13
Mai
2016
168

Ma papeterie Bullet Journal et des conseils pour démarrer

Après vous avoir présenté le concept du Bullet Journal et comment je me le suis approprié dans le précédent article, place aujourd’hui à mon petit arsenal personnel, en tant que fieffée accro à la papeterie, pour rédiger chaque jour mon Bullet Journal.

En premier lieu, je voulais d’abord vous dire que si, personnellement, j’ai choisi d’investir un peu d’argent dans mon matériel, c’est surtout parce que j’ai un goût particulier pour le matériel de papeterie de qualité (donc forcément un peu onéreux), et pas du tout parce que j’en avais besoin. Tout comme les doodles et les jolis lettrages ne sont pas du tout obligatoires à la bonne tenue d’un Bullet Journal, à la manière dont vous allez vous approprier le système, les jolis carnets reliés avec Index intégrés ne sont pas nécessaires non plus, pas le moins du monde.

Je vous présente les carnets et stylos que j’utilise, notamment parce que j’ai changé de matériel récemment et peux donc vous proposer un avis varié (et pas uniquement « oh lala le Leuchtturm1917 c’est génial je ne changerais jamais de marque ! » alors que je n’aurais testé que ça). Et puis, je l’avoue, parce que c’est l’occasion de remettre des photos de mes carnets que j’adore tant je les trouve beaux.

Ensuite, je vous donnerai quelques conseils de base pour commencer votre Bullet Journal si ça vous branche, et les ressources incontournables pour s’inspirer.

*

Carnets et cahiers

Mon premier cahier : un Moleskine

J’ai acheté plusieurs Moleskine dans ma vie (une espèce de frénésie quand j’ai eu des velléités de création manuelle et qu’il me fallait un beau carnet pour planifier), et en partie à cause du prix exorbitant des carnets reliés – j’en ai quand même eu 3, je ne sais même pas pourquoi j’ai fait ça, j’ai un peu honte – je me suis surtout attachée aux cahiers souples. Ils sont plus abordables, j’aimais bien leur papier et ils m’intimidaient moins par leur côté moins solennel. J’avais acheté pour ma mission de service civique un set de 3 cahiers lignés 19x25cm, et il m’en restait un sous la main à peine entamé quand j’ai rencontré le système Bullet Journal. Je me suis débarrassée des deux pages déjà utilisées et j’ai commencé à mettre en place mon premier mois sans plus attendre.

Après quatre mois d’utilisation, ce cahier a montré ce que je considère personnellement comme des limites, parce que ça ne convient pas à mes besoins :

  • La couverture souple en carton c’est : nul. Ca s’abîme très vite, surtout avec mon habitude de trimballer mon Bullet Journal partout avec moi.
  • Le format est trop grand pour être pratique. Le système de to-do lists quotidiennes fait qu’il y a pas mal de papier perdu sur les côtés, et certes il rentre dans mon sac, mais il fait très scolaire et encombrant.
  • Il se trouve que je n’aime pas du tout les lignes (j’ai eu du mal à y croire), c’est peu pratique pour faire des cadres, des choses propres à main levée, et ça restreint beaucoup l’imaginaire quant à comment utiliser une page de carnet.
  • Il n’y a pas assez de pages, tout bonnement : j’en ai enlevé quelques unes, il devait contenir en tout 130 pages je crois. A savoir que les carnets Moleskine (avec une couverture souple ou rigide mais en tout cas pas en carton) ont 192 pages, ce qui est à mon sens trop peu également pour une utilisation quotidienne.

Après avoir ressorti mes carnets rigides et testé le papier, j’en suis arrivée à une conclusion qui m’a un peu surprise moi-même : je ne comprends plus bien d’où vient la hype pour les carnets Moleskine, que je trouve un peu banals et pas forcément de super qualité. On trouve aisément du papier de meilleure qualité, les rubans marque-pages s’abîment rapidement, et pour les couvertures en faux-cuir souple, je les trouve mal ajustées et fragiles. En bref, je trouve que les Moleskine sont beaucoup trop chers pour ce qu’ils sont réellement, comptez au moins 16€ pour un carnet au format 13x21cm, celui qui est à mon avis le plus pratique pour un Bullet Journal.

IMG_7019

Mon nouveau carnet : un Leuchtturm1917

Après avoir regardé des dizaines de vidéo sur le Bullet Journal (je vous donne les liens de la perdition plus bas), j’ai décidé d’investir dans un carnet Leuchtturm1917, parce qu’il semblait correspondre à mes besoins, et parce que j’avais envie de me faire un beau cadeau. J’ai choisi le format A5 (14,5×21,5cm), dans une jolie couleur appelée turquoise mais que je trouve plutôt mint de mon côté, le tout avec des pages dites dotted, en gros ce ne sont ni des lignes, ni des carreaux, mais des pointillés qui permettent supposément une plus grande liberté de création face au papier, tout en ayant des repères pour dessiner, faire des cadres, etc.

