calmes à la maison, donc maintenant j’alterne entre team mamie et team étudiante fêtarde ;), et c’est l’équilibre idéal pour moi !

  23. sandra

    Oh comme je me reconnais dans ta description! Tout pareil, sauf que moi, en plus, je ne bois pas! (Ultra pas fun) et je suis végane (ultra chiante pour les restos)!!!!!

  24. Juliette

    Merci pour cet article dans lequel je me suis retrouvée!
    Moi aussi j’ai 21 ans et mon petit coté mamie… Alors autant j’aime bien faire une grosse soirée de temps en temps, quand je suis en forme, autant il y a pas mal de soirs ou j’aime juste me pelotonner dans mon lit devant un série (pendant que mes amis font la tournée des bars) ! Et, je m’en suis rendue compte trop tard, mais je suis totalement d’accord sur le fait qu’il vaut mieux quitter une soirée tôt, plutôt que de se forcer à rester et en garder un souvenir désagréable. Maintenant j’ose m’éclipser sans avoir peur de passer pour la rabat-joie de service. En plus je suis super émotive et il m’est déjà arrivé qu’un ami un peu éméché me fasse une réflexion un peu blessante en soirée et que ça me mine complètement le moral (alors que lui ne s’en souvenait absolument pas le lendemain!)
    Bref, #TeamMamie ! (et #TeamVoisinsRelous maintenant que j’y pense ^^)

  25. Vive le club des mamies et bienvenue à bord petite jeunette que tu es (ok, j’ai 24ans…).
    J’en profite pour dire « Vive Lille », comme ça, en passant parce que voilà, c’est Lille et merci pour tes mots et ton blog :)
    J’attend l’article sur les tatouages avec impatience ^^
    Don’t worry and be happy, miss !

    Ah et donc, Vive Tours aussi parce que c’est mon chez moi, à la base :D

  26. Kat

    Coucou !
    Je ne peux m’empêcher de commenter, d’abord parce que j’aime beaucoup le ton de ce billet, ensuite parce que ce que tu y dis réveille des échos : à l’adolescence, j’étais comme toi, gênée de ne pas aimer faire la fête comme les autres, et je me forçais un peu parfois pour ne pas paraître trop alien. Je l’étais déjà suffisamment avec mes deux ans d’avance – d’ailleurs, y aurait-il un rapport de cause à effet entre les classes sautée et le goût pour le thé ? ;-)
    Maintenant, j’ai la quarantaine, je n’aime toujours pas les soirées et ta petite liste de fin d’article me va comme un gant, sauf le tricot qui m’exaspère (je colorie, à la place). J’ai un mari tout à fait en phase avec mes goûts : nous sommes des papy/mamie heureux et trèèès jeunes dans notre tête, car nous profitons de l’influence bénéfique de notre « douce » progéniture dont l’âge tendre – entre maternelle et début de primaire – ne nous laisse guère l’occasion de nous encroûter le cervelet…
    Je te recommande donc cette alliance subtile : mamie et jeune parent, c’est détonnant ! :-)

    1. Le coloriage, c’est si chouette :D
      Il y a plein de recettes pour rester jeune dans sa tête, je pense qu’effectivement devenir parent doit bien fonctionner ;)

  27. #teammamie ici aussi ;)

    j’ai dans mes brouillons un article intitulé « je n’ai pas envie de faire la fête », bref, je me reconnais bien dans ton article ^^

    hier soir je me suis à moitié pris la tête avec un proche qui considère que si la soirée se termine pas à l’aube, ça veut dire que c’était une soirée pourrie. Je suis tellement pas d’accord avec ça. La qualité d’une soirée ne se juge pas à l’heure où les gens vont se coucher, ni au volume de la musique, ni au degré d’alcool dans le sang des convives… enfin selon moi, mais bon, apparemment je suis une mamie aussi ;)

