18
Juin
2015
7

No-poo : mon bilan à 6 mois

Je vous en parlais en passant quand je vous racontais mon expérience de la cure de sébum, cette fois-ci c’est officiel, c’est l’heure du long article sur le no-poo, ou plutôt, sur mon no-poo.

Comme beaucoup de monde, j’ai entendu parler du no-poo pour la première fois en lisant l’article d’Antigone XXI sur le sujet, à une époque où je n’étais pas prête psychologiquement pour tester des trucs et accepter d’avoir les cheveux pas toujours au top. J’avais l’impression que ce n’était pas fait pour moi, car je n’ai pas les cheveux faciles. Bouclés/frisés, racines grasses, pointes sèches, et jusqu’à l’an dernier, très longs, je n’étais pas très heureuse de mes longueurs, de mon cuir chevelu et de l’allure que j’avais. J’ai fini par couper ces cheveux, pour trouver une coupe qui me va mieux au visage (même si grmbl j’ai de nouveau envie de les avoir longs), et par me sentir aventureuse.

En janvier, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai décidé de m’y mettre. Après 6 mois d’expérience(s), je peux enfin vous parler de mon aventure no-poo, mais je dois vous prévenir : si vous vous attendez à un retour dithyrambique sur le no-poo, vous allez être déçu·e·s. Je suis enthousiaste et convaincue (jusqu’à un certain point, vous verrez), mais pas non plus une menteuse, et vous allez voir que ce n’est pas de tout repos tous les jours. En tout cas, pas pour moi. Evidemment, ce que je partage avec vous n’est que mon vécu et mon ressenti, et il se peut que le vôtre soit totalement différent. C’est normal, pas de panique !

*

Note : le no-poo dont je parle ici est un mode de vie plus qu’une technique, qui consiste à ne plus utiliser de shampoings du commerce (no-shampoo), bourrés de tensioactifs qui irritent le cuir chevelu. A la place, il existe des dizaines de techniques lavantes dites « douces », de la farine de seigle à la compote de pommes en passant par les poudres ayurvédiques et les oeufs.

cheveux de moi

*

Première étape : l’espacement des shampoings

Pour réussir correctement le no-poo, il est conseillé de sortir du cercle vicieux des lavages à répétition, en laissant les cheveux regraisser un jour de plus que ce qu’on tolérerait en général, pour espacer de plus en plus les lavages. Pour moi, cette étape est très facile à réaliser, puisque je ne me lavais déjà les cheveux qu’environ une fois par semaine. Munie d’un shampoing bio assez doux (le shampoing Brillance à l’ortie de Logona – attention, il n’est pas vegan car il contient de la soie), je saisis néanmoins l’opportunité de cette étape pour appréhender le brossage minutieux des cheveux, qui me paraît indispensable pour pouvoir continuer à piffrer ma tête toute la semaine. Ayant les cheveux assez courts et indomptables, impossible pour moi de cacher des longueurs grasses dans de jolies tresses et autres chignons élégants. Au bout d’un mois, je suis satisfaite de mon espacement, qui est définitivement bien établi, et j’ai fait un masque hydratant et nourrissant pour mettre toutes les chances de mon côté quand je sauterai le pas. Je n’attends plus que ma commande Aroma-Zone, qui m’amènera le shikakai, cette précieuse poudre lavante dont j’attends beaucoup.

Deuxième étape : shikakai et premiers déboires

J’ai choisi le shikakai sur les conseils d’Internet, puisqu’il est censé lutter contre les pellicules et que j’ai remarqué qu’espacer les shampoings avait fait apparaître lesdites pellicules quelques jours avant le prochain lavage. Inscrite sur le groupe Facebook « No-poo & water only », je lis scrupuleusement les conseils des membres et j’ai d’ores et déjà choisi de tester un ingrédient à la fois, pour savoir ce qui marche ou pas, et en cas d’échec, savoir exactement quel ingrédient/composant pose problème. Je réalise donc mon premier no-poo avec rien d’autre que du shikakai mélangé à de l’eau chaude, avec un rinçage à l’eau chaude, puis à l’eau froide.

Résultat : cheveux propres mais quelque chose me gêne. Une fois sec, l’arrière de mon crâne est comme poisseux au toucher, même si ça ne se voit pas. Je réalise que je n’ai peut-être pas assez bien frotté le cuir chevelu : c’est un geste très particulier, que je ne faisais pas vraiment avec les shampoings traditionnels. Là, l’absence de tensioactifs oblige à décoller les crasses et sébum du cuir chevelu avec application et je me dis que c’est là que j’ai péché. Je ferais mieux la prochaine fois, ce n’est pas bien grave : un coup de shampoing sec et je n’ai pas besoin de me relaver les cheveux avant la semaine suivante. Par contre, j’ai toujours des pellicules quelques jours avant le prochain lavage.

S’ensuit un mois de tâtonnements avec le shikakai : j’intègre un rinçage à l’eau froide additionnée de vinaigre de cidre, puis de vinaigre blanc, et je trouve mes cheveux plus brillants. Les pellicules s’en vont, reviennent. Cependant, je ne suis toujours pas fan de leur forme, je les trouve vite lourds, sans volume, pas agréables à porter, même si visuellement ils sont jolis (en tout cas c’est ce que tout le monde me dit). Je me dis que le shikakai n’est peut-être pas la forme de no-poo qui me convient le mieux.

cheveux blog

Interlude : cure de sébum et henné

Pour en lire plus sur ma cure de sébum, rendez-vous sur cet article qui la relate en détail. Pour résumer, je me suis blessé la main et j’en ai profité pour laisser mon cuir chevelu se reposer pendant 21 jours. J’ai été très contente de cette expérience. Après cette cure, j’ai recommencé les lavages au shikakai, jusqu’à trouver le temps et la logistique nécessaire pour faire ma première coloration, 100% végétale au henné, fin avril.

Envie de peps dans mes cheveux que j’ai toujours trouvés ternes, me voilà avec de chouettes reflets roux dont je suis bien heureuse. (j’ai toujours rêvé d’être rousse) Ce henné, en plus de m’apporter ce renouveau dans la couleur, me laisse les cheveux très légers, mais très secs – j’étais prévenue, mais je n’avais pas de quoi préparer un henné plus hydratant et nourrissant. Ils n’ont pas été aussi beaux et propres depuis janvier. « Si ce n’était pas si chiant à poser, je me ferais des hennés toutes les semaines ! » me dis-je. Ca va faire plus de deux mois que j’ai tenté le coup, et je n’ai toujours pas refait de henné, parce que c’est vraiment super chiant et salissant – même si j’adore le résultat. J’ai de moins en moins envie de retourner au shikakai, dont l’utilisation m’énerve aussi. Ca me laisse des grains dans les cheveux, ça se rince mal, et manipuler la poudre est dangereux pour les yeux et les voies respiratoires. Bref, prise de tête.

Une photo publiée par Pauline (@apauliner) le

(ça, c’est ma tête à 21 jours sans lavage : la photo est pas top, mais vous pouvez voir que mes cheveux ont quand même gardé du volume et qu’ils ne sont pas plaqués sur mon crâne par une couche de gras : yeay !)