Je vous le dis tout de go : je suis complètement raide dingue de ce carnet. Déjà, d’un point de vue esthétique, il est très joli. L’éventail des couleurs est assez large pour satisfaire beaucoup de monde, avec 17 couleurs disponibles. La couverture rigide est belle, l’élastique qui ferme le carnet de bonne qualité (pas du genre qui se détend au bout d’un mois d’ouvertures/fermetures quotidiennes), et le carnet contient deux marques-pages aux couleurs assorties au carnet. Ensuite, il remplit toutes les promesses avec lesquelles il est vendu :

  • 249 pages numérotées : on a donc 57 pages de plus que dans un Moleskine, et mine de rien, ça change tout ! Le carnet est plus épais, il durera plus longtemps. Les pages numérotées sont un énorme argument de vente pour les Bullet Journalists ! Cela évite de devoir numéroter chaque page soi-même.
  • 8 feuilles détachables et perforées : ça peut toujours servir si on a besoin de donner une note à quelqu’un, je l’ai parfois fait sur mon cahier Moleskine, mais là j’avoue que ça me ferait un peu mal au cœur ! :D
  • Une pochette interne : comme dans quasi tous les cahiers/carnets Moleskine, un rabat à la fin du carnet permet de stocker des petits documents. Pour moi c’est très pratique, puisque je garde souvent mes tickets de caisse pour référencer mon budget mensuel, ou les coupons de réduction (oui, je suis une petite mamie, only God can judge me.
  • Table des matières : le fameux Index, qui tient sur trois pages, et qui permet de s’ôter encore une tâche à faire en commençant son Bullet Journal. Apparemment, 3 pages suffisent pour tenir un Bullet Journal, même si le BuJo officiel (créé par le mec à l’origine du système et qui est en réalité un Leuchtturm1917 modifié) en contient 4. Perso, je ne crains pas de manquer de place.
  • Les marques-pages : je vous en ai déjà parlé, c’est agréable d’en avoir deux plutôt qu’un seul, cela permet d’avoir deux pages de référence, par exemple pour moi, la page du mois sur laquelle sont notés tous les rendez-vous à venir, et la page en cours pour les entrées quotidiennes.
  • Etiquettes pour l’archivage : encore quelque chose que j’ai a-do-ré et qui m’a convaincue de craquer. Pour celleux qui comptent garder leurs carnets longtemps, ces étiquettes à coller sur le devant/derrière du carnet, mais aussi sur la tranche, permettent de garder une trace du contenu (année, mois, pour le BuJo particulièrement). Je trouve que c’est une attention très bien pensée !

Au niveau du papier, je suis conquise par l’épaisseur du papier et son grain très fin qui rend l’écriture très fluide, ainsi que par l’option dotted qui m’affranchit enfin de l’objet règle en plastique de 15 cm qui, en plus d’être moche, ne trouve jamais sa place dans mon sac. Certes, mes traits sont parfois un peu tremblants, mais avoir des pointillés tous les 5 mm permet une belle consistance dans le dessin et je dessine donc mes tableaux, mes bannières et mes lignes à main levée sans souci désormais. Cette option permet d’un côté de s’affranchir des lignes horizontales, et je me trouve beaucoup plus encline à écrire à la verticale par exemple, et de l’autre, est beaucoup plus claire que le quadrillage très serré qui est, pour moi, un peu oppressant visuellement. Bref, un combo gagnant, je comprends pourquoi il fait l’unanimité dans la communauté des Bullet Journalists.

IMG_7023Le retour des ombres dures et moches, mais des couleurs éclatantes.

*

Mes stylos

J’ai commencé le Bullet Journal avec un vieux bic bleu, qui un jour est devenu noir, ou inversement, puisque j’ai la manie agaçante de perdre tous mes stylos à bille, c’est une vraie ruine. J’utilisais également les Stabilo point 88 pour leurs couleurs variées et j’ai fini par utiliser le noir pour écrire quand j’ai voulu rendre mon cahier plus joli. Je trouve que la pointe 0,4mm est trop épaisse, surtout quand on passe sur du lignage de 5mm. C’est pourquoi j’ai investi, encore !

Les Staedtler pigment liner

A la base j’avais mon cœur fixé sur des Faber Castell (les Pitt Artist Pen), mais j’ai réalisé devant le rayon qu’ils écrivaient à l’encre de Chine, d’où leur prix un peu élevé. Je n’ai vraiment pas besoin d’encre de Chine pour mon Bullet Journal, ça aurait totalement bling-bling comme choix ! Je me suis donc rabattue sur les Staedtler, j’en ai eu 6 pour 8,49€ dans 6 épaisseurs de trait différent, du 0,05mm au 0,8mm. Je me sers principalement du 0,2mm pour les titres et du 0,1mm pour le texte. Le plus fin, quant à lui, me sert à tracer des tableaux quand j’en ai besoin. Les 0,3, 0,5 et 0,8mm me servent quand je colorie des trucs en noir, comme les petits triangles ombrés des bannières. L’ensemble pourra me servir de toute façon de multiples fois, l’encre est très pigmentée et sèche très vite, je suis très contente de cet achat !