  28. MAIS JE ME RECONNAIS TELLEMENT ! (en plus on doit pas habiter loin l’une de l’autre !)
    Je n’aime pas faire la fête, je n’aime pas l’alcool (que le cidre), boire pour boire bof, la drogue bof… je me couche tard quand je regarde la télé (vive les matches de foot et les séries) MAIS jamais en semaine (ben non, j’ai cours le lendemain et j’ai besoin de mes 9h de sommeil ! donc je me couche à 21h x’D). Et moi ça va. Mon père dit que ma vie sera triste (sans commentaires) et mes parents que je vais finir vieille-fille (j’espère avec plein plein de chats parce que j’adoooooooore les chats). Moi je m’en fiche. Je suis bien dans mes baskets, je suis bien avec mon livre et ma lampe de chevet à 21h, m’endormir à 22h quand les autres sont sur l’ordi ne me dait ni chaud ni froid. Et j’ai la chance d’avoir quelques amis qui tous en rigolent gentiment (je suis la première à en rire) sans me le reprocher vraiment. TOUT VA BIEN !

    Comme toi je suis aussi introvertie (j’ai écrit un article là-dessus d’ailleurs, je crois que je l’avais appelé « ode à la solitude »), je n’aime pas trop être dans des groupes de plus de 4 personnes autour de moi (ça peut varier un peu si je connais déjà les personnes, mais c’est quand même lourds et pesant) et au deuxième semestre cette année j’ai insisté pour manger toute seule le midi parce que j’ai besoin d’une pause, de souffler, de me retrouver avec moi toute seule, en tête à tête avec mon cerveau qui réfléchit trop… Paraît aussi que plus les gens sont intelligents moins ils ont besoin des autres, moins ils ont besoin d’êtres proches de leurs amis et des membres de leur famille.

    Comme toi je n’aime pas les blagues lourdes, en revanche j’aime l’humour noir et il m’arrive d’en faire de temps en temps avec mes amies mais les personnes autour qui entendent, puisque je n’ai pas le capital sympathie auprès d’elles, peuvent prendre ça pour du premier degré et donc peut-être qu’un jour un gars dans un couloir m’arrêtera parce que je serais passée pour au choix : une homophobe, une raciste, une xénophobe, une anti-sémite, une fille qui n’aime pas les musulmans, les prêtres, les handicapés, etc., etc., etc. Je crois qu’il faut savoir faire la différence entre une personne qui fait une blague au second degré et une personne qui se cache derrière l’humour pour dire ce qu’il pense. Je vais utiliser l’exemple que je prend à chaque fois : en Seconde un gars avait dit « pourquoi y’a pas d’Arabes dans Star Wars ? Parce que c’est le futur ». En plus d’être, comme me l’a signalé une amie y’a pas si longtemps, complètement à côté de la plaque puisque Star Wars est une fiction, j’ai vraiment eu le sentiment à ce moment-là que le gars y croyait et ça ne m’a pas fait rire du tout. Globalement je plains la femme Noire, obèse et lesbienne qui le rencontrera un jour peut-être… Par contre, ce même jour, un gars faisait des blagues un peu lourdes sur les juifs type « qu’est-ce qu’un juif sur un tas de cendre ? une photo de famille » et on sentait bien que c’était juste pour la blague et qu’il n’était pas du tout antisémite. Tout est dans le ton ! Dans le ton et dans le capital sympathie. Le nouveau spectacle de Jérémy Ferrari est très très drôle mais si on devait en lire une transcription écrite on s’étoufferait !

    Ahaha ! Quand je vais au cinéma je suis rentrée bien avant 22h ! J’y vais généralement le matin vers 10h, même plus tôt quand j’ai deux film à enchaîner, comme ça je peux rentrer chez moi manger x)
    J’aime bien aussi lire et la pluie :)

