16
Oct
2015
15
Carnet de yoga #2 • Un invincible été

Carnet de yoga #2 – L’atelier pratique complète

Je vous disais le mois dernier que j’avais envie de reprendre le yoga de manière plus poussée. Je n’ai pas réussi à tenir mon programme matinal : je n’avais pas pris en compte que je commençais un nouveau pan de ma vie professionnelle en m’engageant dans un service civique qui me prend beaucoup de temps. Le yoga est pourtant bien resté en arrière-plan de mes pensées, en dirigeant ma vie par ses principes de bienveillance par exemple, et en pratiquant la méditation, même si là je n’ai pas non plus l’assiduité que j’aimerais.

Quand j’ai réalisé que je n’allais pas pouvoir remettre le yoga dans sa place centrale dans ma vie, ça m’a fait un coup au cœur : je venais à peine de rencontrer ce fabuleux art de vivre et déjà je l’abandonnais ! Ca m’a rappelé toutes ces activités péri-scolaires que j’ai commencées sans jamais aller au bout des choses, et ça m’a fait culpabiliser. Peut-être que c’est aussi parce que j’ai l’habitude de lire des blogs et de regarder des vidéos de personnes qui pratiquent tous les jours, qui pensent, respirent, mangent et dorment yoga, et que j’aurais envie de faire « aussi bien » alors que ça ne me correspond pas forcément. Bref, ce mois de septembre a été propice à la remise en question, et à la fin du mois j’ai décidé de m’inscrire à un atelier de 3h de yoga dans un studio de Lille, que j’avais déjà testé lors de ses journées portes ouvertes. (comme quoi ça sert !) J’ai beaucoup aimé ce moment, donc j’ai décidé de vous le raconter !

Carnet de yoga #2 • Un invincible été

*

Le studio

Le studio YogaLite, situé dans le Vieux-Lille, est un tout petit endroit aux murs de brique brute et aux plafonds aux poutres apparentes. Il n’y a qu’une seule salle et trois professeurs y exercent à tour de rôle. Ici, pas de style particulier, les cours s’appellent « Vitalité », « Equilibre » et « Sérénité », tous sont accessibles aux débutants (même si le cours Vitalité est un peu plus actif) et il y a, le weekend, des ateliers plus longs sur des thématiques particulières.

Une fois par mois, le dimanche matin, c’est l’atelier « Pratique complète », de 10h à 13h. Sur le programme, ça dit « asanas, pranayamas et relaxation », mais comme je n’y connais pas grand chose, j’avoue que je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’étais sûre cependant que ça allait me plaire, car je connaissais déjà Neda, la prof, et j’avais beaucoup aimé sa douceur lors de mon cours d’essai.

J’ai donc pris mon courage à deux mains, bravé le froid de l’automne qui tend doucement vers l’hiver, pour aller retrouver Neda dans son studio, en compagnie d’une quinzaine d’autres personnes.

Carnet de yoga #2 • Un invincible été

*

L’atelier

Les asanas (postures)

Pendant un peu plus d’une heure, j’ai fait du Hatha Yoga très doux que je n’ai pas du tout l’habitude de pratiquer (ce n’est pas vraiment ce que propose Adriene sur sa chaîne YouTube). Ca m’a fait beaucoup de bien : j’ai senti mes muscles se délasser – j’avais très mal dormi – et le fait de tenir les postures longtemps en ayant en tête d’approfondir chaque posture grâce à la respiration m’a permis de réaliser de nombreux progrès. J’ai fini par pouvoir toucher le sol du bout des doigts en ayant les jambes presque tendues, chose qui ne m’était jamais arrivé. Le but de cette pratique était de connecter le souffle avec les mouvements, de détendre les muscles et de vider son esprit pour ne plus avoir le mental perturbé. Je dois dire que ça a bien marché pour moi : j’ai senti au fur et à mesure que je me concentrais de plus en plus, et que les pensées parasites finissaient par se taire, ou du moins à être écartées très rapidement.

Les pranayamas (respiration)

Après l’instant physique bien que très doux, nous nous sommes assis·e·s confortablement, pour ma part avec un coussin zafu sous les fesses pour être bien à l’aise, et nous avons commencé les exercices de respiration. J’en connaissais certains : l’ujjayi dont je vous ai parlé dans un autre article, le souffle de la mer, ainsi que la respiration alternée, que j’avais testée dans une vidéo d’Adriene contre le mal de tête. Mais j’ai également pratiqué pour la première fois sitali, qu’Adriene appelle « Taco Breath », où il faut faire un tube avec sa langue – ce qui n’est pas donné à tout le monde ! Cette respiration permet de réguler l’acidité dans le corps. La respiration brahmari joue sur les vibrations quand on fait un bruit qui ressemble au bourdonnement d’une abeille, et ces vibrations résonnent jusqu’à l’intérieur de la boîte crânienne. C’est très impressionnant ! En dernier, nous avons chanté om, le plus connu des mantras.