Troisième étape : rhassoul, poudre de sidr, délires capillaires

Tout récemment, par un concours de circonstances (merci Gaëlle ♥), je mets la main sur du rhassoul et de la poudre de sidr. J’avais entendu beaucoup de bien à propos du rhassoul, une argile brune très utilisée en Afrique du Nord : je me dis que si le shikakai n’a pas fait ses preuves, c’est sûr, le rhassoul fera l’affaire ! Oui… et non.

En premier lieu, je teste la recette de Green Me Up! adaptée à ma sauce et avec mes placards. Je laisse poser une dizaine de minutes, le temps de me faire un gommage corporel et un masque du visage avec le reste de préparation au rhassoul. C’est un des avantages du rhassoul d’ailleurs : il s’utilise sur tout le corps. Je le trouve beaucoup plus agréable à manipuler que le shikakai, et au moins, aucun risque de perdre un oeil ou un poumon en préparant sa pâte. Je rince abondamment, et je termine par mon rinçage à l’eau froide et au vinaigre de cidre.

Résultat : mes boucles sont superbes, ça, c’est sûr ! Elles ont rarement été aussi bien dessinées, je trouve mes cheveux très jolis. Cependant ils sont toujours un peu poisseux à l’arrière du crâne, malgré le soin avec lequel je frotte mon cuir chevelu. C’est frustrant parce que ça ne se voit pas, mais j’ai le réflexe de passer ma main dans mes cheveux pour voir, et ce que je touche ne me plaît pas ! Alors qu’à l’œil nu, de près ou de loin, rien à signaler. (et si je passais moins mes mains dans mes cheveux, ils seraient peut-être moins poisseux, aussi)

Je veux tester une autre « recette », plus simple et qui intègre de la poudre de sidr (anti-pelliculaire). Je retrouve le même toucher poisseux une fois mes cheveux secs, à ceci près que si, le lendemain du lavage, je les passe sous l’eau en même temps que je prends ma douche, ils perdent cette sensation désagréable et sont très propres. Je ne comprends plus rien, je reste un peu sur ma faim, je suis frustrée. C’est là que s’arrêtent mes essais pour l’instant. Je me dis aussi que je commence à trop focaliser sur mes cheveux, et qu’il faut que je me calme avant de développer une obsession.

IMG_GC

*

Bilan : le positif et le négatif

J’ai bien conscience qu’en me lisant, on n’a pas forcément envie de se mettre au no-poo séance tenante. Ca tombe bien, ce n’est pas du tout mon but ! Mon expérience personnelle me fait vraiment penser que ce n’est pas quelque chose qui conviendrait à tout le monde, et je me demande encore si ça me convient vraiment, à moi. Du coup je vous ai préparé un petit tableau des plus et des moins de mon expérience à 6 mois, parce que j’aime les tableaux et ce sera plus clair.

Positif Négatif
C’est super économique (~10 €/6 mois) Une sensation de poisseux (invisible mais gênante)
Des cheveux toujours propres L’angoisse de ne pas savoir si le lavage va « marcher » ou pas
Une approche plus consciente du cheveu Ca demande plus de temps et de patience
Le lavage est un vrai plaisir dans le moment présent Il faut expérimenter pour trouver le bon produit
Le plaisir de découvrir de nouveaux produits à force de recherches

Au final, je suis contente de m’être lancée, mais je n’ai vraiment pas envie de devoir batailler pendant trois ans pour trouver une routine qui me convienne.

IMG_Bleu_01

Les « dérives » du no-poo

Je me suis vue parfois conseiller d’appliquer des mélanges dingues sur mes cheveux, le tout en lisant des retours peu ragoûtants sur ces mixtures : compotes, oeufs, yaourts, crème fraîche… tout y passe. N’ayant aucun produit d’origine animale chez moi, je n’ai testé aucune des recettes impliquant de tels ingrédients, mais je n’en aurais de toute façon pas eu envie : le yaourt qui « pue le vomi », les cheveux « qui puent l’oeuf trois jours après », merci… mais non merci !

Entre ça et les personnes qui utilisent des ingrédients très particuliers, comme des complexes hydratants, de la glycérine végétale, de la protéine de soie, du honeyquat… à ce rythme, autant utiliser un bon shampoing à la composition clean ! Je ne me retrouve pas toujours dans le courant no-poo, que je trouve parfois totalement aberrant. Dans ma tête, le no-poo doit être un gain de temps et d’argent, une méthode pratique et rapide pour ne plus me prendre le chou avec le lavage des cheveux, et utiliser mon temps à des choses plus intéressantes. Si je dois mélanger l’intégralité de mes placards de cuisine et investir en plus dans des composants bizarres pour avoir de beaux cheveux, je préfère passer mon chemin et trouver une autre alternative écolo aux shampoings du commerce. Je ne trouve pas que ces masques aux 3000 super-ingrédients, que ces lavages qui ressemblent à des pâtes à gâteau, aillent avec l’idée d’économie et de naturel, que je mets derrière le no-poo.

Selfie soleil dans les yeux, cheveux au vent marin !

*

Le mot de la fin, dans tout ça ?

C’est en écrivant cet article que je me rends compte de ma position actuelle sur le sujet. Je trouve que le no-poo c’est super chouette, et j’aimerais bien y arriver complètement. Je vais donc me laisser encore du temps pour expérimenter, parce que je suis persuadée que quand on le maîtrise, c’est top. Par contre je pense que ce n’est pas fait pour tous les types de cheveux, ni pour toutes les personnalités : il faut de la patience, et ne pas avoir peur d’avoir les cheveux craspouilles de temps en temps, il faut avoir le temps de tester différentes techniques…

Je ne pense pas non plus que ce soit la seule manière d’avoir un rapport écolo et naturel avec ses cheveux, puisqu’il existe des shampoings naturels très performants (dont les shampoings solides de Lamazuna ou de Pachamamaï par exemple ♥), et qu’on peut même se laver les cheveux avec du savon de Marseille ou d’Alep !

Comme tout, ça dépend vraiment des gens, de leurs cheveux, de leurs envies. Pour moi, l’envie est de ne plus me prendre la tête avec le lavage de cheveux, sans pour autant faire une croix sur de belles boucles et un seul lavage par semaine. Pour l’instant, avec le no-poo, ce n’est pas gagné, mais je ne perds pas espoir du tout, j’ai l’impression de presque toucher au but et je ne suis pas résignée. Alors je vais continuer quelques temps, parce que je suis persévérante et qu’on ne dira pas que Pauline n’a pas tout testé avant de baisser les bras.

Mais je ne m’interdis pas de revenir au shampoing, de manière responsable, si j’en ai marre d’ici six mois. Après tout, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ! Cette expérience m’aura de toute façon apporté du positif, en me permettant de remettre en question mon utilisation du shampoing, de mieux connaître mes cheveux, et de découvrir des produits nouveaux, que ce soit les poudres lavantes ou les shampoings solides écolo.

IMG_1894

*

On se dit donc à dans six mois, pour la suite de mes aventures capillaires !

En attendant, et parce que je n’ai pas du tout parlé de l’aspect pratique de mon no-poo (quels mélanges, comment je me brosse les cheveux, etc.), je publierai dans quelques temps une petite FAQ pratico-pratique de mon no-poo, en espérant répondre notamment aux questions relatives aux cheveux bouclés. Si vous avez des questions sur comment j’ai réalisé mon no-poo, et quels pratiques j’ai adoptées avec mes cheveux bouclés/frisés, c’est le moment où jamais de me les poser en commentaire ci-dessous !