    1. Ahlala, suis-je prête à me lancer dans une argumentation sur l’humour ? Je ne sais pas :D
      Au-delà du capital sympathie et du ton, je pense qu’il y a des blagues auxquelles on ferait mieux d’arrêter de rire, et en tout cas moi elles ne me font pas rire. Etant touchée par les blagues sexiste ET les blagues LGBTphobes, je rigole bien moins que d’autres je crois, je trouve même que souvent c’est de l’humour facile. Il suffit de voir tous ces gens qui m’ont dit « Mais alors qu’est-ce qui te fait rire ? », les humours oppressifs sont tellement faciles car ancrés dans notre société, qu’on ne sait plus comment faire pour rire autrement. C’est un beau challenge, et perso je suis contente de le relever tous les jours ! (spoiler : on peut être tout aussi drôle – bien plus selon moi :P – en se MOQUANT réellement des gens sexistes, qu’en faisant des blagues sexistes en disant « c’est du second degré » !)
      Je ne dis pas que je suis parfaite et que mon humour est toujours irréprochable, mais voilà, c’est comme ça, les blagues sexistes, racistes, homophobes, élitistes, bref, tout ce qui est fait pour se moquer de gens qui ont déjà pas la vie facile en les traitant comme une entité unie dans son ridicule, moi ça ne me fait pas rire. Et mon credo, c’est d’éviter ces blagues (tout court, mais sinon d’éviter de les faire) dans les lieux publics, et avec des gens que je ne connais pas assez pour être certaine que mon second degré ne passera pas malheureusement pour du premier degré et ne blessera pas quelqu’un qui passera là sans rien demander.
      Sinon rien à voir, mais j’aime bien pinailler : Star Wars ne se passe pas dans le futur, ça se passe « a long time ago, in a far away galaxy » ;) il a dû s’étouffer ton camarade de classe en voyant John Boyega au casting du dernier Star Wars ! ^^

      1. Si t’es prêtes allons-y ! :)
        Ça m’arrive de rire des blagues sexistes… dans un sketch de On N’Demande qu’A en Rire il y a quelques années à la télé, Jérémy Ferrari (encore lui, haha :P) avait dit dans un sketch (je crois qu’il jouait un gars au standard de SOS Amitié ou quelque chose comme ça) avait dit : « vous savez quel est le meilleur moyen de faire rougir une femme ? Une gauche… et une droite ». Et ça m’a fait vraiment rire (je n’ai pas retrouvé la vidéo du sketch, c’est sûr que ça passe mieux à l’oral qu’à l’écrit xD) et quand j’y repense ça me fait sourire, et pourtant je suis féministe et quand j’entends ou lis des aberrations ça me tue, j’ai fait pas mal d’articles féministes sur le blog (pas plus tard qu’il y a trois jours par exemple, et celui d’avant c’était y’a un mois).
        Je peux comprendre que ça puisse blesser des gens et je m’attends tous les jours à la fac à ce que quelqu’un qui ne me connaît pas m’arrête pour me dire « nan mais pour qui tu t’prends sale conne ?! », franchement. Mais je crois que l’humour noir et l’humour en général sert aussi à dénoncer les choses. Ecoute les sketchs de Jérémy Ferrari et tu verras très bien qu’il ne pense pas ce qu’il dit (d’autant qu’il joue parfois des personnages et ne raconte pas sa vie dans un Stand Up). Je ne suis pas raciste, je ne suis pas homophobe, je ne suis pas xénophobe, je ne suis pas anti-handicapé ni anti-femmes, mais je fais parfois de l’humour noir (et j’en ris) parce que je trouve ça drôle).
        Maintenant oui, si quelqu’un fait TOUT LE TEMPS ce genre de blagues, à longueur de temps, que c’est complètement déplacé, que c’est gênant, que ça met mal à l’aise, et qu’on a clairement l’impression qu’il se cache derrière un prétend second degré pour dire ce qu’il pense oui, y’a un soucis et non, ce n’est pas drôle. Et globalement je ne fais pas ce genre de blagues tous les jours. Pas parce que je me retiens mais simplement parce que je n’y pense pas, que, sans spécialement chercher un truc drôle, rien ne vient. Je sais que ça pourrait vite devenir lourds, pour les autres comme pour moi. Je fais de l’humour noir de temps en temps, quand on me tend des perches.
        Il y a aussi des accidents. Toujours dans ONDAR un gars qui n’était pas à son premier passage mais qui n’avait jamais fait d’humour noir dans ses sketchs a fait un jour un sketch noir. Personne n’a ris. Ni le public, ni le jury, ni mes parents et moi devant la télé. Un bide. Simplement parce que le ton n’allait pas, qu’il ne nous avait pas habitué, qu’on ne savait pas où il voulait aller. Il nous avait perdu avant même de nous embarquer.
        L’humour noir peut aussi servir à dénoncer des choses, à mettre le doigt là où ça fait mal (mais pas pour être méchant ou blesser mais simplement pour dire : hey, ici il y a un problème, il y a un truc à faire).