De cette pratique, j’ai retenu un moment intense en harmonie avec ces quinze étranger·es, lors de brahmari et du chant du om. C’était tellement impressionnant d’entendre ces quinze voix différentes se mettre au même diapason et faire vibrer l’atmosphère (jusque dans mes os parfois, oui oui c’est très bizarre !), et c’était très émouvant.

Carnet de yoga #2 • Un invincible été

Le yoga nidra (relaxation)

J’étais tellement contente de pouvoir tester cette forme de yoga que je ne connaissais pas ! Neda nous a expliqué que nidra signifie « sommeil », mais que justement, tout l’art du yoga nidra est de ne pas s’endormir alors même qu’on entre en état de relaxation profonde. Concrètement, il s’agit de rester allongé·e en shavasana sans bouger du tout pendant environ trente minutes, au chaud sous des petits plaids, et d’écouter la méditation guidée qui se concentre sur le corps et ensuite sur des visualisations d’images. Si tout se passe bien et qu’on est réceptif·ve, on finit par entrer dans cet état second qui ressemble beaucoup à celui dans lequel on est juste avant de s’endormir. Vous savez, quand on ne sait plus bien si on est là ou pas, si on flotte ou si on est posé·e sur le sol, et où la conscience a parfois des soubresauts et des plongées dans le sommeil. Tout le travail du yoga nidra est de rester bien conscient·e mais pas trop concentré·e. 

Personnellement, j’adore littéralement cet état de semi-conscience volontaire. Mon moment préféré avant d’aller me coucher ou lorsque je fais une sieste, c’est justement cet état second si fugace et volatile. Alors le cultiver et cultiver ses bienfaits, quel plaisir ! Apparemment, pendant ce moment étrange, le cerveau émet des ondes alpha (je n’ai pas bien compris ce que ça signifiait) et on est plus réceptif à l’introspection, on apprend plein de choses. Le but est de toujours faire le yoga nidra avec le même texte en méditation, pour mesurer nos progrès, par exemple notre capacité à visualiser les images.

J’ai été transportée par cet instant, j’ai vraiment adoré et j’ai hâte de recommencer !

Carnet de yoga #2 • Un invincible été

*

L’après

Cet atelier m’a fait un bien fou. J’étais arrivée de mauvaise humeur, le dos en compote, j’avais passé une nuit difficile, je n’étais pas certaine que se lever et sortir par 4°C était la meilleure idée du siècle et franchement, avant d’avoir fait la moitié du chemin vers le studio, je me demandais pourquoi je m’étais inscrite. Mais quand on a payé pour un atelier, on a toujours plus de motivation à s’y rendre même quand l’envie est restée au fond de la couette ! Une fois sur place, j’ai retrouvé le sourire de Neda, qui se souvenait de moi bien qu’elle ne m’ait vu qu’une fois trois mois auparavant, et j’ai su que j’avais fait le bon choix.

Après trente minutes, j’étais bien dans mes chaussettes, fière de moi et de ma volonté de fer, de mon corps qui n’avait pas oublié le yoga, et en sortant… je flottais sur un petit nuage ! Le soleil était avec moi, la journée était déjà bien entamée mais j’étais pleine d’énergie et de sérénité, j’avais envie de faire plein de choses mais aussi de les faire en conscience, en prenant mon temps, bref : que du bonheur !

Je pense aussi que ce beau moment m’a permis de mieux appréhender la semaine qui a suivi, où j’avais un gros événement professionnel à préparer et à gérer, et je me suis sentie bien moins stressée que j’aurais pu l’être quelques temps auparavant. Je ne regrette pas une seule seconde, à tel point que j’y retourne début novembre, toujours un dimanche matin !

Carnet de yoga #2 • Un invincible été

*

Je suis heureuse d’avoir pu profiter de cette parenthèse de douceur dans ma vie un peu effrénée ces temps-ci, pour reconnecter avec mon corps et avec le yoga. C’est vraiment une chouette expérience, et pour celleux pour qui les cours hebdomadaires sont trop onéreux, comme c’est mon cas, un long atelier mensuel peut être une alternative intéressante, en complément d’une pratique à la maison. (ou pas, comme pour moi en ce moment !)