Un feutre : le Tombow Dual Brush Pen

Une fois chez Rougier & Plé – un véritable temple de la perdition pour moi – j’ai également craqué pour un feutre dont j’ai beaucoup entendu parler, le Tombow Dual Brush Pen (Tombow tout court pour les intimes). J’ai déjà acheté des palettes de feutres qui ont à la fois une pointe fine et une pointe pinceau, comme les Djeco, et j’ai tout de suite adoré le système ! La pointe pinceau est très agréable à travailler, et parfaite pour faire de très petits traits fins ou pour couvrir de grandes surfaces. Les Tombow sont une version de bien meilleure qualité que les Djeco, et leur prix s’en ressent, malheureusement (4,95€ LE feutre, autant vous dire que je n’en ai acheté qu’un, et par pur plaisir coupable).

J’ai découvert après l’achat que les deux pointes ne donnaient pas exactement la même couleur : la pointe fine m’offre une teinte plus claire que la pointe pinceau, ce qui m’a permis de faire des dégradés dans mes titres avec un seul feutre, et ça, c’était chouette. J’ai choisi une teinte « coup de cœur », qui va plutôt bien avec mes envies du moment et avec la couleur de mon carnet, mais je compte bien en acheter d’autres couleurs pour varier les plaisirs. Juste, pas tout de suite. Rapport au prix, tout ça.

IMG_7001

*

Petite conclusion après cette ode à la consommation

Je suis une grande amatrice de papeterie depuis longtemps : carnets, stylos, j’ai fait un peu de calligraphie et avais investi dans un set avec encrier, j’ai des feutres et des crayons de couleur de grande qualité pour mes coloriages… autant vous dire que si je fais des dépenses dans ce secteur, c’est bien parce que c’est mon péché mignon. J’ose croire que parmi vous qui me lisez, certain·es ont aussi cette petite faiblesse et que donc mes avis sur différents modèles de carnets ou de stylos vous permettront d’affiner votre recherche du combo parfait. Cependant, je ne suis pas du tout en train de vous dire que pour adopter la méthode Bullet Journal, il vous faut dépenser tout votre salaire en cahier colorés et en stylos hors de prix ! Comme je vous l’ai répété de nombreuses fois, n’importe quel cahier acheté en supermarché fera l’affaire. C’est toute la beauté du truc, d’ailleurs.

*

Mes conseils pour débuter

Maintenant que je vous ai assommé·es avec mes délires de papeteriophile, place à des conseils qui pourront vous êtres utiles pour commencer l’aventure du Bullet Journal, sur l’autoroute de l’organisation qui déchire.

1. Testez le système

Le Bullet Journal vous semble être le système qui vous correspond ? Avant de vous lancer dans des achats (qui a dit « compulsifs » ?) ou de passer 4h à mettre en place des dizaines de doubles-pages intéressantes vues sur Pinterest, prenez le temps de vous approprier le système sans vous prendre la tête. Par exemple, commencez avec un carnet premier prix, et commencez avec la base de la base (Index, Future Log, page du mois en cours avec son calendrier et ses tâches à accomplir). Ou si vous avez envie d’être plus fancy dès le départ, réfléchissez avant d’écrire au feutre noir indélébile sur votre jolie page de beau carnet, en faisant quelques maquettes sur du papier brouillon. Ça a l’air nul et pas fun dit comme ça, mais il n’y a rien de plus frustrant que d’avoir commencé à mettre en page une section de carnet et de se rendre compte que rien ne va, que ce n’est pas symétrique, que c’est moche

De même, commencer d’abord sur un carnet à bas prix permet de n’avoir aucune pression, vous avez bien vu mes photos dans l’article précédent : ce n’est qu’au bout de trois mois d’utilisation que je me suis réellement dit que le Bullet Journal était quelque chose qui marchait vraiment pour moi, et entre temps j’ai fait plein de ratures, de ratages, de choses moches et d’essais. Ainsi, en commençant mon chouette joli carnet, j’avais une idée précise de ce dont j’avais besoin, forte de trois mois d’expérience.

2. N’ayez pas peur de la page blanche / Ne vous laissez pas impressionner

Si vous tapez « bullet journal » dans n’importe quel moteur de recherche, vous allez tomber sur des carnets magnifiques, des organisateurs (souvent des organisatrices, en fait) de folie qui écrivent mieux qu’un maître calligraphe, ont des centaines de feutres pour décorer leurs BuJo, investissent dans des stickers, des tampons, des masking tapes… en gros, leurs BuJo ressemblent à des oeuvres d’art.

Là, deux options. Soit vous n’avez pas la fibre « lettering, calligraphie, stickers et tout le tintouin », ce qui est 300% chouette et personne ne devrait vous ennuyer avec ça, auquel cas regarder ces images peut provoquer en vous la réaction suivante : « meh, le Bullet Journal, en fait, c’est pas fait pour moi ». Si c’est ce que vous vous dites, je vous invite à aller voir les vidéos du créateur du système, qui ne l’utilise pas du tout de manière décorative ou ornementale, mais totalement sobre et fonctionnelle. Vous n’êtes pas obligé·e d’avoir le plus joli BuJo du monde, libérez-vous des diktats du joli/cute !