        « et avec des gens que je ne connais pas assez pour être certaine que mon second degré ne passera pas malheureusement pour du premier degré et ne blessera pas quelqu’un qui passera là sans rien demander » : c’est exactement ce que je disais ! Je fais ce genre de blagues avec mes amis et je sais que si des gens passent dans les couloirs ou sur le campus et m’entendent ils peuvent le prendre mal : c’est une question de capital sympathie :) Je sais que, quand je dis des conneries sur les homosexuel(le)s à côté d’une amie lesbienne elle sait que je le dis sur le second degré et que je n’en pense pas un mot (sinon on ne serait tout simplement pas amies). Je sais que mes amis ne vont pas mal le prendre ou se dire que je suis qu’une intolérante à deux balles. Mais je me permettrais déjà moins de choses avec des personnes que je connais moins, je me permettrais des choses plus « bateau » par exemple avec le groupe de personnes que je vois régulièrement pour des débats sur mon campus (par choses « bateau » j’entends des trucs du genre « puis elle a qu’à rester à la cuisine de toute façon » : des trucs faciles auxquels tout le monde pensent sans vraiment oser le dire).

        Haha ! En effet, il a pas dû apprécier x) Mais je peux pas t’en dire plus : j’ai changé de lycée l’année suivante et je ne l’ai (par chance) jamais revu (le touche du bois).

  29. Dilou91

    Comme c’est agréable, une jeune qui pense comme moi, (je pourrais être une mamie de 57 ans), je ne supporte pas les décibels à outrance, le trop plein de foule, d’être obligée de rester alors que j’ai envie de partir, de devoir grimacer devant les blagounettes débiles de certains collaborateurs masculins, de répondre à des banalités alors que j’ai envie de tourner les talons, de m’extasier devant des « oeuvres d’art »qui me parlent moins que le dessin fait par un petit de 4 ans pour avoir l’air in, branchée, dans le coup….., et là je suis certaine de na pas avoir les bonnes expressions. mais le pire, c’est que je crois avoir toujours été comme ça, la différence c’est qu’avant je camouflais pour éviter la critique, alors que maintenant, …. je m’en fout et je le revendique bien fort! Alors bravo mamie….

  30. Blandine

    Team mamie Et bien moi aussi je suis considérée comme une rabat joie … Heureusement que ma moitié est pareil , sinon je passerais quelques mauvaises soirées. Mais quel plaisir de se lever le lendemain frais et dispo alors que les autres ont la gueule de bois et ne se souviennent même pas de la soirée. Je préfère mille fois un repas entre copains qu’une soirée en discothèque. Et je pense que nous ne sommes pas les seules !!! Merci pour cet excellent article dans lequel je me retrouve à 100 %

  31. LuLu

    Ben, moi je suis entre les deux, ça dépend des jours et de mon énergie.
    Mais je suis une couche-tard (et une lève-tard, aaaahh les jours où on peut se lever à midi ou 14h, c’est le pied !), ça c’est sûr.

  32. Amélie

    Merci beaucoup pour cet article dans lequel je me reconnais… beaucoup !
    Ça fait plaisir de se sentir un peu moins « extraterrestre » parfois.

    Signé : une jeune mamie de 30 ans (quand même ! lol)

  33. Pingback : Cyberlectures #8 – Blottie dans un fauteuil

  34. j’en suis !!!
    Depuis toujours je crois… et ça ne change pas les années passant, il n’y a pas de raison d’ailleurs :-) (45 étés bientôt)
    Ado et jeune adulte j’étais étonnée et me sentais en décalage, et puis j’ai appris à me connaître et m’apprécier ainsi, appris aussi à savoir (enfin, à mettre des mots sur, en prenant du recul) ce qui me ressourçait, ce qui me donnait de l’énergie et m’en dévorait…