Pratiquez-vous le no-poo ? Êtes-vous satisfait·e de votre expérience avec le no-poo ? Si vous avez des questions, à vos claviers !

PS : beaucoup de photos de ma tronche mais ce n’est pas un délire égotique, c’est juste pour que vous voyez à quoi ressemblent mes cheveux, en vrai, sans shampoing depuis six mois !

Vous aimerez aussi...

Life Lately #93
ASLW 50
Ailleurs sur le web #50
rhassoul argile mycosmetik
DIY #2 : un masque décongestionnant et purifiant
img_7629
DIY #1 : un baume capillaire naturel et facile


59 Réponses

  1. Merci pour ce retour d’expérience !
    Pour ma part je suis au no poo depuis 10 mois.
    Je ne reviendrai jamais au shampooing. Le no poo s’est accompagné chez moi avc une rupture totale de l’utilisation des appareils chauffants (avant lavage quotidien, seche-cheveux et lisseur)…

    J’ai d’abord commencé par espacer les lavages que je faisais et fais toujours au henné (mélangé non plus au shikakaï, mais au reetha, c’est tout simplement parfait).
    Puis le plus difficile a été de trouver un hydratant quotidien pour les pointes et l’arrière des cheveux… Pour cela j’ai tenté de nombreuses tambouilles, ce que je retiens, c’est une fois les cheveux lavés, appliquer une petite pointe d’huile de coco.
    Pour structurer les boucles: soit du gel de lin maison ou un mélange à vaporiser (eau minérale, aloe vera, sirop agave, HE ylan-ylang), puis « scruncher » les cheveux ou bien les peigner pour les cheveux raides (je pense qu’avec le no poo on ne peut pas vraiment tricher avc la nature de ses cheveux, il faut les accepter comme ils sont, ils changent…)

    Le plus difficile à gérer reste l’état des cheveux durant le sommeil, il y a des jours où je ne me pose pas de question et c’est WO tous les matins. Mais la taie d’oreiller en satin étant inutile, le kardoune et le foulard de satin ont fait leur preuves.

    Merci pour cet article et bonne continuation, hâte de te lire dans 6 mois à ce sujet !

    1. Merci pour ton super commentaire ! C’est vrai que les cheveux le matin c’est parfois une grande histoire :P je les remouille sous la douche, sans faire de « WO » à proprement parler, ils ne sont pas plus sales en étant juste humidifiés donc je ne m’embête pas. Je ne connais pas le reetha – enfin que de nom quoi !
      A bientôt !

  2. Gael

    Salut,

    moi ça fait plus d’un an que j’ai lâché le shampoing (j’avais commencé avant mon déménagement, mais entre les cartons, la peinture, la poussière, il a fallu que je fasse un choix, résultat j’ai tout gâché en me lavant les cheveux tous les jours pdt pls semaines :((( ). Aujourd’hui je suis extrêmement contente! Il y a eu des tâtonnements, j’ai eu peur que ça ne fonctionne pas au début, mais j’ai tenu bon, et surtout ce qui est important, c’est de changer l’image que l’on a de ses cheveux. Quand je vois TOUS les gens qui se lavent les cheveux tous les jours ou tous les 2 jours parce que « ca fait crade sinon », bah je les plains, parce que leurs cheveux sont clairement abimés, à la limite du crâmage parfois (j’ai mal pour eux!). Ca fait bien quand tu bosses dans l’esthétique, t’as une peau correcte mais le reste… je trouve ça vraiment dommage. Quand je demande à mon copain si mes cheveux font gras parce que j’en ai l’impression, il me dit que non. Donc pas besoin de se passer la rate au court bouillon finalement^^.

    Aujourd’hui je ne me lave plus la tête qu’une fois par mois au rhassoul+rinçage (eau+vinaigre de cidre+HE), régulièrement je fais du water only et du shampoing sec, et je fais un rinçage (eau+vinaigre de cidre+HE) par semaine. Pour les HE j’en ai essayé 3, celle qui convient le mieux en ce moment c’est celle d’eucalyptus (je suis restée pas mal de tps ac celle d’Ylang pensant qu’elle convenait mieux, mais non en fait^^). Il ne faut pas hésiter à en changer, au pire elles servent à autre chose (produits ménagers etc). Mon copain a des pellicules qui ne partent pas complètement, alors on essaie différents trucs pour lui aussi.

    Je pense que les personnes qui essaient sont perdues parce qu’elles ont l’habitude qu’on leur dise tout, genre ça va marcher, mais faut vraiment que ça convienne à chacun. Moi j’ai trouvé le truc d’utiliser une serviette sèche pour absorber le sébum et la fécule en trop, et des gants pour frotter les racines quand je fais les water only, bah ça m’a changé la vie. Quand je vois les messages laissés sur l’article d’Ophélie, mais je m’arrache les cheveux, purée mais les gens faut vraiment TOUT lire et se prendre en main quoi… Par exemple, partout c’est dit de faire un léger rinçage à l’eau froide après le vinaigre, bah moi ça me convient pas, donc je le fais à l’eau tiède/chaude. Pas besoin de sortir de St Cyr quoi.

    Les trucs un peu trop exotiques ça ne m’intéresse pas non plus, je veux faire au plus simple (effectivement, le temps passé à m’occuper de mes cheveux à sans doute triplé voire quadruplé par rapport à avant, mais faut dire qu’avant je ne faisais que les brosser 1 à 2 fois par jour 5 secondes, et les laver, alors du coup, tout est très relatif^^). Et c’est vrai que c’est un véritable plaisir de me laver les cheveux quand je le fais, je m’en réjouis à l’avance, et je sens que toute cette démarche est bonne pour eux (dès l’arrêt du shampoing j’ai cessé de retrouver une poignée entière de cheveux dans ma brosse tous les jours…). J’ai la même pour le corps, et sans avoir arrêté de me laver, je le fais moins souvent et privilégie les douches juste à l’eau (qd je dois me doucher pls fois dans la journée) et les toilettes matin et soir. Ma peau s’en porte tellement mieux, je ne comprends vraiment pas comment j’ai pu me laisser embringuer dans cette horrible habitude de se décaper tous les jours à tout prix ac des produits dégueus. Et je ne sais pas si c’est lié, mais j’ai l’impression de transpirer un peu moins aussi! (pour les adeptes du déo maison d’Antigone qui trouvent que ça ne fonctionne pas bien, je suis sûre que le pb vient du bicarbonate qui ne doit pas être être assez fin! Le mien ne l’était pas assez, un an après ma tambouille j’arrive sur la fin de la préparation où se trouve concentré le bicarbonate, et magie, maintenant je peux rester une journée entière de printemps à transpirer sans sentir autre chose que moi-même, ou au pire un peu « le chaud ». Alors que jusqu’ici, je devais me vaporiser de déo anti-transpirant 48h quand je sortais, et des fois au bout de qq heures c’était plus top).