Ou alors vous êtes comme moi, adeptes des jolies choses crées par vos petits doigts, et vous êtes alors peut-être intimidé·e par des démonstrations de talent que vous pensez ne pas pouvoir égaler. Rien ne vous empêche de tester, d’essayer, sur des feuilles à part ou directement dans votre carnet, au feutre ou au crayon de bois… De toute façon, autant vous le dire tout de suite : des « erreurs » de mise en page, vous allez en faire. Vous allez devoir raturer, ou composer avec votre titre mal centré, parce que c’est ça aussi la vie ! Et au bout de 100 pages, ce ne sera plus grave, ça finit même par faire partie du charme d’un carnet de plusieurs centaines de pages remplies uniquement par votre vie.

3. Faites de votre Bullet Journal votre Bullet Journal

Je l’ai déjà évoqué, la communauté du Bullet Journal fourmille de grandes idées, de trackers, de spreads, il est facile de s’y perdre, mais également d’être submergé·e par l’envie d’intégrer dans son BuJo toutes les belles idées qu’on voit sur YouTube ou Tumblr. Mais votre carnet ne vous servira que s’il répond exactement à vos besoins.

Exemple concret : j’étais totalement séduite par l’idée du habit tracker, un moyen supposément simple et fun de garder trace de nos habitudes, de noter combien de fois par mois/semaine on médite/fait du sport/mange sain, etc. J’ai donc essayé d’en mettre un en place en avril, et je me suis rendu compte au bout de deux semaines que a) ça me gonflait, b) j’oubliais tout le temps de le remplir, c) pour garder une belle cohérence et cocher toutes les cases, j’avais même tendance à me mentir à moi-même ! (genre « mais siii tu as mangé végétalien aujourd’hui, mais nooon le chocolat au lait ça compte pas, t’en as mangé qu’un carré… ») Alors que concrètement, personne n’était sur mon dos à vérifier que je mangeais bien végétalien ou que j’avais bien vérifié mon budget, et je me mettais la pression toute seule. Ça m’ennuyait plus qu’autre chose, alors j’ai laissé tomber et je n’ai pas réitéré l’expérience le mois suivant.

Tout ça pour vous dire qu’avant d’intégrer une page spécifique à votre Bullet Journal, demandez-vous peut-être si vous le faites parce que vous savez que ça vous sera utile (ce petit moment « eurêka ! c’était de ça dont j’avais besoin tout ce temps !) ou si c’est pour que votre Bullet Journal ressemble à l’idée que vous vous faites du Bullet Journal. Ou pire… si c’est pour que vous ressembliez à l’idée que vous vous faites d’une « bonne » personne, de quelqu’un de cool/branché/sportif/matinal/économe… (rayez les mentions inutiles)

Et là encore, si vous vous rendez compte qu’un système que vous aviez mis en place ne vous convient finalement plus, ne vous empêchez pas de l’abandonner, au contraire ! Pas de contraintes, pas de pression ! Finalement, le Bullet Journal est peut-être une des rares choses dans la vie qu’on peut contrôler de A à Z (perso, je soupçonne que c’est pour ça que ça me plaît autant, #ControlFreak), alors ne vous privez pas d’y exercer votre main de fer ☺

*

Ressources et idées

Pour finir et très rapidement, quelques ressources à aller exploiter pour plus d’inspiration et d’idées sur le Bullet Journal : (en anglais, malheureusement)

Ainsi que quelques idées à explorer pour personnaliser votre Bullet Journal selon vos envies et vos besoins :

*

J’espère que je ne vous ai pas tous·tes perdu·es en route après ce deuxième très long article ! Cette mini-série sur ce merveilleux système qu’est le Bullet Journal m’a demandé beaucoup de temps, alors j’espère vraiment que ça vous a plu.

Je n’ai pas pour vocation de m’inventer spécialiste du Bullet Journal (je me contente d’être spécialiste de mon Bullet Journal), mais j’ai tellement assimilé cette méthode d’organisation que je ne me verrais vraiment pas l’abandonner, je crois que je serais perdue sans mon carnet ! Il contient tout ce dont j’ai besoin, en un seul endroit. C’est un luxe pour moi, qui me suis toujours éparpillée auparavant, que d’avoir enfin sous la main mes tâches à effectuer et mille autres informations auxquelles je peux me référer à volonté sans chercher des heures. Bref, je suis vraiment conquise par cette méthode et je ne peux que vous la recommander… ou du moins, vous recommander d’essayer, au moins un mois, pour voir !

Si vous avez des questions, je serais plus que ravie d’y répondre, n’hésitez pas à me les poser en commentaire ! Je sais que parmi vous, certaines utilisent déjà ce système, j’ai hâte de savoir comment vous l’utilisez et, je l’avoue, quel matériel vous utilisez :D (je suis incorrigible).

J’en profite pour vous dire que j’a-dore écrire ces billets organisation, alors si vous avez des envies particulières dans ce domaine, je compte sur vous pour me dire quels articles vous feraient plaisir et vous seraient utiles !

Je ne vous assomme pas plus de blabla, merci de m’avoir lue jusqu’au bout, à tout bientôt dans les commentaires ♥

*

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez me le dire même sans commenter, en cliquant simplement sur le petit ♥ en-dessous de la date, à gauche du titre. Si vous aimez vraiment beaucoup Un invincible été, vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee.