  35. Amandine

    Coucou !! Je me retrouve beaucoup dans ton article. Je préfère rester également chez moi avec mon mari avec un bon petit plat et un film que d’aller en boîte. Et j’ai eu aussi les mêmes remarques de mamie et de ne pas ête fun. Je suis bien d’accord avec toi vive la team mamie !!! Gros bisous

  36. Du haut de mes 29 ans, je vois exactement de quoi tu parles, et j’ai aussi été tôt dans les soirées, l’excès, et les mouvements de foule et d’enthousiasme. D’après moi je ne pense pas que nous soyons des mamies, je dirais que « nous nous connaissons » assez pour connaître nos envies, nos plaisirs et nos limites. Les autres trouvent ça pas drôle ? Bah tant pis pour eux, ils apprendront quelques années après nous à se connaître et à vivre chacun selon leur propre règle (sauf que nous on aura de l’avance !).

  37. Pingback : En liens cette semaine #12 – L'océan de la vie

  38. Ohlala mais c’est la folie, je croyais être une mamie esseulée mais nooon nous sommes un gang !

    Je me suis tellement reconnue dans ton article, que ce soit dans mon décalage avec ma petite soeur ( 5 ans pourrait-on dire scolairement/socialement alors que nous n’avons que 3 ans de différence ) ou mes folles années de fête autour de mes 15 ans alors que j’étais à l’internat. J’ai comme l’impression d’avoir atteint un « quota » de fête autour de mes 18ans. Je n’ai aucun regret par rapport à ces années, j’en ai bien profité mais maintenant cela ne m’attire plus. J’aime prendre du temps pour me reposer, lire un bon livre ou tester un nouveau restaurant un midi :)

    Merci pour ton article :)

  39. Pingback : Links I Love #108Whatever Works

  40. Team mamie, yeah!!! Moi aussi, on me dit souvent que je fais ma mamie. Mais le sommeil est très important pour moi et je mets un point d’honneur à me coucher entre 22h30 et 23h en semaine. Je préfère largement passer une soirée devant une bonne série ou avec un bouquin que d’aller faire la bringue. C’est simple je ne me rappelle même plus à quand remonte ma dernière soirée en boite de nuit…
    Je préfère aussi aller dans un bon resto avec des amis plutôt que de picoler et danser (même si j’adore danser) jusqu’à pas d’heure.
    Vive le thé et les smoothies!

    1. Héhéhé moi je me souviens très bien de la dernière fois qu’on m’a traînée en boîte, et j’avais trouvé ça nuuul, ça ne s’est jamais reproduit depuis :D je ne suis tout simplement pas la copine qu’on emmène avec soi danser, même si comme toi j’adore danser… je fais ça dans mon salon ou aux fêtes auxquelles je suis conviées !

  41. Yes vive la team mamie !! Moi aussi j’adooore être chez moi et si j’étais fetarde avant je le suis de moins en moins, bravo à toi de le revendiquer et tous les commentaires confirment que tu n’es pas seule ;)
    Bises !

  42. Hé bien, qu’est-ce que j’aurais aimé lire cet article plus tôt!

    J’ai souvent eu du mal à assumer ce côté Mamie qui a probablement toujours fait partie de moi: déjà quand j’avais 10 ans, une amie de CM2 avait fait une invitation spécialement pour moi en me disant qu’elle me conviait à sa fête d’anniversaire et non pas à une boum sinon elle savait que je n’irais pas :D

    Pendant mes études d’infirmière, j’avais l’avantage de devoir me lever à 5h pour aller en stage donc en général je recevais une certaine compassion de la part des fêtards… que je croisais parfois le lendemain matin dans le métro, rentrant chez eux alors que moi j’étais en route pour l’hosto ;)

    Maintenant je vis en zone rurale et perso, je préfère mille fois me réveiller avec le chant du coq en ayant vue sur le lac plutôt que de passer mes soirées en boîte.