    Courage à tous ceux qui veulent tenter l’expérience du no-poo, dans le pire des cas vous en ressortirez plus sûrs de vous-mêmes et vous aurez fait des économies pendant quelques mois^^

  3. Hello Pauline!

    J’ai à peu près la même réflexion. Je suis toujours dans l’espacement de shampoing car j’ai la grosse flemme de faire mes mixtures et j’ai des restes de shampoing mais je considère que je fais du no poo car je me lave les cheveux que tous les 15 jours et que je fais plein de wo et que j’utilise parfois des shampoing secs. Je ne vois pas la différence entre un shampoing et une poudre lavante. Enfin pour un shampoing clean. J’utilise un solide maintenant et j’avoue que c’est vraiment pas mal! Et je me dis que bin, ptet que je ferais toujours du no poo avec du shampoo car pour moi, le no poo c’est surtout l’espacement des shampoing et les « techniques » qui vont avec : brossage, wo, shampoing sec.

  4. Intéressant ce retour nuancé, merci ! Personnellement, j’ai débuté dans le soin des cheveux au naturel en essayant la recette avec le rhassoul de Green Me Up. ça me faisait un très beau résultat (beau volume, cheveux brillants, 0 démangeaison sur mon cc ultra sensible) mais avec mes cheveux longs ça voulait dire environ 30/35 minutes de préparation/pose/lavage/rinçage et ça m’a vite saoulée… J’ai essayé le sidr et j’ai eu les cheveux ultra poisseux et je n’ai pas voulu essayer le shikakai à cause de l’effet irritant.
    Au final, je suis revenue aux shampoings, mais n’en achète que des bio avec agents lavants doux (0 sulfates, y compris le sodium coco sulfate très utilisé en bio), j’en fais un par semaine, mes cheveux vont très bien et ça me convient. Je crois que le no poo c’est pas pour moi, et tant pis si je ne peux pas espacer autant que certaines, un par semaine c’est déjà bien ! :)

    1. Quels shampoings as-tu testés, du coup ? Ca m’intéresse ! Il y a du sodium coco sulfate dans mon shampoing bio. Si j’y repasse un jour pour de vrai, je testerai aussi les shampoings solides, mais j’aime bien avoir des références.
      Et je suis bien d’accord avec toi, il faut se rendre compte aussi qu’en se lavant les cheveux seulement une fois par semaine, on réalise déjà des économies, d’eau et de produits ! C’est déjà pas mal du tout !

  5. Daphne

    Je me retrouve dans tout ce que tu dis, sauf que je n’ai jamais essaye le shikakai, car pour moi, c’est un “produit bizarre“, je savais pas trop ou me le procurer et j’aime pas bien sa dangerosite potentielle…
    J’ai donc fait tous mes lavages pendant un an environ a la levure chimique/bicarbonate de soude, et les deux derniers a la farine de seigle (la, mes cheveux etaient plus beaux que jamais). Il y a pas mal de temps (avant que je savais que le no poo existe, il y a quelques annees), j’avais essaye a l’oeuf (resultat impeccable, mais je trouve pas ca tres ethique…) et au savon de marseille/alep (ne convient pas a mes cheveux), et au milieu, 2x un mois sans rien comme conseille par Antigone, mais sans obtenir le resultat escompte… en tout cas, apres plusieurs (longs) mois, la sensation de poisse a finit par disparaitre mysterieusement – adaptation du cuir chevelu? meilleur lavage sans m’en rendre compte? mystere et boules de gomme!
    Et puis il y a un peu plus de 3 semaines, je m’etait casse la clavicule… evidemment une semaine apres mon premier lavage a la farine de seigle, haha… et bien sur, au debut, impossible de me pencher en avant et me brosser a une main ne fut guere efficace, donc j’ai soigneusement peigne 2-3 fois par jour… et si grace au soutien des medecines complementaires, j’ai pu retirer mon bandage a temps partiel apres seulement 2 semaines et 2 jours, j’ai du attendre encore un peu avant de pouvoir lever les bras suffisament pour me laver les cheveux, donc ca m’a fait un mois sans rien de nouveau… a voir, maintenant, si je dois me relaver les cheveux ce week-end ou pas…
    En tout cas, merci pour ton avis!

  6. Lou Garou

    Pour ma part c’est le shampoing bio (liquide ou solide) que je ne parviens à dompter : soit on dirait que je me suis étalée de la confiture à l’arrière du crâne, soit il neige quand je baisse la tête.
    Quand j’ai testé le rhassoul je me suis sentie soulagée, j’aurais pu tout casser si j’avais raté un seul shampoing de plus ! Je ne pensais pas qu’avoir les cheveux sales pouvait rendre fou à ce point… Tout est bien qui fini bien, je me lave les cheveux au rhassoul une fois par semaine et basta.
    Par contre, j’aimerais bien que mon copain passe au bio, malheureusement il a le même soucis que moi (et hors de question pour lui de se tartiner de terre et de patienter en se pelant de cul dans la douche le temps que ça agisse), des shampoings à recommander ?

    1. En ce moment je suis dans une passe toute nulle, où le rhassoul ne va pas, le shikakai ne va pas, et le shampoing bio ne va plus non plus ! Eternelle insatisfaction ! Mon chéri a pas mal de pellicules, mais depuis qu’il ajoute une goutte d’HE de tea-tree dans son shampoing (ou dans son savon quand il a une très courte repousse), ça va beaucoup beaucoup mieux ! Comme shampoing il utilise le Logona à l’ortie dont je parle dans l’article. Ortie + tea-tree c’est un bon combo anti-pellicules d’après mes recherches et mon expérience. (j’espère que tu parlais bien des pellicules et pas du problème de confiture, sinon j’ai pas d’idée !)

  7. Bounza

    Pour ma part j’ai opté pour quelque chose de radical : plus rien du tout. Juste un bon massage du cuir chevelu sous l’eau de temps en temps et un petit masque au miel qui fait office de shampoing quand l’envie me prend.
    Quel gain de temps, d’énergie et d’argent ! Mes cheveux n’ont jamais été aussi beaux, je commence enfin à les aimer :)

      1. Bounza

        Par contre ce côté poisseux je le connais bien, ça me le faisait aussi au début parce que je rinçais mal mes shampoings bio, comme ils moussent peu ! Je vois vraiment la différence dans la technique de lavage, dans le fait de masser son cuir chevelu partout.

  8. SarahCaramba

    Depuis 5 mois, je teste bicarbonate de sodium + vinaigre de cidre (rinçage) que j’espace entre 2-3 semaines avec brossage méticuleux quotidien. C’est une chouette expérience de se rendre compte que mes cheveux sont vraiment NETTOYÉS par un produit aussi simple. L’idée me plaît beaucoup !
    Et grâce au brossage, ils restent propres beaucoup plus longtemps. Par contre, ils sont moins brillants et plus secs donc je voudrais vraiment essayer le rhassoul !

  9. Je viens de débuter dans le no poo. J’en suis à la phase où je tente d’espacer les lavages (je reviens de loin , je me lavais les cheveux tous les deux jours). J’alterne des shampooing bio sans sulfate et le rhassoul . Pour les shampoing bio, j’ai pris le shampooing soin douceur de Melvita (pas vegan, il y a du miel) et hier j’ai acheté le daily care aloé vera et verveine de Logona (vegan celui-là). Au début, la transition fut rude. Mes cheveux n’ont pas aimé d’être privés de sulfate et de silicone et me l’ont fait payé (ils étaient poisseux et ternes) mais à force de persévérance et de brossage, ça a fini par se calmer (même si comme toi, j’ai toujours une petite zone poisseuse à l’arrière du crâne). Ce qui marche le mieux pour moi, c’est le rhassoul mais en grosse flemmarde que je suis, je n’ai pas toujours la patience de faire ma mixture et de laisser poser (et puis en déplacement, c’est pas pratique). Et puis vive les schampooings secs, ça permet quand même bien d’espacer les lavages.