50 Réponses

  1. Ploumploum

    Bonjour bonjour,

    Merci pour ce très beau double post sur le BJ :)
    J’en tiens un depuis qq mois et c’est vrai que ça change la vie! Mais je sais qu’il est perfectionnable, preuve en est le « Ah ouiiiiiiii, faut que je fasse ça » quand j’ai lu ton passage sur les gratitudes!

    Ps: je crois que tu as oublié les liens à la fin de ton article (en tout cas ils ne marchent pas chez moi ^^)

  2. Pingback : Bullet Journal | Pearltrees

  3. Je me reconnais bien quand tu dis qu’en voyant certains BuJo qui sont de vraies oeuvres d’art, on se sente découragée, c’est un peu ce que j’ai ressenti. On voit des pages et on se dit « c’est trop beau, je veux ça dans le mien » sauf qu’on est pas toutes aussi douées que Boho Berry et que je suis vite redescendue sur terre ! Pour moi, c’est un système qui doit rester pratique, certaines personnes y passent des heures chaque jour, mais je préfère faire autre chose de mon temps libre et avoir un BuJo basique. Même si je suis quand même toujours en admiration devant le travail de certaines personnes « passionnées ». Et sinon, comme toi, je suis archi fan de papeterie et de stylos (je n’oserais même pas les compter…), et j’ai trop envie de tester ceux que tu utilises !

  4. C’est rigolo parce que je cherchais justement une excuse pour m’acheter un Tombow d’une autre couleur… j’ai le noir dont je me sers pour faire le line de mes dessins, et sa pointe pinceau est juste paradisiaque pour jouer sur l’épaisseur du trait du dessin… je sens que je vais craquer pour un bleu turquoise ou un orange. Peut-être.
    (Faber Castell fait des feutres similaires d’ailleurs, avec un format de feutre un peu moins long (la longueur du Tombow me perture beaucoup))

    En tout cas merci beaucoup pour tes articles, je les ai trouvés très éclairants par rapport à la complexité du système ! et j’admire tellement ton écriture/la façon dont tu t’appliques pour calligraphier un peu tout ça… autant passer 15h sur un dessin ne me dérange pas, autant je suis infoutue d’avoir la patience d’écrire joliment xD

    1. Oui c’est vrai qu’ils sont super longs les Tombow, j’ai été surprise aussi ! Merci beaucoup je suis contente que ces articles t’aient aidée ! J’adore la calligraphie, alors que passer 15h sur un dessin m’ennuie atrocement et me donne envie de brûler du papier ;)

  5. Luschka

    J’ai adoré ces deux articles, très bien faits, très bien écrits, très intéressants, très… (Bon j’arrête là, je crois que tu as saisi ).
    Du coup, ton Bujo te sert aussi d’agenda portatif? Quand tu dois prendre un rendez vous cest ce que tu dégaines?
    Je suis en ce moment avec un Passion Planner (je ne sais pas si tu connais), c’est déjà super, mais j’ai tendance à le délaisser par période et les pages blanches me font culpabiliser. J’essaierai le Bujo quand il sera fini, tu m’as tentée! Et ça sera aussi une occasion d’utiliser tous ces jolis carnets que j’ai accumulé
    J’ai beaucoup aimé ta partie papeterie, et encore plus ton regard éclairé sur la consommation.
    Merci pour tes articles!

    1. Je ne connais pas du tout les différents planners qui existent, c’est un monde que je ne connais pas ! En tout cas oui je prends mon BuJo partout, après je vais plus facilement dégainer mon téléphone et enregistrer directement un rendez-vous dans mon Google Agenda (synchronisé avec celui de mon chéri), et ensuite prendre le temps de le reporter dans mon BuJo, c’est un réflexe que j’ai. Par contre si je dois prendre des notes pendant un rendez-vous oui, je sors mon carnet et let’s go! Merci à toi pour ton commentaire !

  6. Waouh j’ai réussi à tout lire haha
    Je n’ai lu que ce dernier article concernant le BuJo (j’avoue ce terme me fait marrer) plus intéressée par le matériel que tu as acquis.
    Il s’avère que j’ai démarré mon BuJo en mars (après ton tout premier article l’évoquant), et j’ai aussi pris le même carnet que toi, trouvé sur Amazon. J’en suis amplement satisfaite, après les déboires que j’ai eu à en trouver un. J’ai sillonné pas mal de rues dans Paris, fait le tour de différentes papeteries pour trouver des carnets en DOT, impossible d’en trouver sauf une fois, un carnet A5 à seulement 3€ et recyclé… Malheureusement les feuilles tombent à la moindre utilisation quelle déception… J’ai alors trouvé le Leuchtturm1917 (marrant à prononcer) et je me demandais : « comment se fasse t il d’aucune papeterie ne propose ce modèle sur Paris ? » Tellement de couleurs, pour le coup j’ai pris le turquoise et j’ai bien reçu le turquoise ^^