    Au final, chacun son truc!
    Merci d’avoir écrit cet article qui fait du bien à lire :)

  43. Héloïse

    #TeamMamie

    J’ai 22 ans et me suis si souvent entendue dire « vas-y t’es pas drôle – t’es coincée – tu ne sais pas t’amuser  » et j’en passe (avec le regard de jugement qui va bien). A l’époque du lycée j’avais presque honte, comme si j’avais un problème, il fallait que je me justifie sans cesse. Faire la fête ne m’a jamais vraiment attiré plus que ça et lorsque je me forçais c’était franchement les pires soirées.
    Heureusement que l’on change en grandissant et je n’ai plus de problème à m’exprimer. Si les autres n’acceptent pas cette partie de moi c’est que l’on est simplement pas fait pour se côtoyer.
    Il est arrivé que l’on me demande si je n’allait pas le regretter plus tard… Pas à mon sens, c’est ma façon d’être heureuse aussi. J’aime sortir de temps en temps, j’ai de l’humour, mais j’aime aussi être au calme chez moi, j’en ai même besoin.

    Merci pour ce billet en tout cas :)

  44. Pingback : Les Plaisirs Simples #8, – Emerveilleuse

  45. Non mais quel bon timing pour cet article qui tombe à point nommé! (« à point nommé »= expression de mamie d’ailleurs) Je me suis posée la question récemment: mais à quand remonte la dernière folle soirée ou tu t’es VRAIMENT amusée? Et la ça a été le néant. Incapable de répondre!
    Bien que finissant mes années d’études je sois sortie régulièrement ces derniers temps à aucun moment je me suis dit « ah dis donc c’était chouette, il est 4h du mat mais ça valait le coup! » . Non vraiment jamais.
    Et du coup ça m’a beaucoup chagriné parce que je ne comprenais pas qu’on puisse s’amuser autant alors que moi et bien visiblement ça ne prend pas! Et comme toi j’ai une soeur de 3ans ma cadette, qui sort tous les we (et quand je dis « sortir » j’entends nuits blanches tout le we) et je n’arrive pas à comprendre pourquoi. POURQUOI? Est ce qu’il y a quelque chose que je n’ai pas pigé? Mes amis sont-ils si chiants à mourir? Les endroits ou je vais sont-ils si moisis?
    Et puis j’ai compris: en fait non c’est juste que ça ne me plaît pas, tout ça c’est une histoire de goût et de couleurs! et puis comme tu dis aussi le fait d’être en couple ça change pas mal de choses, parce que quand on a goûté aux câlins tout doux du Samedi soir sous la couette devant un bon film (avec des muffins homemade!) et bien c’est très dur d’aller se remotiver dans le froid, la sueur, l’alcool et les beuveries!
    Enfin bref, pour toute conclusion je dirai #teammamieforever !
    Ps: mais tu f’es mariée à quel âge dis donc?! je suis sur les fesses! Tu dis n’avoir que 21 ans pourtant non?

    A bientôt :)

  46. Sophie

    Comme je me reconnais dans ton article haha !
    non nous ne sommes pas seules dans la team mamie et ça c’est chouette :)

    super article !

  47. anne th

    hello!
    dis toi que dans 30 ans tu n’auras pas changer , et que là c’est toi qui sauras toujours t’amuser! les autres, ils rentrerons se coucher tôt….usé par ces années de pseudo amusement!!!

  48. Je ne me sens plus seule quand je lis cet article !
    Moi aussi j’ai un petit côté mamie parfois, qui se réveille particulièrement en hiver :)
    en été j’ai besoin de bouger tout le temps, mais en hiver je préfère largement les week end à regarder une série ou bouquiner sous le plaid. Faire la fête toute la nuit ne m’a jamais passionné, et d’ailleurs je ne fais pas si souvent que ça des soirées car je ne suis pas une fêtarde, et je me porte très bien comme ça ! J’ai déjà vécu le genre de situation que tu décris, et je trouve ça vraiment agaçant d’être perçue comme qlqun qui n’est pas fun parce que j’ai pas envie de faire la fête jusqu’à 6h ou parce que je n’ai pas envie de boire comme un trou.
    #teammamie power ! :)

  49. Aurélie

    Je me reconnais tellement dans ton article, c’est en grandissant qu’on apprend à vivre pour soi et pas pour les apparences et ça fait un bien fou !