    1. Petite astuce rhassoul testée et approuvée aujourd’hui, pour la zone poisseuse : mélanger 4/5 de rhassoul avec 1/5 de bicarbonate de soude. Un miracle !

  10. Liou

    Il y a quelque temps je me suis aussi lancée dans l’aventure de l’espacement des shampoings et des poudres lavantes !
    Comme toi, cela m’a fait apparaître quelques pellicules que je n’avais absolument jamais eu avant ! Mais depuis j’ai trouvé une parade alors si ça peut servir à d’autres… :)
    J’ai commencer par tester les HE mais cela n’a pas suffi. Le rinçage au vinaigre de cidre n’a pas suffi non plus mais je le garde dans ma routine pour avoir des cheveux plus brillants et plus doux. Et en fait (dans mon cas au moins), j’ai réalisé que l’apparition de ces pellicules traduisent simplement que mon cuir chevelu est sec. J’ai donc trouvé une solution satisfaisante : un peu de gel d’aloé vera aux endroits susceptibles d’être secs et hop, pas de pellicules !

    1. C’est vrai que le gel d’aloé est une super solution pour les pellicules ! J’avais testé sur mon chéri, avec une goutte d’huile de jojoba et une goutte d’HE de lavande. Un petit massage du crâne et roulez jeunesse ;)

  11. AbyssalChaos

    Ah, la poisse à l’arrière du crâne ! Chez moi ça ne manque pas dès que j’utilise des poudres lavantes, et même parfois avec un shampoing (bio) si je ne prends pas garde à frotter correctement. Je me demande ce qu’il y a de spécial avec cet endroit…
    Le no-poo me tente mais j’ai vraiment du mal à supporter mes cheveux pas propres, surtout quand je prends la peine de faire un mélange de poudres et qu’ils ressortent limite pires qu’avant :x Je vais rester au shampoing pour l’instant, sachant que j’utilise une bouteille par an en moyenne je pense que je fais déjà de mon mieux ^^

    1. Alors je viens de tester et ça marche : préparer un rhassoul avec 4/5 de rhassoul et 1/5 de bicarbonate de soude et de l’eau tiède. Plus d’aspect poisseux à l’arrière du crâne ! C’est une chouette avancée, j’en avais marre aussi hein… c’est super frustrant ! En tout cas oui, avec une bouteille de shampoing par an tu ne fais partie des gros consommateurs qu’on hue :P

  12. Bynocchio

    Hello !
    Personnellement, j’ai totalement adopté le no-poo.
    Je le pratique de la manière la plus simple du monde : lavage une fois par mois au bicarbonate de soude.
    Frictionnage au vinaigre de pomme si j’en éprouve le besoin.
    Et un simple rinçage à l’eau durant le mois si j’en éprouve le besoin aussi.
    J’ai le même type de cheveux que toi et j’ai toujours droit à des compliments les concernant.
    Le résultat est de mieux en mieux, ça va bientôt faire un an que j’utilise cette technique.

    Bonne expérience !

    1. Merci à toi ! J’avais du mal avec l’utilisation du bicarbonate de soude pour les cheveux, jusqu’à ce matin, où j’ai testé une nouvelle recette de no-poo au rhassoul incluant du bicarbonate. Il faut croire que j’ai bien fait ! A bientôt !

  13. Bravo pour ton article très complet.
    Je me colore les cheveux car j’ai eu des cheveux blancs très tôt : 18 ans. Comment faire alors quand on fait une couleur car il faut bien rincer et laver le cheveu après ? j’ai l’ sentiment que c’est plus facile quand on ne fait pas de couleur aux cheveux. Tu en penses quoi ? Carole

    1. Les cheveux colorés sont un domaine que je ne maîtrise pas ! Avec les colorations naturelles, on peut ne pas laver après puisque le henné a un pouvoir lavant. Pour les colorations traditionnelles, j’imagine qu’en faire une de temps en temps et adopter une routine plus naturelle entre deux peut être possible, mais j’avoue ne pas savoir !

  14. Coucou !

    Super complet ce retour, et très intéressant à lire !

    Alors pour ma part, je comprends tes difficultés ; moi j’ai testé pleiiin de choses aussi et finalement, je m’autorise un shampoing de temps en temps (CosmoNaturel labellisé Nature et Progrès, économique et génial ^^), entre le shikakai, le rhassoul, le sidr ou le bicarbonate (d’ailleurs je sais pas si tu as essayé mais c’est pas mal du tout et je pense pas que ça te poissera les cheveux) (je viens de lire ton commentaire au-dessus ^^’) ! Le shampoing me permet aussi de rincer les bains d’huile et les soins bien nourrissants (donc bien gras – mais le gras, c’est la vie :p) que je fais de temps en temps pour que mes cheveux ne se transforment pas en tapis de paille ! De la souplesse quoi : je pense pas que ce soit en se forçant quitte à aller contre sa nature de cheveux et ce qu’ils nous disent qu’on y prend plaisir, et qu’on leur fait plaisir :)

    En tout cas, je trouve que tu as de très jolis cheveux et une jolie coupe aussi !! (j’hésite à couper les miens mais c’est une trop grosse décision lol) !

    A la prochaine et take care :)

    1. Alors ben oui ! J’ai testé le bicarbonate finalement ! J’en avais marre d’avoir les cheveux poisseux, et je me suis dit, vu comme ça récure bien les plats ça doit bien lutter contre le gras :P mais j’y suis allée molo : j’ai fait un mélange, 4/5 de rhassoul et 1/5 de bicarbonate. Le résultat était parfait, je suis très contente d’avoir osé ! :D
      Merci pour ces jolis compliments ! Bises !

  15. caroline

    Bonjour et merci pour se super article même si j’arrive avec un train de retard. Je ne connaissais pas du tout ton blog mais il est bien écris et agréable à lire et intéressant alors hop favori :-)
    J’écris aujourd’hui car j’ai déjà essayé le no poo (puis j’ai arrêté mais je vais reprendre d’ici… maintenant :-) ) et je me retrouve avec le même souci que la dernière fois. Je fais du sport tout les jours donc bon… Je suppose que la transpiration que j’ai sur moi je l’ai aussi sur mon crane… Et du coup je me demandais si vous aviez de bonne astuces dans ces cas là, ou si vous ne changiez rien à votre routine? Hier j’ai juste massé mon crane chevelu avec de l’eau… Mais vu que j’ai lavé mon corps avec du savon j’ai eu tout de même un doute. Il ne faudrait pas que je « bouche » mon cuir chevelu et ne l’empêche de respirer… pensez vous que le massage à l’eau du cuir chevelu soit suffisant ? De plus je ne sais pas vous mais moi le WO tout les jours m’inquiète un peu niveau calcaire… J’hésite déjà d’en mettre sur mon visage (je filtre) alors me laver tout les jours le cheveu sensible à l’eau calcaire :-s (et là ça serait trop long à filtrer x) )
    voilà des petits détails mais qui perturbent ma routine ^^ si quelqu’un sait ma reconnaissance sera sincère ^^

    1. Pour le calcaire, si tu fais un rinçage à l’eau vinaigrée, ce n’est plus un problème :)
      Pour le reste, je ne m’y connais pas trop, mais j’ai souvent lu des personnes pratiquant le sport très souvent se mettre au no-poo sans problème, souvent en rinçant juste les cheveux à l’eau justement avant le prochain lavage. Peut-être quelqu’un d’autre pourra t’aider !