    Concernant mon utilisation, je me contente du strict minimum à savoir l’index, ma rubrique « dans les mois à venir », mon calendrier mensuel et quotidien. Rien de plus pour ne pas me démotiver. Je reste donc dans le sobre et le minimal et cela me sied bien ! J’étais très perfectionniste auparavant (encore un peu) mais avec mon BuJo je ne m’en veux pas si je raye une mention ou centre mal mon texte. Pour le coup, je n’utilise qu’un seul stylo, un modèle que j’aime depuis des années uni-ball eye de Mitsubishi pencil. Il m’arrive de ne pas l’utiliser sur plusieurs jours, notamment quand je ne suis pas chez moi ou que je suis pas bien, mais je ne me culpabilise pas pour ça :)

    Dans mon organisation j’ai aussi un autre carnet, le Kakebo de Dominique Loreau, peut-être en as tu déjà entendu parlé. C’est pour faire mes comptes ^^
    J’aime beaucoup le principe japonais mais pour l’année prochaine je pense faire mon propre Kakebo car dans la version éditée et créée par l’autrice, je n’utilise pas tous les outils et pages qu’elle propose. Du coup j’en viens à te demander si tu as aussi ton carnet dédié budget et dépenses ? Peut-être en as déjà tu parlé dans ce cas je suis passée à côté.

    Voilà pour mon petit retour d’expérience.
    Bonne continuation :)

    1. J’ai une page dans mon BuJo pour mon budget, que je recopie chaque mois. Je préfère vraiment que tout soit centralisé, c’est beaucoup plus pratique pour moi et ça me permet de mieux suivre tout ce qui se passe dans ma vie. J’avais déjà fait des budgets (sur ordinateur ou sur des carnets) mais je finissais toujours par oublier de les remplir, alors qu’avec le BuJo, comme je tourne souvent les pages, je vois souvent cette page mensuelle qui ne demande qu’à être complétée. Merci pour ton commentaire !

    2. MademoizelleCoco

      Pour le Leuchtturm1917, j’en ai trouvé au Gibert Joseph spécial papeterie à St Michel, si jamais ça peut aider ^^ D’ailleurs idem, ils vendent des Tombow à 3,95€ je crois.

  7. Anthocyane

    Salut Pauline,
    Mon Bullet Journal est un Moleskine rigide 13×21 cm ligné que j’ai commencé en Janvier. J’ai récemment acheté un Leuchtturm1917 A5 à pointillés pour remplacer un cahier qui me sert de journal intime conventionnel, et qui sera bientôt terminé. Comme les pointillés me faisaient un peu peur, j’ai commencé par acheter dotpad de Rhodia à 3€ pour me familiariser avec ce système. Quand j’ai vu que tout se passait très bien avec les pointillés, et que j’adorais ça, j’ai commandé mon carnet.
    Tu dis que les tous les Moleskine, souples ou rigides, font tous 192 pages. En fait, ce n’est vrai que pour les carnets 9×14 cm. Pour les 13×21, les souples font 192 pages et les rigides en font 240. Chez Leuchtturm, les carnets A5 rigides font 249 et les souples en font 121. Les deux marques sont donc en fait à peu près équivalentes à ce niveau.
    A part le fait que que les lignes ne soient vraiment pas pratiques, je trouve que mon carnet actuel me donne satisfaction. Il n’y a qu’un seul ruban marque-page, mais je me débrouille en mettant des trombones pour retrouver facilement ma page mensuelle et ma page hebdomadaire.
    J’ai l’habitude faire des marques sur le bord des pages pour les retrouver facilement (cette méthode, http://www.tokyotimes.com/hack-japan-will-help-keep-notebooks-organized/, photo de mon index ici, http://tinyurl.com/gq9xfyw). Je numérote mes pages, mais avec ce système, ce n’est pas vraiment nécessaire, je ne me sers d’ailleurs jamais des numéros pour me repérer. La table des matières déjà faite des Leuchtturm ne me parait pas très pratique pour utiliser ce système, je la vois donc comme un problème à contourner plutôt que comme un avantage.
    Quand mon Bullet Journal actuel sera fini je pense que je prendrai un Leuchtturm pour voir ce qui me convient le mieux. Je vois bien, même sans avoir encore rien écrit dedans, que mon nouveau Leuchtturm est de meilleure qualité que mes Moleskine, que le papier est plus épais, mais les Leuchtturm sont un peu plus chers et plus difficiles à se procurer : peut-être qu’après ma « période d’essai » je considérerai que les Leuchtturm sont un luxe qui n’améliore pas vraiment mon confort d’utilisation, et que je retournerai aux Moleskine.
    En tout cas, merci pour ces articles, ça me fait plaisir de lire des trucs en français qui parlent de Bullet Journal.