    J’aime sortir prendre des verres avec des ami-e-s, quelques verres de vin ou un bon thé glacé. S’amuser et passer une bonne soirée ça ne veut pas systématiquement dire alcool et soirée tardive (les gens qui ne rigolent et s’amusent qu’avec de l’alcool ont rarement été intéressants). De temps en temps ça me fait du bien, l’énergie d’une longue fête mais ça doit être spontané si j’en ai envie (et puis l’aube ça a un côté magique aussi). Je déteste la désagréable sensation du lendemain, l’estomac brouillé, les oreilles qui bourdonnent.

    Ca correspond bien au caractère des introvertis, privilégier les vraies conversations à celles légères et superficielles des soirées dans les clubs (un petit bar cosy avec une bonne carte et une bonne musique plutôt qu’un bar qui fourmille avec de la bière bon marché), les ambiances cosy aux endroits bruyants et bondés. Il y a une balance, un équilibre entre les deux, entre s’ouvrir à la foule, au bruit et se ressourcer. Il y a une partie physiologique aussi, chez certaines personnes, il est très facile de récupérer. Une nuit blanche me demande bien une semaine de récupération donc à choisir, je préfère la faire courte et garder mon énergie pour d’autres choses.

    1. Comme je te rejoins !
      Et oui, j’aime aussi les longues soirées, quand j’en ai vraiment envie. Tout récemment j’ai fait la fête jusqu’à 5h du matin (!!!) et c’était vraiment une très très belle soirée. Comme quoi… (mais bon, j’ai dormi mille ans après et je ne le referai pas chaque semaine !)
      Merci pour ton joli commentaire.

  50. Merci d’avoir écrit cet article. Un grand merci. J’ai 23 ans et je suis comme toi. Et bien souvent , les gens ne me comprennent pas. Puis je te lis et je me sens moins seule. :) Je déteste les boites de nuit, je ne bois pas, je ne fume pas, je n’ai jamais essayé de drogue et je préfère une soirée entre amis dans un petit resto sympa qu’une grosse soirée où l’on se couche à 4h.

  51. Team Mamie à fond aussi ! :-)
    Les soirées sous le plaid avec une tasse de thé et un livre, c’est le must. Comme toi, je préfères un moment calme ou entre amis plutôt qu’une grosse fête. Merci pour cet article qui remet un peu les pendules à l’heure.
    Bonne fin de semaine ! :-)

  52. Pingback : Les Plaisirs Simples #11, – Emerveilleuse

  53. Je me retrouve vraiment dans ton article, sur un grand nombre de points. Heureusement j’ai, comme toi, eu la chance de trouver un chéri qui soit sur la même longueur d’ondes et avec lequel je n’ai pas besoin de faire semblant de quoique ce soit. Cependant cette année, pour ma dernière année d’études, j’étais avec un groupe de gens adorables au quotidien mais exécrables dès qu’il s’agissait de sortir. Parce qu’ils vous faisaient la gueule si on rentrait avant 4h du matin, préféraient « ne pas se déranger pour rien » si on allait juste boire un verre chez l’un ou l’autre plutôt que de sortir en boîte, etc. Et j’ai trouvé ça vraiment pesant.
    Alors je valide mille fois, #TeamMamie

  54. Fizette

    #TeamMamie pour moi aussi ^^ je préfère une soirée posée chez moi et les autres à papoter à une soirée avec trop de musique, des gens qui boivent trop et font trop de bruit. D’ailleurs je suis « sortie » de certains cercles d’amis car je ne buvais pas (trop) et je partais tôt de ce type de soirée. J’ai envie de dire tant pis et quand ils racontent leurs soirées je me sens tellement en décalage, ils trouvent certaines choses drôles que je trouve affreuses (les blagues et certains comportements). Même au boulot, ils sortent souvent boire de l’alcool et ont arrêté de m’inviter car je déclinais souvent pour me coucher tôt et surtout « je ne bois pas ! Han mais comment je peux m’amuser »… Hum ben très bien :D
    Puis je préfère papoter et être au chaud tranquille. Pas hurler par dessus une musique. Je rentre toujours frustrée.
    Même si parfois je sors pour danser, mais dans ce cas là il faut que je sois à l’aise et surtout qu’il y ait un coin où l’on peut quand même discuter. Et ça a été ça depuis mes 20 ans !