      1. caroline

        merci beaucoup pour ta réponse je m’y suis remise avec plus de sérénité :-) Puis on verra dans deux mois déjà s’il y a de l’amélioration ! (et désolé du temps de réponse je n’étais pas chez moi :-s)
        Après j’ai les cheveux frisés et ça entraîne quelques modifications mais bon…

  16. Marie

    Bonjour,

    Merci pour votre article plus que complet. J’espère que vous vous en sortirez dans votre « quête du no poo ».

    Depuis déjà plusieurs mois j’utilise des shampoings sans silicone, mais avec sulfates (sls,…). Je me les lavais un jour sur deux et depuis que je suis passée à ce type de shampoing je les lave tous les 6 jours, et parfois au bicarbonate. Je n’aurais sans doute jamais le courage de passer au no poo…

    J’aimerais savoir quels shampoings bio (en tout cas sans silicone et sans sls) pourriez vous me conseiller ?

    Merci d’avance pour votre réponse !

  17. Merci pour ces informations et cet article très honnête et complet !

    Perso… désolée, mais je me passerai pas de shampooing. C’est le seul truc que j’achète encore chimique et tout fait, et sincèrement, je m’en fiche.
    Je me lave les cheveux une à deux fois par semaine et n’en met qu’une très petite quantité, mais je pourrais pas m’en passer.

    J’ai essayé pourtant.

    A une époque, c’était huile d’olive 1/2h avant (jojoba ne nourrissait pas assez), lavage au savon d’Alep, rinçage au vinaigre, etc. Au final, après plusieurs mois, ma grand-mère m’a avoué que mes cheveux n’étaient pas très beaux… et j’avais aussi cette sensation de poisseux à l’arrière de la tête qui me perturbait fortement.
    Je suis passée à plus « chimique » temporairement aussi pour avoir de beaux cheveux le jour de mon mariage.

    J’ai essayé d’autres trucs, mais sérieusement, pour moi, ça doit rester simple, sinon c’est même pas la peine d’envisager. Mes soins de beauté sont naturels et très simples, et je ne fabrique rien (le chipotage que ça demande m’horripile). C’est HV pour le corps, et autres produits uniques et naturels qui fonctionnent bien.

    Ma seule « recette », c’est mon gommage miel-sucre, je mélange… du miel et du sucre juste avant de me faire le gommage.

    Alors si je dois m’amuser à passer un temps fou, chipoter, faire des recettes compliquées pour mes cheveux, oubliez moi. Autant un produit que j’achète tout fait le plus naturel possible.

    J’en ai essayé un premier, et ma mère, ne sachant pas que j’avais changé de produit, m’a demandé ce que j’avais fait pour que mes cheveux soient si ternes.

    Alors maintenant, j’ai racheté un shampooing du commerce d’une marque que j’utilisais avant de passer au naturel, oui, mais où il est indiqué 95% d’ingrédients d’origine naturelle, sans paraben, sans silicone, sans colorant, je n’en utilise que très peu, je me lave peu les cheveux… ne me demandez pas plus.

  18. Cacile

    Salut!
    Merci pour cet article plein de franchise, moi aussi je trouve ça ridicule les filles qui deviennent complètement gaga de leurs cheveux et en font des tonnes.
    Moi, perso, je voulais passer moins de temps à m’occuper de mes cheveux, moins les laver et en même temps qu’ils soient moins laids. Au mois de juin, j’ai lu un article dans le Ouest-France qui racontait qu’une américaine n’utilisait plus de shampoings depuis 6 ans. Je m’y suis intéressée; j’ai lu ses explications: elle ne s’était pas lavé les cheveux pendant six semaines, mais en les rinçant quand même à l’eau tous les jours. Et au bout de six semaines, le sébum de ses cheveux est parti et depuis, elle ne se lave plus les cheveux qu’à l’eau.
    J’ai suivi sa méthode – six semaines- et au bout du 40e jour, mes cheveux qui étaient absolument dégoûtants sont ressortis 4 fois plus propres – même s’ils étaient encore gras – après les avoir bien frottés sous l’eau chaude puis sous l’eau froide; c’est ce que j’ai fais pendant 6 semaines, mais c’est la première fois que cela a marché!
    Mon seul ingrédient, mise à part l’eau, a été la fécule de maïs, et je compte bien ne plus y retoucher maintenant que l’eau lave mes cheveux. Franchement, 5 jours avant la fin, je n’y croyais plus…
    Moi je dis que pour que cela marche, il ne faut pas trop chipoter, ni trop traîner; j’ai procédé de cette manière car je n’ai pas envie de me préoccuper de mes cheveux pendant 10 ans, c’est contraire à mes objectifs, et surtout… je ne suis pas du tout patiente.
    Encore merci pour ton retour d’expérience.

    1. Je n’ai jamais dit que je trouvais les filles « gaga de leurs cheveux et qui en font des tonnes » ridicules :)
      Ce n’est pas parce que je n’ai pas envie de passer beaucoup de temps à m’occuper de mes cheveux que je me permets de juger celles qui le font.
      Merci pour ton commentaire :)