  8. Marine

    Bravo , franchement article très intéressant :) que j’ai lu jusqu’au bout . Au top merci pour tous ces conseils ! A bientôt

  9. Pingback : Bullet journal | Pearltrees

  10. Ohlala, quand j’ai lu le premier article sur le BuJo (drôle de nom héhé) j’ai pensé que c’était décidément trop compliqué, encore un autre truc à gérer etc… Et là, bizarrement, ça me donne plutôt envie (c’est parce que tu as parlé de papeterie ahah) mais peut -être plus tard. Cette année je me tiens enfin (un peu) à noter mes rdv et cie sur un agenda Moleskine, après plusieurs années à acheter de beaux agendas jamais remplis. Je suis pas très très organisée en fait, ahem…

    Je garde tes articles au chaud, pour un jour peut-être :)

  11. B.

    Ahah je te plussoie quand tu dis dans ton précédent billet que c’est en fait un système très simple mais très relou à expliquer. Pour moi c’est vraiment l’index qui à révolutionné ma vie, une solution tellement simple qu’on se demande pkoi on y avait pas pensé avant….maintenant je fais aussi des index dans mes carnets de croquis.
    Je m’y suis mise sur un cahier clairfontaine A5 a couverture dure (un truc un peu luxe pr du clairfontaine) et ça me fait rêver quand je vois les belles mises en pages sur Pinterest parceque le mien est totalement foutraque visuellement. Surtt parceque tiquer mes tâches me suffis pas visuellement, je dois surligner.
    Pour marquer des pages que j utilise souvent, j’utilse soit un trombone (pr les données « perissables » ) soit je colle du washi tape sur lq tranche de la page.Bref, mon BuJo est très moche mais très fonctionnel. Ceci dit, j’ai hâte de le finir pour attaquer un autre carnet et essayer d’organiser mes entrées en mettant au début tout ce qui est purement « agenda » et en commençant par la fin pour les collections.

  12. J’adore les Bullet Journal, mais impossible d’en tenir un… C’est pas faute d’avoir essayé pourtant !
    Ca m’attriste toujours un peu parce que je trouve ça très joli et très pratique mais ça prend du temps malheureusement si on veut en avoir un qui soit un peu joli :)
    En tout cas ton article est vraiment très complet ! Tu m’as redonné envie de re-tester le concept ! ;)

    1. Eh oui ça prend un peu de temps, alors si on n’est pas du côté « écrire et penser à des organisations de pages m’apaise » de la force, ça peut ne pas en valoir la peine !

  13. Cauteleuse

    J’ai décidé d’essayer et de m’en servir pour me motiver à faire le challenge 30 days of yoga au passage. Dessiner un petit soleil au crayon de couleur à côté de chaque séance accomplie au lieu de la petite croix m’apporte une joie complètement disproportionnée à la simplicité de l’acte. Would recommend.
    Merci pour l’inspiration ; )

  14. Pingback : BuJo | Pearltrees

  15. Christelle

    Bonjour.
    J’ai commencé mon Bujo il y a 2 semaines. J’ai pris pour le reste de l’année un leuchtturm médium (A5) de 121 pages. Mais je trouve le papier trop fin. On voit tout au travers. Avare vous cela aussi? Merci d’avance pour votre réponse.

    1. Bonjour Christelle ! Oui, le papier des Leuchtturm1917 est assez fin et on peut voir à travers, surtout si on utilise des feutres à l’encre très pigmentée. Pour ma part, ça ne me gêne pas du tout, mais je comprends que ça puisse être une nuisance. On m’a recommandé les carnets Rhodia pour un papier plus épais afin d’éviter ce désagrément, mais je ne l’ai pas testé moi-même.

  16. Anne-K

    Internet et sa magie… Sauter de blog en blog et tomber sur tes articles du « BuJo ». C’est exactement ce qu’il me fallait !!
    Je collectionne sans modération les carnets sans jamais vraiment savoir quoi écrire dedans : quelle frustration ! Et avoir un carnet pour chaque « chapitre » (moui, je ne maîtrise pas encore le jargon du BuJo ^^) c’est carrément fastidieux.
    En fait, j’avais inconsciemment tenté ce système il y a quelques mois mais pour diverses raisons (peur de raturer chaque page, peu pratique car « chapitres » éparpillés dans tout le carnet…) j’ai laissé tombé. Je pense donc faire comme suit : garder mon tout petit carnet passe partout spécial gribouilles quotidiennes et m’approprier un BuJo dans les meilleurs délais !
    Ca y est, j’ai des idées plein la tête !
    Un grand merci à toi d’avoir partagé ton expérience à ce sujet :)

  17. Miss Faune

    Bonjour!
    Super tes articles,je me renseigne actuellement à fond après être tombée par hasard sur de belles photos de Bujo sur Pinterest!pour l’instant je suis sur un midori, système assez flexible qui me plaît énormément, mais j’aime tellement la papeterie et je suis très bordélique alors j’ai tres envie d’essayer le Bujo mais de l’adapter à mon midori!!pour les stylos j’utilise dès « micron » pour le noir et des Faber Castel pour les couleurs,tout ça est cher mais c’est mon petit plaisir perso…avec le dessin!
    Trop hâte de commencer!!!
    Merci beaucoup pour ton expérience et la clarté de tes explications,j’adore les vrais longs articles lorsqu’ils sont aussi instructifs que les tiens!