  55. Pingback : Vivre avec la procrastination - Fuck your bad vibes

  56. Andrea

    Merci, merci, merci pour cet article!
    Je viens de découvrir ton blog, au moment ou je suis en train de créer le mien, dans le but d’écrire et de partager sur un mode de vie plus responsable,respectueux et optimiste, le végétalisme, une consommation plus éthique, le tourisme responsable, etc. Mon mode de vie n’est pas toujours compris par ma famille et mes amis, qui y voit un « sacrifice ». Comme tu l’expliques si bien, on est perçus comme anormaux parce qu’on préfère passer un Nouvel An devant un documentaire dans son canapé plutôt que d’aller se saouler jusqu’au petit matin. Idem pour l’alimentation, c’est tellement plus ‘fun’ de manger un MacDo qu’une salade de tomates.. Constamment, je me sens jugée et ça finit toujours par me faire douter, même si au fond de moi je sais que ma vie au calme me convient. Enfin bref, ça fait du bien de lire ce genre de réflexion, et surtout de découvrir de nouvelles personnes qui partagent ta vision des choses. Un nouveau blog que j’ajoute a ma liste… dans mon Bullet Journal ;-) #TeamMamies #TeamTisanesDetox #TeamNetflix #TeamSalonsdeThe

  57. Juste de passage

    J’ai 23 ans et depuis que je vis à l’étranger et que je me suis éloignée de personnes à la pensée bien limitée et élitiste de mon école de commerce, j’assume pleinement d’être une personne qui a besoin de se coucher à 22h pour être en forme le lendemain matin, et qui n’a pas besoin de boire à n’en plus rien comprendre pour me sentir vivre dans une existence qui ne me ressemble pas. J’aime aussi être au chaud chez moi à boire un chocolat chaud sur mon canapé plutôt que de me promener de bar en bar en robe le samedi soir par -3°C.

    Je pense qu’avec l’âge, on comprend tout simplement où sont les choses essentielles de sa vie, et on apprend à passer outre le regard et les commentaires des autres. Avant, ça m’importait. Aujourd’hui, je m’écoute et je pense à moi d’abord.

    Alors oui, vive les « mamies » !

  58. Bonjour, je me reconnais tout à fait…
    Maintenant, je suis réellement MAMIE mais j’ai toujours préféré être à la maison, tricoté devant la tv, je brode également .
    Bonne continuation

  59. Estelle

    J’arrive après la tempête, mais c’est un article intemporel, non ?
    Alors moi j’ai quelques années de plus que toi (mais pas encore 30ans), et je voulais juste te dire, c’est chouette de te lire, de se savoir normalement Mamie ;-)
    Pourtant j’ai fait Erasmus, colocs à 30 et bringue sans fin… sauf pour moi.
    Je ne buvais pas (et ne bois toujours pas) et déteste les boites, et soit on m’acceptait comme ça, soit pas. Comme je suis plutôt sociable, on m’acceptait sans alcool et j’allais me mater un film avec une tisane quand les autres partaient en boite. J’assume!
    J’ai passé une année formidable, et à 30 -3 ans j’habite un trou pommé où le 3G passe tout juste.
    J’ai une vie sociale (c’est le moins qu’on puisse dire), un amoureux qui partage mes tisanes et mes soupes d’orties, des amis formidables qui boivent des jus pressés à l’extracteur à l’apéro, bref, la vie est belle.
    « be yourself, who is better qualified? »

    1. Quelle joie de te lire ! (une coloc à 30 ! :O !!! haha, je n’ai jamais vécu en colocation, je crois que je ne suis pas faite pour ça :D)
      J’aime beaucoup la ville pour les possibilités qu’elle offre, mais pour moi ça se résume aux petits salons de thé calmes et au cinéma accessible à pied… bars à beuveries et boîtes de nuit n’ont jamais vu mon visage :P

  60. Pingback : Vivre lagom : l'art de vivre à la suédoise - Vénus Green

Laisser un commentaire