      1. Cacile

        Excusez-moi, je ne voulais vexer personne. Je comprends parfaitement que quand on veut se séparer du shampoing, on ait envie de tester pleins de trucs, mais l’impression que cela me donne, c’est qu’en essayant plein de trucs, on dépense finalement beaucoup de temps et d’argent. Vous l’écrivez vous-même, ce serait quand-même mieux d’économiser ces deux derniers éléments, et je suis tout à fait d’accord. Je ne veux pas non-plus vous prêter mes propos – mais je ne peux pas effacer mon commentaire –‘. Je laisserais quand même le mot « gaga » parce que moi, ça me rend vraiment comme ça de m’intéresser à ce point à mes cheveux! ^^ Et puis même si je trouve que certaines personnes testent trop de trucs, bah je leur dit quand-même merci pour le courage qu’elles ont eu et puis parce que ça peut servir à d’autres, même à moi… Au moins, je peux dire que cela m’a permis de me faire un avis. Allez… bien sûr, j’enlève « ridicule », c’est un mot trop fort, je dis quand même à la place que c’est dommage, ça part d’un objectif tellement simple… J’ai lu vraiment beaucoup de blogs et d’expériences de d’autres personnes, et je l’avoue, quand j’ai commencé, j’étais très friande de tous leurs conseils et des retours sur certains produits, car j’avais moi-même très très envie d’en tester; ce que je trouve dommage, ce sont tous les efforts qu’il faut déployer pour se retrouver quand même avec plein de produits dans les placards (bof!); parce que des méthodes de no-poo, ça il y en a « des tonnes »! Franchement, si j’avais craqué, en fait, j’ai l’impression que j’aurais remis sur la table mes bons vieux réflexes de consommatrice, j’aurais tout testé, bien dépensé, bien stressé en me demandant quel produit marcherait ou pas. Or ce qui fait un bien fou je trouve, ce n’est pas seulement d’avoir les cheveux sains et propres, c’est aussi de ne plus devoir penser à un produit particulier pour prendre soin de ses cheveux. En plus, quand j’ai vu qu’on parlait d’œufs, d’huiles, de sucre, en plus de la maïzena, moi je me suis vue avec des crêpes sur la tête – chacun son truc ^^ – je me suis dit: « là ça va pas le faire ». Donc j’ai décidé de revenir à la technique spéciale fainéantes qui m’avait fait connaître le no-poo, et ça a marché! Sauf que personne n’en parle, c’est peut-être parce qu’il n’y a pas grand-chose à expliquer, à côté des méthodes de remplacement du shampoing (?). Franchement, au début j’aurais vraiment été trop contente de lire 2 ou 3 autres personnes qui avaient testé cette méthode, ça m’aurait bien rassurée, parce qu’avec ma nature de cheveux super épaisse et super lourde en plus d’un petit voyage de 3 jours dans la pollution parisienne qui s’accroche bien au sébum – absolument dégoûtant pour les cheveux, Paris! – j’ai failli craquer. Je cherche toujours une page qui en parle en plus de l’article que j’avais lu… :-/
        Je pense après coup que vous avez pu prendre ma remarque pour vous, mais si vous avez lu ce que j’ai écrit avant, j’espère que vous avez compris que je me suis malheureusement assez mal exprimée. Donc j’essaye de rattraper le coup, même si je suis un peu mal à l’aise. J’ai apprécié votre article parce que vous voulez simplement consacrer votre temps à autre chose qu’à vos cheveux, et c’est aussi pour cette raison que je me suis lancée. J’ai littéralement dévoré vos retours d’expériences sur certains produits – parce que je n’exclus pas de tester un truc un jour, en cas de « dégâts matériels ». Je lis toujours en ce moment des articles sur les cheveux, faute de m’intéresser aux shampoings des magasins. J’aime beaucoup les blogs et tous les commentaires des lecteurs d’Antigone XXI et Les cheveux de Mini par exemple. Si l’eau n’avait pas marché, j’aurais bien été obligée de tester un truc, mais bon, tout roule. Et si j’ai si mal écrit mon premier commentaire, c’est parce que je suis carrément frustrée de voir autant d’expériences sur internet avec des produits de substitution au shampoing, alors qu’il n’y en a qu’une seule pour la mienne, qui me paraît être pourtant la plus économe et la plus efficace en terme de rapidité! (Mais je peux toujours causer, je n’ai pas de blog ni de chaîne Youtube, donc ce n’est pas moi qui en parlerai)
        En tout cas, votre expérience est très louable et je lui souhaite tout le succès qu’elle mérite! :) Bon courage!

        1. Merci pour ton commentaire qui précise ta pensée ! Je n’ai pas mal pris ton commentaire précédent, non :) je voulais juste préciser ce que je pensais, c’est aussi mon devoir de rectifier quand j’ai l’impression qu’on a mal compris ce que j’avais dit. Pour autant je suis d’accord avec toi et je vis mon no-poo comme toi : avec l’envie que ce soit le plus simple et le plus agréable possible, agréable voulant dire pour moi « rapide, efficace et économique ». Je rêverais de ne pouvoir me laver les cheveux qu’à l’eau, mais pour l’instant j’ai essayé et ça ne fonctionne pas :D
          Je pense que quand on découvre une manière alternative de vivre quelque chose, on a envie d’y aller à fond et les réflexes consommateurs peuvent rester et même être plus fort, on a l’impression de « mieux » consommer donc on y va franco en oubliant toute raison (j’ai fait ça aussi, à d’autres occasions que mes recherches capillaires :D). Il y a aussi des gens dont l’intérêt pour le no-poo n’est pas de moins consommer, donc forcément ces personnes vont toujours consommer « plus » que nous, parce que ça n’est pas leur objectif. Chacun vit sa vie quoi :D ça peut être frustrant (moi aussi je suis sceptique quand je m’imagine mettre une pâte à gâteaux sur mon crâne…) mais ça ne regarde que les autres, c’est ça qui est bien ;)
          Je suis très contente que mes articles te plaisent, à bientôt j’espère !

  19. Elisabeth

    Bonsoir Pauline!
    Ça fait plus d’un an et demi que j’ai abandonné le shampoing et je ne reviendrai plus en arrière. Je te dirais que ça a pris au moins un an avant de vraiment être satisfaite du résultat… J’ai commencé par la recette d’Antigone avec bicarbonate, jus de citron et HE, mais après 6 mois, juste de l’eau, selon leur état et l’intensité du frottage de cuir chevelu. Je néglige le brossage parfois… Il est vrai que parfois je les sens poisseux derrière la tête, je brosse, je mouille et habituellement, ça va. Parfois, le dessus a l’air propre et le dessous est graisseux… Alors j’adapte ma coiffure en conséquence. Peut être que je me fais croire des trucs, mais j’ai l’impression que mes cheveux sont plus, comment dire… Épais peut être, moi qui ai les cheveux d’ordinaire très fins et même qu’ils poussent plus vite? Enfin, les pointes sont fourchues, mais après plus d’an sans coupe, c’est normal, ils sont pas toujours top, il est vrai, mais ce que j’aime le plus, c’est que je les endure! J’ai aimé le processus et je suis du genre plutôt têtue… Je les laisse aller, ils poussent et j’en suis bien contente! Alors je te dis bonne chance avec tes futures explorations :)

  20. Olivia

    Très intéressant « compte-rendu » d’expériences capillaires que je partage. Aujourd’hui j’en suis, et ce depuis deux ans, à un shampoing au ghassoul par semaine, préparé avec de l’eau et quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ou ylang ylang pour la bonne odeur, mais on peut ne rien mettre de plus aussi, je touille avec le doigt , je fais comme avec un shampoing normal donc sur cheveux mouillés sauf que je n’étale la « boue » obtenue que sur le cuir chevelu, raie par raie comme pour l’application d’une teinture, et que je masse du bout des doigts ça active la circulation, très bon, et ça détend en plus. Et je rince avec eau froide en tout dernier lieu, et c’est tout ! le ghassoul au passage lave aussi la tige du cheveu. Pas de vinaigre, en tous cas cela ne me convient pas du tout ça m’emmêle les boucles, rien ensuite qu’un séchage à l’air libre. Et les jours suivants, car je frise/boucle aussi, eh bien je rafraîchis la masse tête en bas avec un pschit’ d’eau minérale et je scelle l’hydratation avec un peu de gel d’aloe vera, pas trop, mais à force on connaît ce qui nous convient, et voilà : plus d’encombrements de produits ou de questions dans tous les sens, le ghassoul est mon ami :)

  21. Pingback : Expérience #4 : Faire son propre après-shampoing (raté) | N'importe Quoi pour des Gens Bien

  22. Tountouni

    je me suis lancée dans le no poo l’an dernier et j’ai pas tenu plus de 3 mois. Déjà mes débuts ont été catastrophiques… J’ai commencé avec des poudres de mauvaise qualité, sans purifier les cheveux du silicone et compagnie, il me restait toujours de la poudre dans les cheveux, quelque soit la durée du rinçage.
    Jusqu’à ce que je découvre le rhassoul et là c’était magique ! Brillance, volume, légèreté, parfait quoi ! Enfin pendant un certain temps… Le rhassoul a fini par complètement me déssecher le cuir chevelu et tout est devenu terne et pelliculleux…
    J’ai continué avec le shikakai, qui marchait très bien, mais qui est effectivement dangereux et peu rassurant… Le bicarbonate me ternissait le tout…
    Bien sûr, j’ai fait des tentatives de Water Only, toutes soldées par des échecs…
    Mes no poo s’étaient plus espacées parce que j’avais la flemme de faire ma pâte que par une réelle amélioration de la production de sébum…
    Je suis partie en voyage, loin de mes poudres, et je suis revenue au shampoing pourri… J’ai tenté l’oeuf et ça ne lave rien, et là où je suis je n’ai aucune idée de l’endroit où je peux acheter un shampclean.