  18. Pingback : East Side BuJo | East Side Pigeon

  19. Alexandre

    Salut ^^, d’abord merci pour les explications et les conseils papeteries (je suis aussi un fan et j’ai craqué pour le leuchttrum et les staedler que je devrait recevoir demain)
    J’ai entendu parler il y a peu du BuJo et étant un désorganisé désespéré de l’être, je me suis dit que ca pourrait me convenir. C’est tes deux articles qui m’ont donné envie de m’y mettre.
    e n’ai qu’une hâte : m’y mettre
    Merci ^^

  20. Ariel

    Juste un grand merci pour tes 2 articles sur les Bullet Journals
    Je fais déjà du remplissage de cahiers/carnets depuis plusieurs années, de tous mes projets, idées du moments, recherches, comptes… Et je dois avouer que tous les ans je galère à trouver un système d’agenda, organisateur qui me convienne ou me ressemble un peu… Finalement le Bullet Journal, c’est une combinaison de tout ça!!!! Je ne connaissais pas bien, du coup c’est une bonne découverte
    Je crois que je suis déjà dans l’aventure Bullet Journal grâce à toi

    Et merci pour tous les liens que tu as mis, ça complète les bonnes idées que tu donnes déjà :D

  21. Id25

    Super les articles sur le Bujo. Nouvelle adepte aussi ça fait 3 mois que je m’y suis mise. D’abord sur un carnet à spiral et hier j’ai acheté mon Leuchtturm1917 avec la languette pour le stylo. Trop contente. Mais y’a du boulot pour refaire toutes mes « collections » mais un plaisir. Octobre sera un beau début. Merci.

  22. Pingback : Bullet journal | Pearltrees

  23. Caroline Gauthier

    Quel joli blog je viens de découvrir. Esthétique, certes, mais aussi fort joliment tourné, et pas kétaine pantoute, comme on dit par chez nous. Pas du tout kitch, quoi. Merci! :)

  24. fleurette

    Merci pour ce super article qui a fini de me convaincre ! tu donnes des bonnes astuces pour aller à l’essentiel
    j’ai pensé à bcp de pages vu les jolies choses que j’ai vu sur le net, mais finalement tout ne me correspondra pas, je vais faire le tri et faire mon bullet en brouillon
    bonne continuation à toi

  25. Steph

    Je cherche depuis un moment de quoi créer mon Bujo et ton article va beaucoup m’aider. Merci pour tout ces conseils et astuces . Bonne continuation .. je suis aussi moi même une fana de papeterie !

  26. Laurie LB

    Justement je me demandais quel carnet tu as utilisé : le normal « CARNET MEDIUM (A5), COUVERTURE RIGIDE, 249 PAGES NUMÉROTÉES » (15€) mais je ne sais pas s’il est pointillé, ou le bullet journal qu’ils ont sorti (20€) ? Et tu as du le commander ou tu l’as acheté dans un magasin quelconque ? Je ne trouve pas de revendeurs en France…

    1. Non pas le Bullet Journal qu’ils ont sorti : on ne peut pas le faire livrer en France à ma connaissance. Et puis bof la couverture noire. C’est le carnet medium, couverture rigide bla bla comme tu l’as indiqué. Je l’ai commandé sur Amazon.

      1. Laurie

        Cool merci beaucoup car je me demandais s’ils étaient aussi pointillés car sur leur site on dirait que non ^^ Merci en tout cas !

  27. Marie EY

    Bonjour,
    Super article, cela fait 1 an que j’ai commencé mon « Bujo » mais là je suis bluffé ça peut devenir une véritable œuvre d’art ! Je suis aussi une inconditionnelle de la papeterie et je n’aime pas l’acheter sur Internet seulement je n’ai pas d’adresse sur Paris ou le 92 qui soit valable. Vu ton amour de la papeterie aurais tu des lieux incontournables à me conseiller, histoire que mon budget (aussi dans mon Bujo) explose !
    Merci d’avance de ton aide
    Marie

  28. Marie

    Bonjour,
    Merci pour ces deux articles sur le Bujo vraiment très intéressants et très bien documentés.
    J’ai commencé le mien en octobre après avoir vu des tas d’images sur pinterest et lu pas mal d’articles à ce sujet (dommage de ne pas avoir découvert les tiens plus tôt !).
    J’ai, comme beaucoup, investi dans un Leuchtturm1917 couleur Baie (un rose foncé que j’adore), un lot de 4 Faber-Castell noirs, 10 feutres en couleuir Straedtler 0,3 mm… ok, moi aussi, je suis un peu accro à tout ce qui est papeterie et stylos en tout genre ;-)
    Le début de mon bullet a été un peu fastidieux… triste, moche… quasiment qu’avec du noir… je n’osais pas me lancer dans la couleur par peu que cela se voit à travers le papier et que cela soit moche… Je trouvais tous ceux que je voyais tellement beaux alors que je suis nulle en dessin ! Et puis, quoi mettre dans toutes ces pages ?
    Et puis fin février, j’ai investi quelques maigres euros dans une boite de crayons de couleur Maped Color’Peps Wax et là, le déclic. Je colorie mes titres en couleurs vives sans que cela transperce les feuilles et surtout, j’ai mis de côté toutes les feuilles que j’avais fait parce que cela se fait dans un Bujo…
    Maintenant, je me moque que mon Bujo ne soit pas LE Bujo conventionnel… C’est MON Bujo ! Coloré et plein de vie comme moi mais sans beaux dessins que je suis totalement incapable de réaliser… Il est fonctionnel et il me plaît. C’est l’essentiel, non ?

Laisser un commentaire