J’espère que ce petit compte-rendu vous aura plu et inspiré·e ! On se retrouve la semaine prochaine pour la suite de mon voyage en Ecosse (dont je vous ai encore posté quelques photos dans ce billet) – et dès lundi pour une nouvelle revue de web, bien entendu ! Prenez soin de vous ♥

Avez-vous déjà participé à un atelier long de yoga, à un cours thématique ? Est-ce que ça vous a plu, ou est-ce que ça vous tente ?

*

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez me le dire même sans commenter, en cliquant simplement sur le petit ♥ en-dessous de la date, à gauche du titre. Vous pouvez également soutenir le blog financièrement, cliquez ici pour découvrir comment.

Vous aimerez aussi...

ASLW 64
Ailleurs sur le web #64
ASLW 61
Ailleurs sur le web #61
ASLW 60
Ailleurs sur le web #60
ASLW 59
Ailleurs sur le web #59


10 Réponses

  1. Clemence

    Connais-tu les 5 tibétains?? C’est une des pratiques les plus puissantes que j’ai jamais faite! Ca te prend pas plus de dix minutes par jour, c’est gratuit, et vraiment tu verras que tu ne peux plus t’en passer. J’avais des pbs d’eczema depuis des années, et depuis que je les pratique, je n’en ai presque plus! J’ai fait un an de Hatha yoga ainsi que du nidra, mais j’ai fini par arrêter parce que je m’ennuyais et je n’en ressens plus le besoin maintenant avec ma pratique quotidienne. Tu trouves de très bons tutos sur youtube :)

  2. Merci pour ton article, qui est très intéressant ! Je devrais peut-être essayer ce genre d’atelier, car je suis un peu comme toi, j’ai l’impression de retourner à mes années collège et de laisser tomber mes activités « sportives » au bout de quelques mois. Je n’ai peut-être besoin que d’une mise à niveau pour m’exercer à la maison :)

    Des bisous !

  3. Merci beaucoup d’avoir partagé cette expérience :). ça me donne envie de tester! je ne savais pas que ça existait ce genre d’atelier – quelque part entre le cours hebdomadaire et le stage…
    Je me disais justement, il y a quelques jours, que ça me plairait bien de faire un stage et à la fois, ça m’effraie… le cours que je suis est très doux (et très bon marché aussi :-)). Et si dans ma chambre, je me lance parfois dans les salutations au soleil c’est à mon rythme (càd très cooool). Dans un cours collectif, ce genre de pratique m’angoisserait (ce qui n’est pas vraiment l’effet voulu !).
    Parfois envie de plus que ce que je fais, et à la fois je me gronde de ne pas déjà m’y tenir à le faire régulièrement chez moi… Du coup, c’est vrai que ce genre de séance, ça a l’air vraiment sympa :-).

    1. Je pense qu’il faut trouver le bon stage, ou le bon atelier, avec le/la bon/ne prof… et ne pas oublier que même en groupe, le yoga reste une discipline qu’on doit toujours effectuer à son rythme. (moi aussi, je suis adepte du « très cooool » ;))

      1. :-)
        J’ai trouvé un endroit où c’est la même formule que celle que tu as testée (3h, 1x/mois) et accessible en transport en commun. Je vais contacter la prof pour connaître son « optique »… pour ce mois-ci le w-e est déjà pris (pour moi) mais peut-être pour novembre… :-)

  4. Marmoot

    Ouuuh ça donne envie tout ça ! J’adore l’état de semi-conscience durant mes siestes mais le développer sans s’endormir me parait incroyablement difficile haha
    Depuis que je suis à Copenhague je fais 1h de Hatha et 1h de Ashtanga par semaine pour un prix tout doux (merci les assos étudiantes) <3 En un mois et demi j’ai fait de grands progrès et je peux moi aussi presque toucher mes pieds avec les bras et jambes tendues, c’est une victoire !
    Je commençais à me demander comment continuer tout ça de retour à Nancy et si c’est trop cher de façon hebdomadaire je jetterai un oeil aux séances plus longues comme la tienne, ça a l’air intéressant :) Bonne journée Pauline !

    1. C’est trop chouette que tu puisses faire du yoga aussi souvent que tu le veux <3
      Et si tu as l'occasion de faire du yoga nidra, tu verras : c'est super intéressant et génial !
      Merci pour ton commentaire !

Laisser un commentaire