    Bref, comme toi, j’ai plus l’impression que le no poo est une bonne raison pour certaines pour se faire une pâte à gâteau sur la tête qu’autre chose… Moi perso je m’y suis lancée pour justement arrêter de devoir me laver les cheveux tous les 2 jours, et ça n’a pas marché. On peut me dire pas assez patiente, mais ça ne m’amuse pas, et si je veux une alternative c’est parce qu’elle est plus pratique/rapide/moins chère, en plus d’être plus saine et plus écologique. Ce qui n’est pas trop le cas, vu le taux de ratage assez élevé qui m’a fait gaspiller pas mal d’eau.

    La bonne nouvelle c’est que quand même j’e suis arrivée à avoir des cheveux qui regraissent moins vite. Non, je n’ai pas trouvé une nouvelle poudre miracle, j’ai juste fait une semaine à manger des fruits et légumes crus uniquement (sans huile, sans sel, mas avec écarts de temps en temps, faut se ménager quand même). Et Ô miracle, du jour au lendemain je tiens 4 jours sans me laver les cheveux. Comme quoi c’est comme la peau, comme tout en fait, on peut se mettre tous les produits du monde, si la cause est interne ça changera absolument rien.

  23. Tountouni

    Bon c’était un commentaire assez péjoratif, mais je reformule en mieux. Je pense réellement que ça marche, que par le no poo on peut arriver à ne plus se laver les cheveux, j’ai tenté et j’étais super enthousiaste à cette idée. Malheureusement on est toutes différentes, ma peau et mes cheveux sont gras, et c’est pas faute d’utiliser de bons produits, donc au bout d’un moment je me suis faite une raison…
    Le fait de manger bien moins gras a par contre ENORMEMENT et IMMÉDIATEMENT aidé à réguler le sébum. Ça fait plus une huile sèche maintenant, et uniquement à l’arrière du crâne. La zone T grasse est également un vieux souvenir. J’ai pas fait cette cure pour ça mais c’est un effet « secondaire » qui m’a énormément plu (en plus de beaucoup d’autres choses, comme ne plus avoir de douleurs menstruelles, entre autres…).
    J’ai pris un shampoing pourri parce que c’est tout ce que j’ai trouvé. Et en voyage, je sais pas vous mais moi j’ai pas que ça à faire de chercher dans tous les supermarchés pour voir ce qu’ils ont, sachant qu’ils ont tous les mêmes cochonneries chimiques.
    Si j’avais pu choisir, j’aurai pris une balance électronique pour pouvoir faire mon savon SAF, mais impossible d’en trouver ici, même dans les magasins pour riche. A un moment on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a…

  24. Pingback : Un invincible été » No-poo : bilan, et après ?

  25. Maeva

    J’ai essayé plusieurs poudres moi aussi, notamment le reetha et le rhassoul : cheveux super poisseux et découragement total après nombre de tentatives et des heures passées à se documenter. Le shampoing à l’oeuf marche très bien par contre, mais j’ai vraiment la flem de le préparer à chaque fois et de laisser poser. Il y a deux semaines j’ai lu qu’on pouvait utiliser la farine de pois chiches ou de seigle, et je me suis dis : t’as de la farine de seigle dans ta cuisine que tu utilises rarement, on va tenter! Et finalement gros succès : pas de cheveux poisseux, il sont propres et beaux, et juste à mélanger farine + eau, pas de temps de pose sur la tête! Finalement, j’ai peut être pas fait tout ça pour rien!

  26. Alison

    Bonjour Pauline,

    Je te laisse un petit commentaire car j’ai testé le rhassoul il y a quelques jours.

    Résultat : mes cheveux sont beaux, mais la sensation après lavage était très spéciale, je sentais une vraie irritation du cuir chevelu, et aussi de mon visage… Je me sentais desséchée en fait ! Le lendemain tout allait bien. Mais je me pose tout de même des questions…
    Je sais que j’ai la peau sensible ainsi que le cuir chevelu, mais je ne pensais pas avoir cette réaction (sachant que j’ai changé ma routine capillaire depuis un an maintenant, avec des shampoing bio / solide). Aurais tu un conseil à me donner ? Existe-il des produits vraiment doux en no poo ?

    Merci Pauline, pour ton partage d’expérience ! Et merci à toutes les autres ! C’est vraiment précieux !

    1. Bonjour Alison ! Je suis désolée, je ne sais pas si je peux t’aider. Je n’ai pas beaucoup fait d’expériences avec le rhassoul, pour moi il n’irritait pas le cuir chevelu. C’est censé être un des produits les plus doux, et je ne connais pas d’alternative plus douce qui pourrait te convenir, d’autant que j’ai arrêté le no-poo depuis un moment maintenant pour revenir à des shampoings bio.

  27. vicky

    Merci pour cet article si bien détallé!
    as tu essayé le mélange eau + bicarbonate ? comme tu as les cheveux bouclés, t’es longueurs et pointes étaient-elles sèches ? faisais-tu des soins de type masque ou bain d’huile ?
    j’ai les cheveux long bouclé et j’hésite à me mettre au no poo car j’ai des souci de cuir chevelu de type exzema/ dermite (d’un côté je lis que ce qui est « poudre » assèche le cuir chevelu et de l’autre j’en entends le plus grand bien!)
    et puis il est vrai que dans une génération où le temps est plus précieux que beaucoup de chose, l’application difficile me freine x) (pour le moment, pour assainir mon cuir chevelu j’utilise quelques gouttes HE de tea tree dans mon shampoing doux bio et j’en suis ravie.)
    bonne continuation

    1. Salut Vicky !
      J’ai essayé le mélange eau + bicarbonate mais il m’a asséché les cheveux et tué le cuir chevelu. J’ai compris après que j’étais hyper sensible au bicarbonate de soude, je ne peux pas utiliser de déodorant à base de bicarbonate non plus par exemple.
      Mes cheveux bouclés sont plutôt de type racine grasse-pointe sèche en effet, du coup je fais des bains d’huile avec un baume capillaire DIY dont je parle dans mes derniers articles. Je ne fais plus de no-poo par contre, je me lave les cheveux avec un shampooing liquide, car j’ai beaucoup galéré avec le no-poo et j’ai eu beaucoup de mal à retrouver mes cheveux « comme avant » (et j’ai dû couper pour ça). Je prends le temps d’appliquer mon soin environ 30 min ou 1h avant le shampooing et pour l’instant, cette routine me convient pas mal :) Je ne sais pas ce que vaut le no-poo pour les peaux atopiques, par réflexe je dirais que si ta routine te convient, peut-être qu’il ne vaut mieux pas trop la chambouler ?
      Merci, à bientôt !

  28. Pingback : No Poo | Pearltrees

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.